dimanche, novembre 16, 2008

"Oui Karl, il serait temps...

... Que tu reprennes du service..."

C'était une remarque, dans un commentaire anonyme, voilà quelques jours. Et il faut bien avouer que l'auteur a raison depuis des mois! Mais, comme il se passait bien peu de choses du côté de Swissmetal, Karl sommeillait.

1955, l'époque où l'on faisait
un livre pour fêter la Boillat
.

Toutefois, les choses s'accélèrent à nouveau et, comme dans une longue maladie, Swissmetal semble prise d'une poussée de fièvre, probablement mortelle. Mais de quelle maladie parle-t-on? De la bêtise. Non, plutôt de la Bêtise avec un grand B. Cette bêtise qui rend la direction de Swissmetal insurpassable dans au moins un domaine. Ce produit invendable, dont Swissmetal est devenu l'un des leader en l'espace de quelques années.

Aujourd'hui, nous fêtons les 4 ans de la première grève de la Boillat. Le 16.11.2004, suite au licenciement du directeur André Willemin, démarrait une grève spontanée. Une étincelle venait de faire exploser un tonneau de poudre.

Aujourd'hui, c'est donc l'anniversaire de la plus belle leçon de courage qu'on puisse rêver!

2004, on publie un livre pour
raconter la grève de la Boillat:
autres temps, autre direction.


A suivre...

22 Comments:

Anonymous oignon rouge said...

C'était bien de voir le blog réagir ces derniers temps, hélas avec de tristes nouvelles.
Ces misérables imbéciles ont perpétré un gâchis irrémédiable, annoncé, prévu, dénoncé par les grévistes.

Merci Karl de revenir ! et de rappeler la commémoration de la première grève, j'avais oublié cette date.

Quel gâchis aussi face à la lâcheté, à la surdité et au déni de tant d'acteurs politiques, qui auraient pu, qui auraient dû intervenir. Ils s'agitent maintenant, n'est-ce pas. Révoltant.

Alors un salut aux grévistes, plein de respect, en imaginant que, même si beaucoup ont tourné la page, la blessure reste vive, le constat amer en effet.

En attente des autres analyses de Karl, car il y a bien à dire.

Mes amitiés à toutes et tous.

novembre 17, 2008 6:05 PM  
Anonymous Anonyme said...

Ce n'est plus toutes les heures, comme à l'époque

ce n'est plus tous les jours,

mais c'est toujours toutes les semaines que je viens surfer sur "une voix pour la boillat"

Entre-temps, Obama a été élu, c'est l'événement de la décennie.

Les choses peuvent changer.

On avait raison, le temps nous le prouve (cf les 2000.-de bénéfice)

Mais que de dommages collatéraux

Amicales pensées à tous et en particulier à Karl qui a su si bien jouer son rôle

novembre 17, 2008 6:27 PM  
Anonymous Anonyme said...

Merci Karl de rappeler cet anniversaire. La première grève fut un succès puisque nous avions obtenus un accord qui nous permettait de voir l’avenir avec confiance. Ce que nous ne savions pas, c’est que Hellweg n’a aucune éthique. Sa signature il l’a complètement reniée. Nous ne savions pas non plus à quel point Hellweg est bête à manger du foin tout comme ses copains du conseil d’administration. Cela nous a mené vers la deuxième grève. Nous n’avons pas sauvé la Boillat mais nous avons bien emmerdé Hellweg et sa bande. Il en est sorti blessé et maintenant il agonise lentement mais sûrement.
Tamino

novembre 17, 2008 6:43 PM  
Anonymous Anonyme said...

Le réveil de l’actionnariat sera difficile.

Lendemains qui déchantent pour les actionnaires de Swissmetal, leur réveil tardif aura l’allure d’une méchante gueule de bois.

Après le personnel de la Boillat, après ses clients, voici le tour des actionnaires de Swissmetal de constater le résultat de l ‘incompétence industrielle de Martin Hellweg. Comme il a été écrit dernièrement dans le journal Le Temps, le constat est amer. Un fleuron industriel détruit et démanteler, vider de son essence, le savoir-faire et la maîtrise de la matière de la fonderie au livrable, un groupe à l’agonie au niveau des liquidités qui, même en vendant ses stocks de matières premières au prix fort, des terrains et des bâtiments, dégage péniblement CHF 2000.- de bénéfice contre CHF 8'200'000.- un an plus tôt, cela laisse songeur.

Martin Hellweg, à qui je n’accorde pas le titre de Monsieur, n’a bientôt plus de ressources et risque de s’enfuir sans demander son reste avant de devoir rendre des comptes. N’a-t’il donc pas compris la théorie de l’avion, qui veut que cet appareil ne rapporte que lorsqu’il est en vol, que la fabrication n’obéit pas aux même règles que le négoce? Qu’on ne déplace pas un atelier comme un bureau, qu’on ne modernise pas un parc machines comme des ordinateurs, qu’on ne remplace pas un ouvrier spécialisé comme une secrétaire?

Les actionnaires qui n’auront bientôt plus que les yeux pour pleurer la perte de leur investissement, ne pourront que s’en vouloir à eux-mêmes, les signaux d’avertissements, spécialement la deuxième grève de 2006, étaient pourtant clairs. Un homme dangereux par sa méconnaissance industrielle était en train de faire plus de dégâts que de bien. L’actionnariat a fait son choix, celui de suivre naïvement Martin Hellweg sur la voie du profit à court terme, faisant fi de tous ceux qui annonçaient la catastrophe avec la même arrogance que leur gourou.

En conclusion, tous le monde y aura laisser des plumes, et Martin Hellweg pourra chanter, si tant est qu’il apprenne le français, « Le parachute doré » d’Alain Souchon.

Kamera Obskura

novembre 18, 2008 4:08 PM  
Anonymous Anonyme said...

PAS D'ARGENT POUR HELLWEG !!!


Le 8 décembre prochain, les citoyens de Reconvilier devront se prononcer pour un crédit concernant notamment l’achat du terrain de l’actuel entrepôt de la Boillat. Avec un autre terrain appartenant à la commune, l’endroit se verrait abriter un nouveau magasin du groupe allemand Lidl.

Le symbole est extrêmement fort. Hellweg et sa clique germanique, après avoir vendu pratiquement tout le patrimoine de la Boillat, vend un des derniers bâtiments encore propriété de Swissmetal. La commune de Reconvilier, honteusement complice, magouille pour implanter ce magasin. Comme si il n’y en avait déjà pas assez des magasins. Et de plus un magasin allemand dont on connaît bien les pratiques négrières avec son personnel.

Les citoyens de Reconvilier ne doivent pas accepter cela. Cet entrepôt peut rester comme il est une année ou deux de plus. Qui sait, après un rachat ou une faillite de Swissmetal, la donne peut changer complètement ?

Mais pourquoi le conseil communal s’est-il pareillement fourvoyé ? Il est vrai qu’il y a quelques semaines, juste avant la mal nommée journée des cadres (journée des incompétents) de Swissmetal, organisée comme par provocation à la Lingotière, le conseil communal au complet est allé bouffer avec le chacal et toute sa clique ! Dès lors on ne s’étonnera plus de rien.

Mais les citoyens ont leur mot à dire et il faut qu’ils le disent haut et fort lors de l’assemblée communale. Et pourquoi pas organiser aussi une petite manif spontanée devant le bâtiment communal ce soir-là ?


Alors j’espère que le 8 décembre, TOUS les citoyens de Reconvilier diront :

NON, PAS D’ARGENT POUR HELLWEG !!!

novembre 29, 2008 6:56 PM  
Anonymous Anonyme said...

L'achat par la commune de Reconvilier à Swissmetal de l'ancien entrepôt de la Boillat, est à l'ordre du jour de l'assemblée communale du 8 décembre.

Que vient faire la commune entre Schleumetall et Lidl? Pourquoi le chacal ne vend-il pas directement à ses compatriotes? Entre Teutons, on devrait s'entendre, non? Est-ce pour que ce soit la commune qui assume le risque au cas (possible) où Lidl renoncerait? Ou bien si une opposition (probable) au permis de construire aboutissait? Et/ou pour que le chacal obtienne plus vite les liquidités dont il est friand?

D'autre part, qu'apporterait Lidl à Reconvilier et à la vallée, à mi-chemin entre la Landi et le centre Coop? C'est pour revitaliser le centre du village, prétend la commune. Consommer, ce serait donc la vie? Et qui connaît Reconvilier admettra que c'est une notion bien extensive du "centre" du village. Pour les automobilistes, enfin, ce sera un encombrement de plus le long de la route cantonale (arrivée et départ des consommateurs et des livreurs). Bref, un "projet" foireux qui ne profiterait qu'à la chacalie.

UN "PROJET" QUI EST UNE INJURE AUX GREVISTES, AUX BOILLAT ET A TOUS CEUX QUI LES ONT SOUTENUS ET LES SOUTIENNENT ENCORE.

UN SINISTRE "PROJET" QU'IL FAUT REJETER!

décembre 02, 2008 2:52 PM  
Anonymous Anonyme said...

En offrant d'acheter l'Entrepôt à Swissmetal, LA COMMUNE A-T-ELLE PRIS EN COMPTE LA POLLUTION DU SOL? VEUT-ELLE FAIRE ASSUMER À SES CONTRIBUABLES LE COÛT DE SA DÉCONTAMINATION?

Sur ce plan comme sur celui des finances et des autres risques, cette manière de faire n'avantage qu'Hellweg et sa clique, d'ailleurs incapables de vendre à des privés leurs bâtiments de Reconvilier (voir les bâtiments administratifs).

IL FAUT REFUSER CETTE TRANSACTION INJUSTIFIÉE ET INJUSTIABLE!

décembre 02, 2008 2:53 PM  
Anonymous Anonyme said...

@anonyme 17.11 6:05PM

Ce n'est qu'un rappel pour enfoncer le clou, je le sais, mais les prétendus misérables 2'000 CHF de "bénéfice" dissimulent en fait une perte de 11 millions, déduction faite des réserves latentes "réalisées" par la vente de matière première et de biens immobiliers. Faire prendre pour un gain la liquidation d'actifs historiquement et légalement sous-évalués dans les comptes, est un procédé itératif chez le chacal et ses acolytes. Tout comme considérer comme innovant (sic) le fait de confier ses bijoux de famille au Mont-de-Piété (autrement dit, de mettre en gage les stocks qui restent).

décembre 02, 2008 3:10 PM  
Anonymous Anonyme said...

Ce que nous avons toujours prétendu et dénoncé, à savoir que le démantèlement de Boillat n'avait pour véritable motif que le sauvetage par le chacal du site allemand de Lüdenscheid, se confirme à travers le communiqué ci-dessous.
---------------------------------------------------
La réussite des négociations avec les représentants du personnel permet à Swissmetal de garantir une implantation à long terme à Lüdenscheid

Dornach, 03 décembre 2008

L’organisation patronale de Westphalie du sud et la direction régionale de IG Metall ont ratifié, le 26 novembre 2008, une convention collective d’entreprise pour le site de Lüdenscheid. Cette convention donne à Swissmetal des perspectives à long terme pour la poursuite de son développement stratégique sur le site de Lüdenscheid. Elle apporte essentiellement la garantie d’un développement compétitif positif sur le site de Lüdenscheid.

Pour la mise en œuvre du développement programmé de la production de pointes de stylos à bille à fortes valeurs ajoutées, les interlocuteurs sont tombés d’accord pour une régulation personnalisée des besoins s’appuyant sur la régulation des comptes-temps des employés, de façon à gagner encore en compétitivité. Ils ont, en outre, réussi à s’entendre sur la mise en œuvre chronologique des futures augmentations de tarifs qui mettra à disposition de toutes les parties un cadre de réalisation approprié. Les parties considèrent que la convention collective courante devrait rester valide au moins jusqu’à la fin de 2010. Swissmetal garantit en contrepartie le maintien du site de production de Lüdenscheid jusqu’au 31.12.2014.

Avec cette troisième convention collective, les partenaires sociaux sont dans le droit fil des conventions précédentes qui ont déjà accompagné de façon très concluante Busch-Jaeger-Metallwerk GmbH, l’entreprise précédente.

-----------------------------------------------------
Relevons que ni le cynisme ni les provocations à répétition du chacal ne sauveront en définitive Schleumetall, que ce soit en Suisse ou en Westphalie. Elle ne lui procureront ni un pfennig ni une pointe de stylo à bille "à fortes valeurs ajoutées" (A noter la prétention totalement infondée de ce pluriel incongru).

décembre 04, 2008 1:36 AM  
Anonymous Anonyme said...

Une autre oeuvre de science-fiction schleumetallique:
-----------------------------------------------------
Des produits Swissmetal de grande qualité (sic) au salon turntec

Dornach, 02 décembre 2008

Le célèbre salon professionnel international turntec aura lieu à Francfort/Main du 03 au 05 décembre 2008. Fabricant et fournisseur leader de produits de grande qualité en cuivre et en alliages de cuivre, Swissmetal répondra volontier à toutes les questions des visiteurs. Ce salon, qui en est à sa septième édition, est considéré comme le lieu de rencontre des spécialistes des pièces tournées, de la technique de tournage et de fraisage.

Swissmetal, qui attache une grande importance à être présent au salon, y présentera toute une série de produits de grande qualité destinés à des utilisations industrielles diverses telles que les fiches jack que l’on retrouve sur quasiment tous les avions et d’autres produits high-tech, de même que les alliages NP6, PS2, B05. Sur place, les interlocuteurs et spécialistes d’Avins, responsables de la commercialisation et de la distribution des produits Swissmetal, ainsi que les directeurs de projets seront là pour informer les visiteurs et toutes les personnes intéressées, sur les secteurs d’activités et les services proposés par Swissmetal.

Swissmetal sera dans le Hall 5.00, stand E65.
----------------------------------------------------
Il est intéressant de noter que c'est à des commerciaux d'Avins que sera confiée la présentation des miracles technologiques de ce "leader de produits de grande qualité en cuivre et en alliages de cuivre" qu'il n'est d'ailleurs même pas capable de couler et de presser correctement.

Le chacal n'a toujours pas compris qu'on ne vend pas des spécialités métallurgiques comme des stylos à bille ou des t-shirts. Un cas vraiment désespéré! Et désespérant de bêtise prétentieuse qui conduit à prendre autrui pour aussi stupide et borné que soi-même...

décembre 04, 2008 1:54 AM  
Blogger Karl said...

Ces communiqués sont justes liés au syndrome de la baisse de l'action: 10 francs semble être une sorte de ligne rouge pour Swissmetal.

On le comprend, puisqu'à ce tarif, la capitalisation boursière de SM se monte approximativement au prix qu'offraient ceux qui voulaient racheter la Boillat pour la seule Boillat!

Merci à tous pour vos commentaires!

décembre 04, 2008 9:53 AM  
Anonymous Anonyme said...

Cette fois ça y est !!!!!!!!!!!!!
L'action est à 9.60Sfr le plus bas de toute l'histoire UMS et Swissmetal en bourse. Et dire que sa valeur est encore surévaluée.

décembre 04, 2008 2:00 PM  
Anonymous Anonyme said...

Aujourd'hui à 15:03, le titre chacalien est même descendu à 9.50 CHF, avant d'être remontée à 9.60.

Au cours de son action à 9.60, la capitalisation de Schleumetall représente à peine 64 millions, c-à-d. comme Karl le relevait, nettement moins que ce qu'offraient des industriels pour la reprise de la seule Boillat! Reprise refusée, bien sûr, par le visionnaire teuton qui a massacré Boillat (et incidemment le groupe) pour tenter de sauver ses compatriotes de l'ex-BJL. Pour mémoire, le chacal prétendait que conserver Boillat était dans l'intérêt de celle-ci!!!La vérité saute aux yeux: c'eût été une concurrence insurmontable (donc la mort à brève échéance)pour le site minable, médiocre et désuet (hormis la presse financée par Boillat) de Lüdenscheid.

décembre 05, 2008 4:22 PM  
Anonymous Anonyme said...

Les seuls produits et compétences dont se vante encore Swissmetal sont les anciens produits et savoir-faire pillés à la Boillat: la pointe de Stylo et les alliages pour la connectique. C'est fantastique, les derniers communiqués de presse de Swissmetal, sont de ce fait l'aveu de l'incompétence absolue de la direction et évidemment de la stratégie suivie. L'action de Swissmetal est environ de 10CHF surévaluée encore. L'odeur de sapin est de plus en plus forte (enfin).

décembre 06, 2008 12:20 AM  
Anonymous Anonyme said...

Revenons sur la proposition d'achat d'un bâtiment Boillat par la commune de Reconvilier.

Conformément à l'ordonnance sur les sites contaminés (OSites), le terrain où se situe le bâtiment est considérés comme pollués. A ce titre, des étude scientifiques ont montré des concentrations importantes de métaux lourds (notamment) dans les sols situés sur le terrain en question et à proximité de ce celui-ci (la référence est disponible sur demande). Pour le citoyen lambda, cultiver des légumes dans les alentours est donc fortement déconseillé par les spécialistes, puisqu'ils peuvent des problèmes graves à la santé humaines.
En conséquence de quoi des risques environnementaux existent bel et bien. Nous pouvons démontrer la corrélation reliant ces risques à la contamination des sols, générée par les activités industrielles de la Boillat

----------------------------------------

Dans son article 2 l'OSites définit clairement ce qu'est un site pollué.

Art. 2 Définitions
1 On entend par sites pollués les emplacements d’une étendue limitée pollués par des déchets. Ces sites comprennent:
b. les aires d’exploitations: sites pollués par des installations ou des exploitations
désaffectées ou encore exploitées dans lesquelles ont été utilisées des substances dangereuses pour l’environnement.

------------------------------------------

Le questionnement que nous devons-nous poser est donc le suivant. Est-ce que le site en question nécessite un assainissement? Dans l'affirmative, qui est tenu d'en assumer les charges?

Premièrement, concernant l'assainissement, L'OSites nous apprend la chose suivante:

Art. 2
2 Les sites pollués nécessitent un assainissement s’ils engendrent des atteintes nuisibles ou incommodantes ou s’il existe un danger concret que de telles atteintes apparaissent.

D'autre part, l'implantation de Lidl dans ce bâtiment, nécessiterait vraisemblablement, de la part de cette société, des transformations de constructions et d'installations, conformément à l'art. 3 OSites.

Art. 3
Les sites pollués ne peuvent être modifiés par la création ou la transformation de
constructions et d’installations que:
a. s’ils ne nécessitent pas d’assainissement et si le projet n’engendre pas de
besoin d’assainissement, ou
b. si le projet n’entrave pas de manière considérable l’assainissement ultérieur
des sites ou si ces derniers, dans la mesure où il sont modifiés par le projet, sont assainis en même temps.

Enfin, pour répondre à la deuxième partie du questionnement, l'art. 20 OSites définit clairement qui serait en charges d'un éventuel assinissement, dans la mesure où il y en aurait bien un.

Art. 20
1 Les mesures d’investigation, de surveillance et d’assainissement doivent être exécutées
par le détenteur du site pollué.

En d'autres termes, la commune de Reconvilier, par exentension ses contribuables, sont entièrement responsables des coûts financiers que nécéssitent les mesures sur ce terrain.

décembre 08, 2008 6:18 PM  
Anonymous Anonyme said...

Deux constats sur l'état du titre schleumetallique:

- à 9.20 CHF, non seulement il est au plus bas depuis le "refinancement" dont s'enorgueillit le chacal (alors qu'il en a délégué la réalisation technique à une banque), il n'est plus qu'à 20 cts au-dessus de sa valeur nominale
- depuis le 1.1.2008, si le SMI a perdu 31%, le titre chacalien a perdu plus du double (65%). C'est presqu'aussi bien que l'UBS (68%).

Il n'en reste pas moins vrai que ce n'est pas ce qui conduira Schleumetall au tombeau. Le chacal et sa clique teutonne, leur incompétence pathologique, le massacre de Boillat, ce radeau de la Méduse qu'est l'ex-BJL, les vendeurs de pizza d'Avins, s'en chargeront ensemble bien plus efficacement.

décembre 10, 2008 9:35 PM  
Anonymous Anonyme said...

Il faut relever une erreur dans certaines commentaires. La commune n'a pas voté un crédit pour acheter le bâtiment de l'Entrepôt. Ce bâtiment sera vendu directement par le chacal à Lidll.
Les 2 crédits votés concernent d'une part l'aménagement de la route et du carrefour de Dos-la-Velle et d'autre part le réaméagement du ruisseau sité derrière le bâtiment.
Donc, la commune n'a rien à voir avec le terrain pollué.
Ce qu'il fallait clarifier.

décembre 13, 2008 9:27 AM  
Anonymous Anonyme said...

Le dénommé Groening, teuton transfuge de Lüdenscheid et successeur de Bols en tant que directeur industriel des usines suisses, chef du commando qui avait sévi chez Boillat en 2007, a été viré aujourd'hui! Sa dernière "mission" était la mise en exploitation de la nouvelle presse "universelle" appelée M5P (pour mouton à cinq pattes), le bébé chéri de Bols et Tardent. Avec le succès que l'on sait. Mais comme chez Schleumetall l'échec n'est pas un motif de licenciement (le chacal en est un exemple patent), on s'interroge sur les motifs de ce renvoi.

décembre 17, 2008 3:01 PM  
Anonymous Anonyme said...

Voici in extenso un des deux derniers communiqués de la propagande chacalienne.
---------------------------------------------------------

La présence de Swissmetal au salon turntec se conclut sur des perspectives prometteuses

Dornach, 12 décembre 2008

Le bilan du salon turntec est positif pour Swissmetal. Le salon a donné lieu à de nombreux et intéressants entretiens avec les spécialistes présents des technologies du tournage et du fraisage du monde entier. Comme le résume Christian Koch, chef de produits chez Swissmetal « malgré une situation économique difficile, qui laisse également des traces dans l’industrie, le salon turntec nous a permis d’entretenir nos bonnes relations et de nouer de nouveaux contacts ». Le stand de Swissmetal fut ainsi le lieu de nombreux entretiens avec des fabricants européens de composants de tournage et d’alésage, chefs de file dans leurs domaines, sur les technologies novatrices et les normes environnementales. Nous avons pu, en particulier, discuter d’une intensification de la collaboration dans le domaine des matériaux avec des fabricants de composants destinés à l'aéronautique.

Swissmetal fabrique des matériaux susceptibles de remplacer les alliages de béryllium utilisés jusqu’à ce jour de façon standard, ce qui est particulièrement important pour certains secteurs, en particulier pour l’industrie aéronautique. Des membres expérimentés du personnel de Swissmetal ont pu, sur place, informer leurs visiteurs, experts en la matière, des applications possibles de tels matériaux. Les discussions avec des spécialistes permirent d’approfondir d’utiles ouvertures vers des développements technologiques prometteurs.
-------------------------------------------------------

Que voilà un bel exemple du "parler pour ne rien dire". Ils tenaient un stand sur une foire professionnelle, appuyés par "Des membres expérimentés du personnel de Swissmetal" (fait tellement exceptionnel qu'il méritait d'être relevé?) ils ont rencontré
des gens qui ne se sont engagés à rien (s'ils avaient conclu un seul contrat ou obtenu une seule commande, ça se saurait!), ils ont discuté et eu des entretiens sur leur stand (qu'y offraient-ils à boire?). C'est ce qu'ils appellent "un bilan positif".

Quant aux "matériaux susceptibles de remplacer les alliages de béryllium" que SM prétend fabriquer, c'est une fois de plus une recherche et un développement de Boillat datant déjà d'une quinzaine d'années.

Un bilan aussi "positif" ne semble pourtant pas intéresser les actionnaires: l'action est descendue à 8.85 (0.15 en dessous de sa valeur nominale).

décembre 17, 2008 3:28 PM  
Anonymous Anonyme said...

Ahhhhh c'est quand même beau la descente en enfer!!

L'attente était longue, mais quel

PLAISIR!!

Joyeux NOEL à tous!!!

décembre 19, 2008 1:42 PM  
Anonymous Anonyme said...

A propos de ce qui reste de Boillat:

- production visée à 28 to/jour, retours de commandes non déduits
- 11 intérimaires sur 16 ont été licenciés
- le personnel est "invité" à prendre ses heures sup accumulées. Certains sont en "vacances" jusqu'à fin février. Deux signes révélateurs de l'état du carnet de commandes.
- les ébauches de cuivres (alliages C..), véritables spécialités, viennent de Stettin (Pologne) pour être terminées à Reconvilier. Sans surprise,
les rebuts atteignent les 100%. Rappelons qu'Hellweg a voulu fermer un des sites de Reconvilier sous prétexte que déplacer de la matière de la rue du Moulin à la Grand-Rue, ce n'était pas rationnel!
- pour faire des tonnes, on livre en Chine (ou du moins on essaie...) des ébauches recuites
- il semblerait même qu'on fabrique du 62A pour le peser... avant de le mettre "à la benne"
- le filtre du décapage ne filtre plus rien si bien que l'entourage a la chevelure verte
- peu avant d'être éjecté par le chacal, Groening a rappelé aux débiles de Boillat que "c'est grâce à lui qu'ils avaient appris à travailler" (sic). Pour lui, produire des tonnes de m... à la mode Lüdenscheid, c'est travailler et être performant!

Notons encore que Lüdenscheid aurait déjà cessé de produire il y a deux semaines et Dornach il y a une semaine.

décembre 19, 2008 7:44 PM  
Anonymous Anonyme said...

Schleumetall a pondu un communiqué bien trop long pour être intégralement reproduit ici. Qui a du temps à perdre peut le lire sur son site. Comme d'habitude, quelques perles méritent toutefois d'être relevées.

"L‘entreprise attend [...] un résultat en équilibre pour 2008". Ils s'abstiennent une fois de plus de préciser que c'est grâce à 11 millions de gains sur des ventes de stocks et d'immeubles.

"En temps normal, Swissmetal, du fait du caractère cyclique des affaires, ne fait pas de prévisions à court terme mais se concentre sur la communication de ses objectifs à moyen et à long terme". "Prévisions à court terme" implique "budget". Le chacal et ses acolytes teutons sont donc incapables d'établir un budget mais ils ont la prétention de faire des prévisions à plusieurs années.
Le "caractère cyclique des affaires" (que Schleumetall est évidemment seule à subir) n'a bien sûr de conséquences qu'à court terme! A long terme, tout s'arrange et devient certain. C'est la magie du management chacalien. Notons encore qu'afficher des objectifs est plus facile que prévoir. "Demain, on rase gratis", "après la pluie le beau temps", "on vous promet amour et richesse", "le pire n'est pas certain" sont des refrains que même le chacal connaît.

"Swissmetal est leader du marché des fils d’ACIER (sic) et des ébauches pour l’industrie des stylos à bille". Les chacaliens croient-ils que l'acier est un alliage cuivreux ou espèrent-ils se faire racheter par Arcelor Mittal? On continue dans les contradictions. D'une part, "Le maillechort proposé par Swissmetal [...] présente des avantages nets par comparaison avec des pointes de stylos à bille en acier". Ils ne disent bien sûr rien de ces "avantages nets". D'autre part, on "constate néanmoins dans le secteur des fils d’acier [...] l’apparition d’une concurrence croissante". Si l'acier (dont SM se dit leader!) est désavantageux, pourquoi est-il devenu un concurrent, sinon en raison de la triste qualité fournie cahotiquement par l'ex-BJL et du non respect rédhibitoire des délais?

"Dès que l’économie mondiale se stabilisera à nouveau, Swissmetal pourra parvenir à un bénéfice solide (sic), car le programme de remaniement industriel et les mesures de restructuration importantes entreprises sont pour la plupart achevées." Rappelons que le susdit "programme" repose sur trois jambes (boiteuses):

- Le massacre de Boillat, seul point fort du groupe, auparavant axée sur l'innovation et les spécialités
- Le sauvetage de Lüdenscheid, usine sortant de faillite, renommée pour sa désuétude et la médiocrité de ses produits
- Le M5P, presse à extrusion dite "universelle" totalement inadaptée et d'ailleurs pas encore opérationnelle deux ans après son installation et une année après son "inauguration" en grande pompe.

Et c'est là-dessus que ces abrutis comptent pour " réaliser un profit solide" en 2010 et un rendement du capital de 9%, grâce à l'activité industrielle seule, puisque les possibilités de gains sur réserves latentes se tarissent! Ce qui a déjà été "réalisé" ne peut évidemment plus l'être.

décembre 22, 2008 7:29 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home