mercredi, avril 04, 2007

Opération pièces détachées

La liste des cinémas dans lesquels le film La Boillat vivra! sera présenté a été mise à jour. Karl a aussi mis un petit résumé de l'article du Temps sur le film, ainsi qu'une référence à l'interview de la RSR, indiqués en rouge. Désolé de ne pouvoir offrir de mises à jour plus complètes!

Démantèlement


Depuis quelques temps, Swissmetal met en oeuvre sa légendaire "stratégie". Malgré les promesses de maintenir 150 à 200 "bon emplois", comme disait Friedrich Sauerländer (il y aurait donc de "mauvais emplois", même s'il ne s'inclut étonnamment pas dans ce lot), on se dirige bel et bien vers le lapsus de Sam Furrer, à savoir 60 travailleurs à la Boillat. Comme on sait, petit à petit, des Boillat sont déplacés de l'usine 1 vers l'usine 2. Ce transfert devrait s'achever, à terme, avec la fermeture de l'usine 1. Un autre transfert a eu lieu récemment, celui des machines Mikron, destinées à la production de lopins (fil coupé pour la fabrication de pointes de stylos). Les Mikron oui, celles-là même qui, du point de vue de la valeur ajoutée qu'elles permettaient, de leur conception particulière et de la clientèle servie, étaient essentielles. Les voilà déplacées vers Lüdenscheid. Les Boillat chargés du démontage ont d'ailleurs courageusement refusé ce dégoûtant travail: des externes s'en sont donc chargés. De plus, des transferts de machines de l'usine 1 vers l'usine 2 sont aussi prévus.

A la Boillat, la production semble se reporter lentement sur les alliages à haute teneur en cuivre, lesquels sont coulés à Dornach. Ainsi, le centre de finishing se profile à l'horizon... Mais en attendant, entre les machines qui fonctionnent mal (comme la presse Loewy ou le four à passage Elti, nécessaire aux nouveaux alliages) et des essais qui pour le moment n'aboutissent pas, la productivité de la Boillat n'est de loin plus ce qu'elle fut. En fait, bien des choses fonctionnent plutôt au système D. A quoi il faut ajouter la souffrance quotidienne que travailler dans ces lieux doit représenter pour nombre de Boillat, qui sont devenus, par la tragédie des choses, des captifs de Swissmetal.

Il y a quelques mois, les clients insatisfaits de la qualité Swissmetal réclamaient de la qualité Boillat. Et la Boillat fournissait la commande que Busch-Jaeger n'arrivait pas à produire correctement. Maintenant, Swissmetal pourra expliquer que cette production n'est plus possible à la Boillat suite à une réorganisation (justifiée, comme il se doit, par la grève). Volker Suchordt a donc réussi une partie de son pari de psychopathe: supprimer la qualité Boillat pour que le premier vient ensuite (mais loin derrière), son usine de Lüdenscheid, devienne leader. Cependant, la seconde partie du pari -rendre Busch-Jaeger rentable de cette manière- ne semble pas en voie d'être gagnée.

Malgré le fait qu'Henri Bols ait expliqué très clairement, devant toute l'usine, que Philippe Oudot, dans le Journal du Jura, mentait quand il écrivait que des licenciements auraient lieu... Des licenciements ont eu lieu. 2 personnes de la maintenance ont dû faire leurs bagages, tandis que 2 autres seront déplacées sur des machines. Les 2 licenciés avaient signé, faute de choix, un des nouveaux contrats de Swissmetal, non conformes à la CCT, ce qui leur vaut une période de dédite minimale. La maintenance comporte trop de monde, parce qu'à Lüdenscheid, elle est plus réduite, explique Volklore. Subtile raisonnement qui consiste à ne pas voir que la maintenance recouvre des qualification différentes à la Boillat, et à ne pas constater l'état général déplorable de l'usine Busch-Jaeger.

Bref, le démantèlement de la Boillat est en cours, c'est un fait. La stratéchie n'a pas changé, et Jürg Müller, l'expert de la médiation, ainsi que Rolf bloch, peuvent apprécier l'efficacité de leur travail. Décidément, on n'arrête pas un buffle à coups de mots, fussent-ils assassins ou simplement intelligents. Malgré cela, la chose qui manque à Swissmetal pour parachever ce chef-d'oeuvre d'imbécilité, c'est le silence. Tant que la contestation existera, Martin Hellweg aura bien de la peine à justifier la catastrophe qu'il prépare. La porte de sortie du Maîîître consisterait certainement à revendre Swissmetal et à engranger un petit bonus pour son génie. Pourtant, on ne peut certainement pas dire que les acheteurs se poussent au portillon.

A priori, malgré la conjoncture exceptionnelle, les affaires vont donc plutôt mal chez Swissmetal. Si le groupe brandit toujours de bonnes nouvelles par pelletées de 12, la réalité semble moins joyeuse. La nouvelle presse, qui a fait l'objet d'une communication soutenue dans le Torchinou, n'est pas prête de fonctionner (mais qui donc seront les maître d'oeuvre de la mise en route? Jepeto?). Toujours dans ce Torchinou, le salon Paperworld de Francfort, qui coûtait prétendument trop cher pour que la Boillat aille y présenter ses instruments d'écriture, et qui, soi-disant, ne servait à rien, est maintenant porté aux pinacle de l'"incontournabilité" par un plumitif de Busch-Jaeger. La reconduction de la certification ISO a aussi fait l'objet d'un communiqué. Pourtant, lors de ce qui semble être des audits assez convenus (c'est tout de même l'audité qui paie l'auditeur), les choses ne se sont pas parfaitement passées. Les principaux problèmes avaient trait à des questions environnementales, chose normale quand on connaît le responsable en charge (le taupier, pour les intimes). L'autre catégorie de problème à résoudre se situait au niveau... du management. Il a donc fallu attendre un certain temps pour que ces questions soient réglées avant de recevoir la certification. Bref, le record de la bouffonerie -le fameux escalier en bronze- n'est pas encore battu.

Vu la quantité de temps et sans doute d'argent (alors qu'à la Boillat on doit économiser sur les rognures de gommes), que la direction de Swissmetal dépense en Chine, il y a fort à parier qu'une annonce fumeuse ira prochainement dans ce sens. Fumeuse, parce que le dernier contrat mirifique de Swissmetal avec les chemins de fer chinois semble n'avoir jamais rien donné. Mais bon, tant que Martinou se trouve une excuse pour dormir au Hilton et vivre comme un baron, il ne faut pas être trop regardant.


Mais alors, la grève?

Quand on regarde cette triste situation, il y a de quoi se demander si lutter autant a servi à quelque chose. La réponse est malgré tout "oui". La grève a retardé le démantèlement d'une année environ. C'est toujours ça de pris, pour ceux qui auront eu leur salaire pendant ce temps. Et surtout, la grève a permis la construction d'un rapport de force entre la direction de Swissmetal et ses employés. D'habitude, Swissmetal a toujours utilisé les négociations, quelles qu'elles soient, uniquement pour gagner du temps et noyer le poisson. Pour ce qui est d'un plan social, Swissmetal s'est toujours cru au-dessus des autres entreprises. L'exception qui confirme la règle, en quelque sorte. Pourtant, si les dirigeants de Swissmetal ont en effet quelque chose d'exceptionnel (mais ça ne leur ferait pas plaisir qu'on leur dise en quoi), il semble que la notion de "plan social" ne leur soit plus totalement étrangère. Ainsi, les négociations qui ont lieu entre Swissmetal est les représentants du personnel de Reconvilier et de Dornach semblent être destinées à déboucher sur quelque chose. Karl aurait presque envie de crier au miracle: quelle mouche a donc piqué Martinou? Bien sûr, l'accord n'est pas encore signé. Mais, chez Swissmetal, on semble tout de même vouloir poursuivre la discussion. Il faut dire que le site qui sera le plus frappé par les prochains licenciements pourrait bien être celui de Dornach. Or, jusque là, à Dornach, on se sentait un peu plus protégé que ces énervés de la Vallée de Tavannes. Si ce sentiment disparaît, il vaut mieux pour Swissmetal éviter de générer trop d'insatisfaction à Dornach.

Il y a aussi l'image que veut donner Swissmetal. Karl voit déjà le communiqué: "Swissmetal licencie, mais en entreprise responsable, fournit un plan social de premier choix, et du caviar à la louche". Suivrait un couplet de Sam Furrer sur "l'orientation client" de Swissmetal, où les licenciés sont aussi considérés comme des clients. Il mettrait une petite image de hyène pour symboliser... euh... passons.

Tout est que s'il y a rapport de force, on peut penser que Swissmetal n'a plus la même marge de manoeuvre que par le passé. Il faut aussi dire qu'Unia, où une réelle réflexion sur cette grève semble avoir lieu (du moins, c'est ce que laissait penser le débat tenu à Espace noir), semble faire du travail efficace. La situation est certes plus habituelle pour le syndicat que la grève, et il ne lâche pas le morceau.


Une séance

Jeudi 12 avril s'est tenue une séance qui réunissait une partie des acteurs du conflit Boillat (commissions du personnel, Femmes en colère, uZine 3, ainsi que d'autres). Cette séance fondatrice poursuivait l'objectif -atteint- de créer une coordination entre les différents acteurs, pour que l'information circule au mieux et pour planifier des actions communes de soutien aux Boillat. La Coordination "solidarité Boillat" est donc née. Un communiqué suivra prochainement et fournira plus de détails.


Un film

Le film de Daniel Künzi sur la Boillat est prêt à être diffusé! Il se nomme La Boillat vivra! Et retrace l'histoire de ce conflit, en donnant la parole à nombre de ses acteurs. Le film permet de revisiter cette lutte et de se souvenir de ces moments, bien souvent émouvants. Tant de choses, avec le temps qui passe, disparaissent peu à peu de la mémoire... Et Daniel Künzi a tenté d'en sauver quelques unes de l'oubli. Ceux qui l'ont côtoyé le savent: le réalisateur a passé énormément de temps à la Boillat, a accumulé des centaines d'heures de matériel et surtout, a essayé d'entrer dans la mentalité du Jura bernois.

Le résultat est là: un documentaire poignant, pas facile à regarder, tant son histoire est douloureuse, mais plein de cette ambiance de fraternité qui anima la grève.

Le Temps (lien payant) du premier mai a publié une critique de ce film, positive dans l'ensemble. Détail piquant, Spiderman 3, superproduction au budget record, sortait le même jour, ce que le journaliste n'a pas manqué de relever: "D'un côté, 150 copies [dont de quoi remplir le quart des écrans de Suisse romande, dixit un autre article] pour l'homme-araignée, de l'autre quelques DVD qui circulent entre Genève et le Jura. On n'ira pas jusqu'à dire que l'intérêt est invérsement proportionnel à ce rapport de forces, mais on n'est pas loin de le penser". Certes, pas loin du tout!

De plus, Daniel Künzi a été interviewé par la RSR, au journal de 12H30 du premier mai. Toujours à la recherche d'un bon mot, il n'a pas manqué de signaler que la direction d'Unia avait vu sa caméra "d'un très mauvais oeil".


La première aura lieu le mardi premier mai (quelle autre date sinon celle-là?) au cinéma CAC Voltaire de Genève, à 19H, en présence du réalisateur et de travailleurs de la Boillat, et au Cinoche de Moutier, à 20H, aussi en présence de travailleurs de la Boillat.

Le mercredi 2 mai à 20H, ce sera au tour d'Espace Noir, dont l'engagement pour la Boillat est décidément louable, d'accueillir ce film et des Boillat à Saint-Imier. Toujours le 2 mai, au Royal, à Tavannes. Dès cette date, le film sera aussi projeté au cinéma Apollo de Neuchâtel.

Le Jeudi 3 mai, le Cinéma Lux des Breuleux accueillera le film à 20H, ainsi que des Boillat. Dès cette date, il sera aussi visible au cinéma Lido de Bienne.

Les mardi 8 et jeudi 8 mai, ce sera au tour du Cinématographe de Tramelan. Le 8 mai, le film passera aussi à Lausanne, au Bourg, à 20H, et sera suivi d'un débat organisé par SolidaritéS en présence du réalisteur et de Boillat.

Les samedi 12 et dimanche 13 mai, le film passera Cinéma ABC - La Chaux-de-Fonds, et Daniel Künzi ne manquera pas l'occasion de faire un saut dans sa ville. De même, des Boillat seront présents.

Dès le mercredi 16 mai, le Zinéma de Lausanne projettera le film.

Le film devrait aussi passer, en mai, à Bâle et à Zürich, ainsi que, à une date indéterminée, à la Grange, Delémont. D'autres salles viendront, normalement, allonger cette liste.


Pétitions

La pétition lancée par la CGAS nous a réservé, fin mars, une agréable surprise. Après avoir été rejetée dans les cantons de Berne (qui l'a transmise à son parlement, assortie d'un prévis négatif de l'Exécutif) et de Vaud (la Commission des pétition a proposé le classement, et sera probablement suivie), le parlement genevois s'est décidé à ne pas la classer et à la renvoyer à son exécutif. Les raisons de ce choix restent assez impénétrables. Il semblerait que, d'une part, les députés ont voulu par leur geste reconnaître la lutte des Boillat et que, d'autre part, ils aient voulu faire décider leur exécutif à leur place. En tout cas, les différentes cultures politiques entre ces 3 cantons sont visibles!

La réponse du canton de Berne
fut mesurée (tout comme la seconde réponse), mais assez langue de bois (tout à fait digne d'un gouvernement de gauche qui veut conserver son électorat tout en évitant de prendre l'initiative en ces temps de bonne conjoncture). Dans le canton de Vaud, la Commission des pétitions (du moins certains membres) n'y est pas allée, par contre, avec des pincettes, en ressortant, au pire, le vieil argument de la séparation de l'économie et de l'Etat. Argument fallacieux: un Etat subventionne parfois des entreprises au moyen, par exemple, d'exemptions d'impôts, pose des limites aux droits de l'économie privée, comme des normes environnementales, etc. C'est d'ailleurs un constat similaire qui est établi par certains dans le rapport de la Commission des pétitions du canton de Genève. En fait, l'économie privée est intimement liée à l'Etat, et ce de plus en plus: la fragilité intrinsèque d'une économie mondialisée génère un besoin de stabilité, garantie par des Etats forts. Et la stabilité ne passe pas que par la sécurité, mais aussi par une certaine paix sociale, donc par un certain bien-être de la majorité. Enfin, la disctinction entre Etat et économie privée devient de plus en plus floue (par exemple, la Poste est une entreprise semi-publique qui assure un service publique et réalise des affaires privées).

Ainsi, si aucun des 3 cantons n'a accepté le principe de la péremption pour diverses raisons (protection de la propriété privée, base légale inexistante, etc.), certains ont néanmoins pris la peine d'élargir le débat à la question des gardes fou. Le droit à la propriété n'est pas un droit absolu, contrairement à ce que certains ont veulent faire penser. On peut toujours essayer d'implanter une décharge de déchêts toxiques dans un jardin, pour vérifier. La question qui se pose est, justement, de savoir si certaines destructions liées à ce qu'autorise la propriété privée ne sont pas excessives. Dans le cas de la Boillat, il paraît en effet délirant de continuer Martinou à massacrer Swissmetal, ceci au nom de sa stupidité, alors même qu'un expert neutre mandaté indirectement par l'Etat l'a constaté.

Pour d'autre information sur la pétition, il est aussi possible d'aller visiter ce site web. Sur le même site, à ce lien et en image, on a d'ailleurs commémoré l'anniversaire de la vente aux enchères de tableaux en faveur du fonds de grève.


Meuh!

Karl passe bien du temps à parler de Martinou et à le comparer à un buffle. Mais comme on sait, une histoire de taureaux, à Loveresse, a défrayé la chronique il y a quelque semaines. Il faut dire, comme le relève l'auteur de ce courrier des lecteurs (Karl a oublié le nom du journal, si quelqu'un peut le lui rappeler), que le taureau en question n'était pas n'importe qui!


Interneteries

Patrick Rérat, chercheur en géographie à Neuchâtel, a publié un article intitulé "Une grève sur la toile". Cet article explique comment la grève des Boillat a été partiellement portée sur Internet, notamment au traver de ce blog et de la pétition Internet lancée par Pierre-Yves Niederhauser. P. Rérat estime qu'on peut voir au travers de ce phénomène l'émergence d'un "pronetariat" (c'est-à-dire "une nouvelle classe d’usagers des réseaux numériques capables de produire, diffuser, vendre des contenus numériques non propriétaires"). Par une carte qu'il présente, P. Rérat fournit aussi une analyse de la répartition géographique de signataires de la pétition Internet, analyse qui met, entre autres, en évidence les frontières linguistiques.

Karl, de son côté, a participé anonymement (et a survécu au ridicule de son déguisement) à un débat concernant l'anonymat dans les blogs.

160 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Merci Karl pour ton édito. Vu de l'extérieur la situation de Boillat est si catastrophique et si incompréhensible que cela dépasse ce que je peux imaginer. C'est difficile d'avoir encore de l'espoir à part celui de voir enfin ce groupe faire faillite grâce à l'incompétence absolue de ses dirigeants. Un hypothétique redémarrage sous une forme ou une autre après le crash est le mieux que l'on puisse imaginer.

Il est trop comique de voir les noms des trois prochaines foires auxquelles participera SM: Battery China 2007
June 27, 2007
International Paris Air Show (F)
June 18, 2007
OTC 2007 Houston/Texas (USA)
April 30, 2007
Je décode pour les investisseurs: 1) Battery: c'est pour aller faire la promotion du produit de plus faible valeur ajoutée et probablement toujours un des moins rentable du groupe la vente de fil en laiton sans Pb de Bush&Jaeger destiné au pile et batteries.
2) et 3) C'est la promotion du rêve de Jepeto: des CuNiSn "Osprey" pour la recherche pétrolière et l'aviation. Notons tout de même que SM est incapable de produire ces alliages industriellement et que les coûts de production Osprey sont simplement prohibitifs comparés aux autres technologies utilisées depuis de nombreuses années pour couler ces alliages révolutionaires selon SM. Question à poser à la direction: combien de tonnes de CN8 avez-vous vendues ces 12 derniers mois?

avril 16, 2007 10:01 PM  
Anonymous oignon rouge said...

@ Karl

Merci pour cet édito très complet, la synthèse du démantèlement est extrêmement intéressante et utile (hélas) après plusieurs semaines d'infos diverses et éparpillées - ce qui n'est pas une critique envers qui que ce soit, au contraire ! mais là on a une vue d'ensemble qui était devenue nécessaire. Et cela fait mal.

Merci également pour les informations précises concernant le film, il semble très important d'aller le voir.

Concernant les pétitions, merci pour l'analyse très pertinente des résultats actuels ! Le Grand Conseil de Vaud n'a pas encore statué, notre comité pourrai encore peut-être agir, mais avec, comme le dit Claire-Marie sur son blog, une "espérance sans illusions".

Et puis, nous attendons des nouvelles du nouveau groupe de coordination.

Amiités et courage à tout le monde.

avril 16, 2007 11:06 PM  
Anonymous Anonyme said...

Grève à la Boillat: Swissmem et Swissmetal ont défini une stratégie

ATS - 18 avril 2007 | 21H17

L'association patronale Swissmem et le groupe Swissmetal ont défini leur manière de procéder devant les tribunaux à la suite de la grève de l'usine métallurgique de Reconvilier (BE). Ils veulent une convention arbitrale avec le syndicat Unia.

L'association patronale Swissmem et le groupe Swissmetal ont défini leur manière de procéder devant les tribunaux à la suite de la grève de l'usine métallurgique de Reconvilier (BE). Ils veulent une convention arbitrale avec le syndicat Unia.Swissmem et Swissmetal ont indiqué dans un communiqué vouloir "la garantie que sera respectée à l'avenir le convention collective de travail (CCT) de l'industrie MEM (machines, équipements électriques et métaux), et plus particulièrement la paix absolue du travail".La procédure de règlement du conflit devant un tribunal arbitral "devra se prononcer sur l'illégalité de la grève, de même que sur des demandes en dommages-intérêts et sur d'éventuelles prétentions à des prestations d'un plan social".

Swissmem introduira en outre contre Unia sa propre plainte, visant à faire constater que le syndicat "doit corriger son interprétation de la CCT au sujet de l'obligation de paix absolue du travail et (...) de l'obligation d'intervention auprès de ses membres."

Le groupe Swissmetal se réserve pour sa part le droit de faire valoir en parallèle et devant un tribunal civil ses droits à des dommages-intérêts vis-à-vis d'Unia, dans la mesure où ceux-ci n'auront pas déjà été pris en considération dans la procédure arbitrale.

avril 18, 2007 10:24 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

@Anonyme - 22h24:

Merci pour votre article. Le communiqué complet de Swissmem peut être consulté à cette adresse.

avril 18, 2007 11:40 PM  
Blogger Rigueur said...

Merci Karl pout ton édito!

avril 20, 2007 1:57 PM  
Anonymous SanA said...

Communiqué de la oordination Solidarité Boillat (CSB)diffusé aujourd'hui:

Communiqué de presse

SILENCE, ON TUE!

Les acteurs qui soutiennent Boillat unissent leurs forces.
Réunis le 12 avril 2007, ils ont constitué le groupe de coordination "Solidarité Boillat".
Il ne s'agit pas d'un mouvement de plus mais d'un front de vigilance, de résistance et d'action contre le pillage en cours de Boillat par Swissmetal et contre la mise à mort programmée du site de Reconvilier.

L'effondrement de la qualité et de la productivité, provoqué intentionnellement et par incompétence, sert d'argument aux Allemands Martin Hellweg, CEO de Swissmetal, et Volker Suchordt, qui a pris en main les décisions opérationnelles, pour accélérer le pillage de Reconvilier au profit de Lüdenscheid et au mépris des clients. L'objectif final, dénoncé depuis deux ans, est la fermeture de l'usine I et la transformation de l'usine II en un fantomatique atelier de "finishing", une absurdité industrielle et sémantique, censée ne plus occuper que 60 personnes dont la tâche effective ne sera pas de produire et de livrer, mais d'épargner à Swissmetal le coût d'une décontamination des sols.

Le temps passe et le public ignore que, durant cette longue glaciation industrielle et sociale, la politique de sape et de démolition de la direction continue de plus belle. Un mobbing sans précédent engendre des troubles importants chez beaucoup d'ouvriers qui doivent de plus en plus recourir à un soutien médicamenteux pour survivre dans une usine à la dérive où le droit au respect de l’être humain est systématiquement bafoué. Les troubles du sommeil, le stress et des dépressions sous une forme de plus en plus grave sont le lot d’un nombre grandissant de Boillat. Pour cette raison et parce que la direction de Swissmetal masque la réalité et conduit Boillat et le groupe à leur perte, nous nous devons de réagir et de nous manifester.

La Coordination "Solidarité Boillat" entend mobiliser toutes les forces engagées pour résister aux actions aveugles, arbitraires et désastreuses de la direction actuelle de Swissmetal. Elle dénoncera ses manipulations et sa propagande. Elle entend les révéler et s'y opposer par tous les moyens qu'elle jugera pertinents. Elle se servira de toutes les tribunes et de tous les terrains d'actions accessibles. Elle soutiendra dans toute la mesure du possible les victimes des criminels économiques, qui sont ses seuls ennemis.

Coordination "Solidarité Boillat"

avril 20, 2007 2:07 PM  
Anonymous SanA said...

Le communiqué de la CSB a été repris et commenté ainsi par le JdJ de ce jour:

SOLIDARITÉ BOILLAT

Silence, on tue...

Alors que la Boillat continue de mourir à petit feu dans l'indifférence quasi générale, les mouvements qui se sont mobilisés l'an dernier pour soutenir la lutte des grévistes ont constitué un groupe de coordination baptisé Solidarité Boillat. Celui-ci rassemble notamment les Femmes en colère, la Nouvelle Boillat, le personnel de l'usine, le groupe qui a lancé et coordonné la pétition, ou encore l'uZine 3. Son objectif est de «constituer un front de vigilance, de résistance et d'action contre le pillage de la Boillat par Swissmetal et contre la mise à mort programmée du site de Reconvilier», affirme-t-il dans un communiqué.
Et X. Y. (nom connu de la rédaction), membre de Solidarité Boillat, de rappeler que c'est l'incompétence du CEO Martin Hellweg qui a entraîné l'effondrement de la qualité et de la productivité à la Boillat. Son acolyte Volker Suchordt a quant à lui accéléré le pillage de la Boillat au profit du site de Lüdenscheid, au grand dam des clients de Reconvilier. Notamment pour les pointes de stylo. «Pour éviter qu'ils continuent de réclamer de la qualité Boillat et de se plaindre de la piètre qualité de la matière venant de chez Busch-Jaeger, Suchordt démantèle le site de Reconvilier et ne laisse pas d'alternative aux clients», dénonce X. Y.
En fait, constate Solidarité Boillat, Swissmetal continue d'appliquer la stratégie dénoncée depuis deux ans par le personnel et qui vise à transformer la Boillat en fantomatique atelier de finishing n'occupant plus qu'une soixantaine de personnes. «Sa tâche ne sera plus de produire et de livrer, mais d'épargner à Swissmetal les coûts d'une décontamination des sols», fustige le groupe de coordination.
Par ailleurs, assène X. Y., le public doit savoir que le personnel encore employé à la Boillat subit un tel mobbing que beaucoup de collaborateurs sont déprimés et n'en dorment plus. Aussi Solidarité Boillat entend-elle mobiliser toutes les forces possibles pour résister et dénoncer les manipulations et la propagande de Swissmetal. Et de menacer de s'y opposer «par tous les moyens qu'elle jugera pertinents». Des actions pourraient ainsi être menées avant l'assemblée générale du 16 mai prochain... /pho

avril 20, 2007 2:10 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Et même encore repris ici.

avril 20, 2007 2:39 PM  
Blogger Rigueur said...

Et ça continue ...

Aujourd'hui 20.04.2007, à 14h10:32, une action Swissmetal échangée hors-bourse vaut CHF 28.83. En une transaction, un paquet de 24300 actions a changé de main pour une maudite somme d'un peu plus de CHF 700'000.00

A suivre...

avril 20, 2007 2:52 PM  
Blogger Karl said...

Merci pour le communiqué Je m'occuperai de le remonter dans l'"édito" dès que j'aurai un peu de temps.

La nouvelle version de la plainte de Swissmetal fera aussi l'objet d'un petit commentaire: il me semble que cette alliance entre Swissmetal est Swissmem est une bien mauvaise nouvelle... Qu'en pensez-vous?

Merci à tous pour vos commentaires!

avril 20, 2007 4:20 PM  
Blogger paddy said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

avril 20, 2007 4:24 PM  
Blogger paddy said...

@sana et jb
Merci d'avoir posté ici.
Manque de temps pour faire les choses correctement...
Néanmoins, le communiqué est également visible à cette adresse, où on devrait retrouver les activités futures de la ***CSB...
Parce qu'il faut continuer au-delà d'un communiqué de presse.
Saper, quoi...



***(Coordination "Solidarité Boillat", c'est la dernière fois que je l'écris, c'est trop long)

avril 20, 2007 4:26 PM  
Blogger paddy said...

Autre chose, qui concerne plus spécialement la pétition dans le canton de Vaud.

J'ai mis en ligne la lettre des pétitionnaires à àl'attention de la Commission des pétitions du canton de Vaud.

Elle est suivie de l'article à propos de la décision de la Commission des pétitions du canton de Vaud...

avril 20, 2007 4:32 PM  
Blogger ancien1 said...

@Karl

Bonjour merci pour l'édito toujours de tout coeur avec vous.

avril 20, 2007 6:16 PM  
Anonymous Anonyme said...

@ Karl 20 avril, 4:20 pm

Tout à fait d'accord avec vous : une alliance Swissmetal / Swissmem ne peut être favorable aux Boillat; d'après le communiqué, je dirais même qu'elle prend des allures d'expédition punitive à l'encontre des grévistes.

@ tous

Et c'est là que le Mouvement de Solidarité avec les Grévistes de la Boillat (le MSGB, de portée nationale, voire internationale, qui a vu le jour au début de l'année 2006, soit bien avant la CSB) est peut-être appelé à jouer un rôle...

Externe-Z
membre du MSGB

avril 21, 2007 12:03 PM  
Anonymous Anonyme said...

Merci à Karl pour ce nouvel édito et à tous ceux qui n'abandonnent pas.

Et puis j'ai hâte de voir sur grand écran ce rêve que nous avons un jour rêvé ensemble.

avril 21, 2007 12:52 PM  
Anonymous Anonyme said...

L'alliance Swissmem et Swissmetal ne doit pas effrayer qui que ce soit. La paix absolue du travail est une connerie de plus de la part du buffle. Ce serait faire de la convention un piège à cons. La convention serait vidée de sa signification première et serait de toute façon détournée car une convention n'est pas une loi. Le droit de grève est garanti par la constitution ne l'oublions pas. Si les syndicats signaient un texte pareil, ce serait des démissions en masse de la part des syndiqués et par la suite la création de syndicats type CGT en France qui organiseraient des grèves à n'en plus finir. Swissmem n'a pas intérêt à obéir au buffle.
Un ancien grévite licencié.

avril 21, 2007 5:58 PM  
Anonymous piscine vide said...

@ tous
Grande nouvelle,
Après m’avoir licencié comme une grosse merde, voilà que le wilmar fait dans le social.
En effet il demande à mon épouse si ma piscine est toujours vide ? Si mon nouveau travail se passe bien ? Et patati et patata, et cela sans aucune gêne. Bon il faut dire que mon épouse lui à répondu poliment car elle ne le connaissait pas. Quant elle lui a dit que c’était dommage tous ce qui se passait à la Boillat , il lui à répondu avec son meilleur vocabulaire : M…Ouais…c’est comme ça !!!
Par contre elle à subit un choc quand je lui ai dis quelle avais parlé au conn… qui m’avait licencié. Après mon fils qui à été choqué par mon licenciement voilà maintenant que cette bande, continu de nous agressé moralement.
Je me vois dans l’obligation d’avertir immédiatement la direction de Swissmetal.

@ wilmar
Les seuls rapports de travail que j’ai eus avec toi ont toujours étés pour venir mettre un peu de savoir-faire dans ton groupe ( Formation de si. Machine qui ne fonctionne pas là, développement de ça etc… etc…) La raison invoquée à toujours été la même. « Avoir un œil externe au problème. La véritable raison est que techniquement tu reste un paysan incapable de résoudre un problème quelconque. Construire quelque chose de durable dans ton groupe à jamais été dans tes compétences. Conséquence : Créer des postes et des postes. Agent technique, agent de planning fin, responsable lopin, responsable barre, responsable fil.

Je comprends pourquoi tu accepte la stratégie, car tu me fais penser à un enfant en bas âge à qui l’ont construit une tour avec des blocs en bois, et qui se font un plaisir de la démolir en espérant que l’on va lui en reconstruire une nouvelle.
Le seul problème avec toi, c’est que tu n’as pas encore compris que la Boillat n’est pas en bloc de bois.
Je pense que ton prochain travail (car ton dédit que tu le veuille ou non arrivera une fois à échéance) sera chez Fischer Von Dei pour que tu puisses finir de démolir tous ce qui reste de la Boillat, jusqu’au dernier morceau de machine.
Salut bien Henri de ma part, et s’il veut toujours me parler, je serai disponible pendant l’apéro de l’AG de Swissmetal.

Ps : Essaye de ne pas laisser trop longtemps ton drap bleu à la fenêtre le samedi, car c’était il y à une année pendant la grève qu’il fallait le mettre en signe de solidarité.
Bon ! Je remarque que c’est la même chose que pour ton délai de congé, la notion du temps présente de grande lacune dans ta petite tête, je pense également que c’est pour cette raison que tu as licencié le lulu seulement maintenant pour les retards qu’il a eus depuis 20 ans lorsqu’il était de l’équipe du matin.

D.K.

avril 22, 2007 12:31 PM  
Anonymous marc said...

Tiens, ils parlent encore de promettre la paix du travail ? Ont-ils seulement songé à demander le respect des accords de 2004 au préalable ?

avril 23, 2007 12:59 PM  
Anonymous Orage mécanique said...

Swissmem cherche a se tirer une balle dans le pied ou quoi? Que fait le lobby des décollteur? Les requins avec les requins, comme toujours.

La paix du travail, une vaste blague pour endôôôrmir les gens! Comme le signale Marc, le patronnat semble oublier qu'il s'agit d'une convention,non d'une loi.

Petit cours de ratrappage à l'intention de Swissmem:

1. Vous devez défendre l'économie du pays, pas celle de l'allemagne.

2. La CCT ne peut être à sens unique, Swissmetal n'a jamais respectée cette dernière.

3. Ce n'est pas Unia qui est responsable de la grève, mais bel et bien la gestion catastrophique (dont une fumeuse stratégie industrielle qui tient en trois carrés sur un flipsharp) du directoire de Swissmetal.

avril 23, 2007 2:34 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Le rapport annuel 2006, les chiffres du premier trimestre 2007 ainsi que le communiqué de presse du 23 avril de Swissmetal sont disponibles ici.

avril 24, 2007 8:53 AM  
Blogger Rigueur said...

Merci jb pour la mise à jour des infos!

Martinou disait qu'il y a que des chiffres qui comptent. Je commence à croire qu'il faut qu'on arrête tous de bosser et de croire qu'on gagne mieux notre vie en ne faisant rien et on sera plus heureux ...

avril 24, 2007 11:19 AM  
Anonymous oignon rouge said...

@ jb

Merci pour les informations !

@ tous
En lisant le communiqué de presse de SM, d'emblée je laisse à nos spécialistes l'analyse de chiffres auxquels je ne comprends rien, et livre quelques réflexions:

1) MH revient une fois de plus sur les conséquences de la grève-son bouc émissaire de prédilection, combien de temps encore va-t-il nous asséner ce mensonge ?

2) on apprend que les négociations pour le plan social sont bien avancées !!!! ah quel merveilleux patron....

3) on apprend que la communication interne est de plus en plus transparente et qu'elle fonctionne avec efficacité, c'est magique, non ?

4) question aux spécialistes : ça existe, un " semi-produit " cuivreux ??? ou est-ce en fait une erreur pour " produit semi-cuivreux "? je comprends bien semi-fini, mais pas semi-produit !

5) intéresser les cadres au capital-action, mais surtout pas les ouvriers !!!

6) la date du 16 mai de l'AG est la veille du long congé de l'Ascension, est-ce voulu pour le confort de certaines sommités swissbétaliennes, ou au contraire est-un choix qui se veut dissuasif pour un certain nombre de membres récalcitrants ?

Pour conclure, le gouffre entre le communiqué percutant de la CSB et celui de SM est abyssal.....Merci, Maîîître ( copyright Karl).
Mais nous ne dormons pas !

avril 24, 2007 4:05 PM  
Blogger Rigueur said...

Celui qui a acheté les 24'300 actions Swissmetal le vendredi 20.04.2007 hors-bourse et qui a revendu aujourd'hui, après le communiqué de Swissmetal, avec un cours moyen de CHF 29.50, gagne grosso modo CHF 16'000. Et ceci en passant un week-end tranquille et en se payant une grâce matiné lundi matin.

Ne me dites surtout pas qu'il n'y a pas de délit d'initié, d'ac?

avril 24, 2007 5:31 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

@rigueur :

Etrange coïncidence, en effet !

avril 24, 2007 6:51 PM  
Blogger Nabaroch said...

@oignon rouge

C'est à peux près juste de parler de semi-produits, en fait, on devrait dire produits semi-finis. En effet, la Boillat produit des barres, et autres profils, qui seront usinés (terminés) plus tard par les clients, par exemple les décolleteurs.

Je pense que le terme semi-produit doit être compris comme un produit fini, mais de moindre qualité, ce que sait faire actuellement Swissmetal. Le terme est donc exact, et il y a donc quelque chose de juste dans le rapport de swiss-létal.

Meilleures soirée à tous...

avril 24, 2007 8:21 PM  
Anonymous oignon rouge said...

@ nabaroch

Merci beaucoup d'avoir pris le temps de bien répondre à ma question, très sympa.

Vous savez, après avoir visité l'usine, j'avais regardé sur de nombreux sites de décolletage pour essayer d'imaginer un peu les machines-outils, et posé des questions à des amis, c'est pourquoi ce terme semi-produit me semblait bizarre.

Merci donc.

avril 25, 2007 2:18 AM  
Anonymous Anonyme said...

Il y a une chose qui me fait sourire,c'est l'incohérence de leurs annonces:

- d'un coté Swissmetal veux faire passer Unia devant un tribunal arbitral, sois disant pour clarifier la légalité ou non de la grève (tout en se résérvant le droit de poursuites en dommages et intérêts)

- de l'autre, ils prétende que tout va pour le mieux dans le meilleur des monde en restructuration (La grève a été dommageable, mais pas trop...)

Ils perdent leur crédibilité (jusqu'ici, ils s'en sont très bien passée). Ca n'a pas vraiment d'influence directe si se n'est de confirmer que c'est une bande de salopiots d'adeptes du profis absolu, sans foi,ni loi.

avril 25, 2007 7:47 AM  
Anonymous marc said...

Si la manipulation du cours de l'action SM semble évidente, elle suppose que des spéculateurs se laissent berner par la fluctuation des cours et la communication de SM. A ce propos, si vous faîtes une recherche sur Swissmetal sur des sites de recherches (tel google,yahoo, etc...), vous pourrez observer que Karl n'y est pas très présent. N'y a-t-il pas moyen de corriger cela? Par exemple en laissant apparaître clairement le nom de Swissmetal dans l'énoncé du site?

avril 25, 2007 1:03 PM  
Anonymous Sana said...

Le Journal du Jura (JdJ) rapporte et commente largement les résultats (pitoyables) de Swissmetal.

Voici ce qui ressort de l'interview d'un responsable de la "Nouvelle Boillat".

L'ANALYSE D'UN MEMBRE DE LA NOUVELLE BOILLAT

Le groupe survit à coups d'artifices

Créée en vue de l'assemblée générale des actionnaires de l'an dernier, la Nouvelle Boillat examine avec un regard critique les chiffres que présente tous les trois mois Swissmetal. Membre du comité, X. Y. (nom connu de la rédaction) constate que «les chiffres présentés hier tiennent de la propagande, pour pas parler de mensonge éhonté, plutôt que de résultats comptables objectifs et corrects».
Alors que le management tente de faire croire que la situation du groupe va mieux, il n'en est rien, souligne-t-il. Certes, relève-t-il, «annoncer une hausse du chiffre d'affaires de 80%, ça fait bien dans le paysage, mais cela n'a aucune signification sur la marche de l'entreprise». En revanche, la VAB est un excellent indicateur. Dans ce contexte, rappelle-t-il, le budget 2006 de Swissmetal - établi alors que le groupe n'avait pas encore acquis Busch-Jaeger, prévoyait une VAB de 135 mios. «Or, malgré l'apport de l'usine allemande, il manque 17 mios par rapport à l'objectif, puisque la VAB plafonne à 118 mios! C'est donc un résultat misérable!»
Poursuivant son analyse, notre interlocuteur dissèque le revenu supplémentaire engrangé grâce à la vente de métaux. «Une vente que Swissmetal justifie sous prétexte d'optimisation des stocks mais que je qualifie plutôt de dilapidation du patrimoine», assène-t-il. Sur les 23,5 mios engrangés, environ la moitié est du bénéfice net, puisque les prix des matières premières ont quasi doublé. En retranchant 12 mios (Swissmetal admet 10,5 mios) au résultat opérationnel (10,2 mios), celui-ci devient négatif, et le bénéfice net annoncé se transforme et déficit (entre 6 et 7,4 mios, selon les chiffres).
Par ailleurs, ajoute-t-il, le groupe s'est très fortement endetté l'an dernier, la dette passant de 39,4 à 90,3 mios en une année, soit une augmentation de 129%. En fait, «on peut affirmer que le groupe Swissmetal a survécu l'an dernier grâce à l'apport massif de fonds étrangers et à la vente d'une partie de son patrimoine».
S'agissant des perspectives pour 2007, que Swissmetal présente sous un jour positif, notre interlocuteur constate que c'est loin d'être le cas: en extrapolant la VAB enregistrée au 1er trimestre (34,3 mios réalisés en 65 jours ouvrables), Swissmetal ne devrait guère faire mieux qu'en 2006. «C'est d'autant plus inquiétant qu'avec Avins, le groupe devrait pouvoir compter sur des revenus supplémentaires, et qu'il n'a plus l'excuse de la grève pour justifier ses piètres résultats.»
Enfin, notre interlocuteur constate que Martin Hellweg n'est de loin pas le sauveur qu'il prétend être. La preuve? Depuis qu'il a pris les commandes du groupe, en 2004, la valeur ajoutée brute par collaborateur a reculé, passant de 137 000 fr. en 2004, à 133 000 en 2006... /pho

avril 25, 2007 1:33 PM  
Anonymous SanA said...

Dans le JdJ aussi, l'édito de Philippe Oudot:

EDITORIAL

Il y a loin de la coupe aux lèvres

Par Philippe Oudot

Tout va très bien, Madame la Marquise... Hier, en présentant les résultats 2006 de Swissmetal, ses dirigeants ont brossé un portrait résolument optimiste de la situation. Le bénéfice (4,6 mios) n'a-t-il pas augmenté de 39%? Ressassant la même rengaine, ils ont rappelé que sans cette maudite grève, les résultats auraient été bien meilleurs encore. Mais ils le seront bientôt, grâce à la mise en application de la si pertinente stratégie arrêtée par le conseil d'administration. Ainsi donc, lorsque la restructuration du groupe sera achevée, Swissmetal promet des lendemains qui chantent.
N'en déplaise à ces brillants managers, rien n'est moins sûr. Il suffit de gratter un peu les chiffres pour s'en rendre compte. Sans la vente de métaux en stock pour plus de 23 mios de francs, le résultat opérationnel aurait été négatif, et le bénéfice se serait transformé en perte sèche. Et que dire de l'endettement, qui a augmenté de 129% - et même de 153% pour la dette à court terme? Quant à la valeur ajoutée brute (VAB), elle n'atteint que 118 mios au lieu des 135 mios inscrits au budget, alors même que la conjoncture était excellente.
Sur le terrain, la réalité est pire encore. Malgré les dénégations du CEO Martin Hellweg, Swissmetal connaît de gros problèmes de qualité et n'arrive plus à fabriquer certains alliages à très haute valeur ajoutée que proposait la Boillat. Sans parler du service après-vente, désormais quasi inexistant. Bref, les prestations de Swissmetal n'ont plus rien à voir avec celles qu'offrait la Boillat à ses clients (voir Le JdJ d'hier). Et pour ne rien arranger, la disparition prochaine de toutes les activités de transformation à chaud n'est pas faite pour rassurer et motiver les collaborateurs qui travaillent encore sur le site. Sous les coups de boutoir de Martin Hellweg & Co, le fleuron industriel qu'était la Boillat est bel et bien mort. Ne reste plus qu'un vague site de production à l'avenir des plus incertains. Et pendant ce temps, les investisseurs continuent de fermer les yeux, l'action flirtant toujours avec des sommets.

avril 25, 2007 1:40 PM  
Anonymous SanA said...

Dans le JdJ encore, un article de Ph.Oudot suivi d'une interview du "sauveur" Hellweg, ce Zorro de l'industrie métallurgique suisse!

RESULTATS FINANCIERS DE SWISSMETAL

Management satisfait

Swissmetal tire un bilan positif pour 2006: le chiffre d'affaires a augmenté de 80%, et le bénéfice de 39%. Mais le processus de restructuration et de réorganisation n'est pas encore achevé.

Par Philippe Oudot

Même si la grève de la Boillat a perturbé la mise en application de la stratégie de Swissmetal, «nous maintenons bien le cap», a annoncé Friedrich Sauerländer, président du conseil d'administration, en ouvrant la conférence de presse.
Le CEO Martin Hellweg a rappelé que cette stratégie vise à faire du groupe un pôle d'excellence reposant sur trois piliers: la production et le développement de produits semi-cuivreux grâce à ses trois sites de productions de Reconvilier, Dornach et Lüdenscheid, et celui que le groupe pourrait ouvrir cette année encore en Asie, là où la croissance est la plus forte. Ensuite, grâce à l'acquisition de la société américaine Avins, Swissmetal veut développer ses activités dans le commerce de produits semi-cuivreux fabriqués par la concurrence, afin de proposer à ses clients une palette complète de produits. Enfin, Swissmetal mise également sur le design, un secteur à forte valeur ajoutée et qui a un potentiel de croissance important.
Martin Hellweg a souligné qu'en dépit de la grève de l'an dernier qui a freiné la mise en application de sa stratégie, le management de Swissmetal peut toujours compter sur le soutien de ses investisseurs.
Vice-président du groupe, Volker Suchordt a donné quelques précisions sur l'avance des travaux concernant la nouvelle presse à extrusion à Dornach. Cette machine de 480 tonnes, d'une puissance de 5000 tonnes, est en cours de montage. Les premiers essais sont prévus en juin. Elle devrait être opérationnelle au cours du 1er semestre 2008 et remplacer cinq autres anciennes presses à Reconvilier et Dornach. Les gains de productivité attendus devraient entraîner des pertes d'emplois, raison pour laquelle Swissmetal négocie un plan social.
Pour sa part, Greg Himstead, vice-président du secteur des activités de commerce, a expliqué que cette division offrait d'intéressantes perspectives de croissance, les clients appréciant d'avoir à disposition des produits complémentaires à ceux de Swissmetal dont ils ont besoin. Ces activités vont se concentrer sur les principaux marchés: USA, Allemagne, Suisse, France, Italie, Inde et Chine. Et de relever qu'Avins dispose d'une solide expérience dans ce domaine, puisque 60% des produits qu'elle distribue en Amérique du Nord viennent déjà d'autres fournisseurs.
Chef du développement et de la communication, Sam Furrer a insisté sur la volonté de Swissmetal de motiver son personnel pour qu'il s'identifie à l'entreprise. D'où une communication interne renforcée, le programme de bonus pour cadres «Nordstern» introduit en 2006, et un programme d'acquisition d'actions à prix préférentiel pour le personnel, qui va démarrer ce mois encore. /PHO


Martin Hellweg: «La grève a laissé un traumatisme»

JdJ: - L'an dernier, vous aviez annoncé avoir décroché des contrats pour deux alliages à forte valeur ajoutée: le CN8 pour l'aéronautique et à l'industrie pétrolière, et le NP6, pour la connectique. Où en est la production?
Martin Hellweg: - Ces alliages sont encore en phase d'homologation auprès de ces clients. Pour l'heure, ils dégagent encore un chiffre d'affaires modeste, car ces processus sont longs et complexes. Pour homologuer du CN8 chez Airbus ou Boeing, cela peut prendre des années! Nous sommes donc encore en phase de démarrage, mais avec de très intéressantes perspectives à terme.

- A la Boillat, on dit qu'aujourd'hui, plus personne ne maîtrise la fabrication de ces alliages spéciaux...
- Non, il n'y a pas de problème avec le CN8. Mais c'est vrai qu'il y a eu quelques difficultés temporaires avec le NP6, comme il y en a eu avec le C97 et C98 dans le domaine de la connectique.

- Et le B05 (bronze de connectique) dont on dit qu'il casse comme du verre au laminoir parce que le processus de fonte ne serait plus maîtrisé?
(Haussement d'épaules).
- C'est un produit de niche, qui a certes son importance mais qui ne pèse pas lourd en termes de chiffres d'affaires. Cela n'a rien à voir avec des alliages comme le C97 ou le C98.

- L'an dernier, vous aviez affirmé vouloir mettre en application de façon volontaire les recommandations faites par l'expert industriel Jürg Müller pour relancer le site de Reconvilier. On est loin du compte, non?
- Pas du tout! Aujourd'hui, toutes ses recommandations sont appliquées ou en passe de l'être! La seule qui ne l'est pas encore est la nomination d'un responsable de site permanent. Ce poste est temporairement occupé par Monsieur Weidlich, et nous cherchons toujours un chef qui réponde à la fois à nos exigences et soit à même d'avoir l'adhésion du personnel et de le motiver.

- A ce propos, on entend beaucoup d'employés de la Boillat dire qu'ils sont totalement démotivés...
- Combien sont-ils? Tout dépend avec qui vous discutez. Mais c'est vrai que la grève a laissé un traumatisme. Il faudra encore du temps pour que la plaie soit totalement guérie. Mais les investissements que nous prévoyons à Reconvilier devraient y contribuer.

- Sur les 28 mios investis en 2006, il n'y en a eu que deux à la Boillat. Les investissements seront-ils plus importants ces prochaines années?
- Pas tellement en termes de montants, car nous avons toutes les machines nécessaires, mais plutôt en termes d'efforts pour transformer l'usine 2 afin d'améliorer le flux de production.

- Quels projets pour l'usine 1?
- Encore rien de concret, mais des scénarios possibles. Par exemple un centre qui pourrait être à disposition de nos clients, ou éventuellement un dépôt pour les produits achetés à d'autres fabricants et que nous allons vendre.

- Qu'en est-il de votre projet de fabrication d'ébauches en acier inox pour pointes de stylo afin de devenir fournisseur unique?
- Celui que nous avions en Suisse a été stoppé, car il y en a un autre à Lüdenscheid, qui va devenir notre centre de compétences pour les instruments d'écriture. Il se poursuit pour le moment, mais c'est aussi possible que nous nous contentions de commercialiser des ébauches en acier qui seraient fabriquées ailleurs. /pho


Des chiffres qui en jettent

Cheffe des finances, Yvonne Simonis a constaté que le chiffre d’affaires 2006 a bondi de 80%, à 357,6 mios. Une hausse due à l’acquisition de Busch-Jaeger et d’Avins, ainsi qu’à l’explosion du prix des matières premières. La valeur ajoutée brute (VAB, soit le chiffre d’affaires brut moins le métal à son coût standard) a quant à elle atteint 118 mios (+14%). Elle a relevé la bonne tenue des équipements électriques, de la construction et de l’horlogerie, mais le recul dans la connectique et les instruments d’écriture. En dehors de ses activités opérationnelles, le groupe a engrangé des revenus de 23,5 mios provenant de ses ventes de métaux. Le résultat opérationnel (EBIT) a atteint 10,2 mios (3,4 en 2005). Quant au bénéfice net, il s’est établi à 4,6 mios (3,3 en 2005). En 2006, Swissmetal a investi 28,4 mios (dont 14,2 mios pour la nouvelle presse à extrusion à Dornach, et 10,1 mios pour l’achat de Busch-Jaeger). Au 1er trimestre 2007, «Swissmetal a continué à bénéficier d’une conjoncture favorable»: chiffre d’affaires brut de 116,4 mios, VAB de 34,3 mios, EBIT de 2,9 mios, et bénéfice net de 2,2 mios. Par ailleurs, Martin Hellweg a indiqué que le taux de rentabilité de 9% promis aux investisseurs n’est pas encore atteint (4,6% en 2006), mais que la tendance va dans la bonne direction. /pho

avril 25, 2007 1:49 PM  
Blogger Karl said...

Faute de temps, j'assure ces temps un bien mauvais suivi, dont je vous prie de m'excuser.

Néanmoins, merci pour vos réactions, qui sont toujours intéressantes à lire!

Pour répondre à "Marc", le blog, comme d'autres choses sur Internet, étaient, grâce au nombre de visites, très visibles sur Google. Ce n'est en effet plus le cas maintenant, et il serait bien difficile de le corriger: modifier artificiellement un "rating" de Google est une manoeuvre peu recommandable. Je me demande d'ailleurs si SM n'y a pas recouru, connaissant leur attirance pour les manoeuvres sans contenu.

MErci à tous pour vos commentaireS!

avril 25, 2007 1:49 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Bonjour et désolé du retard !

Tous les articles sont également disponibles ici.

avril 25, 2007 2:15 PM  
Anonymous Claire Marie said...

merci Karl, de l'édito, merci à toutes et à tous pour les informations. Cela nous permet de cheminer sur cette route qui reste une inspiration pour ceux dont la lutte fait partie de la vie.

avril 25, 2007 7:32 PM  
Anonymous Anonyme said...

@ Karl
Je crois que l'idée de Marc était de faire en sorte que les spéculateurs tombent sur votre site en cherchant Swissmetal sur Google ... Mais peut-être que je me trompe.
Bonne soirée.

avril 25, 2007 8:07 PM  
Blogger Karl said...

@Anonyme de 8:07pm

Vous ne vous trompez pas, mais peut-être est-ce moi qui me suis mal exprimé.

Je voulais simplement dire que, pour parvenir à un tel résultat, il faudrait soir avoir plus de visites sur des sites comme le mien ou celui de JB, soit recourir à des manoeuvres un peu tordues. Elles consistent à augmenter artificiellement le ranking dans Google. Ce ranking, qui fonctionne au moyen d'un algorithme gardé comme un secret d'Etat par Google, se fonde sur le nombre de clicks sur un lien vers le site recherché relativement aux mots-clés entrés de le moteur de recherche, et sur le nombre de liens Internet pointant vers ledit site.

Plus largement, le problème de la communication avec les investisseurs de Swissmetal est essentiellement la langue. Comme le relève P. Rérat dans son article, la barrière linguistique reste l'ultime obstacle à la diffusion de l'information sur Internet. La grève nous a d'ailleurs, bien malheureusement, révélé à quel point il était difficile de faire passer le message outre-Sarine...

Enfin, les investisseurs doivent surtout -du moins pour ceux qui sont lucides- se demander dans quel bourbier ils se trouvent. Mais Martinou leur propose, comme toujours, deux solutions: la faillite et la perte de tout leur argent ou sa stratégie lamentable. C'est une sorte d'état d'urgence constant au sein duquel la crainte favorise l'union. D'où le fait que la restructuration de Swissmetal se doit d'être éternelle...

avril 25, 2007 9:52 PM  
Anonymous SanA said...

@Karl

A mon humble avis, la seule "restructuration" capable de réussir (avant faillite), c'est la vente du groupe! C'est d'ailleurs ce que le CEO et ses séides du CA cherchent désespérément. Le rapport de gestion paru sur leur site le laisse clairement étendre (voir les récompenses promises en ce cas). Ce n'est pas chaque année qu'ils trouveront une banque belgo-luxembourgeoise aussi complaisante (et/ou naïve)que la dernière...

avril 25, 2007 10:12 PM  
Anonymous Anonyme said...

"Enfin, Swissmetal mise également sur le design, un secteur à forte valeur ajoutée et qui a un potentiel de croissance important".

Ah, le design, un secteur à forte valeur ajoutée, il en sait quelque chose Martinou, avec toute la cosmétique dont il use et abuse dans ses interviews/communiqués pour endôoormir tout le monde ! Bref, il a osé le dire. Bon, pour une fois, il parlait de quelque chose qu'il connaissait, sa spécialité. Il n'y a pas que la Boillat qui a(vait) des spécialités...

Martinou, je ne voudrais pas gâcher ton enthousiasme, mais le potentiel, la croissance importante de tes discours, nous, on préfère pas... Parce que sache qu'avant de te connaître, la Boillat n'avait pas besoin de se reposer sur un pilier de "design", elle était saine, elle tenait debout par sa seule crédibilité...

Externe-Z

avril 25, 2007 10:48 PM  
Anonymous oignon rouge said...

MERCI A PHILIPPE OUDOT.

Travail, engagement admirables.

Merci à jb pour la mise en ligne.

avril 25, 2007 10:49 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Merci Oignon Rouge :-)

Un document qui mérite le détour : la vidéo de la conférence de presse. Profitez d'y jeter un coup d'oeil, je ne sais pas combien de temps le fichier va être disponible en ligne.

La vidéo est ajoutée ici.

avril 25, 2007 11:03 PM  
Anonymous Anonyme said...

@ jbzonez.ch

Un grand merci pour la vidéo, précieux document, j'en ai visionné un bout, c'est édifiant.

Externe-Z

avril 25, 2007 11:28 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

@Externe-Z

Oui, ça fait peur. Monsieur Hellweg nous annonce avec grande fierté que ses produits sont sur le State-building, sur un des monunents officiels à Londres (Parlement ?), etc ... Et ces produits sont de haute-valeur ajoutée. Sur une maison ?

C'est ce qui s'appelle noyer le poisson.

PS : je crois que la miss qui tend le micro aux journalistes à la fin est Madame Schmid.

PS2: Philippe Oudot pose une question en français à la fin (1h22)

avril 25, 2007 11:37 PM  
Anonymous oignon rouge said...

@ jb

Merci infiniment pour cette vidéo, je l'ai visionnée pas tout à fait intégralement, j'ai passé la partie chiffres, trop compliqué pour moi.

Alors qq extraits de choix :

1) la grève : Sauerländer a parlé à plusieurs reprises des graves méfaits de la grève et notamment
- une fois au début - en la stigmatisant, disant qu'elle avait été très dommageable pour tout le monde, y compris pour le tissu industriel de la région
- suite à une question d'un journaliste, il a répété en gros tout cela. Il a dit aussi que la grève avait fait perdre une partie de la clientèle au profit de la concurrence, mais il pensait que de toutes façons les clients n'aimaient pas avoir une seule source d'approvisionnement, ce qui était le cas auparavant avec Reconvileir, et qu' à l'heure actuelle ces clients avient deux sources, soient la Boillat mais aussi Lüdenscheid....qui avait repris le flambeau durant la période de faible productivité de La Boillat - Lüdenscheid est fortement loué et mis en évidence entre les lignes...

2) la situation à Reconvilier : S. prétend que la situation s'est normalisée, qu'il y a quelques tensions ça et là, mais que la grande majorité se réjouit de la nouvelle organisation et veut aller de l'avant avec une nouvelle efficacité, et veut travailler pour améliorer la capacité de rester concurrentiel, il a aussi été dit ( Suchort je crois) que la productivité à Reconvilier était à nouveau bonne, et ce grâce à de nombreuses discussions avec le personnel, et qu'elle atteignait actuellement 95 % - S. a aussi déclaré que le CA était extraordinairement actif, et qu'il fallait bien tenir compte du processus de restructuration toujours en cours, qui donne de bons résultats ( ???) et que le but est que le personnel s'identifie à la globalité de toute l'entreprise, surtout ne pas rester dans l'idée d'un conflit d'intérêts entre Reconvilier et Dornach, ce qui n'a aucun sens.
Selon MH, ce processus de restructuration très dynamique s'appuie aussi sur la tolérance, la créativité et la franchise, la sincérité ( si si je jure qu'il l'a dit !)

3) le plan social : MH a déclaré qu'il y avait de nombreuses et intensives discussions avec les partenaires sociaux et l'espoir d'aboutir bientôt

4) concernant le design, MH a affirmé qu'il s'agissait d'une niche de productivité de très haute
valeur concernant la décoration de façades aussi à l'étranger

Encore une chose : la capacité de MH à noyer le poisson est vraiment stupéfiante.

Deux exemples :
- question d'un journaliste concernant le retard de production à Reconvilier, MH évoque vaguement les connecteurs et puis blabla fumeux
- question de Ph. Oudot concernant la VAB, le résultat n'est -il pas très décevant ? nouveau blabla auquel je n'ai rien compris.

Voilà en très gros les points que j'ai retenus, c'est bien sûr très loin d'être complet, mais ça donne une petite idée.

MH est toujours aussi mielleux, sucré, doucereux, fumeux.

S. a au moins le mérite d'être clair dans ses mensonges.

Avec une telle conférence de presse, il est évident que les journalistes autres que Philipppe Oudot ne puissent qu'être roulés dans la farine.

On peut imaginer que l'AG du 16 mai sera du pareil au même.

Misère.
Là j'avoue que j'ai vraiment, mais alors vraiment le moral dans les talons.

avril 26, 2007 11:31 AM  
Anonymous Anonyme said...

Moi j'avoue que je n'ai pas tenu plus de 30 secondes devant cette vidéo ... je n'ai pas de mots pour décrire ce que ces personnes m'inspirent.

avril 26, 2007 1:24 PM  
Anonymous Anonyme said...

"Petit rappel du génocide de la Boillat" à voir page 11 du Journal du Jura du 25 avril.

avril 26, 2007 1:30 PM  
Anonymous Anonyme said...

Premier trimestre 2007!!!!


"la nouvelle flambée des prix des métaux a contraint Swissmetal à être sélectif dans l'acceptation des commandes clients."...


Savent-ils que Boillat a toujours pratiqué la "Couverture métal"?
Savent-ils ce que cela signifie?

Ont-ils enfin compris la différence entre la gestion industrielle et la spéculation?

Pensaient-ils que leurs opérations de ventes de matières premières seraient sans conséquences?

"Les prix de l'énergie ont également augmenté de manière significative et tout particulièrement au site de Reconvilier où l'opérateur énergétique local a décidé une
hausse massive des prix. Swissmetal analyse les mesures à prendre en conséquence pour
réagir de manière appropriée à ces augmentations des coûts de l'énergie."
?!?!?!

Voici l'argument massue, celui qui va permettre de justifier la mort de la fonderie et des presses.

Non, je ne pense pas que cette clique soit aussi naïve! Leur prose ne sert qu'à endormire les éventuelles critiques.

Inutile donc de poursuivre la lecture de leur rapport. Il est de toutes façons illisible, car comparable à rien.

Comment faire pour ouvrir les yeux de ceux qui croient encore à un quelconque avenir de Boillat au sein de Swissmetal?

avril 26, 2007 1:36 PM  
Blogger Rigueur said...

Revue de presse (voir Le Temps, 26.04.2007)

La logique secrète et progressive de la violence extrême

Copyright de Philippe Cotter, qui a publié "Nazisme, terrorisme et tueurs en série. L'énigme de la violence extrême", éditions Eclectica, Genève, 2006.

Voici un morceau copier/coller avec quelques transpositions comme ingrédients.

Un individu en crise [comme Martinou par exemple], qui tente, par les stratégies de violence extrême, de compenser ses échecs personnels [comme ceux de S.].

Un individu tel que Martinou, lorsqu'il passe à l'acte, doit respecter certaines règles qui lui permettent d'éviter ce qu'il craint le plus: le remords. Cruauté et remords s'excluent mutuellement pour lui permettre d'éprouver une revalorisation artificielle de sa personnalité, en situation d'échec, grâce aux rapports de domination établis avec ses victimes.

Par ce processus, des individus [comme l'ensemble du conseil d'administration de Swissmetal par exemple] "mal dans leur peau", peu compétents socialement, parviennent, à travers les souffrances qu'ils imposent à leurs victimes, à s'élever dans la hiérarchie sociale qu'ils se sont créée: de vaincus, ils passent au stade de vainqueurs, d'introvertis à celui d'extrovertis, capables d'imposer leur volonté.

Voici la logique secrète:
1) Martinou doit justifier ses actes en constituant une idéologie.
2) Martinou procède à une inversion des rôles pour éviter toute autocritique: il se pose lui-même en victime des personnes qu'il agresse, et rend celles-ci responsables de leurs propres souffrances.
3) Crescendo, devenu prisonnier de son délire égocentrique, Martinou passe à l'acte extrême, le meutre.

Dornach est à considérer comme une communauté fragile, attirée par l'inversion des rôles que leur proposent les leaders autoritaires. La direction Swissmetal tente, par cet artifice, de convaincre les employés de Dornach de passer du statut de vaincus, humiliés, à celui de vainqueurs, tout-puissants.

avril 26, 2007 1:43 PM  
Blogger Karl said...

@Rigueur

Ah ça... D'ailleurs, récemment, un ouvrage de psychologie est sorti, qui comparait les profils des serial killers à ceux des certains managers. Ambition dévorante, désir de domination, cruauté... Les parallèles sont faisables.


A part ça, la question de P. Oudot dans la conférence de presse de Swissmetal mérite le détour. Le flottement où Fridou passe la parole à son maîîître, le sourire que Martinou a tenu durant plus d'une heure qui disparaît imperceptiblement au profit de pharse débitée sur un rythme de mitrailleuse et dans un style télégraphique et sans queue ni tête... Décidément, ils n'aiment pas qu'on leur parle de VAB! Chapeau à P. Oudot, qui a mis le doigt là où il fallait!

Quelle bouffonerie cette conférence. Je doute que les journalistes y croient, d'ailleurs. Mais cette restructuration éternelle, c'est une méthode pour faire taire la critique et sauver la tête de la direction. Tant qu ela restructuration se poursuit, on ne peut pas faire le bilan, n'est-ce pas?

Voir Sam Furrer faire son discours sur l'"orientation client", par ailleur sprésenté dans le rapport annuel, m'a tout de même scié. Qu'ils prennent leurs employé pour des crétins, ça ne surprend plus à force. Mais en fait, il semble que c'est pire: Sam Furrer paraît finalement assez bête pour croire qu'il a pondu quelque chose d'intelligent! Quand on lit ledit texte, ça laisse songeur...

Merci à tous pour vos commentaires!

avril 26, 2007 8:31 PM  
Anonymous oignon rouge said...

@ rigueur avril 26, 1.43 pm

Pour aller tout à fait dans ton sens, je me permets de te rappeller cet ouvrage que j'avais signalé dans un post daté de février :

oignon rouge said...
@ à toutes et tous

Le Temps du 9 février analyse un bouquin concernant LE NARCISSISME CHEZ LES PATRONS :

"TROP, C'EST UN FLEAU " 

Voilà quelques extraits de cet article qui n'est pas en ligne: 

" Ce trait de caractère devient mortifère dès lors que le dirigeant bascule dans un "narcissisme total", prophétique et coupé de la réalité. Les signaux d'alarme forment un faisceau cohérent (.......) lorsque les décisions concernant la stratégie sont entérinées sans documents les justifiant, mais sur la base de ce que le dirigeant souhaite (...); lorsque les alertes en provenance du terrain sont systématiquement ignorées, ou pire, lorsque les téméraires qui tirent la sonnette d'alarme sont renvoyés .

(…) Le dirigeant vit dans une bulle, protégé par sa garde rapprochée qui veille à ne pas le décevoir, ni à l'inquiéter (...). Outre l'arrogance qui caractérise les personnalités narcissiques, l'entêtement dans l'erreur est une constante. Et même lorsque la catastrophe se produit, ils persistent à se présenter et à se représenter comme des visionnaires incompris. Les erreurs, ce sont les autres qui les ont commises." 

Selon l'auteur du livre, bien rare est la remise en question, elle serait intolérable…… 

(.....)

Références du livre en question : 

Bénédicte Haubold, " Vertiges du miroir, le narcissisme des dirigeants", Ed. Lignes de repères, Paris, 2006
FÉVRIER 11, 2007 1:44 AM

avril 26, 2007 11:47 PM  
Anonymous oignon rouge said...

@ rigueur avril 26, 1.43 pm

Pour aller tout à fait dans ton sens, je me permets de te rappeller cet ouvrage que j'avais signalé dans un post daté de février :

oignon rouge said...
@ à toutes et tous

Le Temps du 9 février analyse un bouquin concernant LE NARCISSISME CHEZ LES PATRONS :

"TROP, C'EST UN FLEAU " 

Voilà quelques extraits de cet article qui n'est pas en ligne: 

" Ce trait de caractère devient mortifère dès lors que le dirigeant bascule dans un "narcissisme total", prophétique et coupé de la réalité. Les signaux d'alarme forment un faisceau cohérent (.......) lorsque les décisions concernant la stratégie sont entérinées sans documents les justifiant, mais sur la base de ce que le dirigeant souhaite (...); lorsque les alertes en provenance du terrain sont systématiquement ignorées, ou pire, lorsque les téméraires qui tirent la sonnette d'alarme sont renvoyés .

(…) Le dirigeant vit dans une bulle, protégé par sa garde rapprochée qui veille à ne pas le décevoir, ni à l'inquiéter (...). Outre l'arrogance qui caractérise les personnalités narcissiques, l'entêtement dans l'erreur est une constante. Et même lorsque la catastrophe se produit, ils persistent à se présenter et à se représenter comme des visionnaires incompris. Les erreurs, ce sont les autres qui les ont commises." 

Selon l'auteur du livre, bien rare est la remise en question, elle serait intolérable…… 

(.....)

Références du livre en question : 

Bénédicte Haubold, " Vertiges du miroir, le narcissisme des dirigeants", Ed. Lignes de repères, Paris, 2006
FÉVRIER 11, 2007 1:44 AM

avril 26, 2007 11:47 PM  
Blogger Rigueur said...

Merci oignon rouge pour ton rappel!

Philippe Cotter a le mérite de nous proposer une théorie qui explique certain comportement. En effet, il faut essayer d'aller au delà du constat.

La solution pour remédier aux problèmes de notre monde est toujours à rechercher et à mettre en oeuvre.

Bonne journée à toutes et à tous

avril 27, 2007 7:17 AM  
Anonymous Anonyme said...

les anciens de la RAF sortent des prisons allemandes et disent ne rien regretter, gare aux émules ;-)

avril 27, 2007 8:03 AM  
Anonymous oignon rouge said...

@ jb

FILM La Boillat Vivra

Merci beaucoup d'avoir mis à jour sur le site la liste des projections dans tellement de villes ! le film se propage, c'est formidable.

avril 29, 2007 11:24 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Merci Oignon Rouge.

Si quelqu'un a sous la main le dernier Swissmetal news, n'hésitez pas à me le faire parvenir pour publication.

avril 30, 2007 4:27 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Une petite info qui sort du cadre... mais qui concerne une personne autrefois "impliquée" politiquement (de loin) dans le conflit:

Mme Zölch a été élue présidente de la convention patronale de l'industrie horlogère suisse, en remplacement de M. Cavadini. Elle coiffe au poteau la romande Martine Brunschwig...

Mme Zölch a été fortement soutenue par Nicolas Hayek. Voire imposée par ce dernier.

mai 01, 2007 12:18 PM  
Blogger Karl said...

Dans le Temps du jour (premier mai), il y a un article sur le film de D. Künzi.

Merci à tous pour vos commentaires!

mai 01, 2007 12:38 PM  
Anonymous oignon rouge said...

@ karl
@ jb
@ tous

l'article du Temps est bien placé, en page 29, page culture et société...avec un joli titre :

Retour à Reconvilier
Cinéma: 1er mai oblige, le documentaire " La Boillat vivra!" défie "Spider-Man 3".

Et sur la Première au midi trente, une bonne interview de Daniel Künzi, puis la journaliste a rappelé les derniers licenciements, notamment celui pour "arrivée tardive" .......cette petite phrase vaut de l'or, à défaut de laiton.

Bref, on a de nouveau parlé du combat exemplaire des Boillats à une heure de grande écoute ! et de la reproductibilité d'une telle situation. Bien.

mai 01, 2007 2:10 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

@Oignon Rouge

Merci ! Je n'ai malheureusement pas accès aux articles du Temps (version numérique du moins). Je me réjouis de voir le film :-)

Bien à vous.

mai 01, 2007 3:54 PM  
Anonymous tica said...

Bonjour à tous,

Est-il possible d'acheter le DVD du film sur la Boillat ? et si oui, où doit-on s'adresser ?
Merci pour votre réponse.
tica

mai 02, 2007 8:53 AM  
Anonymous orage mécanique said...

@ Tica

Le DVD sortira dans le courant de l'été, pour les résérvations contactez la Société Production Maison de Genève.

@tous

Hier soir, au Cinéma CAC Voltaire de Genève, en compagnie de trois anciens Boillat (Lulu, Raptor et moi-même)et du réalisateur Daniel Künzi, la première de "La Boillat vivra" aura permis de mieux cerner les incohèrence du néolibéralisme, de la politique économique suisse, d'un syndicat coincé dans ses obligations conventionnelles et d'un attachement incroyable de toute une région à des valeurs humaines.

Au final, on se rend compte que David contre Goliath reste de la mythologie, que les systèmes politiques et syncalistes sont complétement dépassés et impuissants face à l'arrogance de "top manager" issus de la finance. Le mérite de cette grève,je l'espère sera d'ouvrir les yeux de la Suisse sur ce changement de patronnat.

Cyrille Müller, pour le blog de Karl, Genève.

mai 02, 2007 9:06 AM  
Anonymous Anonyme said...

"La Boillat vivra" ... cette petite phrase qu'on n'osait plus prononcer et qui maintenant revient, mais entre guillements !
Je remercie M. Künzi et les courageux acteurs pour ce beau documentaire.

mai 03, 2007 12:37 PM  
Anonymous Anonyme said...

BRAVO au Nico qui à trouvé du job. Une preuve de plus que si l'on veut on trouve.

mai 03, 2007 6:43 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Bonjour ! Le film de Daniel Künzi sera également projeté au Cinéma de La Neuveville le mercredi 23 mai à 20h30 ainsi que le dimanche 27 à 17h30.

Daniel Künzi sera présent le mercredi soir, et un autre ancien Boillat - présent dans le film - le dimanche.

D'autres Boillats sont bien entendu les bienvenus (jurabernois@yahoo.fr).

J'espère que Karl me pardonnera cet emploi abusif de "surface publicitaire" sur son blog ;-)

mai 05, 2007 7:26 PM  
Anonymous Anonyme said...

Sarko est élu président de la république française. Il a promis le plein emploi. Tant mieux, on en verra peut-être un peu moins à la Boillat.

mai 07, 2007 12:07 AM  
Anonymous Anonyme said...

@Anonyme de 12.07

Sache que chez Boillat de nombreux Français cadres ou autres ont contribués à l'essor de Boillat certains opérateurs frontaliers faisaient l'unanimité dans la qualité de leur travail.Et malgrè leur trajet 30 à 50km.ils étaient toujours à l'heure même à 4 h.du matin.

mai 07, 2007 1:32 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

mai 07, 2007 8:30 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Bonjour !

Je me permets de mentionner la publication (mise à jour) du rapport complet du 1er trimestre 2007 par Swissmetal. Vous le trouverez ici.

Swissmetal a finalement dégagé au 1er trimestre un bénéfice net de 1.16 million de francs, en hausse de 3%. Le groupe métallurgique soleurois avec annoncé dans un premier temps un montant de 2.2 million. La raison de ce recul provient des contraintes liées aux normes comptables. Des actions utilisées pour un rachat n'avaient pas été comptabilisées de la bonne manière (source : ats).

***

Le Swissmetal News 7 est dans les bacs et peut être téléchargé ici.

***

L'Illustré de ce jour (mercredi 9 mai) consacre 2 pages à Lulu F.

mai 09, 2007 10:02 AM  
Blogger Rigueur said...

Martin?! Tu disais au final, il n'y a que des chiffres qui comptent.

Alors sois cohérent jusqu'au bout, d'ac? Même la cohérence ça vient de toi lors de ton premier discours fraîchement arrivé chez Swissmetal.

Apparemment tu ne maîtrises plus tes chiffres ... tu ne sais plus faire les calculs...

C'est très décevant. Absolument très décevant juste quelques jours avant l'assemblée générale des actionnaires.

A moins que tu es en train d'inventer un nouveau jeu?!

mai 09, 2007 11:51 AM  
Anonymous oignon rouge said...

Licenciements

Sur la Première ( à 11 h et au 12:30 ) il est fait état de nouveaux licenciements annoncée par MH dans une lettre aux actionnaires.
Sam Furrer, réputé pour la transparence et la limpidité de sa capacité à la communication, reste bien entendu muet quant au nombre de personnes touchées, et n'indique pas quels sites le seront non plus. Mais je pense que nous avons quelques soupçons ?

Toutefois il est précisé que la "restructuration " ne sera pas terminée pour autant...

Bon, quand organise -t-on une manif ???????

D'autre part, le Temps a aussi commenté ce 9 mai la revue à la baisse du bénéfice de SM, jb va sûrement le rajouter en ligne :-)

@ rigueur

très joli, ton commentaire de 11:51 am.....

mai 09, 2007 12:57 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Les vingt-six employés de l'entreprise de carrelage Intradomun, à Marin, n'ont pas travaillé aujourd'hui. Ils réclament le versement de leur salaire d'avril, qui n'avait pas encore été payé ce matin. L'entreprise est semble-t-il coutumière de retards dans ce domaine.

Lire plus ...

mai 09, 2007 3:02 PM  
Anonymous oignon rouge said...

FILM LA BOILLAT VIVRA à Lausanne

Hier mardi 8 mai salle vraiment comble à Lausanne! Et beaucoup de jeunes !

Merci à Daniel Kunzi pour ce documentaire très humain, qui permet je pense à tous ceux qui n'ont pas vraiment suivi la grève de ressentir tout ce qui s'est passé, dans la durée. Cela bouleverse.

Beaucoup de questions et d'interventions du public.

Merci aux deux Boillats qui se sont déplacés et qui ont dignement représenté ce combat exemplaire.

Le fim passera à nouveau au Zinéma à Lausanne dès le 16 mai.

A voir absolument !!!!

mai 10, 2007 12:44 AM  
Blogger Rigueur said...

Revue de presse (Le Temps, 10.05.2007)

Swissmetal à la recherche de partenaires, Jean-Claude Péclet.

Le groupe a besoin de moyens supplémentaires pour prendre pied en Asie.

Friedou a dit: "l'objectif de tripler les ventes d'ici à 2010 reste valable". Hahahaha....
1) Swissmetal achète et revend les métaux.
2) Swissmetal achète et revend ses propres actions.
3) Swissmetal essaie péniblement de vendre ses produits.
1)+2)+3)=tripler les ventes, telle est la logique industrielle que veut dire Fridou.

Le top, Fridou a dit et c'est écrit dans Le Temps:"Nous voulons surtout que Swissmetal devienne une société rentable sur la durée, dégageant un rendement du capital d'environ 9% quel que soit le cycle conjoncturel."
- incroyable mais vrai! Apparemment certains investisseurs continuent d'y croire.
- croire à ce 9% quel que soit le cycle conjoncturel est une croyance, ne trouvez vous pas?

mai 10, 2007 12:59 PM  
Anonymous Anonyme said...

Malgré les restructurations annoncées personne ne bouge. Rien ne va mais on dit rien. Pauvre de nous. Cette fois nous ne pourrons pas compter sur l'aide de l'extérieur. Comme dans le film, le train sifflera trois fois mais pas quatre.

mai 10, 2007 11:45 PM  
Blogger Karl said...

Dans l'article du Temps cité par Rigueur, J.-C. Péclet, qui interview Fridou, n'a vraiment pa sl'air convaincu non plus.

En plus, quand on voit dans le Torchinou (l'article sur la vie de Martinou) que, le seul moment où ce dernier se fait conseiller sur la marche de Swissmetal... c'est par un actionnaire... On se demande quel produit illicite il faut consommer pour croire aux 9% de rentabilité.

En tout cas, leur grands projets asiatiques ont l'air de n'arriver à rien, sinon à des factures d'hôtel 5 étoiles. A croire que Roderick Tanzer n'est pas si doué que ça. Oh, que c'est étonnant!


Je suis allé revoir le film de Daniel Künzi, et je ne peux que le recommander encore (par exemple, à la Neuveville)! Daniel Künzi, qui était là avec deux Boillat (licenciés) s'est vu poser par le public, lors du débat sur le film, les premières questions (une portait sur ses secrets pour avoir filmé tout ça). A quoi il a répondu quelque chose du genre: "Profitez plutôt de la présence de ces deux Boillat pour connaître le secret de leur incroyable courage!" On ne saurait mieux dire, non?


Le temps me manque pour fournir ce blog comme il faudrait, à cause d'autre travaux assez monopolisants. Mais je reste, en pensée, avec ces gens dignes... En attendant de faire un "édito".

Merci à tous pour vos commentaires!

mai 11, 2007 12:57 AM  
Anonymous Anonyme said...

Chers amis,

A Genève, dans notre beau Centre cinématographique qui organise de
grandes choses culturelles, ou politiques, notamment un festival international de films sur les Droits humains durant la Session de la Commission desdits droits aux Nations-Unies.
Un lieu qui assure bien les appétits de culture, de fraternité, de réflexions et de liens entre tous, Il y avait donc ce 1 er mai des spectateurs attentifs, heureux de vous voir, même par écran interposé, et bouleversés de la situation de Reconvilier.
De nombreux syndicalistes parmi les marcheurs du 1er Mai réunis aux Bastions, soit à côté du ciné.

Vous avez été longuement applaudis comme vos amis ont dû vous le
dire !
Quant au film "La Boillat vivra" il est très bien fait, le montage
est excellent et surtout vos actions, réflexions, témoignages,
sont si clairs, courageux, fraternels, et vitaux pour nous tous que vos réalités se sont inscrites dans les nôtres pour longtemps !
La projection du film continue au CAC Genève toute la semaine (et
peut-être plus).

Merci à Karl et à tous les commentateurs pour leurs nouvelles analyses. Merci à Daniel Kunzi pour le film et comme toujours à Claude pour l'orga du 1 er Mai à Genève avec La Boillat. et à Willy Cretegny pour le bon vin du coin !

On continue ensemble!!!
De grandes bises aux amis !
Chantal

mai 11, 2007 3:20 AM  
Blogger jb.zonez.ch said...

L'article auquel font référence Karl et Rigueur est disponible sur jb.zonez.ch.

L'affiche dont parle le JDJ dans l'édition du vendredi 11 mai peut être consultée à cette adresse. Merci à Joëlle de me l'avoir aimablement transmise.

Je vous communique les dates de projection du film "La Boillat vivra!" au cinéma de La Neuvevile (en face de la gare) :

- Mercredi 23.05 à 20h30, en présence du réalisateur, de Petzi et de PYE
- Dimanche 27.05 à 17h30, en présence de Nicolas et Marias Wuillemin, Petzi et Philippe Ehua

mai 11, 2007 8:46 AM  
Blogger ancien1 said...

@jbo
Merci pour l'affiche Wilmar doit être dans son élément personne n'a intérêt à porter atteinte à sa fiérté.Je plains les pauvres gars qui subissent tous les jours ses humiliations.

mai 11, 2007 2:55 PM  
Blogger paddy said...

Le 11 juin de l'année passée, la "Manifestation Nationale" de soutien pour la Boillat se terminait sur un flop.

Ben oui...

Mais pas seulement.

D'autres éléments ont disparu ou sont en train de disparaître:

- la Boillat
- le pouvoir politique
- la crédibilité politique
- la présomption d'équité
- l'équité dans la présomption
- la crédulité et la bienveillance
- l'envie de créer
- l'exigence personnelle de dignité

...d'autres ressurgissent:
- l'individualisme forcené
- la rancoeur
- la jalousie
- la médisance
- la veulerie
- la méfiance

... et c'est pas fini.

mai 11, 2007 4:28 PM  
Anonymous Une étudiante de la région et Ursula said...

Bien chers tous!

Cela fait bien longtemps que je n'ai plus rien écrit sur ce blog.
Mais aujourd'hui je me suis dit qu'il fallait que je vous transmette une nouvelle.

J'étais hier soir au ciné à Tramelan pour voir le film la Boillat Vivra!
Je dois avouer qu'il m'a beaucoup émue. Merci à son auteur et à tous ceux qui ont participé de nous permettre d'en garder une telle trace, en plus de celle que nous avons dans notre tête et notre coeur.

Mais une chose étrange m'a surprise hier soir. En entrant dans le ciné, quelle ne fut pas ma surprise de voir Wilmar en personne en train de boire un petit café en attendant le début du film.
Je me demande bien quelles étaient les raisons qui l'ont poussé à venir à Tramelan pour le film. Serait-ce pour voir s'il a bien fait licencier tout ceux qui ont participé à cette vidéo pour clamer haut et fort la vérité? Ou était-ce pour voir si des ouvriers encore présents allaient le voir pour en rajouter encore quelques nouveaux sur sa liste? Bref, plusieurs personnes ont été très surprises de sa présence.

J'ai eu l'occasion de revoir plusieurs personnes que dont j'ai fait la connaissance durant la grève ces derniers temps et cela m'a fait bien très plaisir de pouvoir discuter avec eux.

Même si je suis moins présente ces derniers temps, je voudrais vous dire ce que j'ai toujours dit:

HASTA LA VICTORIA SIEMPRE!!!

Et même s'il faudra se battre jusqu'au bout pour conserver notre dignité!

mai 11, 2007 9:22 PM  
Anonymous Anonyme said...

@UNE ETUDIANTE
La précense de Wilmar ne m'étonne pas ce gars là est sans foi ni loi .Il nest pas assez connu tel qu'il est et plus le temps passe plus il parade dans notre vallée.

mai 11, 2007 9:55 PM  
Anonymous Anonyme said...

@ une étudiante

Ce mec là rien ne l'arrête. Il n'a pas la moindre morale, pas le moindre respect d'autrui.

Mais attention le p'tit rouquin, à trop jouer avec le feu un jour tu vas te brûler les ailes.

mai 11, 2007 11:22 PM  
Anonymous Petit Ours said...

Comme pour beaucoup d’entre vous, voir le film « La Boillat vivra » était un moment d’intense émotion. Le flot d’informations fait que, même des moments aussi forts que ceux qu’on a vécu s’estompent dans nos mémoires. Alors quel joie d’en revivre certains par l’intermédiaire du cinéma. Et surtout le film a un grand avantage : il ne dresse pas de bilan, il s’intéresse aux gens. Et en plus il est bien fait.

Alors au diable les rabats joie qui ergotent sur l’utilité de la grève, et ceci, et cela…. Le simple fait de vivre une telle expérience humaine est déjà exceptionnel. Et le mouvement n’est pas fini. Le chacal voudrait faire mourir la Boillat par amputation mais pour l’instant elle est toujours vivante et c’est ce qui compte.

Le mot même de « Boillat » est devenu tout un symbole. Il n’y a qu’a voir avec quel zèle les sbires à Martin essaient de faire disparaître ce mot qui est devenu imprononçable pour eux. Le site de Reconvilier, l’usine de Reconvilier, Swissmetal Reconvilier, SMR…… quel mal ils se donnent pour ne pas prononcer l’imprononçable! La Boillat n’est pas à eux, et bien tant mieux, LA BOILLAT EST A NOUS ! Le contenu peut-être pas mais le nom nous appartient. Alors on peut en user et même en abuser. La Boillat est le symbole identitaire de toute une région et même bien plus. Alors soyons fous, pourquoi pas un drapeau de la Boillat ? pas seulement pour les Boillats mais pour toutes les personnes qui défendent un idéal.

Et allons même plus loin. Imaginons que le mot entre dans le langage. En 20050 dans le Larousse on trouvera la définition suivante :

boillat : nom commun qui désigne une personne empreinte d’un idéal juste et désintéressé et qui lutte avec opiniâtreté et dignité pour y parvenir. Orig : usine suisse qui connu un conflit dur et fédérateur au début du siècle.

Alors, qui a dit que le mouvement de la Boillat ne sert à rien ?

mai 12, 2007 1:11 AM  
Anonymous Anonyme said...

Bonjour à toutes et tous

Je suis extrêmenment susrpris de voir que quand vous rentrez dans un ciné et il y a ce salopard de faux cul de Wilmard et que vous ne reagissez pas en le foutant dehors par exemple, car les traites d'allemand se sont fait linchés, après 39-45.

Un jour viendra et tu seras .....

Surement qu'il venait présenté les news comptes de ...Swissmetal et dire qu'il allait essayé de plus foutre personne dehors......

Mais bon les belles paroles....

Excellent week-end à toutes et tous

mai 12, 2007 8:06 AM  
Blogger Karl said...

@Anonyme de 9:51Am

Merci de respecter l'anonymat d'autrui. De ce fait, votre message est supprimé.

Merci pour votre compréhension.

mai 12, 2007 1:30 PM  
Blogger Karl said...

@Anonyme de 9:51AM et 5:39Pm

Malheureusement, vous ne semblez pas saisir une chose:

Les gens qui postent ici sous pseudonyme, qu'on sache de qui il s'agit ou pas, ont, via les règles que j'ai énoncées et que j'applique, une garantie que leur anonymat sera protégé dans la mesure de mes moyens.

Si, puisque vous le mentionnez, Pierre Kohler écrit un message sur ce blog, il le signe de son propre nom. De ce fait, il donne à chacun la liberté de se référer à lui avec son véritable nom.

Par contre, quand quelqu'un se sent plus à l'aise, quelle qu'en soit la raison, en usant d'un pseudonyme, les autres usagers sont priés de respecter ce choix. Le petit jeu menaçant, consistant à donner à accoler à des pseudonymes des noms réels est une forme de délation qui n'a jamais été tolérée ici: si ma mémoire est bonne, personne n'a jamais vu son pseudonyme ouvertement "grillé" ici, par l'inscription de son nom réel ou supposé, qu'il fut d'accord ou non avec qui que ce soit. C'est la règle de base qui, pendant la grève, a permis aux Boillat de s'exprimer avec une relative liberté.

Vous pouvez penser ce que vous voulez de la personne dont vous parlez. Vous pouvez l'exprimer ici, dans la mesure où vos propos ne sont pas insultants. Et vous ne pouvez pas parler de cette personne en utilisant son nom réel, ou supposé réel.

Par conséquent, votre deuxième message est supprimé.

Merci pour votre compréhension.

mai 12, 2007 7:41 PM  
Anonymous oignon rouge said...

@ au LULU national

Message tardif pour féliciter de cet super article dans l'Illustré. Bravo pour votre courage et bonne suite dans votre chemin...

Et merci pour ce témoignage très important qui touche tant de monde : le tirage est de 90'717 exemplaires, mais le lectorat représente 359'000 personnes !!!! c'est énorme.

On aura sûrement beaucoup parlé de La Boillat grâce à votre interview. Merci !

mai 14, 2007 10:52 PM  
Anonymous Anonyme said...

Je poste sous anonyme car il me semble que mon pseudo ne marche plus. J'ai vu le film aux Breuleux. C'était poignant. On poste moins c'est sûr, mais on pense quand même et ce combat nous a rendus plus solidaires. Plus forts ? Je ne sais pas ...
J'ai aussi vu votre ami Wilmar parader, dans un autre cadre. Il fait bien le ronflard et en même temps il est pathétique.
Je profite de ce post pour vous dire à tous un grand bonjour et un grand merci. A ceux d'uZine 3 aussi. Ils ont beaucoup travaillé, malgré les critiques souvent plus malveillantes qu'objectives.

mai 15, 2007 8:50 AM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Communiqué de presse SM du 15.05.07 : Swissmetal répercute l'augmentation de l'énergie sur ses clients, en facturant CHF 0.12 par kilo de matière vendue.

Le communiqué complet est ici.

mai 15, 2007 6:36 PM  
Anonymous solidarnoch said...

Bonjour,

Qui pourrait mettre l'article de l'illustré sur le forum de lulu ?

Il me semble que pour le blog se serait bien de faire voir le peu de considération que ces chacals ont de la personne humaine.

Toujours avec vous dans se combat.

mai 16, 2007 4:43 AM  
Blogger Rigueur said...

Bravo! Annoncer une augmentation de prix via communiqué de presse est une excellent moyen pour:
1) motiver les clients d'aller voir ailleurs.
2) motiver la concurrence d'entrer sur son marché.
3) plaire aux spéculateurs.

1)+2)+3) = tripler les ventes

"les coûts d'énergie dépendent du tonnage et sont les mêmes pour tous les produits" est le résultat d'un calcul très approximatif. C'est le même principe de calcul qui a permis de doubler les bénéfices avant la correction. Bref, amateurisme quoi.

Je suis impatient d'attendre pour voir les dernières cartes de Martinou avant et après l'assemblée générale des actionnaires.

Eh oui Martin. La conjoncture est trop bonne. Personne a besoin de tes services, espèce d'expert en restructuration. Tu es coincé à récolter ce que tu as semé chez Swissmetal.

Bonne jounrée à toutes et à tous

mai 16, 2007 7:06 AM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Assemblée générale 2007 :

Bonjour,
Si certains d'entre vous vont à l'AG de Swissmetal, pensez à prendre quelques photos et ensuite à me les transmettre. Elle seront publiées en ligne et mises à la disposition des bloggeurs.

D'avance merci et bonnes délibérations.

jurabernois (at) yahoo . fr

mai 16, 2007 7:47 AM  
Blogger jb.zonez.ch said...

L'ordre du jour de l'AG est en ligne et disponibe à cette adresse.

La révision des statuts mérite une lecture approfondie, notamment en cas de dissolution de la société et de la composition des membres du CA.

mai 16, 2007 8:45 AM  
Anonymous Anonyme said...

Un article sur le JDJ au sujet de la vente d'immeubles par la Fondation Boillat, semble-t-il pour financer le plan social....

L'article :

Swissmetal Boillat
Plusieurs bâtiments vendus
Swissmetal est apparemment en train de liquider le patrimoine de la Fondation en faveur du personnel Boillat. Jusqu'à récemment, celle-ci possédait une petite centaine d'appartements disséminés dans des immeubles plutôt vétustes de Reconvilier. Un patrimoine d'une valeur d'environ sept millions de francs.
Ces derniers temps, plusieurs immeubles ont été vendus à des gens de la région. Notamment à la rue de Bruye, de Bel-Air, de Tavannes et du Moulin. Le montant de ces transactions dépasserait le million de francs. Ces ventes viennent ainsi gonfler le capital de la caisse de la Fondation. Si, de par les statuts de cette dernière, le capital ne peut pas venir renflouer les caisses du groupe, il devrait en revanche être utilisé pour financer le plan social que Swissmetal est en train de négocier avec les commissions, indique un fin connaisseur du groupe (nom connu de la rédaction). Mais uniquement pour les Boillats. Interpellé à ce propos, Sam Furrer, chef du développement et de la communication de Swissmetal, se refuse à tout commentaire. /pho

mai 16, 2007 3:19 PM  
Anonymous du con du coin said...

Non pas TAC-TIC Martinouille....

mais TIC-TAC, TIC-TAC, ........

mai 16, 2007 6:00 PM  
Anonymous Anonyme said...

@ du con du coin

Yes

Tic Tac Tic Tac Tic Tac


Martinou, ça chlingue pour ton matricule....

mai 16, 2007 10:36 PM  
Anonymous Anonyme said...

@ anonyme de 3h19

C'est une belle bande de salauds, brader les bâtiments de l'entreprise pour financer un plan social, mais moi j'y crois même pas, cet argent va aller directement dans leurs popoches. Et le plan social, on pourras se le garer ou je pense...

Un Boillat encore dedans, mais qui vient de donner sa glisse, ouf!

mai 16, 2007 10:40 PM  
Blogger Karl said...

Quelques nouvelles de l'AG de Swissmetal via leurcommuniqué officiel.

mai 16, 2007 11:13 PM  
Anonymous Nouvelle Boillat said...

Voici quelles ont été les prises de positions, en français, de La Nouvelle Boillat, représentée par une douzaine de membres (en plus d'une dizaine de "Femmes en colère"). Ces positions portent sur des votes et s'ajoutent à une dizaine d'interventions (questions) par des membres, en français et en allemand. Elles feront plus loin l'objet d'un message séparé.

A noter que, bien sûr, les recommandations du CA ont été suivies dans une proportion des actions quasi stalinienne. Le plus mauvais score (pour les dirigeants de SM) a été celui concernant la décharge au C.A., environ 2'500 actions s'étant jointes aux 1'600 de La Nouvelle Boillat.
----------------------------
REFUS DU RAPPORT ANNUEL

Parce que ce rapport comporte des omissions, des désinformations et des contre-vérités.

Parce qu'il ne se réfère à aucun budget ni à aucun objectif mesurable.

Parce qu'il contient ainsi des chiffres trompeurs et des conclusions injustifiées.

Parce qu'il nomme "optimisation des stocks" la vente au prix du jour de matières même élaborées, afin de combler en réalité un manque de liquidités et pour gonfler artificiellement chiffre d'affaires et résultats.

Parce qu'il conclut à tort que la société va bien.

Parce qu'il réaffirme plus faussement encore qu'elle va mieux.

Parce que le conseil d'administration et le CEO s'y déclarent satisfaits des performances pourtant misérables du groupe.

Parce qu'il masque la réalité du présent et du futur de la société.

Parce que malgré son épaisseur (ou à cause d'elle, peut-être) il est plus opaque que transparent et obscur qu'éclairant.

Bref, parce qu'il relève plus de la propagande que de l'information objective,

je recommande à l'assemblée de ne pas approuver le rapport annuel 2006.

REFUS DES COMPTES

Même si la présentation des comptes respecte formellement les normes et les recommandations de référence, ils ne permettent pas de juger objectivement et valablement des performances réelles et de la situation effective du groupe.

Ils ne mettent notamment pas en évidence l'impact des ventes de métaux hors exploitation et, à cause de cela, laissent entendre faussement que l'exercice est bénéficiaire et meilleur que le précédent.

Ils omettent de montrer que ces ventes exceptionnelles ne génèrent pas un vrai profit, mais correspondent en fait à une dissolution de réserves latentes.

Ils n'isolent pas de l'exploitation courante, à savoir le développement, la production et la vente de semi-finis en alliages de cuivre, des opérations exceptionnelles, circonstancielles voire purement spéculatives.

Pour toutes ces raisons,
je recommande à l'assemblée de refuser les comptes de l'exercice 2006.


REFUSER DE DONNER DECHARGE AU CA

En raison des très mauvaises performances du groupe en termes de résultats, d'efficience et de croissance.

Parce que le conseil d'administration s'en déclare satisfait.

Parce que malgré des résultats effectivement négatifs et en baisse, il accorde des rémunérations somptueuses et en augmentation vertigineuse au CEO et aux membres de la direction.

Parce que certains des administrateurs s'attribuent des honoraires supplémentaires que rien ne semble justifier.

En raison de la manière dont ont été provoqués puis gérés les événements de Reconvilier.

En raison des promesse faites et non tenues en l'occurrence.

En raison d'une stratégie sinueuse et fluctuante qui conduit notamment à des acquisitions injustifiables, au démantèlement du seul site performant du groupe et à des pertes de clientèle.

Pour ces raisons entre autres,

je recommande à l'assemblée de refuser de donner décharge au conseil d'administration.

mai 17, 2007 1:06 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Bonjour anb et merci pour votre intéressant compte rendu, qui a également été recopié sur cette page.

mai 17, 2007 1:34 PM  
Anonymous nouvelle boillat said...

Après les prises de positions de La Nouvelle Boillat, voici l'essentiel des autres interventions (conclues par des questions) des représentants de l'association. Il est évident qu'aucune réponse pertinente n'était attendue. Il n'y en a d'ailleurs pas eues. Le but était de faire entendre une autre voix que celle de la propagande stéréotypée des dirigeants de SM. L'agacement du président du CA et son indignation, à plusieurs reprises, démontrent qu'elle a visé juste. Ce qui a tenu lieu de "réponses" était dilatoire et purement réactif. Le CEO et son président ont exprimé des professions de foi bien connues ("nous sommes sur la bonne voie", "notre stratégie est la bonne", "sans elle, SM n'existerait plus", "nos actionnaires nous suivent", "nous progressons depuis le refinancement", "vous regardez le passé, nous regardons vers l'avenir" etc., etc.) qui relèvent plus de la méthode Coué que de la lucidité.
--------------------------------------

(1)

Pour le 1er trimestre 2007, SM a tenté de majorer son résultat d'un gain spéculatif sur ses propres titres. Elle a dû revenir en arrière et diviser son résultat trimestriel par 2. Mais elle continue de masquer la réalité en se servant copieusement de gains exceptionnels et tout aussi circonstanciels (pour ne pas dire spéculatifs) sur ses stocks de métaux.

Ses dirigeants tiennent d'ailleurs à ce propos un discours à géométrie variable:

- d'un côté, ils se vantent d'une hausse spectaculaire du chiffre d'affaires sans relever qu'elle est presque exclusivement due aux cours des métaux
- d'un autre côté, ils se plaignent de ne pouvoir acheter suffisamment pour satisfaire toutes les commandes, après avoir vendu pour des milliers de tonnes de matière (sous prétexte d'"optimisation des stocks")
- de plus, et c'est le plus grave, ils dissimulent que, sans un gain exceptionnel sur cette vente de métaux en stock (différence entre un prix historique au bilan et un cours du jour, donc réalisation d'une réserve latente), tous les résultats du groupe seraient négatifs et inférieurs à ceux de 2005. Il suffit pour le voir, de faire la différence entre la marge brute et la VAB (le seul CA significatif), ce qui représente 23.1 MCHF.

En tenant compte de ce gain unique et indépendant de l'activité, l'EBIT descend à –13 M et l'EAT à –18 M. Non seulement l'EBIT et l'EAT deviennent fortement négatifs mais, en appliquant les mêmes principes pour comparer, ils sont bien pires qu'en 2005. Le résultat final est même inférieur de 16 M, soit de 670%.
Le conseil d'administration et le CEO trompent donc leur monde en réaffirmant encore dernièrement que, je cite: "SM a derrière lui un exercice 2006 en forte croissance"!


Questions: Le CA est-il conscient de cette réalité?
Est-ce intentionnellement qu'il leurre ainsi actionnaires et analystes financiers?
Entend-il à l'avenir être plus transparent sur une composante du résultat d'une telle importance, seul un observateur critique et connaisseur du métier étant à même de l'isoler?

(2)

La capitalisation boursière au 31.12.06 est de 176.1 M. Actuellement elle vaut environ 180 M après avoir dépassé les 200 M à fin février et les avoir encore atteint à fin avril.

- Les fonds propres, eux, ne représentent que 126 M.
- Les fonds étrangers ont augmenté de 51 M en 2006, soit de 130%.
- Les résultats d'exploitation, une fois déduits les gains exceptionnels sur la vente de matière, sont négatifs et, comme la productivité, se dégradent d'année en année.
- Les perspectives pour 2007, sans grève et malgré l'acquisition d'Avins et l'intégration de Lüdenscheid, ne sont pas plus brillantes que 2006.
- La clientèle s'éloigne du groupe, se tourne vers la concurrence, et celle qui reste est insatisfaite.
- Contrairement à ce qu'affirment ses dirigeants à coup de diapos PowerPoint, la stratégie du groupe est floue et fluctuante.
- Le potentiel d'innovation et d'industrialisation est devenu à peu près inexistant.
- Les communiqués de victoire tiennent lieu de réussites.
- Dans une perspective de ventes d'immeubles, les risques liés à la contamination des sols sont mal connus et probablement sous-estimés.

J'en oublie… et j'en viens à ma question:

Questions: Où se trouve concrètement la contre-partie d'un telle capitalisation boursière, que ce soit en valeur de liquidation, de continuation d'exploitation ou de good-will?
L'action UMS n'est-elle pas surévaluée?


(3)


Il y a une année, SM mettait en exergue de prétendues innovations porteuses
d'avenir. En fait, les alliages concernés sont tous des développements réalisés il
y a plusieurs années déjà par les ressources humaines et techniques de Boillat.
Aucune de ces ressources humaines n'est plus disponible aujourd'hui et les
moyens techniques ne sont plus ni maîtrisés ni même entretenus correctement.
Autant dire que le savoir et le savoir-faire nécessaires ont quitté le groupe.
M.H. présentait d'ailleurs un des ces alliages, le CN8, comme le "blockbuster"
de SM! Or, dans une interview récente, il a admis que ce produit était encore
loin d'être commercialisable, l'homologation seule de l'alliage, sous cette forme,
par ses utilisateurs potentiels, demandant au moins cinq ans.
Quant au NP6, censé révolutionner la connectique, non seulement il n'est pas
vendu mais il n'est même plus évoqué.

De plus, en 2006, si les résultats du groupe ne sont pas pires encore de ce qu'ils
sont déjà, c'est grâce à la vente de produits standard, la conjoncture excellente
ayant saturé les capacités des autres producteurs.

Je demande donc au conseil d'administration:

Questions: Quelles ressources le groupe entend-il investir pour convertir en VAB et en profits ses promesses de succès futurs?
Dans quel délai compte-t-il y parvenir?
Etant donné l'érosion inéluctable des marchés du standard et les délais qu'exigent l'industrialisation et la commercialisation des spécialités, comment le groupe compte-t-il survivre ces prochaines années?


(4)


La stratégie déclarée du CEO et de son conseil d'administration visait le
leadership dans les spécialités.
Jusqu'à présent, cette stratégie c'est concrétisée

- par l'acquisition d'une usine allemande ne fabriquant que du standard de qualité médiocre
- par celle d'un distributeur de métaux sans grande réputation ni grande implantation
- et par le démantèlement assidu du seul site précisément rentable en raison de ses spécialités.

Elle s'exprime par l'incapacité actuelle du site de Reconvilier à dépasser en
moyenne le 1/3 de sa production d'avant la grève.

Elle se poursuit, prétendument du moins, par la recherche d' acquisitions en Asie
et par le transfert de technologie qu'elle nécessiterait.

Ce qui m'amène à cette question:

Questions: Dans cette perspective, peut-on nous préciser ce que les dirigeants de SM appellent "spécialités"?
Peut-on nous expliquer pourquoi cette stratégie, qui était celle de Boillat depuis 20 ans, ne s'est pas développée autour de ce site-là, de ses ressources et de son potentiel?
Pourquoi, au contraire, ce potentiel a-t-il été détruit?
L'a-t-il été sciemment ou par incompétence?

(5)

Le rapport annuel parle en page 12, je cite, d'un "transfert d'installations entre
sites [qui] contribue à améliorer massivement le degré de spécialisation des
usines, leur productivité, leurs compétences techniques…" entre autres bienfaits.

Questions: Dans ce cas, pourquoi transférer de Reconvilier des installations servant pour des spécialités parfaitement maîtrisées et fabriquées selon des processus très productifs, vers Lüdenscheid qui n'a ni savoir ni technologie ni expérience ni clientèle dans ce domaine?
En quoi est-ce positif pour le groupe?
N'est-ce pas uniquement pour justifier l'acquisition de Busch-Jäger?
Quelle part de marché le groupe a-t-il ainsi perdue?


(6)

Plus de spécialités, donc plus de spécialisation, exige plus de spécialistes et plus
de contacts directs entre ceux-ci et les prescripteurs. Or, depuis l'arrivée du CEO
actuel, les ressources en matière d'innovation et d'industrialisation, qui étaient
presque exclusivement à Reconvilier, ont été décapitées voire annihilées. De
plus, la dernière variante de sa stratégie fluctuante ajoute un intermédiaire
supplémentaire, Avins, entre utilisateur et réalisateur.

Questions: Le conseil d'administration peut-il justifier, ou du moins expliquer, une telle incohérence entre les buts déclarés et les voies choisies pour les atteindre?



(7)

Le CEO et son conseil d'administration se déclarent satisfaits trimestre après
trimestre, année après année, de résultats "dépassant leurs attentes", bien que
ceux-ci soient toujours plus décevants.
Nous aimerions en savoir plus sur ces "attentes" qui nous semblent bien peu
ambitieuses et ces satisfactions bien trop auto-complaisantes.

Questions: En quoi peut-on être satisfait des résultats 2006 alors que la VAB est inférieure de 17 M à ce qui était visé après la grève et malgré l'apport tant vanté de l'usine allemande?
Pourquoi le CEO ne nous présente-t-il jamais de budget?
Quelles sont les "attentes" pour 2007, alors que la projection du 1er trimestre, qui n'a pas souffert de grève, ne permet même pas d'espérer égaler 2006?

(8)

Les résultats pour 2006, si on exclut un gain sur métal de 23 M qui correspond
en fait à la réalisation d'une réserve latente, sont nettement inférieurs à ceux de
l'année précédente.
On constate même que la productivité a encore une fois diminué.
Or, dans le même temps, la rétribution totale du CEO a augmenté de 40% à 768
KCHF et celles des autres directeurs de 43% à presque 3,2 M .

Questions: Dans une telle situation, comment le conseil d'administration et le CEO justifient-t-il les somptueuses augmentations de rémunération si généreusement accordées?
Selon quels critères et sur quelles bases l'ont-elles été?
Existe-t-il un comité de rémunération et si oui, à quoi sert-il?


(9)


A de nombreuses reprises, CEO et conseil d'administration ont juré vouloir
développer le site de Reconvilier. En réalité, on assiste à un pillage en règle, à
un désinvestissement, à une réduction de ses capacités, à une démotivation
dramatique de son personnel et à un affaiblissement continu de ses
compétences techniques, logistiques et managériales. De plus, le CEO a
récemment déclaré à un journaliste qu'il n'était pas question d'installer de
nouveaux équipements à Reconvilier, ceux qui existent étant suffisants.

Questions: Le conseil d'administration peut-il présenter sa vision quant au futur de ce site?
Peut-il le chiffrer en termes d'effectif, de volume produit, de VAB générée?
Quelles mesures entend-il entreprendre pour que son niveau d'activité, de productivité et de qualité atteigne à nouveau puis dépasse celui d'avant la grève que le CEO a provoquée?

mai 17, 2007 1:38 PM  
Anonymous ANB said...

@jb

Merci d'avoir repris nos prises de position et recommandations.

Nous ferons encore part de quelques observations et commentaires.

mai 17, 2007 2:10 PM  
Anonymous SanA said...

@anonyme de 10:40 PM (16.05)

Ne nous affolons pas. Les immeubles n'appartiennent pas à SM, mais à la Fondation sociale, soumise à une autorité de surveillance bernoise (et non soleuroise). Ses fonds ne peuvent être utilisés que conformément à ses statuts, à savoir au bénéfice EXCLUSIF du personnel de Swissmetal Boillat. Ils peuvent donc servir à financer un plan "social" en faveur des futurs licenciés du site de Reconvilier (pas de Dornach, encore moins de Lüdenscheid), en aucun cas à remplir les poches des vautours de SM.

mai 17, 2007 2:26 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Bravo anb, excellent travail. Si vous avez des documents (pdf, autres) et si vous le souhaitez, vous pouvez me les transmettre pour publication.

mai 17, 2007 3:26 PM  
Blogger Karl said...

@ANB

Mes sincères félicitations pour ce travail remarquable, et me remerciements pour nous en avoir donné un aperçu consistant ici!

Tout comme vous, je crois que votre présence critique à l'AG dérange énormément les gourous de Dornach.

mai 17, 2007 6:40 PM  
Blogger ancien1 said...

@Merci à l'ANB pour l'excellent travail.Merçi surtout pour la ténacité de ses membres.Quoiqu'en dise la direction c'est quand même une sacrée épine dans le pied que cette ANB .Un bonjour en passant à tous les intervenants ainsi qu'à Karl toujours fidèle au poste.

mai 18, 2007 9:39 AM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Excellent compte-rendu de l'AG de Philippe Oudot dans l'édition du JDJ de ce vendredi.

L'article sera disponible en ligne dès demain à cette adresse.

En attendant, retrouvez d'autres informations, dont quelques photos, de l'assemblée.

mai 18, 2007 10:33 AM  
Anonymous SANA said...

Voici, en attendant bien mieux sur le site de JB, le compte-rendu et l'édito de Ph.Oudot à propos de l'AG de Swissmetal
--------------------------------
BLANC-SEING DES ACTIONNAIRES

Les voix discordantes des membres de la Nouvelle Boillat n'ont pas pesé lourd à Dornach. Très proches du conseil d'administration, les gros actionnaires ont avalisé toutes ses propositions à une écrasante majorité.Par Philippe Oudot Comme l'an dernier, des représentants de la Nouvelle Boillat ont donné de la voix mercredi, lors de l'assemblée générale de Swissmetal. Mais cette fois, ils étaient bien seuls dans la halle flambant neuve qui abrite la nouvelle presse à extrusion de Dornach où le conseil d'administration avait convié ses actionnaires. Histoire de leur montrer que la fameuse presse n'est pas une vue de l'esprit (voir ci-dessus). Sans doute échaudés par la morgue du conseil d'administration lors de l'assemblée du 30 juin 2006, les décolleteurs et le syndicat Unia n'avaient pas jugé utile de faire le déplacement. Finalement, 53 actionnaires ont répondu présents, représentant 2 522 540 voix, soit 38,3% du capital-actions.Cela n'a pas empêché plusieurs représentants de la Nouvelle Boillat, accompagnés par une délégation des Femmes en colère, de croiser le fer avec le conseil d'administration. Tantôt en posant des questions très pointues, tantôt en dénonçant l'état de santé réel du groupe, tantôt en accusant carrément le conseil d'administration de tromper les actionnaires.Grand ordonnateur de ce rendez-vous, le président de Swissmetal Friedrich Sauerländer est revenu sur la grève de 2006, relevant que si elle avait perturbé la mise en œuvre de la stratégie du groupe, celui-ci était allé de l'avant avec l'acquisition de Busch-Jaeger et d'Avins, et la construction de la nouvelle presse. Le CEO Martin Hellweg a expliqué que la fabrication de produits cuivreux haut de gamme reste un pilier du groupe, mais ce n'est plus le seul. Avec l'achat d'Avins, Swissmetal veut développer ses activités commerciales en offrant à ses clients des produits fabriqués par d'autres, «car il s'agit d'une affaire très lucrative». A cela s'ajoute un troisième pilier, à savoir des produits relevant du design architectural. S'agissant de la restructuration toujours en cours, Martin Hellweg a souligné les efforts de la direction pour mettre fin aux rivalités entre les sites, car il faut raisonner en termes de groupe. Pour cela, Swissmetal a développé un système de bonus baptisé Nordstern sous forme d'actions afin d'intéresser les cadres à la bonne marche de l'ensemble du groupe. Lorsque Friedrich Sauerländer a ouvert la discussion, c'est Paul Sonderegger, président de la Nouvelle Boillat, qui a dégainé le premier. Au vu des piètres résultats de 2006, il s'est étonné des généreux bonus accordés au CEO et à la direction, bonus largement supérieurs à la fourchette indiquée dans le rapport. Friedrich Sauerländer a balayé le grief, soulignant que cela reflète l'augmentation de valeur du groupe. Jean-Guy Berberat a accusé le conseil d'administration de tromper les actionnaires: sans la vente de milliers de tonnes de matière, Swissmetal afficherait des résultats largement négatifs. Sous prétexte d'optimisation des stocks, le groupe a liquidé des réserves latentes afin de présenter des comptes positifs, a-t-il asséné. Qui plus est, malgré l'excellente conjoncture en 2006, la valeur ajoutée du groupe est largement inférieure au budget (118 mios au lieu de 135 attendus). Le président a admis que la rentabilité du capital était encore loin des 9% visés, mais il a botté en touche, réaffirmant que la grève de 2006 avait plombé les résultats. Et elle pèsera sur le groupe des années encore, a-t-il averti, comme pour justifier d'éventuels problèmes à venir. Maurice Bürki et d'autres intervenants ont relevé que la stratégie est une chose, mais la réalité en est une autre. En licenciant tous les cadres de la Boillat, Swissmetal a anéanti la capacité de développement industriel du site de Reconvilier, le plus performant. Celui-ci n'étant plus capable de livrer à ses clients les produits qui faisaient sa renommée, ceux-ci se tournent vers la concurrence. En fait, le groupe a surtout vendu des produits standards en 2006, alors même qu'il prétend miser sur les spécialités: «Vous avez détruit ce potentiel industriel sciemment ou par incompétence?», a-t-il lancé.Martin Hellweg a écarté ces reproches, soulignant que Reconvilier n'avait pas le monopole de l'innovation et que le groupe disposait d'une équipe solide de recherches et développement. Il a lui aussi fustigé les effets destructeurs de la grève que le groupe essaie de compenser. /PHO

QUEL AVENIR POUR LA BOILLAT?

Jean-Michel Lhoste s’en est pris au transfert des instruments d’écriture de Reconvilier à Lüdenscheid, alors que le site allemand n’a de loin pas la maîtrise de la Boillat dans ce domaine. Et de s’interroger sur l’incohérence entre les buts visés par Swissmetal et les moyens pour les atteindre. «Vous raisonnez avec des arguments du passé, alors que nous préparons l’avenir!», a rétorqué Friedrich Sauerländer. Selon lui, Busch-Jaeger n’a rien du canard boiteux qu’il s’imagine, c’est le site le plus productif du groupe. Et d’affirmer qu’aujourd’hui à Reconvilier, le personnel partage la stratégie du groupe. Un avis balayé par Denis Romy, qui a parlé de la démotivation du personnel, du pillage de son savoir-faire, du démantèlement en cours qui va à l’encontre des promesses faites. Le CEO s’est élevé contre ces propos, affirmant que la Boillat restera un centre de compétence pour la transformation à froid et le finissage. A condition, toutefois, que le personnel lui fasse confiance et le suive dans cette voie. /pho

ECRASANTE MAJORITE

Si le conseil d'administration a essuyé le feu nourri des critiques de la Nouvelle Boillat, Bernhard Schürmann, s'est porté à son secours en tant qu'important actionnaire. Rappelant que «l'on vit dans la démocratie des actionnaires», il a invité les contempteurs de Swissmetal à ouvrir les yeux, ou alors à vendre leurs actions. Comme l'an dernier, les différents points soumis à l'approbation de l'assemblée (rapport annuel, comptes annuels, etc.), ont été approuvés à des majorités dignes de l'ère soviétique: rapport annuel et comptes 2006: 99,92% de oui; emploi du bénéfice au bilan: 99,86% de oui. Quant à la décharge aux membres du conseil d'administration, elle n'a obtenu «que» 98,25%. Motif: sur les 2,5 mios de voix présentes, seules un peu plus de 300 000 ont pu participer au vote, les 2,2 mios restants étant liées au management. Comme l'a relevé Paul Sonderegger, les actionnaires «libres» présents à l'assemblée générale ne représentent en fait que 12,5% des voix. Les participants ont encore accepté à 97% la création d'un capital conditionnel de 22,5 mios de francs. Avec celui déjà accordé en 2006 (23,5 mios), Swissmetal dispose de la flexibilité nécessaire pour financer d'éventuelles acquisitions, a souligné Friedrich Sauerländer. Enfin, le conseil d'administration a été reconduit en bloc pour une année à 99,92%. /pho De qui se moque-t-on?Au chapitre des divers, Jonas Froidevaux s'en est vertement pris à la direction, qui continue d'utiliser son nom sur les confirmations de commandes et factures, alors qu'avec ses 21 collègues cadres de la Boillat, il avait été licencié avec effet immédiat en février 2006: «C'est quand même incroyable!», a-t-il dénoncé. Et pour bien montrer le cynisme de la direction, il a relevé que dans son numéro d'avril, le journal interne Swissmetal News avait adressé ses félicitations à un employé de la Boillat pour ses 45 ans de boîte. Le problème, c'est que Swissmetal l'avait licencié le mois précédent... /pho
---------------------------------
EDITORIAL

Les actionnaires croient au miracle?

Par Philippe Oudot

Qu'on le veuille ou non, les gros actionnaires de Swissmetal vouent une confiance aveugle à Martin Hellweg et au conseil d'administration. Comme l'an dernier à Berne, ils ont plébiscité, mercredi à Dornach, tous les points qui étaient soumis à leur sagacité. Avec des majorités dignes du Soviet suprême au temps de l'ex-URSS. Les représentants de la Nouvelle Boillat ont certes pu s'exprimer, dire tout le mal qu'ils pensaient de la stratégie du groupe et du démantèlement du site le plus profitable qu'était la Boillat; ils ont pu dénoncer la dilapidation du patrimoine pour enjoliver les comptes, et accuser le conseil d'administration de tromper les actionnaires, mais rien n'y a fait: les investisseurs n'ont eu d'oreille que pour les propos rassurants du CEO et du président du groupe Friedrich Sauerländer.
C'est vrai qu'en organisant l'assemblée dans la halle qui abrite la nouvelle presse plutôt que dans un hôtel cossu, le conseil d'administration avait un argument de poids: «Vous voyez, chers actionnaires, que nous ne gaspillons pas votre argent et que malgré la grève de l'an dernier, nous investissons dans l'avenir!» Et pour mieux convaincre, rien de tel qu'une petite démonstration de la presse. Une machine qui, promis juré, pourra produire l'assortiment complet des produits spécifiques de Reconvilier et de Dornach dès 2008.
A Reconvilier, beaucoup d'anciens Boillats en doutent, estimant que cette machine n'est qu'un mouton à cinq pattes. Ont-ils tort ou raison? La réponse viendra ces prochains mois. Mais même si elle devait fonctionner comme prévu, cette presse ne fera jamais de miracles. C'est pourtant bien ce dont Swissmetal aurait besoin aujourd'hui, car à quoi bon une super machine si on n'est plus capable de produire les alliages spéciaux avec la qualité et le service qui faisaient la réputation de la Boillat? Pas besoin d'une Rolls Royce pour fabriquer des produits standards qu'on trouve ailleurs - et moins chers…

mai 18, 2007 1:23 PM  
Anonymous Anonyme said...

Un an déjà ... Joyeux anniversaire petite souris d'or !

mai 18, 2007 8:48 PM  
Anonymous oignon rouge said...

@ anonyme du 18 mai

Merci d'avoir rappelé l'anniversaire de la Souris...

J'étais ces jours hors de toute connexion internet, j'ai beaucoup pensé à l'AG du 16 mai, et c'est pour avoir des nouvelles que je me suis précipitée sur le blog....mais toute honte bue, j'avoue avoir oublié la Souris.Et pourtant quel jour d'émotion immense ce fut....

Alors, brave Souris d'or, pardon pour mon oubli, et sache que ton image est toujours placardée chez nous en bonne place !

@ anb @ jb

merci pour les infos que je lirai plus posément demain.

mai 21, 2007 12:29 AM  
Blogger ancien1 said...

@
Boillat avait été préparé aux nouveaux challenges qui allaient faire façe.On avait des chefs de projets à la pointe de la technique de nouveaux alliages voyaient lejour B05 NP6 CN8sans compter de l'amélioration des alliages existants c97 c99 c98.Nous avions encore un créneau dans les maillechorts nm6 nm3 nm2.Bref Boilllat pouvait aisément passer à l'étape suivante sans problème surtout que du coté des ouvriers nous avions un potentiel valable.Il fallait juste du coté de l'encadrement des ateliers faire un peu le ménage car beaucoup n'avaient pas compris les enjeux mondiaux je pense à notre chef de gars qui n'avait pas sa place dans cette compétition et quelques autres recasés depuis.Wilmar avait compris et c'est tout en son honneur hormis sa trahison.Nous n'aurionsjamais dû perdre gérard de l'outillage ni son équipe.Du coté qualité Mireille a été le moteur qu'il fallait une main de fer dans un sourire de velours; elle qui avait fait des prouesses dans un grand groupe international s'est demandée ce qu'elle faisait chez boillat après l'arrivée de Martinou. Voila comme on détruit une entreprise et son savoir faire comment des annéés de travail sérieux avec des perspectives à long terme son mise à plat.

mai 21, 2007 2:14 PM  
Anonymous Anonyme said...

Tous ces pseudos connus, sympa de les retrouver.

Merci à jb.zonez.ch de continuer à nous mettre à disposition toutes ces infos et à l'anb pour son compte-rendu de l'AG qui est excellent cette année...

Bonne soirée à tous

Externe-Z

mai 21, 2007 8:06 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Bonjour,

Le JDJ publie un compte-rendu des projections du film de Daniel Künzi, également disponible ici

mai 22, 2007 11:26 AM  
Blogger jb.zonez.ch said...

A lire l'article publié par Isabelle Eichenberger sur le site Swissinfo.ch et qui traite de la paix du travail en Suisse (70 ans déjà).

mai 23, 2007 12:32 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Quelques photos de la projection du film "La Boillat vivra !" de Daniel Künzi, à La Neuveville (23.05.07).

mai 24, 2007 7:27 AM  
Anonymous Anonyme said...

L'action Swissmetal est en train de perdre de sa superbe! (25.10), et ceci malgré la cote du dollar et celle de l'Euro.
Il était temps!

Bien fait pour eux!

Les actionnaires ne sont peut-être pas aussi bêtes qu'on aurait pu le croire lors de l'AG!

Vive la Boillat libre et indépendante!

mai 24, 2007 9:47 PM  
Anonymous Petzi said...

Un tout grand merci a JB et au cinéma de la Neuveville, pour l' accueille et l'organisation des deux projections

Un grand merci aussi a monsieur Rebstein qui étais présent ce soir et qui a pus ajouter pas mal de précisions quand a la situation de Boillat

Merci JB et toute l'équipe du muser

mai 27, 2007 11:25 PM  
Blogger david brawand dit shreck said...

J'attendait encore une éventuelle rencontre entre Boillat's, mais rien ne bouge.

Aujourd'hui je tire ma révérence, je souhait bien du courage à ceux qui reste dedant et ne vous laisser pas marcher dessus,car chacun à le droit de dire ce qu'il pense.

Salutations à tout mes potes d'aujourd'hui et d'hier.

A+ ailleur........

mai 30, 2007 12:41 PM  
Anonymous Anonyme said...

"Le Matin" d'aujourd'hui consacre presque une page entière au film de Daniel Künzi.

mai 30, 2007 8:26 PM  
Anonymous SanA said...

SELON UNE INFO VENANT DE LA POLICE, "UN INCENDIE S'EST DECLARE, A L'USINE 1, SUR UNE PRESSE, AVEC RISQUE D'EXPLOSION".
LE SERVICE DU FEU EST SUR PLACE.

juin 05, 2007 2:33 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Merci Sana pour ces informations ; d'après RJB, l'incident est de faible ampleur et il a été rapidement maîtrisé par les pompiers. De plus et je pense que c'est le plus important, il n'y a pas eu de blessés.

C'est du moins les informations diffusées par les médias ...

Quelles sont les causes de ce début d'incendie ?

juin 06, 2007 7:53 AM  
Anonymous Anonyme said...

La course aux billettes: Les conducteurs de presses (les anciens surtout) se croient toujours payés aux nombre de billettes produites par jour!

juin 06, 2007 9:36 AM  
Anonymous Anonyme said...

@anonyme de 9.36

Parmis les conducteurs de presse il y a une grande gueule qui sème depuis toujours .Il était partit chez lui dans son pays mais il est revenu la queue entre les jambes en faisant croire à tout le monde qu'on était revenu le chercher.Quand on le croise maintenant il change de trottoir.Il fait des courbettes au chef de gare mais quand il parle de lui il dit "l'autre con" je le cite.

juin 06, 2007 2:00 PM  
Anonymous Anonyme said...

Vous avez dit bénéfice???

La direction de SM a décidé de vendre 1000 To de métaux sur les deux site suisse...

a prendre sur les retour client
et les différent déchets stocker

Voilà ce que je sait

juin 06, 2007 4:35 PM  
Anonymous Anonyme said...

Procès Swissair : acquittement général et indemnités, les crapules style Hellweg ont encore de belles années devant elles ...

juin 07, 2007 1:02 PM  
Anonymous Anonyme said...

Sur le site de Swissmetal, sous structure de l’entreprise, on trouve Dornach, Lüdenscheid, Avins et Deisslingen-Lauffen. La Boillat ou Reconvilier ne sont plus mentionnés. Boillat le fleuron de Swissmetal est rayé du monde industriel. La bataille est terminée.

juin 08, 2007 7:04 PM  
Anonymous SanA said...

@anonyme 8 juin, 7:04

La structure de l'entreprise SM présentée est typique d'une approche purement formelle et financière, plutôt qu'organisationnelle. Elle ne représente que des entités juridiques (sociétés) et leur siège social (Dornach ou Lüdenscheid). Boillat n'est hélas plus une société depuis la constitution d'UMS déjà, en 1986.

Sur swissmetal.com, l'usine est indiquée sur la page d'"accueil" en tant que "site de développement et de production à Reconvilier (CH)". Elle l'est aussi (et en premier) sous les "lieux d'implantation". Elle l'est largement dans un "historique" partiellement "arrangé" et totalement orienté (à la mode stalinienne), en minimisant honteusement Boillat et en valorisant mensongèrement Busch-Jäger, pour justifier la stratégie prédatrice d'Hellweg et de sa bande. La manière d'y interpréter les deux grèves de Reconvilier est particulièrement révélatrice des intentions de départ du chacal de Cologne.

juin 10, 2007 3:07 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Le titre Tornos monte, alors que UMS dégringole et ouvre ce matin à CHF 23.50

Titre UMS.

Bon début de semaine à vous tous, et courage à Patrice pour son opération.

juin 11, 2007 10:52 AM  
Anonymous Anonyme said...

Licenciement de bols et le p'tit qui déménage

juin 11, 2007 8:53 PM  
Anonymous Oeil de moscou said...

Même info...

Ras Le et le Petit Déménageur serait viré...

Quand on sait de quelles conneries et quelles décisions d'incapables ces abrutis se sont rendus coupable...
Comme quoi, la super référence de Maîîître à penser de Dôôôrni ou Capitaine de déchêterie ne suffit pas à devenir des piliers d'une entreprise qui était DEJA organisée et RENTABLE.

Barré vous loin de notre vue minables. Houste, comme on dit. Du vent !
Mais 1 année et demi trop tard pour Boijat. Dommage...

juin 12, 2007 7:25 AM  
Anonymous oignon rouge said...

@ jb pour ton site
@ à tous

LONG COMMUNIQUE DE SM CE 12 JUIN

à lire sur www.swissmetal.ch

Voici un bref extrait :

"Dans le cadre de la phase décisive de transformation industrielle des 18 prochains mois, Swissmetal prévoit de supprimer en Suisse 153 des 606 postes de travail à temps plein. Le plan prévoit une première vague de suppression de 21 postes à temps plein en été 2007. Il s'agira essentiellement de postes de cadre dans le secteur technique, de la maintenance et de la logistique. Il est en outre prévu de prononcer à 44 collaborateurs une résiliation de contrat avec proposition modificative au sein de Swissmetal."

Selon ce même communiqué, Henri Bols quitte SM "d'un commun accord" et reçoit un paragraphe de compliments et de remerciements.

La RSR a annoncé deux fois ce matin le licenciement de 153 personnes, soit un quart des effectifs. Voir s'il y aura une info plus étoffée au 12 : 30.

Une journée qui commence mal....

juin 12, 2007 8:38 AM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Bonjour à tous et merci pour les liens.

L'intégralité du communiqué de presse est à votre disposition ici.

Bonne journée !j

juin 12, 2007 8:55 AM  
Anonymous orage mécanique said...

-"Selon la stratégie arrêté par le groupe, l'usine de Reconvilier va se spécialiser dans la fabrication de fils et de barres à haute valeur ajoutée.(Parce qu'avant ces géniaux visionnaires, on faisait quoi? Du laiton basse qualité en méplat?) Elle sera dirigée par Manfred Gröning (proposition de surnom: Manfred Greudingue), membre de la direction du groupe Swissmetal et jusqu'à présent déjà responsable du site allemand de Lüdenscheid.
Selon Swissmetal, les chiffres d'affaires par collaborateur industriel à Dornach et Reconvilier sont respectivement inférieurs d'environ 20 % et 40 % à celui enregistré à Lüdenscheid.(...)"

juin 12, 2007 11:05 AM  
Anonymous Anonyme said...

DEUTSCHLAND ÜBER ALLES!!!!!

juin 12, 2007 11:10 AM  
Anonymous Anonyme said...

Le personnel était convoqué en assemblée par les commissions à 14H00. Des nouvelles?

juin 12, 2007 2:43 PM  
Blogger Raph said...

http://www.rjb.ch/?cat=infos&news=50133

juin 12, 2007 4:36 PM  
Anonymous SanA said...

La façon dont est interprété par le marché boursier le dernier communiqué de guerre de SM ne respire pas la béatitude. Les fluctuations de l'action sont de faible amplitude et elle n'est presque pas montée malgré un volume d'échanges (relativement) important (de 24.5 à 25.5 suite aux traditionnelles opérations de 17H30). La crédibilité du groupe semble sérieusement érodée et la bochification forcenée des usines suisses ne provoque aucun enthousiasme délirant. Les clients et le personnel ne font déjà plus la moindre confiance à la direction du groupe. Le marché financier apparemment non plus. A la propagande indécente et mensongère de la clique de Cologne, seuls ses propres propagateurs peuvent encore faire semblant de croire.

Exemples de quelques-uns des derniers mensonges et des manipulations éhontées de SM:

- "les chiffres d'affaires par collaborateur industriel à Dornach et à Reconvilier sont respectivement d'environ 20% et 40% inférieurs à celui enregistré à Lüdenscheid". D'abord, ces chiffres ne reflètent pas la réalité et la référence au chiffre d'affaires est (volontairement) équivoque. Ensuite, avant la grève et le pillage en règle qui a suivi, c'était la performance de Boillat qui était REELLEMENT 40% (quantitativement) supérieure à celle de Busch-Jäger! Sans parler que, qualitativement, elle était incomparablement meilleure. Mais là où les crapules de SM sont les plus performantes, c'est en matière de falsification, de tromperie et de malhonnêteté.
- "Swissmetal a décidé de confier la direction des usines en Suisse à l'équipe de management de Lüdenscheid qui a fait ses preuves". Double distorsion de la réalité! La réalité, c'est que Suchordt avait opérationnellement conduit Busch-Jäger à la faillite, et que c'est à lui qu'est confiée la direction opérationnelle du groupe. Si l'intention est de le conduire à la faillite, c'est cohérent: Suchordt a toutes les compétences pour y parvenir! Quant à "Göring", il n'est à Lüdenscheid que depuis six mois. Quelles sont les preuves de sa compétence?
- "l'usine de Dornach […] va essentiellement se spécialiser dans la fabrication de profilés et de tubes à haute valeur ajoutée" C'est présenté comme une orientation nouvelle alors que c'est en ces domaines précisément que Dornach s'enlise depuis des années, car il n'y a ni "haute valeur ajoutée" ni marge. A relever qu'il n'est pas question de la dernière marotte d'Hellweg, le "design" (en fait la vieille lune des profilés de construction, totalement aléatoire et qui n'a jamais rapporté un centime aux banlieusards soleurois), pourtant présentée à la dernière AG comme un des principaux axes de développement!
- "l'usine de Reconvilier […] se spécialisera dans la fabrication de fils et de barres à haute valeur ajoutée". Là encore, c'est présenté comme une nouveauté stratégique alors que c'est (c'était, plutôt) la réalité quotidienne de Boillat depuis les années 70!
- A propos de Bols: "Swissmetal souhaite tout particulièrement lui exprimer sa reconnaissance pour avoir réussi à normaliser la situation au site de Reconvilier après la grève du début de l'année 2006, pour avoir veillé à une bonne conduite des affaires, une bonne collaboration dans l'usine et avoir amélioré petit à petit l'ambiance de travail." Je pense que tout commentaire est inutile pour qui a frayé cet individu et pu mesurer, sur les deux sites suisses, l'ampleur de ses compétences et de ses performances!!!
- Une toute belle pour finir: "nous entrons dans une nouvelle phase du concept industriel présenté en automne 2005". La main-mise des boches de Lüdenscheid sur le groupe était donc prévue plusieurs mois avant la deuxième grève… et le rachat de Busch-Jäger???

juin 12, 2007 6:13 PM  
Anonymous SanA said...

A comprendre: si Reconvilier (peut-on encore parler de Boillat?) et Lüdenscheid auront le même gauleiter, ce n'est pas parce qu'ils sont sur le même créneau (de par la volonté du prédateur de Cologne), mais parce que le pillage au profit des Boches n'est pas achevé!

juin 12, 2007 6:27 PM  
Anonymous Petzi said...

vous avez tous crus que ça pouvait durer des années???
Combiens ont demander aux solidaire de"fermer nos gueules et de les laisser bosser"???

Et quand P.Y. disait de chercher du job ailleur pourquoi la plupart ne l'ont pas fait???

Le cfc n'est pas forcément nécésaire, car je connait plus d'un ex-boillat qui n'en as pas et qui pourtant a retrouver du job...

Dés que quelqu'un émet une objection ou une suposition sur une personnes de "l'intérieure", elle se fait aussitôt raper dessus pae ceux de "l'intérieur" justement...


Alors au lieux de vous plaindre...


BOUGEZ-VOUS

Parce que votre job vous allez de toutes façon le perdre.

juin 12, 2007 8:45 PM  
Anonymous Anonyme said...

@ PETZI
Personne ne se plaind! On savait tous ou tout cela allait nous amener! Mais inutile de jouer les moralisateurs! Ceux dont tu parles, ceux bercé d'illusions, ont toujours été minoritaires! En ce qui concerne les attaques vis à vis des solidaires, elles ont été egales vis à vis des encore employés et qui ne sont responsable d'aucun licenciement ( tout en attendant le leur)! Il est triste que le pire des scénario devient réalité! Nul n'a été prophète, et nul ne peux jeter la pierre à l'autre! Toi même à avouer en son temps que l'ambiance de travail t'était devenue insuportable! Alors n'accable pas ceux qui demain vont mourir! Ce sont de vrais boillat comme toi!

juin 12, 2007 11:37 PM  
Anonymous Anonyme said...

La plupart des anciens Boillat voudraient que tout le monde parte de l'entreprise. Mais quand il n'y aura plus personne les boches prendront tout et la Boillat mourra dans l'indifférence totale. Je vois pas l'intérêt. Arrêtez avec votre manie du départ à tout prix. Chacun est libre, y compris ceux qui veulent attendre la fin. Après tout c'est une expérience humaine intéressante. Et pour ceux qui partent avec un bon nouveau job tant mieux.

juin 13, 2007 12:19 AM  
Anonymous grand démoniac said...

@ anonyme de 00h19,

Parce que d'après vous il reste encore quelques choses d'intéressant à prendre ??

Plus rien, ni personne, de ce qui faisait la force de Boillat est encore présent ou fonctionne encore.
Alors ... !!!! ??

Le gardiennage d'une coquille vide ?

juin 13, 2007 11:42 AM  
Anonymous Anonyme said...

Sûr qu'une belle faillite surviendra.

Ensuite, pourquoi ne pas faire un joli procès à Hellweg et sa clique (à plusieurs millions si possible) et de les acquitter et même les dédommager ses pauvres choux ignoblement attaqué par le site de Karl.

juin 13, 2007 11:58 AM  
Anonymous T@ Gueule said...

Bon c'est bientôt fini, on pourra installer un Karting géant dans l'usine 1 et des piscines à vagues dans les fosses Ebner.

150 ans d'existance pour finir en parc d'attraction... :-/

juin 13, 2007 12:09 PM  
Anonymous Anonyme said...

@anonyme de 00.19

"Une expérience humaine
intéressante" !!!!

Ben voyons, vous aimez les mises à mort ?

N'importe quoi....pffff

@tous les Boillat du dedans

Déguerpillez tant que vous avez encore le choix. Attendre d'être au pied du mur, c'est pas une solution.

juin 13, 2007 1:48 PM  
Anonymous SanA said...

Voici l'article du Journal du Jura à propos des dernières crapulereies de SM

Un quart des emplois à la trappe

Jugeant les performances de la Boillat et de Dornach insuffisantes par rapport à Busch-Jaeger, Swissmetal va supprimer 153 postes en Suisse d'ici à fin novembre. Et le groupe confie les rênes des deux sites suisses à des cadres allemands.

Par Philippe Oudot

A la Boillat, la descente aux enfers se poursuit. «La seule chose qui change, c'est que Dornach est désormais embarqué dans la même galère», lance, un rien désabusé, un ancien cadre de Boillat.
Hier matin, le conseil d'administration du groupe a en effet annoncé que la restructuration se poursuivait, conformément au concept industriel présenté à fin 2005 et qui prévoit la concentration des activités de transformation à chaud à Dornach. En conséquence, annonce le groupe, 153 des 606 postes que comptent les deux sites vont être supprimés. Le sacrifice se fera à part plus ou moins égale entre Reconvilier et Dornach, indique Sam Furrer, responsable de la communication de Swissmetal (voir le détail plus loin).
En fait, explique-t-il, cette mesure s'avère indispensable en raison de la faible productivité des deux sites suisses. Selon Swissmetal, «la direction veut relever le niveau de performance des usines en Suisse pour atteindre celle de Lüdenscheid». La valeur ajoutée brute (VAB) par collaborateur et par mois y atteindrait 20 000 fr., alors qu'elle serait de 20% inférieure à Dornach, et même de 40% à Reconvilier. Selon Sam Furrer, la différence entre les deux sites suisses s'explique par la grève de Reconvilier. Quant à la différence avec Lüdenscheid, «c'est, mis à part la grève, parce que le site allemand a été bien restructuré avant que nous le rachetions l'an dernier».
Pour atteindre les objectifs fixés, Swissmetal a aussi coupé quelques têtes à la direction, désormais en mains allemandes: Volker Suchordt, actuel responsable du domaine industriel du groupe et bras droit d'Hellweg, prend la direction de Dornach. Son collègue Manfred Gröning, actuel directeur de Busch-Jaeger, dirigera également l'usine de Reconvilier. Une germanisation de la direction accentuée par l'éviction de cadres actuels à Reconvilier et à Dornach (voir le texte ci-dessus), remplacés par des nouveaux venus de Lüdenscheid «qui ont fait leurs preuves», assure Swissmetal. Et tant pis s'ils ne parlent pas un mot de français...
S'agissant du moment où les 153 suppressions de postes seront effectives, Sam Furrer reste vague, reprenant les termes du communiqué: «au cours des prochains 18 mois». Mais en réalité, les choses vont se passer beaucoup plus vite. Tout d'abord, conformément aux dispositions de la CCT sur les licenciements collectifs, «un délai approprié doit être accordé» aux commissions du personnel pour faire des propositions pour en atténuer l'impact. La CCT indique qu'«en règle générale, ce délai est de 12 jours ouvrables».
En clair: Swissmetal veut envoyer les premières lettres de licenciement à fin juin. Une perspective que contestent Unia et les commissions, qui exigent une phase de consultation plus longue, ce qui permettrait de reporter l'échéance d'un mois. Par ailleurs, Unia conteste le chiffre de 153 licenciements avancés par Swissmetal: il y en aurait en réalité 208, qui vont se dérouler en deux phases: d'ici à fin juin (ou fin juillet), 65 personnes vont recevoir leur congé, 20 à Reconvilier, et 45 à Dornach. Il s'agit principalement de postes dans la technique, de la maintenance et de la logistique. La différence s'explique parce que Dornach compte beaucoup plus de personnes qui ne sont pas affectées directement à la production. Sur ces 65 personnes, 44 se verront proposer un réengagement, mais à d'autres conditions (fonction, salaire, site, etc).
Puis, d'ici à fin novembre, voire plus tôt, Swissmetal veut encore congédier 143 autres collaborateurs: 73 à Reconvilier, et 70 à Dornach. Sur ces 143 licenciements, il y aura 132 suppressions de postes, 11 personnes devant se voir proposer un nouveau contrat à d'autres conditions. Pour Bruno Schmucki, porte-parole d'Unia, cette façon de faire vise à camoufler l'ampleur réelle des licenciements, car pour beaucoup de gens à qui Swissmetal va proposer un réengagement, il sera sans doute difficile d'accepter le changement proposé: par le passé déjà, Swissmetal n'a pas hésité à proposer à des employés de bureau en emploi derrière une machine, ce qui n'est pas évident. Cela signifie donc qu'une bonne partie de ces gens seront bel et bien licenciés.
Par ailleurs, constate Fabienne Blanc-Kühn, membre du comité directeur d'Unia, le nombre de licenciements est bien plus élevé que ce qu'avait annoncé Swissmetal à fin 2005. A l'époque, le groupe parlait de 150 suppressions de postes. Or, depuis, une centaine d'emplois ont déjà passé à la trappe. «En tout, on peut donc bel et bien parler de 300 licenciements!», tonne-t-elle, ajoutant que cela démontre bien que le concept industriel de Swissmetal ne tient pas la route et qu'il ne conduit qu'au pillage de la substance industrielle des sites de Reconvilier et de Dornach.
Dans ce contexte, Unia exige que le conseil d'administration engage des négociations immédiates avec les commissions et le syndicat; qu'il prolonge de délai de consultation; et enfin que les négociations pour un plan social, en cours depuis l'automne dernier, aboutissent enfin. /PHO

juin 13, 2007 2:05 PM  
Anonymous SanA said...

Et voici l'éditorial de Ph. Oudot

Swissmetal? Non, Germanmetal...

La cohérence n'a jamais été la qualité première de MM Hellweg, Sauerländer et consorts. Il y a tout juste quatre semaines, lors de l'assemblée générale du groupe, le conseil d'administration avait dit à ses actionnaires que «les résultats de l'exercice 2006 sont au-dessus de nos attentes». Et voilà qu'hier, ce même conseil d'administration annonce tout de go qu'il va licencier 153 personnes, notamment parce que les performances de ses sites de Dornach et de Reconvilier sont respectivement 20 et 40% inférieures à celles de l'usine de Lüdenscheid! Faudrait savoir…
Ce qui est sûr, c'est que l'étau financier se resserre autour du groupe. Etant incapable de gagner de son eau chaude, il use de tous les subterfuges pour faire rentrer des liquidités et réduire ses coûts. Il continue donc de brader par dizaines de tonnes ses stocks de matières premières et, dans le même temps, taille dans ses effectifs. En annonçant «153 suppressions de postes», la direction cherche à faire croire qu'il ne s'agit là que de la concrétisation de sa stratégie annoncée à fin 2005. A l'époque, Martin Hellweg avait en effet parlé d'une baisse d'effectifs de l'ordre de 150 postes. Mais depuis, Swissmetal en a déjà supprimé une bonne centaine, essentiellement à Reconvilier. De plus, ce ne sont pas 153 licenciements qui seront prononcés d'ici à novembre prochain, mais plus de 200. Avec, certes, la promesse de nouveaux contrats pour une cinquantaine de personnes. Mais chez Swissmetal, le personnel sait depuis belle lurette que les promesses n'engagent que ceux qui veulent bien y croire.
Après avoir étouffé la Boillat, Hellweg est en train de piller définitivement les derniers restes de son savoir-faire, à destination de Lüdenscheid. Pour cela, il a mis en place une direction purement allemande. D'ici peu, Swissmetal risque bien de s'appeler Germanmetal. Et pour mieux faire passer la pilule, il prétend que ses managers ont fait leurs preuves. Hellweg a en effet raison: c'est sous la férule de Volker Suchordt que l'usine Busch-Jaeger est partie en faillite, il y a quatre ans…

juin 13, 2007 2:07 PM  
Anonymous Du con du coin said...

Hé Martinouuuuu...

Heureusement que tu n'as pas de consience, car elle t'aurait licencié en même temps que ras-le et du petit (mais petit) qui gratouille.

juin 13, 2007 9:06 PM  
Anonymous Anonyme said...

Reste 2 options: suivre des cours de boche intensif et se soumettre, écarter les cuisses etc., ou souhaiter que se rencontrent étincelle + combustible dans ces usines pillées par ces mêmes boches et que rien ne subsiste du savoir-faire Boillat. La seconde option n'est finalement pas plus catastrophique que la première. Cela sera l'occasion de nettoyer le terrain, ce qui donnera du boulot aux entreprises locales...:-P

juin 14, 2007 12:31 AM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Je porte à votre connaissance un communiqué de presse de la coordination "Solidarité Boillat", disponible à cette adresse.

En outre, des informations supplémentaires liées au groupe de coordination sont disponibles ici.

Bonne fin de semaine à toutes et tous,
JB

juin 14, 2007 9:24 AM  
Blogger david brawand dit shreck said...

Ouais ben moi j'en m'en bats les c... aujourd'hui de toutes ces histoires. J'ai retrouvé du job et ça ne me concerne plus...

juin 14, 2007 11:35 AM  
Blogger Nabaroch said...

@ Faux shreck de 11:35

Va faire joujou ailleurs...

@ Tous

Un petit tour sur le profil des gens et vous pouvez voir depuis quand ils sont enregistrés sur le blog...

Salutations à tous et bonne journée !

juin 14, 2007 11:57 AM  
Anonymous SanA said...

Le communiqué CSB est cité et partiellement repris sur Swissquote, le QJ (dernières), le JDJ.

juin 15, 2007 12:22 AM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Bonjour, le communiqué de coordination "Solidarité Boillat" est repris par le JDJ du 15 juin. Il peut être également consulté ici.


jb

juin 15, 2007 7:12 AM  
Blogger claire marie said...

La Boillat aujourd'hui: j'ai lu l'article de M. Oudot et "Jugeant les performances de la Boillat et de Dornach insuffisantes par rapport à Busch-Jaeger, Swissmetal va supprimer 153 postes en Suisse d'ici à fin novembre."
Tout le contraire de "l'économie au service des gens", c'est "quand les gens ne servent plus au capital de l'économie, on les éiimine".
La lutte se poursuit cependant portant dans ses sillages des blessures non guéries!
J'ai téléphoné deux fois, hier en Afrique du Sud, où une grève générale paralyse la vie sociale dans le pays. Ecoles, hôpitaux, transports, aucun secteur n'échappe à la grève du COSATU (Congress of South African Trade Union).
But: une augmentation de salaire: 12%. Le gouvernement propose 7%.
C'est vrai que les salaires sont scandaleusement misérables, dans l'éducation en particulier!
Ceux et celles qui veulent s'occuper des milliers d'enfants laissés à eux -mêmes et des malades mourants, deviennent des cibles faciles... (Entre temps on pense au FOOT 2010!!!)
Je dis ceci, parce que j'ai toujours perçu un lien entre ce qu'ont vécu et vivent encore les gens de La Boillat en dedans et hors de murs des usines (y compris Dornach maintenat) et le monde tel que le néo libéralisme est en train de le structurer en accélérant la destruction de notre petite planète!
Rien n'est perdu pourtant puisqu'on fait face à cette réalité, debout. De plus en plus nombreux: debout. Même fatigués, nous avons en nous des ressources pour à continuer la lutte, même petitement. On a pas le choix.

juin 15, 2007 10:40 AM  
Anonymous Anonyme said...

Ca sent le sapin. C’est le moins que l’on puisse dire. Il se débarrasse de sa matière première et de sa main d’œuvre. Ce sont des choses qui coûtent quand les commandes ne sont pas là. Cela prouve que les clients ont déserté Swissmetal. Quand à la récupération du savoir faire de Boillat par Busch-Jäger, c’est pas avec ce plouc imbu de lui-même et malhonnête jusqu’au trognon je veux dire le Sieur Suchort que ce transfert se fera. Pour faire un transfert correct, il faut un tout petit peu d’intelligence et ça, c’est vraiment ce qui manque le plus à cette meute de fous.
Ras le Bols est devenu Vas le Bols. Ce n’est pas pour nous déplaire. Il rejoint ainsi son ancien collègue Brendel. Jepeto est-il le suivant sur la liste ?
Je reviens à mon « Ca sent sapin » car avec des usines dépareillées à ce point là :
- Dornach avec une nouvelle presse pour des produits en fin de vie
- Boillat sans fonderie et sans personnel
- Busch-Jäger vétuste et désuet
Il n’est plus possible de terminer des produits avec une valeur ajoutée suffisante à la même place sans engendrer des transports sans fin. Attention, les tonnages dans la métallurgie ça fait beaucoup de camions, beaucoup de km et autant de rallonge des délais.
Question : Est-ce que Boillat peut être remis sur pied après la faillite de Swissmetal ? On peut rêver.
Un ancien Boillat.

juin 15, 2007 7:31 PM  
Blogger zephir said...

Un vieux proverbe dit:"Nous ne pouvons pas changer la direction du vent;apprenons donc à orienter les voiles.
En rédigeant sont rapport de médiation,Jurg Muller a probablement tenté de faire valoir ce principe.
Volker Suchordt et Manfred Grönig seront'ils à même d'en faire autant?
En jetant par dessus bord,Henri Bols et Silvain Petitdemange,il est permis de supposer qu'il en soit ainsi.
Peut être, ont'ils compris qu'une hierarchie fondée sur le principe de Peter et les lois de Parkinson ne mène nul part.
Les réactions rageuses des pleutres concernés s'exprimant sur le Blog de l'Uzine3 présagent d'autres bonnes surprises.
Avec tous mes compliments à toutes celles et ceux qui inlassablement conduisent et poursuivent cette lutte pour aboutir à plus de justice et de respect d'autrui.
@+

juin 16, 2007 3:12 PM  
Anonymous Anonyme said...

Mon sentiment, c’est que le vent a tourné. Dornach n’est plus en état de grâce. La période idyllique est terminée. Hellweg incompétent en métallurgie (là il en est conscient) a toujours fait confiance à son directeur de Dornach. Or, voilà que la presse est installée et balbutie alors qu’elle devrait être selon les promesse en pleine production donc rentable, que Boillat n’a pas retrouvé une production valable alors que Ras-le avait dit que c’était en bonne voie. Par conséquent, Martinou toujours aussi incompétent et impatient à cause des finances qui vont mal s’est tourné vers le Sieur Suchort qui est maintenant son expert industriel. Lui au moins, il va résoudre tous les problèmes (hum !). On peut donc se débarrasser des cadres de Dornach.
Boillat a subit l’arrivée arrogante et humiliante des cadres de Dornach. Ces derniers vont s’en aller la queue entre les jambes et subiront à leur tour l’arrivée arrogante et humiliante des Boches de Busch-Jäger (je fais la différence entre les Allemands normaux et les Boches).
L’arrivée des Dornach à Reconvilier c’était en fin 2005 il y a environ 18 mois. Si on extrapole, dans 18 mois, ce sera la disgrâce des Boches. La faillite de Swissmetal sera probablement effective. Adieu Hellweg.
Tic-tac tic-tac…..
La Boillat pourra renaître (espoir tu nous fait vivre).
Un ancien Boillat.

juin 16, 2007 5:32 PM  
Anonymous Anonyme said...

BAPTEME D'UNE IMPASSE

mercredi 20 juin 2007

aux abords de La Lingotière, Rue du Bruye 5 à Reconvilier.
18h00 : Accueil et apéritif
18h30 : Inauguration SURPRISE !


VENEZ NOMBREUX


***********************************
Merci de diffuser largement ce message auprès de vos contacts, vous nous aiderez à faire circuler l'information

juin 17, 2007 7:42 AM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Détail sur l'inauguration de l'impasse ici.

juin 17, 2007 3:15 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home