samedi, janvier 28, 2006

Nouvelles fraîches et partisanes!

Après la froide objectivité de la chronologie, qui fut bien difficile à tenir, je vous le promets, voici quelques nouvelles du jour, un peu plus tranchées.

Tout d'abord, quelques sympathiques personnes ont laissé un petit mot sur le blog, qu'elles en soient remerciées!

Aujourd'hui, les positions se sont durcies. Le conseil d'administration de Swissmetal a décrété que la Boillat devait être vidée de ses employés et fermée. Un lock-out, bien sûr illégal. Objectif, selon les ouvriers: voler le stock de métaux en douce, car il constitue la trésorerie de Swissmetal.

Je dis bien "voler" le stock: si la matière première appartient à la direction, le travail fait dessus est celui des employés de la Boillat.

De plus, messieurs Hellweg et Sauerländer fanfaronnent sur la durée de la grève: ils disent pouvoir tenir 2 à 3 mois, le temps que les grévistes s'essoufflent.
(http://www.letemps.ch/template/economie.asp?page=9&article=172921)

Il faudrait leur expliquer qu'ils se seront étouffés dans leurs mensonges bien avant! Pourtant, comme on sait, le mensonge tue à très petit feu, preuve en est la durabilité de nos deux larrons à la tête de Swissmetal. Toutefois, M. Sauerländer paraissait tremblottant, il y a deux jours, à la télévision. Peut-être les premiers symptômes d'une asphyxie.

Certes, en matière de mensonges, Sam Furrer, le grand communicateur de la maison, semble indestructible. Il résiste au temps mieux qu'une montre suisse de luxe, et poursuit son oeuvre communiqué de presse après communiqué de presse. Si la situation était différente, on le croirait fabriqué en laiton Boillat.


En direct du site web de Swissmetal

Yvonne Simonis, la CFO (Chief Financial Officer) du groupe, est diplômée en sinologie (une spécialiste de la Chine donc) et en gestion d'entreprise. Belle formation non?
(http://www.swissmetal.ch/index.php?id=33&L=2)

Le dernier communiqué de Swissmetal annonce que le "débrayage illégal" est "d'autant plus surprenant que la direction de l’entreprise avait engagé un dialogue étroit avec les commissions d’entreprise bien avant le début de la grève".
Décryptage: Remplacez "dialogue étroit" par "monologue étroit".

Bien sûr, on peut aussi lire le refrain SWISSMEM: la grève est illégale (comme toujours), tout s'est passé conformément à la CCT et de toute façon la paix du travail règle tout etc., etc. Seule chose qui cloche dans leurs explications: si c'était vrai, il n'y aurait pas de grève.

SWISSMEM, c'est comme les boîtes à meuh: vous les retournez et ils vous débitent leur verbiage, toujours identique. Sur ce site web, une superbe collection de boîtes à meuh, pour vous habituer à écouter SWISSMEM, Hellweg et leurs petits copains:
http://www.sound-fishing.net/boites_a_bruitages.html

Pour le communiqué de Swissmetal:
http://www.swissmetal.ch/index.php?id=88&L=2&tx_ttnews[tt_news]=167&tx_ttnews[backPid]=33&cHash=afd95bd4bf

Vive la Boillat!

0 Comments:

Links to this post:

Créer un lien

<< Home