lundi, février 06, 2006

Pas d'nom, pas d'réunion

La réunion

On peut gentiment se dire que la réunion entre les représentants des grévistes et la direction n'aura pas lieu. Ou pas de manière équitable.

Fallacieux prétextes de sécurité... C'est dans l'air du temps: la direction voulait une liste des noms des représentants du personnel, mais ne voulais pas donner une liste des noms de ses représentants. Des gamins! La même direction qui, par la voix de F. Sauerländer, disait hier avoir beaucoup d'estime pour ses employés, dit avoir peur.
Il semble qu'un bus ait gentiment attendu la délégation des grévistes pour les emmener en lieu sûr... Pour la direction.

Quand je parlais de F. Sauerländer et de sa petite veilleuse, je ne pensais pas être aussi proche de la vérité. Martin Hellweg doit, lui aussi, avoir son petit système pour passer des nuits tranquilles. Sachant qu'il ne perd pas le nord, il est probable qu'il opte pour une figure rassurante de l'ouvrier.

PS: toutes les infos dans les commentaires du blog à cette adresse. Merci à vous de tenir tout le monde au courant!


Karl the blogger

Un petit paragraphe égocentrique pour vous remercier pour les nombreux compliments. Mais la cause est juste, et ne pas la défendre m'aurait causé des aigreurs d'estomac. Là, j'ai les yeux un peu fatigués: c'est beaucoup moins pénible!

Un autre petit paragraphe égocentrique pour vous dire que j'ai bien réfléchi en choisissant l'anonymat, et qu'il est correctement protégé. De toute façon, le but n'est pas de me mettre en avant, mais de mettre en avant la cause des grévistes de la Boillat.
En plus, il est clair qu'être connu de tous diminuerait la qualité de ce site et m'exposerait à quelques soucis. Mais ceux qui risquent le plus dans tout ça, ce sont les grévistes, ne l'oublions pas.

La fréquentation de ce blog est impressionnante cela dit. Jamais je n'aurais cru qu'il prendrait tant d'ampleur. La pression, la pression... Je dois bien respirer avant de tenter d'écrire un truc rigolo là, je vous le dis! Merci à tout ceux qui participent, et puisse "Une voix pour la Boillat" porter encore plus loin les aspirations des travailleurs de cette usine!

27 Comments:

Anonymous Anonyme said...

J'aimerai que tout le monde prenne conscience de l'importance de la lutte qui se déroule à ce jour à la boillat, il ne s'agit pas que d'une grève pour sauver des places de travail dans la vallée, mais il y a un savoir faire, des produits de grande qualité, une usine qui rapporte et que 320 ouvriers portent sur leur dos pour la faire fructifier.Il y a des centaines de clients à travers le monde, qui représentent plus de 4000 ouvriers pour l'arc jurassien seulement et qui façonnent avec ces matériaux d'exeption des pièces décolletées de grande précision, enfin il y a toute l'économie satelite, du boulanger à l'infirmier,de l'agriculteur au banquier qui vit pour ou à travers les milliers d'ouvriers de ces vallées dépendants des produits de qualité de la boillat.N'oublions pas que le jura sud représente à lui seul plus de 20% des exportations du canton de berne.
Et tout cela devrais être rayé pour permettre à des financiers de se faire encore plus d'argent sur notre dos.
Nous nous devons de lutter et donc de tous soutenir massivement les gréviste et leur famille.
Bravo pour votre courage.

" et je vous le dis, je vous le répète: plus les responsables ont grimpé haut dans la hiérarchie, plus il faut les traiter durement!
Retenez ce précepte. il est la clef de tous les déblocages, et en fin de compte de toutes les victoires" R.B.

février 06, 2006 8:05 PM  
Anonymous Anonyme said...

que dire ???? en visionnant les commentaires de Mise au point de Monsieur Sauerlander machin chose ... je me demande si tout simplement ils (la direction) n'essayent pas de vendre en douce toute l'entreprise ....
comment expliquer qu'en étant en grève l'action monte ... moi pas comprendre ...
enfin, tout cela pour dire que quand dans Infrarouge on a demandé à ce Môssieur du conseil des infos, il a juste répondu avec l'accent allemand svpl (!!!) : Il faut qu'il recommence le travail après on discute .... euh voui mais la question c'était pas ça !!!!
quand au super président du conseil, qui entre nous a déjà fait couler au moins une boîte, qui s'est fait licencié propre en ordre de Rolex Bienne ... ben on se demande comment il a fait pour retrouver un job pareil ... peut-être ami avec Mister Hellweg ...
bon tout ce que j'en dis c'est que mourir couché ou mourir debout, moi je choisis debout ... et avec ma dignité ... alors à tous ceux qui sont encore sceptiques (et oui il y en a encore quelques uns !!!) la grève est juste, se battre est légal, que dis-je, c'est un droit ... et si tous les andouilles (désolé pour les andouilles) de la direction se regardaient dans le miroir ben on en serait pas là ...

février 06, 2006 10:04 PM  
Anonymous Rigueur said...

Parlant de Pays d'acides (Sauerländer) et Mise au Point, il y a juste une anecdote: le fil ou les barres qui sortent de LA BOILLAT ne sont pas des pièces comme celles qui peuvent sortir d'une PME de décolletage. Là nous sommes d'accord que c'est juste un détail qui pourrait échapper d'un grand Pays d'acides (Sauerländer).

Par contre dans notre pays de LA PRECISION, il est inadmissible d'avaler l'argument de ce Sauerländer concernant la concentration (pardon soit disant l'intégration) de la fonderie et du filage à chaud (presse d'extrusion) à Dornach.

Démonstration:
1) Hypothèse de travail (en fait c'est une réalité):
LA BOILLAT est spécialisée dans les produits de faibles dimensions, disons inférieures ou égales à 500 g/m. Dornach pour tous les produits supérieur à 500 g/m.
2) Démonstration par expérience:
Prenez une seringue contenant un liquide, par exemple de l'eau tout simplement.
Essayez de faire sortir du liquide avec une petite aiguille.
Répétez l'exercice avec la même seringue et le même liquide, mais cette fois-ci avec une grosse aiguille.
Vous verrez tout de suite si pour filer à chaud un fil de petit diamètre, il faut à LA BOILLAT une presse puissante et performante ou au contraire, il faut à Dornach une presse "Mouton à 5 pattes" pour sortir des produits monstrueux.

cqfd.

Avez-vous des questions, Monsieur Sauerländer? ça m'étonne pas, vous êtes Dr. en Economie et pas Dr. en Médecine. Mais bon, ne me dites surtout pas que vous n'avez pas encore essayé de vous piquer!!!

Sérieusement, l'intégration est un mot de forte connotation culturelle. Par exemple, on peut parler d'intégration des étrangers en Suisse. Et si on est sérieux, on parle plutôt d'intrégration harmonieuse par opposition à une forme d'assimilation d'une culture par une autre.
Par contre, en terms de gestion (Pardon!!! Je ne veux surtout pas donner de leçons à vous, Monsieur Sauerländer, Dr. en sc. économique), on parle plutôt de gestion intégrée.
Ou encore en termes technique, on parle de système intégré.

En fin, quand Sauerländer ou Hellweg parlent d'intégration, j'ai tout de suite compris d'assimilation et ce depuis novembre 2004. Très honnêtement, pour les intimes, depuis bien avant novembre 2004, lorsque j'ai entendu ce mot de la bouche de Martin Hellweg pour la première fois. Et je suis sérieux/se (hehe, comme ça c'est fun, vous avez un peu plus de difficulté pour deviner qui suis-je), assimilation ou absorption ne se limite pas entre Dornach et LA BOILLAT, mais carrément entre la Chine, voire l'Inde (dernière découverte de Martin Hellweg, quoi que trop tard) et notre tout petit pays, la Suisse.

Alors Monsieur TM, vous avez le droit d'être égoïste. Mais soyez prêt à être mobile pour aller bosser la prochaine fois en Chine ou en Inde. Pour Monsieur Z, avec la stratégie d'intégration à la Hellweg, c'est vous, à terme, qui est un étranger en Chine ou en Inde pour travailler au compte de Hellweg et Cie. Si Messieurs TM et Z sont d'accord d'être 100% mobiles, vous n'avez rien à craindre, que vous soyez cadre ou simple ouvrier. Alors je vous exorte de ne plus essayer de diviser les cadres et les ouvriers/employés de LA BOILLAT.

Les employés intègres de LA BOILLAT sont en train de faire quelque chose exceptionnelle, qui dépasse le cadre de leur outil de travail, au-delà de l'Arc Jurassien et de la Suisse. Ben oui quoi, il faut savoir que dans ce monde de la globalisation, il faut voir large et loin vers le futur. Sans pour autant oublier qu'aussi petit et faible qu'on puisse l'être ou sentir l'être, plus le marché est unique (selon leur théorie à la noire) et global, plus on trouve facilement sa place.
Démonstration par absurde:
Au vu de leures conneries, Martin Hellweg et Friedrich Sauerländer n'ont pas besoin de chercher du boulot après Swissmetal, puisque le marché est énorme. C'est le marché qui viendra chercher les mercenaires pour faire le sale boulot à sa place.

février 07, 2006 12:12 AM  
Blogger Karl said...

Hihi, chapeau Rigueur!

février 07, 2006 12:26 AM  
Anonymous Anonyme said...

on vous soutient ... depuis la Californie ... restez unis, battez-vous, car cela en vaut la peine, vous défendez vos intérêts, mais pas seulement, vous défendez un idéal, un outil de travail, un métier, le droit à la parole ... et quand on voit ces imbé... (oups, sorry mister Hellweg et Sauerlander ...)
mille pensées d'un décolleteur et de sa famille

février 07, 2006 3:24 AM  
Anonymous orage mécanique said...

intégrons une direction intègre, intégralement intégrée sur les deux sites suisse sans suivre LE Clairchemin, loin des Amères-Contrées, sans d'opaques stratégies en trois piliers et quatres bouts de ficelles, et là, ô miracle, sublimer par l'évidence de la solution, tout rentre dans l'ordre.

pour mes amis les "Yo" à la casquette de travers:
En vérité, t'as vu, tu shoot la direction au Kärcher, et y'a tout les people qui se remettent au taf quoi!

Si si, il y en a un qui m'a dit ne pas avoir saisi certaines phrases de ce blog...

Une amie en train de passer un master en économie, m'a dit avoir, avec sa classe, étudié le cas UMS Metall (SWX),et être arrivée à la conclusion suivante:
-SM suit deux objectifs
-à court terme, la "réalisation"* de SMB, notemment par transfert d'activité à SMD
-l'alliance avec les concurrents afin de faire de SM LE cartel européen des produits semi-finis cuivreux.
-à long terme,la "réalisation" de SM-EU par transfert d'activité dans un/des pays émergeant(s)

*réalisation: terme économique, action consistant à transformer des valeurs (batiments, machines, terrains, etc.) en argent sonnant et trébuchant.

Puisse mon amie se tromper.

février 07, 2006 6:51 AM  
Anonymous Rigueur said...

Hi Karl, je suis très flatté/e!
Ben tu vois quoi, c'est ma manière à moi de te remercier pour ton boulot bien fait et aussi pour la cause de LA BOILLAT.

En souhaitant de te faire bientôt connaissance, je te dis bonne journée!

février 07, 2006 7:40 AM  
Anonymous Anonyme said...

Hello Karl et merci
La Réunion a bien eu lieue mais après trois heures de blabla ils ont enfin compris les raisons de notre grève...
Sont rapide a comprendre notre direction

février 07, 2006 10:02 AM  
Anonymous Takou said...

Karl, comme tu déplorais leur absence dans un précédent message, voici quelques photos de la fonderie de Dornach ou "Germinal"

http://www.hiboox.com/image.php?img=3gyunom.jpg
http://www.hiboox.com/image.php?img=ad0jc2k.jpg
http://www.hiboox.com/image.php?img=pm6hp0s.jpg
http://www.hiboox.com/image.php?img=h59r40r.jpg
http://www.hiboox.com/image.php?img=wr-d-st.jpg

Il faut copier chaque lien dans la barre d'adresse du navigateur pour voir la photo.

février 07, 2006 10:56 AM  
Anonymous Pdroll said...

Les actionnaires seraient-ils tous fous, collectivement, de vouloir s'enrichir avec un tel projet de délocalisation? Comment rendre un actionnaire raisonnable ? Est-ce le rôle de l'Etat ? Faut-il renvoyer les actionnaires à l'école et leur apprendre raisonner autrement qu'en termes de profits, de pertes et d'ambition personnelle ? Faut-il les empêcher d'avoir ces idées de génie qui nous font mal ? Faut-il les blâmer d'axer leurs planifications sur l'idée qu'aujourd'hui tout doit aller plus loin, plus vite, puisque le monde est globalisé? Comment relativiser le droit des propriétaires d'argent? L'Etat ne peut-il rien faire? Ne pourrait-on pas enfin faire une loi qui bannisse du droit d'intervenir économiquement à ceux qui détériorent les rouages vitaux de la société? Ne faut-il pas faire peur aux actionnaires, mettre des barrières à leur toute-puissance ?
Ah, ce n'est pas libéral? Mais pourquoi devrions-nous tous devenir libéraux? Pour nous mettre à notre tour à la place des actionnaires et décider ce qu'on veut faire avec notre argent quand on sera grand ? Et peut-être rêver à un futur meilleur ?
Mais c'est un cauchemar qui se produit dans la réalité. Si on les laisse faire, dans 20 ans, les fils de ces actionnaires auront leurs villas dans les vallées tranquilles alors que les usines bruyantes et polluantes seront concentrées dans les abords des grands aéroports. Et le reste de la population? Où est-ce qu'on le met? Quelques familles pourront rester dans la vallée, travaillant au service des nababs comme jardinier, chauffeur, cuisinier, garde du corps, et les autres ? N'y a-t-il pas urgence de créer une loi de qui protège les citoyens contre les diktats irresponsables des actionnaires ? Le droit que donne l'argent peut-il à ce point surpasser le droit des personnes à vivre dans un environnement humainement viable? Peut-on laisser des prédateurs agir en toute liberté, même s'ils exhibent des diplômes de droit et d'économie?
Je n'ai qu'un souhait: qu'ils idéalisent leurs processus de délocalisations dans leurs soirées mondaines, mais qu'ils n'interviennent pas ensuite avec leurs délires de grandeur dans la réalité ! Leur gourou leur a dit qu'il faut essayer de faire des grands chamboulements; qu'il ne faut pas juste diriger une entreprise comme on faisait dans le passé, en utilisant les infrastructures, les compétences acquises de la main d'oeuvre, en faisant valoir les micro-équilibres qui se sont établis au fil du temps et qui forment une trame invisible mais pourtant fonctionnelle, des rouages secrets qui font que tout fonctionne comme on le prévoit.
Non, c'est l'égo de l'actionnaire qui se reconnaît dans son PDG tout puissant qui doit prévaloir. Son idéal absurde vise une perfection désincarnée: si une chose est difficile à réaliser, compliquée, inédite, alors le projet est bon parce qu'il est ambitieux, et si c'est ambitieux il ne faut pas manquer de superlatifs, il faut le dire partout, le faire savoir à tout le monde et surtout passer à l'action, sans attendre. Ces grandes planifications qui visent à tout transformer radicalement dans les 10 ans à venir ne devraient-elle pas être soumise à une consultation populaire ?
C'est sur ce modèle d'ambition globalisante démesurée qu'ont eu lieu de magnifiques faillites, dernièrement en Suisse. Mais on oublie et on recommence. Entre le moment du démantèlement partiel et celui de la faillite il y a la phase intermédiaire de péclotements, de dérapages, d'accroissement des incertitudes, dans laquelle les plus malins savent reconnaître qu'il est temps de se mettre à l'abri. Ils peuvent montrer patte blanche dans un nouveau conseil d'administration en se vantant de n'avoir fait que des miracles dans leurs activités précédentes. Des gens pareils ne sont pas fiables, mais les actionnaires les aiment, que peut-on y faire ? Devrait-on trouver le moyen de couper court à ces manifestations irrationnelles d'amour idolâtre des actionnaires pour leur PDG ?
Certainement il faut oser combattre la façon d'agir criminelle de ces actionnaires qui n'arrivent pas à se représenter la société comme un ensemble de personnes collectivement engagées à trouver des arrangements. Il faut empêcher les actionnaires, leurs PDG et chefs du conseil d'administration de nuire tant qu'ils ne seront pas capables d'apprécier à leur juste valeur un monde fait de petites choses imbriquées dans un ordre relatif, dans une logique régionale un peu secrète, difficile à comprendre pour ceux qui en sont extérieurs. Mais cet ordre des choses est globalement efficace et salubre, et ceux qui veulent le mettre en question ne sont que des prétentieux qui ne savent certainement pas comptabiliser le gaspillage de savoir-faire qu'ils risquent de provoquer. S'ils s'intéressent davantage aux bénéfices qu'aux coûts, ils feraient bien de prévoir les coûts à long terme.
Je remercie les grévistes de leur courageuse manifestation d'attachement à leur usine et j'espère qu'ils gagneront dans leur bataille. J'espère que les autorités ne laisseront pas passer ça et qu'elles interviendront en se basant sur l'argument d'une promotion économique équitable, qui permette à toutes les régions du pays d'évoluer, pas seulement les abords des aéroports.

février 07, 2006 12:45 PM  
Blogger Karl said...

Je ne vais pas pouvoir mettre à jour maintenant.

Mais merci à tous, je reviens dès que possible!

février 07, 2006 1:08 PM  
Anonymous David said...

Bien du courage à tous. Nous écoutons les nouvelles avec beaucoup d'attention mais elles ne parviennent pas à retranscrire ce que vous écrivez.
La Vallée vous soutient, vous tous grêvistes.

février 07, 2006 1:10 PM  
Anonymous Anonyme said...

Après avoir vu le grand "gourou"
Mister Hellweg au TJ de ce midi, je suis très en colère.
Comment peut-il déclarer, ses yeux dans la caméra avec son air ridiculement supérieur, que depuis 10 ans, de toute façon rien de bien ne se faisait à Swissmetal ?Comment peut-il prétendre qu'une jalousie maladive régnait entre les sites ? Si tel est le cas, à mon avis, c'est depuis qu'il règne dans le groupe.
Et si on expliquait vraiment comment il a fait pour sauver le groupe ?
Il faut une déclaration dans les médias à la suite d'une telle provocation !
Nous ne pouvons pas accepter de telles bassesses.

A bon entendeur ...

février 07, 2006 2:05 PM  
Anonymous Takou said...

La rivalité entre les deux sites a quasiment toujours existée mais elle s'est amplifiée depuis que certains services comme la compta et les achats on été centralisés à Dornach.

février 07, 2006 2:06 PM  
Anonymous Anonyme said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

février 07, 2006 3:57 PM  
Blogger Karl said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

février 07, 2006 4:40 PM  
Anonymous Anonyme said...

Tu peux aussi ajouter quelques produits de Busch Jaeger ;op

février 07, 2006 4:44 PM  
Anonymous un ancien said...

Excellent !
Ces dernière remarques montrent la petitesse de certaines discussions qui perdurent chez Swissmetal.
- Tu m'as piqué des produits rentables chez nous !
- Et toi nos barres de gros diamètre !
- Et toi des produits sans plomb de BJL !
Ce type d'échange doit faire sourire au moins deux personnes : Hell & Sauer. N'oublions pas ! Leur stratégie, depuis le début, est de diviser pour mieux régner. Un tel comportement ne dessert ni les intérêts de Dornach, ni ceux de La Boillat ! Faisons-nous le poids, désunis, devant la choix de l'Inde ou de la Chine ? N'oublions pas non plus que c'est l'objectif ultime de Hell & Sauer !

février 07, 2006 6:29 PM  
Anonymous Takou said...

Cher ancien que je respecte, permet moi de réagir car tu prônes la synergie tout en critiquant la stratégie.

Hors, si la stratégie de "Hell & Sauer " proposait une presse et une fonderie principale sur le site de Reconvilier et l'arrêt des installations similaires sur le site de Dornach, la situation actuelle ne serait pas explosive, cette deuxième grève n'aurait surement pas eu lieu et tout le monder serait en train d'oeuvrer pour acceuillir les nouvelles installations.

Avec ta remarque, tu remets donc en cause la base même du problème. Etre unis avec Dornach signifierai accepter purement et simplement le transfert (ou la suppression) de nos principales installations.

Un ancien contre la grève ? Bah, il en faut bien quelques uns...

février 07, 2006 8:44 PM  
Blogger Karl said...

Je dois remarquer que la Boillat, comme la fonderie de Dornach, est une petite structure en termes de nombre d'employés. Accorder l'existence de ces deux usines au sein d'un même groupe, avec la volonté de faire exister les deux, n'est de toute façon pas évidente, puisque si l'on devait tout construire aujourd'hui, sans tenir compte de l'histoire, on établirait qu'un seul site.

Il semble clair que M. Hellweg, fort de ce principe, veut faire table rase de l'histoire et tout réunir sur un site. La logique économique ne justifierait, à mon avis, la présence que d'une chose sur les cendres du site de Reconvilier: un centre de finition et de distribution pour les décolleteurs de l'arc jurassien.

Mais produire tout le reste à Dornach, ceci est un programme extrêmement coûteux, et probablement pas réalisable. C'est une stratégie fumeuse, issue de gens peu au fait des contraintes techniques.

Quand au chamailleries entre les différents sites, on remarquera que Busch-Jaeger a ouvert une succursale à Granges, pour concurrencer Swissmetal. Il est donc clair que Busch-Jaeger a tiré certaines connaissances techniques de sa participation à Swissmetal, et n'a pas été uniquement vidé de sa substance.

février 07, 2006 9:30 PM  
Anonymous Cétautomatix said...

Nous sommes en 06 avant J-C… euh après J-c…, non pendant J-c.

Tous (Swissletal) est conquis par les idées du grand gourou germain (Chemin de l’Enfer -> Dr d’Enfer) qui a reçu une mission divine ,par St-Gall !
César de l’empire d’Ally, cet être perfide et vicieux peux compter sur l’appui de ces dissiples du Council d’Alumni où il dirige régulièrement des séminaires, par Business!
En outre sa garde rapprochée,
(Der Furer,
F. Terreacide,
Mad Max,
Homme De Maison,
Coach Lin et
Ras de Bols,...), tous soumis lui sont-ils, est prête à se sacrifier…

Mais toute l’entreprise est acquise ? Non ! Car une petite poignée de salariés (~320), résiste encore et toujours à l’envahisseur. Par Boillat !

Et la vie n’est pas facile pour la garde du Grand César. Car les barbares de la vallée ne sont plus les seuls à ne pas se laisser hypnotiser par les poudres de perlimpinpin distillées par le Dr d’Enfer.
Les peuplades environnantes qui commercent avec ces irréductibles, qui savent mieux que n’importe qui, tailler ces "menhirs" de laiton, les transformant en barres et en fils d’une qualité inégalée, ces tribus donc se sont ralliées aux barbares de la vallée de Tavannes.

César d’Enfer, obligé de livrer bataille, a donc ordonné à ces mercenaires "de la langue de bois" de combattrent pour lui
en« Classe Eco »,
à l’ « Infrarouge »
puis « Mise au Point ».

Mais : « Ils sont fous ces Germains! » Ils se ramassent baffes sur baffes…

Certes César d’Enfer tente encore et encore de leurrer les Helvètes en rabâchant qu’il a ressuscité, lui, tous seul !, le moribond qu’on lui avait si gentiment préparé (en lui plantant un poignard de 60million, "dans l’dos"):
« Quant che suis venu. Swissmetal était en très maufaise situation. Et che l’ai saufée en trouvant 50 millions… et blablabla et blablabla. »

Ras le Bols de ces inepties ! Elles ne trompent plus personne.

Ce grand stratège n’attend plus qu’une seule chose : Retirer un max. de ses actions et quitter le navire avant que les irréductibles ne découvrent ses beaux projets (lire orage mécanique a dit...) !

Cétautomatix

Merci Karl c’est nickel ton blog !
Suite au prochain n°...

février 07, 2006 11:16 PM  
Anonymous Anonyme said...

Là c'est rude et pas seulement rude c'est imbécile et c'est totalement inacceptable (= selon le dico que l'on ne peut pas et que l'on ne doit pas accepter. Licencier M. Wuillemin, c'est plus que bas. Si il vous fallait une raison de plus pour continuer cette grève justifiée la voilà! Courage à tous ! C. Biselli

février 07, 2006 11:38 PM  
Blogger Karl said...

Bonjour,

Un commentaire a été supprimé parce qu'il comportait des menaces de violence physique.

Ce genre de choses n'est pas accepté ici, et j'espère que vous le comprendrez.

La personne dont le commentaire a été supprimé est tout à fait libre de republier son avis, mais de manière correcte.

Merci.

février 08, 2006 1:28 AM  
Anonymous Purple Snake said...

Je ne suis pas là pour vous faire un discour mais simplement pour vous dire que je vous apporte mon soutien inconditionnel et que je serai là samedi.

février 10, 2006 12:15 AM  
Anonymous Anonyme said...

Que dire...
Vous avez le courrage et de la volonté de vous battre,je m'associe moralement et avec fierté à vous tous
merci

février 13, 2006 2:35 PM  
Anonymous Anonyme said...

Non, décidément, le patinage artistique me saoûle ce soir. A chaque minute, je pense à vous qui vivez des moments si cruciaux et si difficiles. Je me demande ce que je peux faire pour vous, à part prier ... Courage courage courage !

février 13, 2006 10:49 PM  
Anonymous Antonio Dominguez said...

Les Maires du district de Delémont, sont avec vous durant cette longue traversée du désert. Notre soutien est inconditionnel, nos espérances sont sans faille pour la sauvegarde des emplois dans notre région.

Bien avec vous tous

Antonio Dominguez, Maire de Develier et Président de l'Association des Maires du district de Delémont

février 14, 2006 8:57 AM  

Links to this post:

Créer un lien

<< Home