lundi, juin 18, 2007

Additions notables

Invitation



Le groupe de coordination « Solidarité Boillat » vous invite au

Baptême d’une Impasse

Mercredi 20 juin 2007
Aux abords de La Lingotière
Rue du Bruye 5
à Reconvilier

18h00 Accueil et apéritif
18h30 Inauguration surprise

Venez nombreux!


PS: Karl, tout en vous invitant à aller à l'inauguration de ce mercredi, vous promet une mise à jour très prochaine du blog. Et il s'excuse de ne pas en faire plus...
PS2: Merci à JB pour l'image!



Théâtre arithmétique

Pièce en un acte. Fridou, Sammy et le prof.

Fridou et Sammy sont à un cours privé d'arithmétique, payé par l'assistance sociale durant leur long séjour en prison (on peut rêver non?). Leur professeur, qui n'arrive pas à se défaire de l'habitude qu'il a d'enseigner ce genre de choses à de petits enfants, les questionne.

Le prof.: Aujourd'hui, nous allons continuer à apprendre à faire des additions. Commençons avec toi, mon petit Fridou, pour voir si tu te souviens bien de la dernière leçon. Alors, 1 plus 1, ça fait combien?

Fridou, sans hésitation: 200! Et des bons!

Le prof.: Bons ou pas, ce n'est pas 200 le résultat, mais 2. Fridou, tu as déjà fait cette erreur la semaine passée. A ton tour Sammy. Voyons, combien font 3 plus 2?

Sammy: 60!

Le prof. le regarde froidement et Sammy ajoute: Pardon Herr Professor! Je veux dire 600 répartis sur 2 sites! Je fais des lapsus parfois! 600!

Le prof.: Mais enfin, ce n'est pas croyable! Nous avons fait ces exercices la semaine passée, la semaine d'avant, et encore la semaine d'avant, et vous n'y arrivez toujours pas! Dites-moi, combien font 2 plus 2?

Sammy, qui pèle une banane: 600! J'ai juste là, du premier coup!

Fridou: Non! C'est 200, et des bons! 200! 200! 200!

Sammy: Mais Fridou, 600, c'est sur 2 sites, tu as rien compris mein Präsident du jass club! Tu as nichts verstanden!

Le prof.: 4, 2 et 2 font 4, mes petits. Vous semblez ne pouvoir compter qu'en vous référant à des choses concrètes. Cette histoire de Deutschmetal? Swissmetal?

Fridou: Oui, Swissmetal Reconvilier! 200 emplois, et des bons!

Sammy: Swissmetal, 60... 600 emplois sur 2 sites!

Prof.: Alors, au fond, pour ce cas pratique mais pas compliqué, quel est le résultat de toutes les additions concernant Swissmetal? Fridou? Sammy?

Sammy: ... Un lapsus?

Fridou: ... Des bons?

Sammy: Le Maîîître saurait, lui... Oui, il saurait. Il savait tout. Maîîître? [Sammy pleure].

Fridou: Oh Maîîître, nous sommes si seuls! [Fridou pleure].

Le prof.: Séchez vos larmes, voyons, les enfants. Pour vous faire plaisir, je ne vous demande pas de répondre à la question. Voici le résultat: zéro employé, zéro site, zéro stock, zéro client, zéro vente. Zé-ro! Ce n'est pas compliqué, vous voyez!

Fridou: Non, c'est pas zéro! C'est l'expansion mondiale! Les gens qui mangent des cuivreux au petit-déj'! Pas zéro! Le Maîîître vous aurait montré!

Sammy, qui chuinte et larmoie: Pas zérooo, pas zérooo, le Maîîître savait...

Fridou et Sammy se tendent alors, sautent sur le professeur et l'étranglent avec une paire de chaussettes tricotées par leurs soins, au sein d'un programme d'occupation. Ensuite, ils se redressent et clament: Rien ne nous résiste, seule notre volonté existe! La Stratéchie, la Stratéchie, la Stratéchie!

Rideau.


Retour à la réalité

Tout comme la fiction, la réalité donne à voir quelques problèmes de calcul.

L'un d'eux, piquant, mérite un petit retour en arrière. Il figurait dans ce communiqué du 15 mai, et avait trait au coût de l'énergie. Swissmetal a annoncé vouloir répercuter directement les augmentations du coût de l'électricité sur ses prix de vente. Le sel vient de cette phrase: "Etant donné que les coûts d'énergie dépendent du tonnage et sont les mêmes
pour tout les produits, cette augmentation de prix s'applique à toute la gamme de produits". En effet, on imagine bien qu'un pressé terminé (un alliage coulé en billettes puis pressé en fil) coûte exactement la même chose en énergie qu'un alliage coulé en billettes, pressé, brossé, laminé, recuit, étiré, lavé, etc. La calculatrice de Martinou, elle aussi, a dû se mettre en grève, après qu'il a licencié la touche "moins" et offert une prime en actions à la touche "plus".

Mais venons-en au vif du sujet, le dernier communiqué de Swissmetal, publié le 12 juin 2007, qui a suscité de nombreuses réactions. Il faut dire que sur 606 postes à plein temps annoncés, Swissmetal a prévu d'en supprimer 153. Et, "
A ce propos, Swissmetal prévoit d'effectuer les suppressions d'emplois dans les deux usines de Swissmetal en Suisse déjà annoncées en novembre 2005 dans le cadre de la présentation du concept industriel". Rappelons que ce morceau de stratéchie, énoncé en 2005, prévoyait la fermeture de la fonderie avec plusieurs dizaines de licenciements (aucun communiqué du groupe, que Karl a relu en se bouchant le nez, ne fournit ne chiffre ces licenciements, mais les journaux si). Là, nous ne sommes arrivés à un total d'environ 300 (21 cadres de la Boillat, 112 ouvriers de la Boillat, un certain nombre de licenciés au compte-gouttes, et maintenant 153 licenciements suppressions de postes à temps plein annoncées). Bref, la stratéchie dépasse, du moins en termes de licenciements, les rêves les plus fous de Martinou.

Et la stratéchie dépasse aussi largement les capacités de calcul de Sam Furrer et de Friedrich Sauerländer. Sam Furrer, lors d'un lapsus illustre (qui s'était propagé jusque dans la signature), avait parlé de 60 -pardon 600- emplois sur les sites de Reconvilier et Dornach. 606 moins 153 = 600, donc. Quand à Fridou, 220 (environ) moins 75 (environ la moitié du total des suppressions) = 200, donc.

Les additions ne sont pas les seules à poser problème. Les pourcentages aussi! Selon ce même communiqué, les performances de l'usine de Dornach seraient de 20% inférieures à celle de Lüdenscheid, et les performances de la Boillat y seraient de 40% inférieures. La méthode de calcul menant à ces résultats reste pour le moins obscure, comme le relève d'ailleurs la Coordination "solidarité Boillat" dans un communiqué largement diffusé. Parmi ceux qui ont tenté d'avoir des précisions, certains ont presque eu à craindre de se faire mordre. Pourtant, manifestement, ces chiffres sont très discutables, pour ne pas dire faux: avec le personnel restant, la Boillat, contrairement à ce qu'on pourrait imaginer, fait des résultats défendables en termes de tonnage et de qualité. La performances a diminué, soit, mais pas à ce point: être au-dessous de la productivité de Busch-Jaeger, ce n'est pas rien!

Henri Bols, Karl Meyer et Sylvain Petitdemange ont pu, à l'occasion de ce communiqué, faire leurs valises. Un quatrième est parti, mais en posant sa démission: Roderick Tanzer, qui semble avoir été juste assez intelligent pour flairer la noyade toute proche. Les 4 personnes précitées, que Karl peine à regretter malgré ce qui se profile à l'horizon, seront remplacés par les brillants redresseurs de Busch-Jaeger. Moins de francophones pour plus de francophobes, car le petit club qui dirige Swissmetal a besoin de discipline: on met ses amis aux postes clés, pour s'assurer qu'aucun secret ne transpirera. On place une bande de liquidateurs qui dépèceront les usines suisses. Car n'allons pas croire que l'équipe de Busch-Jaeger va s'installer en Suisse: il faudra certainement leur payer de nombreux billets d'avions pour leur éviter le mal du pays et ils repartiront une fois la destruction achevée. Mais, ils n'auront pas la tâche si facile.

Pour mémoire, Busch-Jaeger a fait faillite en 2003, avec Volker Suchordt à sa tête, juste après s'être fait payer une presse flambant neuve avec de l'argent gagné à Reconvilier. Suite à cette faillite, l'usine a été rachetée par la Frankfurter Beteiligungsholding AG [FBH], une très obscure entreprise de rachat et restructurations mise en faillite depuis, dirigée par Dietrich Twietmeyer et Markus Solibieda. D. Twietmeyer fut d'ailleurs, un temps, candidat au conseil d'administration de Swissmetal. Aujourd'hui, D. Twietmeyer et M. Solibieda n'ont plus rien à voir avec Swissmetal. V. Suchordt, qui reprit Busch-Jaeger avec eux, est le seul à avoir participé à la restructuration de cette usine et à faire partie de Swissmetal. Il maintient aujourd'hui la stratégie qui mena Busch-Jaeger à la faillite en 2003: la production est de qualité médiocre pour ne pas dire misérable (par exemple en ce qui concerne les tentatives de produire des pointes de stylo) et les ventes sont réalisées grâce à une politique de prix cassés. Ainsi, Busch-Jaeger fait beaucoup de chiffre d'affaire, et certainement de la VAB, du moins tant qu'on ne boucle pas les comptes et qu'on ne sort pas les cadavres du placard (en tout cas, Swissmetal relativise diplomatiquement cette comparaison). Par exemple, il serait imaginable de faire du chiffre d'affaire en vendant à perte et en s'endettant... Un peu comme en 2003. Mais, si ce devait être le cas, soyons sûr que les dettes seraient celles de tout le groupe, et que Martinou se refuserait à comparer les sites entre eux.

Pour vous donner une idée, par l'exemple, de l'échec promis à moyen terme par la stratégie Suchordt: il n'y a pas d'employés de maintenance à Lüdenscheid, contrairement à la Boillat. Ce sont en fait les opérateurs qui s'occupent de réparer et d'entretenir leur machine. Quand on compare cette approche au niveau de qualification des mécaniciens, serruriers et électriciens de la Boillat, il y a de quoi se poser des questions. Impossible de régler ou de réparer correctement certaines machines si l'on n'est pas spécialisé en la matière, d'où le fait, entre autres, qu'à la Boillat, de très vieilles machines (certaines auraient peut-être pu fêter un jour leur centenaire) produisent efficacement. Donc, pour Volklore, si c'est comme ça à Lüdenschied, ça doit être comme ça à la Boillat. Et surtout, on ne discute pas (sauf si on est Allemand?). En tout cas, Karl imagine quels seront les emplois proposés aux travailleurs de la maintenance de la Boillat dont les postes seront prochainement supprimés: on leur demandera de devenir des opérateurs sur des machines, et de réparer à la demande. Mais il sait aussi qu'un bon mécanicien peut retrouver du travail ailleurs, et dans sa branche.

Dans ces conditions, Swissmetal veut que la Boillat augmente sa productivité pour atteindre celle -inventée jusqu'à preuve du contraire- de Busch-Jaeger. Cette augmentation se fera donc sans maintenance, avec un tiers de personnel en moins, sans argent pour préfinancer le stock de matières premières (bien des commandes ne peuvent actuellement pas être exécutées à cause de ça! Bravo la performance...) et avec un nouvel encadrement qui ne parle pas un mot de français. Parlons-en, d'ailleurs, du nouveau directeur de la Boillat: ce sera Manfred Gröning, qui aurait démontré son efficacité de restucturateur à Lüdenschied. Pourtant, comme le mentionne Sam Furrer dans le Journal du Jura, Busch-Jaeger a été entièrement restructurée avant le rachat par Swismetal. Or, Manfred Gröning ne dirige cette usine que depuis quelques mois, où il a succédé à Patrick Huber-Flotho, le jongleur de l'immobilier...

L'analyse de l'ensemble des contradictions produites par Swissmetal est de toute façon un défi surhumain. Karl va donc la laisser là, en recommandant le bas de cette page du site de JB (merci à lui!), qui rassemble bon nombre d'articles sur ces questions. Unia a aussi, de manière très directe et juste, souligné l'ampleur du délire swissmétalien. une chose est sûre: faire la sommes de toutes ces contradictions nécessite un super calculateur plutôt que Sammy ou Fridou.

Une petite dernière, toutefois, peut-être la plus mesquine (quoique... la réorientation des usines du groupe, dénoncé à juste titre comme une escroquerie intellectuelle par la Coordination "solidarité Boillat" dans son communiqué du 14 juin, c'est très relevé). Enfin, comme il est question de licenciements, il est question aussi d'un plan social. Tout le monde sait que ce dernier est âprement négocié par Swissmetal et par les représentants des employés de la Boillat et de Dornach. Arracher un centime à Swissmetal, c'est en soi une petite guerre.

Pourtant -suspens-, il y a fort à parier que le plan social des Boillat sera finalement financé par la fondation patronale, elle-même financée par les anciens dirigeants de l'usine et les Boillat eux-mêmes. Autrement dit, si ceci se produit, les Boillat auront dû négocier longuement, et durement, un argent qui leur appartient de droit. "Envie de vomir" dites-vous?

86 Comments:

Anonymous Anonyme said...

{(50+50)x10}x merci, Karl. Vous avez 10/10 en rédac...

Bloggeur fou

juin 18, 2007 6:34 PM  
Anonymous SanA said...

Réussir à nous faire rire dans ces circonstances... Ach! Das ist sooooo gut!
Danke sehr, Karl.

(Achtung, kein böse "schwizertütsch". Nur Hochdeutsch, bitte!)

juin 19, 2007 12:16 AM  
Anonymous SanA said...

Avec une intention purement constructive et dans un esprit de franche et saine collaboration avec nos bienfaiteurs d'outre-Rhin, voici à leur intention quelques modestes suggestions
en vue d'augmenter drastiquement la productivité de Boillat et de l'aligner sur celle, tellement remarquable, de l'ex-Busch-Jäger

- travailler sur plusieurs machines à la fois
- ne pas contrôler ce qui en sort (attention à la "sur-qualité"!!!)
- additionner les tonnes (pardon, les kilos, faut rien exagérer!) pour les statistiques de production
- ne pas attacher les ... "produits"
- ne surtout pas les mettre en caisse
- soigneusement éviter de les livrer aux clients pour épargner frais de transport et de retour
- expédier au plus vite à la fonderie
- recommencer le processus, en ignorant autant que possible la perte au feu
- émettre un communiqué de victoire à l'intention des abrutis qui jouent les actionnaires et les analystes financiers

Efficace et pertinent, non?

Si nos bienveillants envahisseurs et occupants veulent exprimer la "performance" en VAB par tête de pipe:

- se résoudre à livrer tout de même (c'est embêtant, mais faut c'qui faut)
- facturer immédiatement
- comptabiliser
- diviser le chiffre d'affaires (purement virtuel) par des effectifs ramenés au minimum
- émettre un communiqué de victoire pour les abrutis déjà évoqués
- faire traîner le plus longtemps possible les réclamations
- ne pas décompter les notes de crédit pour retours de marchandise.

A dire vrai, je ne doute pas que c'est ce qu'ils pratiquent déjà largement ;-(

juin 19, 2007 12:26 AM  
Anonymous oignon rouge said...

@ Bloggeur fou
Jolie façon de dire les choses, j'adhère 1000 fois !

@ Karl
Excellente suite à "Tranche dornachienne de vie" les maths perdent pied mais la statégie demeure, et on tend vers le zéro absolu.

Bravo Karl, encore deux trois actes de cette inspiration caustique et déjantée, et il y aura de quoi organiser une sacrée revue à Reconvilier. Bien grinçante.

Ceci dit, suis triste et révoltée.

Je donnerai encore qq nouvelles de la pétition vaudoise demain.

Bon courage à tout le monde, il en faut.

juin 19, 2007 12:31 AM  
Anonymous SanA said...

@Oignon rouge

Être triste et révolté(e), il y a de quoi. Il y a 1000, 100'000, 1 million de raisons de l'être. Essayons toutefois d'être plus révoltés que tristes.

Votre action courageuse et tenace, votre solidarité sans faille, votre discours si humain et intelligent, sont des appels à la révolte et au combat plus qu'à une résignation attristée.

Merci 1000 fois à vous aussi.

juin 19, 2007 1:08 AM  
Anonymous Anonyme said...

Ouais super drôle... heureusement qu'on ne monte pas une pièce sur vos tronches de prolos.

juin 19, 2007 1:27 PM  
Anonymous oignon rouge said...

@ sana

Merci pour votre message et vos bonnes paroles, oignon rouge ne peut rougir davantage et surtout n'en mérite pas tant.

Oui je suis très triste. Ce qui n'empêche pas la révolte intacte ! Bien sûr q'on ne va pas baisser les bras. Le groupe de solidarité est aussi un soutien moral pour ceux qui sont éloignés géographiquement. Ses communiqués aussi ! et je vous assure qu'ils sont répercutés.

Ce serait positif d'organiser une journée de rencontre avec les solidaires, les Boillats qui le souhaitent, histoire de discuter mais aussi de maintenir et resserrer des liens autres que virtuels.

Amitiés à toutes les personnes qui luttent et qui gardent la cause dans leur coeur.

juin 19, 2007 2:29 PM  
Blogger ancien1 said...

@Karl
Merçi je me suis régalé quel talent ,et en plus technique vous ne confondez pas un 58A et un c97.Si seulement certains journalistes de la radio ou tv pouvaient en prendre de la graine dans leur commentaires et ne pas confondre destruction pillage et restructuration.Je profite de l'occasion pour envoyer mes meilleurs souvenirs à certains que j'ai cotoyés et appréciés.
Toujours près de vous

juin 19, 2007 2:37 PM  
Anonymous oignon rouge said...

PETITION BOILLAT VAUD

Notre pétition Vaud a été plusieurs fois à l'ordre du jour des séances du Grand Conseil, sous point 25.

Le GC a un très grand retard, et mardi dernier la séance s'est terminée avec le point 13....

Ce mardi 19 juin est la dernière séance de la législature, et notre pétition n'est pas à l'ordre du jour. Il faut être lucides, La Boillat n'est de très loin pas la préoccupation essentielle du GC vaudois.

Ce qui signifie qu'elle sera discutée durant la prochain législature qui commence le 1er juillet, et quand, mystère.

Ce qui est très empoisonnant, c'est le fait qu'au moins deux membres de la Commission des pétitions quittent le GC, parmi lesquels notre plus ardent défenseur !!!
Quelques autres membres qui nous soutenaient aussi fortement n'ont pas été réélus non plus.

Donc il va falloir recommencer tout le travail d'information qui avait été accompli depuis presqu'un an, et surtout depuis octobre dernier, suite à notre séance avec la Commission... misère ...
Mais je donne ma parole aux Boillats qui ont été licenciés et à tous ceux qui luttent encore, de ne pas abandonner et de reprendre le flambeau envers la nouvelle Commission- et d'autres députés.

Ce sera peut-être ( ?) un peu plus aisé au vu de la situation actuelle et de nouveaux documents à disposition.
Voilà.

juin 19, 2007 2:55 PM  
Anonymous oignon rouge said...

@ anonyme de 1:27 et 2: 48

Il y a longtemps que l'on n'avait pas reçu des messages aussi aimables et constructifs sur ce blog....

Sauf erreur, il existe de bons médicaments pour les aigreurs d'estomac :-)

juin 19, 2007 3:09 PM  
Blogger Karl said...

@Anonyme de 2:48Pm

Votre message est supprimé. Merci de garder un ton un peu plus correct.


@Anonyme de 1:27Pm

Nous attendons donc votre pièce de théâtre pour la lire ;-)


@Ancien 1

J'avoue qu'il y aurait tout de même un peu de chance là derrière ces précisions techniques... Même si j'ai fait mon possible pour décrire les choses dans l'ordre exact...


Merci à tous pour vos commentaires!

juin 19, 2007 3:15 PM  
Anonymous Anonyme said...

Le JePeTo "JE PETE HAUT" pourra toujours se recycler en reprenant le dicastère de l'agriculture au conseil municipal de Genevez. Il y a fait ses preuves autant que le Buffle à la tête de SM.

juin 19, 2007 9:36 PM  
Anonymous Petit Ours said...

Bonjour à tous et merci à Karl pour son édito. En ce moment, Swissmetal c’est vraiment le théâtre, mais on ne sait pas si c’est du vaudeville, de la tragédie ou de la farce. Petit Ours n’a pas pu résister au plaisir d’écrire un deuxième acte. Le voici :

Comédie germano-swissmétallique en plusieurs actes

Acte II

Titre : visite de l’usine
Personnages : Folklore Suchard, Grand Nain et le petit chien Wilou.

Description de la scène : Grand Nain, le nouveau boss de Reconvilier visite la Boillat pour voir comment doubler la productivité. Il est accompagné de Folklore qui veut vérifier que son poulain est à la hauteur, et de Wilou le petit chien qui doit faire exécuter les ordres du chef.

Ils commencent par la fonderie

Grand Nain : pour économiser, chaque ouvrier devra amener chaque jour son charbon et son bois pour faire chauffer les fours.

Wilou : mais mon vénéré chef, les fours de la Boillat sont électrifiés, ils ne fonctionnent plus au charbon comme à Lüdenscheid.

Folklore : Ach oui, même dans cette région sous-développée ils ont décha l’élektricité, choubliais ! (grognements).

Grand Nain : bon allons plus loin, j’en ai assez vu.

Ils arrivent à la tréfilerie

Grand Nain : les machines ne tournent pas assez vite, doublez la vitesse.

Wilou : mon vénéré chef, la machine est déjà au maximum, c’est pas possible.

Grand Nain : (en s’énervant ) comment ! c’est pas possible ? on peut toujours aller plus vite, je vais vous montrer.

Grand Nain sort un grand feutre de sa poche. Il trace la position 5 du bouton de la machine et écrit à la place un 10.

Grand Nain : et bien voyez, ces francophones sont vraiment nuls, chez nous c’est comme ça qu’on augmente la vitesse.

Wilou le petit chien émerveillé : ouah, ouah !

Folklore : il est génial…

Ils arrivent à l’expédition

Grand Nain : combien pèse cette caisse ?

Wilou : comme vous le voyez, chef vénéré, 250 kilos.

Grand Nain : (il fait déplacer une autre caisse et la fait poser sur le coin du plateau de la balance) vous voyez maintenant, elle pèse 350 kilos.

Wilou : mais c’est pas juste ?

Grand Nain : (en s’énervant) vous, faites bien attention à ne pas prononcer d’insultes ! Ce que je fais est toujours juste. Comment croyez-vous que l’on augmente la productivité à Lüdenscheid ?

Wilou et Folklore : il est vraiment incroyable…

Ils arrivent au planning

Grand Nain : qu’est-ce que c’est que cet écran d’ordinateur ?

Wilou : c’est un écran SAP

Grand Nain : mais les résultats sont mauvais ?

Wilou : mais c’est la vérité, chef vénéré.

Grand Nain : chez nous on a collé des cartons SAP sur les écrans et on met les chiffres à la main. Avec ces maudits informaticiens on n’avait jamais les chiffres qu’on voulait. Maintenant c’est impeccable. Nos résultats sont excellents.

Folklore et Wilou : (ils ne disent rien mais pensent) il est vraiment génial !

Ils arrivent à la vente

Grand Nain : C’est quoi cette facture ?

Wilou : (après avoir demandé les renseignements) c’est une facture normale pour la livraison de la matière.

Grand Nain : mais elle est datée d’aujourd’hui et le prix de la matière est actualisé ?

Wilou : bien sûr, ici on fait les choses correctement mon vénéré chef (il donne en plus quelques coups de langue).

Grand Nain : (proche de l’hystérie) mais vous êtes complètement fous ! chez nous on fait le prix au client 2 fois plus bas et lorsque la facture arrive c’est 2 fois plus cher. Vous n’avez vraiment rien compris, c’est une région de sous-développés, ils sont honnêtes ici ? quel horreur ! je vais envoyer toutes ces personnes faire un stage de facturation à Lüdenscheid.

Epilogue

Folklore et Grand Nain sont très fiers de leur visite. Grâce à ces mesures ils pourront sans autre doubler la productivité. Ils vont fêter ça au bistrot du coin et commandent chacun deux litres de bière. Pour Wilou le petit chien ils commandent un sirop. L’alcool aidant, Folklore et Grand Nain commencent à gesticuler puis à danser ensemble. Folklore est très content de son poulain mais pour danser il se dit qu’il préfère quand même Christine. Dans un déhanchement frénétique, les deux acolytes hurlent à qui veut l’entendre :

La stratéchie, la stratéchie, la stratéchie !
Wilou le petit chien regarde le spectacle. D’un côté il aimerait bien danser avec ses maîtres vénérés et leur mordiller le pantalon en faisant des petits ouah ouah. D’un autre côté il sait que ses maîtres peuvent l’écarter d’un vulgaire coup de pied. Alors il reste là et attend.

Rideau !

juin 19, 2007 9:41 PM  
Anonymous SanA said...

Il est évident que le peu reluisant Wilmar est, comme les autres lèche-c... bottes, destiné aux poubelles hellwego-suchordtiennes. Si on en croit (bon, je sais bien qu'il ne faut rien avaler venant de la fange chleuh qui nous envahit) les menaces des nazillons venus de Lüdenscheid, Boillat sera fermée dans trois mois: "Si la productivité de Reconvilier n'égale pas celle de Lüdenscheid d'ici trois mois, le site sera rayé de la carte!"
C'est ce que Göring a éructé le jour même de son arrivée. Le seul rôle du collabo en chef (ouais, enfin, petit, tout petit chef) Wilmar, ce sera celui de fusible.

Quelques paroles AUTHENTIQUES illustrant le style de... "management" des occupants boches:

- "Vous savez que Boillat a mauvaise réputation auprès des clients?" (Ils doivent reprendre à leur compte les vérités qu'on leur sert... donc nous lire!)
- "Objectif 40 tonnes/jour"
- "Ce que vous subissez aujourd'hui, ce n'est rien à côté de ce qui vous attend si vous n'y arrivez pas!"
- "Ce qu'on veut, ce n'est pas de la qualité, c'est de la quantité!"
(Le commandant de stalag semble s'être effectivement inspiré du processus que je proposais plus haut!)

Après un ... "départ", question aux collègues restant:

- "Comment allez-vous vous organiser pour faire son travail?"

Sam Furrer s'est-il en son temps préoccupé de la "Kultur" de Lüdenscheid? A-t-il remarqué qu'elle s'inspirait directement de l'idéologie qui a conduit à l'extermination d'une culture différente? A-t-il perçu que le style de direction et le discours qu'il véhicule ressemblaient étrangement à ceux des camps du même nom?

Si on ramène les choses à nos normes actuelles, ce qu'on relèvera au minimum, c'est qu'il s'agit de maltraitance, d'abus d'autorité, de mobbing, de harcèlement, d'atteinte à l'honneur et à la santé du personnel notamment. Tout cela est illégal en Suisse. Même pour les psychotiques boches!

PS Ce qui vaut pour Wilmar, s'applique aussi aux autres tristes sires du genre Jepeto et Chef de Gare, par exemple. Mais ce n'est pas exhaustif.

juin 19, 2007 10:22 PM  
Anonymous Anonyme said...

Ein Volk, Ein Reich, Ein Führer!

Heil Hellweg! Sieg!

Und nicht vergessen:
ARBEIT MACHT FREI!

La Solution Finale touche au but.

juin 20, 2007 9:15 AM  
Anonymous SanA said...

@Tous

Aujourd'hui à midi et demain matin, sur RJB, info avec interview à propos de l'inauguration de l'impasse.

Rappel:

c'est ce soir mercredi,
dès 18h00,
près de la Lingotière.

juin 20, 2007 11:12 AM  
Blogger zephir said...

essai

juin 20, 2007 11:49 AM  
Blogger jb.zonez.ch said...

@Sana :

L'extrait peut-être écouté sur RJB.

@Zéphir :

Roger Roger, test reçu 10 sur 10
Over - kouik
;-)

juin 20, 2007 12:45 PM  
Blogger zephir said...

-Merci à Karl pour sa remise à jour et sa présentation du ghota de Swissmetal.

-Essayons de zoomer du côté exploitation et des presses en particulier.
Partons du principe qui dit que:
"Comparaison n'est pas raison"
et admettons aussi qu'il n'y a pas de règles sans exception.

-Aucun constructeur d'automobile au monde vous propose une voiture polyvalente vous permettant de courir les grands prix de formule 1,le rallye de Paris-Dakar et de partir en vacance à Saint-Tropez.

-Le grand show du 16 mai passé à Dornach dévoilait sous de grands projecteur cette grande première mondiale,la polyvalente et bonne à tout faire Schloemann de 5000 tonnes destinée à avaler la production de quatre presses obsolètes implantées à ses côtés.

-La stratégie impose en plus le transfert de la transformation à chaud de Reconvilier à Dornach.
Conséquences:Loewy et Klus à la casse.

-Pour la période transitoire,l'expert médiateur Jurg muller dans ses considérants préconisait:La pleine production à reprendre le plus tôt possible à Reconvilier.
Cette variante impliquait de terminer rapidement la transformation Loewy conçue pour réformer la presse Klus en fin de carrière.

-La perte de maîtrise et des compétences techniques sur loewy aggravée par l'abandon de maintenance sur Klus toujours indispensable,ajouté aux retards pris à Dornach débouche sur des positions intenables.

-Résultats des courses:
Faut départ,erreur de parcours,chutes,abandons,discalifications et plus un chat à l'arrivée.
Remboursez!!!

-Mon imagination en toute logique postulait pour une professionnalisation des services permettant de sortir de ce bourbier.

-Selon l'analyse et les dernières informations récoltées par Karl, il n'en est rien et il semble bien que Volker Suchordt et Manfred Grönig privilègient toujours l'amateurisme pratiqué chez Busch-Jaeger.

-Comprenne qui pourra et de toute façon ces "Françoses" ne leur apprendront rien du tout.

-Affaire à suivre.

juin 20, 2007 1:12 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Swissmetal expose au 47ème salon du Bourget. Extraits de la dépêche ATS du 20.06.07 :

"Nous sommes numéro 1 mondial dans les matières traditionnelles pour la connectique décolletée, mais nous aimerions vendre un nouveau matériau reconnu pour sa haute résistance avec d'excellentes propriétés de frottement", soulignent Alain Nicolas, responsable de vente, et Jean-Pierre Tardent, responsable de développement.

juin 20, 2007 3:48 PM  
Blogger ancien1 said...

@ Aller les gars préparez vous à faire des heures suplémentaires jepeto arrive avec de grosses commandes.

juin 20, 2007 4:46 PM  
Anonymous Tamino said...

Lors d’une visite chez Busch-Jäger il y a quelques années, le chef de gare était sorti de là furax. « Ils ne vont quand même pas nous apprendre à presser des billettes » avait-il dit après une théorie au tableau noir par un des boches de service dont j’ai oublié le nom. Dans l’atelier, lors de la visite, quelqu’un lui a demandé ce qu’il pensait d’une filière qu’on lui présentait. Il a répondu en français : « Moi je la foutrai loin ».
Aujourd’hui, le même chef de gare devra encaisser les théories des boches sur les presses sans sourciller. J’aimerai bien qu’il retrouve un peu de la hargne qu’il avait à l’époque contre Busch-Jäger. Mais voilà, la roue a tourné. Il s’est entre-temps complètement déconsidéré en descendant ses culottes pour sauver la place qu’il va perdre prochainement car vraiment, ça sent le sapin.
Tic-Tac Tic-Tac

juin 20, 2007 7:18 PM  
Anonymous Tamino said...

Le matériau résistant au frottement pour l’aéronautique, Jepeto s’en est mis une couche sur le ventre pour l’essayer (en rampant). Ça fait maintenant des années que ça dure et le matériau résiste vraiment bien. A tout ceux qui croient que Jepeto est un rampeur je dit non, il fait vraiment des essais de matériaux. De puis le temps que ça dure, je pense que cette fois au Bourget il va décrocher des commandes. Préparer l’Ospray il va y avoir de l’ouvrage.

juin 20, 2007 7:28 PM  
Anonymous SanA said...

@Tous

La "cérémonie" de ce soir s'est déroulée idéalement. Elle s'est prolongée jusqu'à 20h30 et l'affluence était bien supérieure à nos attentes!
L'ambiance a été chaleureuse en l'absence de tout troll identifiable. Même la municipalité était représentée.
Le presse également. En plus des quotidiens régionaux, l'ATS s'est informée et TeleBielingue était sur place.
Les flashs ont longuement crépité et l'orage nous a totalement épargnés. Des photos sont d'ailleurs peut-être déjà sur le site de JB (jb.zonez.ch).

Il n'y a pas eu d'abus en matière de blabla. Une brève introduction par Jean-Guy Berberat (voir plus bas) et un discours excellent et des plus pertinents, lu par Maurice Bürki et dont on peu lire la teneur également sur le site de JB, à partir de l'entrée "groupe de coordination Solidarité Boillat".

Des plaques ont été posées à plusieurs endroits de l'impasse, représentant le logo de l'action, la combinaison du signe routier ad hoc et d'une croix mortuaire.

La plaque "officielle", portant l'indication

Impasse
HELLWEG
Sackgasse

a ensuite été découverte sous un mélange de huées (en raison du nom y figurant) et d'applaudissements (pour l'initiative).

La manifestation s'est poursuivie autour des amuse-gueules et de la boisson offerts par les "Femmes en colère".

Que toutes celles et tous ceux qui ont préparé ou pris part à la "cérémonie" soient vivement remerciés ici. Grâce à eux, Hellweg est officiellement dans l'impasse. S'il ne le savait pas déjà…
----------------------------
PS Voici en quels termes a été lancée la manifestation:

D'abord, bonsoir tout le monde et
merci à chacune et chacun d'entre vous qui êtes réunis ici.

Réunis pourquoi, au fait?
Eh bien, réunis pour rendre l'hommage qu'il mérite à celui qui, en prédateur arrogant et borné,
est venu piller, au profit de ses compatriotes allemands, un des fleurons de nos entreprises suisses,
à celui qui, une fois sa mise à sac achevée, s'en ira rejoindre les brumes de sa Germanie natale.

Il pensait peut-être disparaître sans laisser d'autres traces que des ruines industrielles et d'inguérissables blessures humaines.
Il se trompait!

Nous tenions à ce que son passage puisse braver ce temps qui efface peu à peu même les pires souvenirs.
Faute de pouvoir le graver encore sur une pierre tombale, nous placardons aujourd'hui son nom à l'entrée d'une impasse improbable
symbolisant les échecs répétés et durables de ce prédateur et de ce qu'il nomme pompeusement sa "stratégie". Elle aboutit effectivement ici.

C'est donc en son déshonneur, et à regret, que nous baptisons ce soir l'

Impasse Hellweg!
----------------------------
PPS Le reportage de TeleBielingue, avec interview, passera demain à 19h00 (en allemand) et à 19h30 (en français)

juin 20, 2007 10:52 PM  
Blogger Karl said...

Bien que les allemands présents à la Boillat se comportent comme de véritables troupes d'occupation (et ces mots sont pesés), je vous prie de ne pas faire dériver le débat trop loin sur leur nationalité et sur surtout sur des parallèles avec le nazisme.

Je le répète: de telles parallèles sont malheureusement, pour certains d'entre eux, justifiables, mais je crains que ce lieu ne soit pas très adapté. A vous de voir.


@Petit ours

Merci pour cette acte théatral! Je me dis qu'il pourrait venir compléter le présent "édito" :-)

Merci à tous pour vos commentaires!

juin 20, 2007 10:59 PM  
Blogger Karl said...

Encore une chose:

L'"édito" en cours sera bien sûr prolongé avec une information sur l'inauguration de l'Impasse Hellweg.

juin 20, 2007 11:00 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Bonsoir,

- vous pouvez voir les photos de l'inauguration de l'impasse ici.
- le communiqué de presse (qui est aussi le discours de l'inauguration) est téléchargeable depuis cette page.

Merci à toutes les personnes qui y ont pris part, organisateurs et public

juin 21, 2007 12:00 AM  
Anonymous Poivre said...

Merci à JB pour sa ténacité et sa rapidité.

Que d'émotion en voyant les photos du baptème.

Bravo pour l'initiative.

Une tape dans la main à tous nos potes et une pensée particulère à toutes mes amies des "femmes en colère"

J'ai fait un bout de chemin avec elles. Elles sont incroyables, alliant humour, imagination et subversion. Je suis vraiment fière d'avoir été membre du groupe.

j'ai dû, pour des tas de raisons, cesser de m'investir. Toute mon énergie doit maintenant être consacrée à la santé de mon fils et de mon mari. Mais sachez que ni moi, ni mon mari ne regrettont d'avoir participé à la lutte

juin 21, 2007 1:29 AM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Tiens, l'organigramme nouveau cuvée juillet 2007 est sorti de presse et disponible dans les crèmeries (ça rime avec vacherie, non ?)

juin 21, 2007 3:08 PM  
Anonymous Tamino said...

Salon du Bourget Paris:
Swissmetal est présent pour traquer des débouchés. "Nous sommes no 1 mondial dans les matières traditionnelles pour la connectique décolletée, mais nous aimerions vendre un nouveau matériau reconnu pour sa haute résistance avec d'excellentes propriétés de frottement", soulignent Alain Nicolas, responsable de vente, et Jean-Pierre Tardent, responsable de développement.

Marché-Concours National de Chevaux Saignelégier:
Swissmetal est présent pour traquer des débouchés. "Nous sommes no 1 mondial dans les matières traditionnelles pour la connectique décolletée, mais nous aimerions vendre un nouveau matériau reconnu pour sa haute résistance avec d'excellentes propriétés de frottement. Le fer à cheval est une application idéale", soulignent Alain Nicolas, responsable de vente, et Jean-Pierre Tardent, responsable de développement.

juin 21, 2007 7:18 PM  
Anonymous Anonyme said...

TELEBIELINGUE vient de diffuser un très bon reportage sur l'inauguration de l'Impasse Hellweg. Rediffusion toutes les heures, vers moins le quart !

juin 21, 2007 7:55 PM  
Anonymous oignon rouge said...

IMPASSE HELLWEG

Bravo au groupe de coordination Boillat pour cette initiative décapante, et mes regrets les plus vifs et les plus désolés de n'avoir pas pu participer, pour des raisons impossibles à annuler- car ce sont des moments très importants et précieux dans la lutte de solidarité.

Oui j'aurais bien voulu être avec vous, et

@ jb
merci pour les photos sur lesquelles j'ai retrouvé bien des visages connus et amis !

Mes pensées ont été avec vous.

juin 21, 2007 11:11 PM  
Anonymous Anonyme said...

@ Anonyme 7:55

Heureusement que le ridicule ne tue pas ;-)

juin 22, 2007 10:07 AM  
Anonymous Cyrille Müller dit orage mécanique said...

@ anonyme de 10h07 (gros lâche)

Heureusement, car sinon on enterrerait les trolls de ton espèce à la pelle...

juin 22, 2007 10:14 AM  
Blogger jb.zonez.ch said...

@Poivre:

Bonjour et merci pour les nouvelles. J'espère que tout va bien de votre côté.

@Oignon Rouge:

En effet, pas mal de visages connus, mais aussi quelques nouveaux.

@Anonyme de 10h07:

En effet, heureusement que le ridicule ne tue pas ; ça nous laisse notamment l'occasion de vous lire.

Personnellement, je trouve votre démarche ridicule : consulter ce blog, y passer du temps, vous énerver sur ce qui est écrit, et poster des messages.

@ Tous :

Soyez fair-play, ne répondez ni à mon message, ni à la personne ci-dessus.

Bonne fin de semaine à vous tous, et courage à celles et ceux qui ont les pieds dans l'eau !

juin 22, 2007 10:42 AM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Swissmetal publie aujourd'hui lundi 25 juin 2007 un communiqué de presse qui traite de leur participation au salon du Bourget à Paris.

Le communiqué de presse et une photo sont disponibles ici.

juin 25, 2007 12:06 PM  
Anonymous SanA said...

"Cette croissance […] ne reflète toutefois pas l'évolution des produits … Cette évolution fut, en fait, surtout due à la volonté […] d'inclure plus de travail dans les produits et de DEVENIR LE SPECIALISTE DE LA PETITE DIMENSION."

"Modeste pas sa taille [la société] est néanmoins tournée vers le monde, puisque ELLE ENTRETIENT DES RELATIONS COMMERCIALES DANS TOUS LES PAYS EUROPEENS ET DANS 30 PAYS DES QUATRE AUTRES CONTINENTS."

"Malgré sa taille modeste par rapport aux géants européens, [la société] possède L'EQUIPEMENT DE PETITES BARRES LE PLUS IMPORTANT D'EUROPE."

"[les produits de nous fabriquons sont destinés à de nombreuses utilisations] comme les ordinateurs et leurs périphériques, les nombreux appareils de toutes sortes qui EQUIPENT LES AVIONS CIVILS OU MILITAIRES, LES FUSEES, LES NAVETTES SPATIALES, LES SATELLITES, LES MOTEURS, LES NAVIRES…"

"L'évolution des semi-ouvrés à haute valeur ajoutée, loin de ralentir, a tendance à s'accélérer."

"Le maintien des choix faits antérieurement et visant à satisfaire la demande DE PRODUITS SPECIAUX A HAUTES EXIGENCES QUALITATIVES a permis de compenser les pertes de tonnage dues à la miniaturisation."

Ces passages sont-ils extraits de la stratégie du génie industriel qu'est Hellweg? Viennent-ils d'un nouveau communiqué de victoire des envahisseurs boches de Deutschmetall? Décrivent-ils la brillante situation de l'ex-BJL? Apzolument bas! Gar nicht! Ils sont tirés d'une plaquette éditée par Boillat il y a plus de … 25 (vingt-cinq) ans!

juin 25, 2007 12:30 PM  
Anonymous Anonyme said...

Youhououou ! Karl, merci d'écrabouiller la vilaine chose pondue par l'anonyme si bien éduqué de 1:05 ;-)

Et doublement l'écrabouiller pour son sexisme. Encore un de ces frustrés !

Merci Karl et merci à Sana pour ces recherches !

juin 25, 2007 1:39 PM  
Anonymous oignon rouge said...

@ anonyme de 1:9 PM

D'accord avec vous bien sûr, joliment dit, cette "vilaine chose" sent mauvais. Quant au sexisme, pff, pitoyable tant cette image-là manque d'imagination...c'est si vieux et périmé.

@ sana

Ah quelle superbe trouvaille ! bravo....une plaquette datant de plus d'un quart de siècle ? ne serait-il pas souhaitable d'en avoir copie en ligne chez jb ? ne peut-on l'utiliser officiellement en tant qu'usurpation du patrimoine et du savoir -faire ? ne serait-il pas utile d'en faire un contre - communiqué de presse bien percutant ?

voilà les premières questions qui me viennent à l'esprit.

juin 25, 2007 2:28 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

En attendant de pouvoir publier cette plaquette de 25 ans, je vous invite à lire le communiqué de presse de l'Association Nouvelle Boillat, qui prend position sur le communiqué de presse du 12 juin de Swissmetal.

Les informations sont ici.

juin 25, 2007 3:00 PM  
Anonymous Anonyme said...

@ sana
Bien vu !

juin 25, 2007 4:33 PM  
Blogger Karl said...

Je reviens décidément de mes pannes d'ordinateur en en lisant de belle sur mon blog...

Merci à l'ANB et à SanA pour le travail, nécessaire, accompli!

juin 25, 2007 7:10 PM  
Anonymous SanA said...

@Tous

Le dernier communiqué de la Nouvelle Boillat est aussi une lettre ouverte adressée personnellement à Sauerländer, cet "amer patriote", irresponsable devenu traître, qui sait qu'elle est rendue publique.

@JB

La plaquette Boillat est à votre disposition. Je vous ai envoyé un mail dans ce sens.

juin 25, 2007 7:36 PM  
Anonymous Solidarnoch said...

Bonjour,

Le communiqué de la nouvelle Boillat est dans le quotidien jurassien de se matin.

juin 26, 2007 9:19 AM  
Anonymous Anonyme said...

Merci à Paul Sonderegger et Edmond Bailat de la Nouvelle Boillat pour le communiqué de presse - lettre ouverte à M. Sauerländer. Il ne faut pas se lasser de répéter la stupidité évidente de la stratégie industrielle de Swissmetal!

Même si on ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif, il n'est pas interdit de lui rappeler qu'il va crever dans le désert à la poursuite de ses mirages! Merci de noter que les mirages sont en minuscules et qu'ils n'ont donc rien à voir avec les phantasmes aéronautiques de Jepeto et de son CN8.

juin 26, 2007 9:13 PM  
Anonymous 27 juin said...

27 juin 2006 - 27 juin 2007
Bien triste anniversaire, en effet il y a une année que ces connards de SM cassaient la médiation et renvoyaient MM Block et Müller à leurs études comme des mal propres.
En même temps ils se permettaient de licencier les 2 PY, membres de la commission des employés.
Une année et rien de positif ne s'est produit à La Boillat mais la chute continue.
Alors ceux de dedans continuez le combat et en même temps cherchez du boulot ailleurs.
Bon courage.

juin 26, 2007 9:42 PM  
Anonymous SanA said...

A lire dans le Journal du Jura de ce jour un article et un édito à l'occasion de la rupture unilatérale de la médiation par Swissmetal. Ph.Oudot y fait un bilan sans complaisance et dresse l'inventaire des promesses (non tenues, bien sûr) des prédateurs et des incapables qui mènent Boillat et le groupe à leur perte.

juin 28, 2007 1:40 PM  
Anonymous Anonyme said...

28-06-2007 16:19 CH/Swissmem veut renforcer la place industrielle suisse
Zurich (AWP/ats) - L'industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux (MEM) veut faire entendre sa voix. Elle exige des mesures pour renforcer la place industrielle helvétique, ainsi que des limites aux rachats spéculatifs d'entreprises.

Dans son discours prononcé lors de la Journée de l'industrie Swissmem à Zurich, le président de l'organisation patronale Johann Schneider-Ammann a estimé que les entreprises suisses ne devraient pas faire l'objet d'acquisitions spéculatives lancées à court terme. La loi sur les Bourses et le droit d'annonce doivent être changés, mais pas dans une optique protectionniste.

Il faut prendre ses responsabilités pour que les lois soient en accord avec les standards européens, a dit M. Schneider-Ammann devant 1400 hôtes, dont le conseiller fédéral Christoph Blocher, le président du conseil d'administration de la Deutsche Bank, le Suisse Josef Ackermann et le directeur du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) Jean-Daniel Gerber.

"Nos technologies, le savoir-faire de nos collaborateurs et notre capacité d'innovation ne doivent pas devenir le jouet d'intérêts financiers spéculatifs", déclare Swissmem dans un manifeste présenté lors de sa traditionnelle "landsgemeinde".

Le texte en six points défend la place industrielle helvétique. Il plaide pour l'élimination des obstacles administratifs, un système de formation répondant aux besoins de la branche, l'encouragement de l'initiative individuelle et la responsabilité personnelle, a expliqué André Koopmann, patron du groupe vaudois Bobst et vice-président de Swissmem.

ats/jq


Remarque: Le comportement de Laxey et de certains prédateurs financiers bien connus dans l'art de spoliers ou de détruire certaines entreprises ( Boillat, Saurer, Implenia)n'est certainement pas étranger à la réaction du patronat suisse.

Dommage que ces Messieurs aient mis autant de temps pour comprendre et réagir.

juin 28, 2007 4:40 PM  
Anonymous Anonyme said...

Swissmem, le "Club du Grand Patronat" réalise un peu tardivement que les loups sont déjà dans la bergerie et que ces prédateurs vont foutre la pagaille dans leur cheptel industriel.

Tant que les vautours ne sévissaient que dans une vallée perdue du Jura bernois, ces beaux Messieurs de Swissmem n'esquissaient qu'une simple moue face au drame qui se jouait à La Boillat.

Quant au gouvernement bernois et aux politiciens, ceux-ci déclaraient que les dispositions légales ne leur permettaient pas d'intervenir.

Maintenant que les Grands de l'Industrie réalisent qu'ils pourraient se voir déposséder de leurs biens par les vautours de la finance, ils exigent l'application immédiate de dispositions légales afin de les protéger de ces nouveaux pirates.

Il n'y a que les imbéciles qui ne changent jamais d'idées.

Comme les Barons de Swissmem ne sont pas forcément tous des idiots, le drame de la Boillat pourra éventuellement servir de détonateur pour inciter patrons et politiciens à prendre les dispositions nécessaires pour éviter de nouveaux désastres industriels et malheurs sociaux.

Pauvre Suisse. Qu'en est-il de ton beau slogan : Un pour tous, tous pour un ! Ta solidarité a foutu le camp depuis belle lurette !

juin 29, 2007 9:15 AM  
Anonymous Anonyme said...

J'adore ce retour de manivelle dans les dents de ces abrutis qui n'ont rien vu venir.

Mais bon ils réagissent, c'est bien.

Quand on sait que la seule matière première de la Suisse c'est justement son savoir-faire...on se méfie quand de grands méchants loups européens viennent s'intéresser tout à coup à la petite Suisse.

Mais bon c'est plus facile de récolter du pétrole ou de l'uranium que le savoir-faire. On ne peut encore heureusement pas l'extirper du cerveau des employés !Je ne pense pas, mais dites-moi si je me trompe, qu'un jour BJ à Lüdenscheid atteigne le niveau Boillat.
Bon bien sûr, si la finialité est de couper les têtes qui dépassent afin de rester dans la course, Hellweg et sa clique auront atteint leur but, beurk !

juin 29, 2007 9:53 AM  
Anonymous Anonyme said...

Bon courage à ceux qui sont concernés par le communiqué du jour de Swissmetal.

juin 29, 2007 2:41 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

A propos des communiqués de presse en allemand et anglais de ce jour :

Swissmetal informe que "la version française sera disponible ultérieurement sur notre site Internet www.swissmetal.com. Merci de votre compréhension.".

Bon week-end à tous !

juin 29, 2007 3:25 PM  
Anonymous Anonyme said...

Voici un petit résumé du communiqué en français de Swissmetal:

Swissmetal: impact des suppressions d'emplois réduit à court terme

29.06.2007 16:11

La restructuration en cours chez Swissmetal devrait entraîner moins de licenciements à court terme et moins de changements de statut que prévu. Ces modifications ressortent de la première phase des consultations menées avec les partenaires sociaux. Ainsi, 11 personnes seront licenciées à fin juin contre 21 concernées dans un 1er temps. De plus, 39 au lieu de 44 collaborateurs se verront proposer un changement d'activité au sein de l'entreprise. Il y a 3 semaines, le groupe métallurgique soleurois avait annoncé la suppression de 153 postes sur 606 en équivalent plein temps à Dornach et Reconvilier. (SWISS TXT)

juin 29, 2007 7:31 PM  
Anonymous Anonyme said...

Le communiqué en anglais :

Swissmetal introduces a raft of measures to further improve performance at its Swiss plants in Dornach and Reconvilier – Intensive phase of industrial restructuring begins


The investment projects launched last year to boost efficiency are now entering the implementation phase. Operational implementation of the extrusion press at Dornach and the amalgamation of the two existing Reconvilier factories in the new Plant 2 at that location will be concluded within the next 18 months. As part of this process, Swissmetal intends to implement the job cuts announced back in November 2005 when the industrial concept for the company's Swiss sites was first presented. Overall, Swissmetal plans to reduce headcount in Switzerland by 153 of a total of 606 full-time equivalent positions. Swissmetal is currently involved in negotiations with its social partners regarding the implementation of a redundancy scheme. Until such measures have been agreed upon, employees in need may turn to the Swissmetal welfare foundation, which operates a social fund for cases of hardship. Any applications to the fund will be duly processed by an external firm, Hewitt Associates SA, which has been specifically appointed for this purpose.



As it enters this new, decisive phase of industrial restructuring, Swissmetal has decided to entrust the running of its Swiss sites to the management team which has proven so successful at Lüdenscheid. At Dornach per capita sales (less metal) by industrial staff are currently around 20% lower than in Lüdenscheid, with Reconvilier falling roughly 40% short of the Lüdenscheid figure. One of the company's fundamental aims is thus to bring the sites in Switzerland up to the same level of performance as Swissmetal's German plant in Lüdenscheid, which has already undergone restructuring.



Advanced implementation phase of industrial restructuring allows first efficiency gains

The restructuring of its industrial activities, set in motion by Swissmetal in 2005, is proceeding according to plan, along with a series of associated investment projects. The new extrusion press at the Dornach site has just recently hot pressed its first bolt and will gradually assume full operation over the next nine months, thus launching a new phase of the industrial concept presented in autumn 2005. This phase will dominate the coming 18 months and increasingly allow efficiency gains to be realized from the investment programme.



Performance at Swiss sites to be lifted to level of German plant

It is the stated goal of Swissmetal Management to raise performance at the company's plants in Switzerland to the same level as the German works in Lüdenscheid, where restructuring has already been completed. While gross added value sales (sales less metal at standard costs) per month and per industrial employee in Lüdenscheid stand at over CHF 20,000, at the Swiss locations to date that figure has reached largely less. The figures vary from month to month, but on average they are approx. 20% lower in Dornach than Lüdenscheid and 40% lower in Reconvilier.



Change of management on the industrial side

The need to boost performance at the Swiss sites, coupled with the advanced stage of the investment projects, present great challenges for the operational management. In this context, and given the importance of this phase of industrial restructuring, Swissmetal has decided to hand over the responsibility for the two Swiss sites to its most experienced management teams. At the top level of management, in addition to his overall responsibility for industrial activities at Swissmetal, Volker Suchordt, Executive Vice President of Swissmetal, will take direct charge of the Dornach site, which specializes more and more on high-end sections and tubes. Manfred Gröning, who has proven his industrial management skills with the successful restructuring of the Lüdenscheid factory and who is Member of Swissmetal Group Management with responsibility for the Lüdenscheid site will likewise take over the running of the Reconvilier plant which is focusing on high precision wires and rods . In addition to the operative performance improvement the new management team has also the task to increase the service level for customers and to improve delivery times.



Henri Bols, up to now Head of Industry Switzerland, will leave the company. Swissmetal would like to thank him for his prudent management of both Swiss sites in sometimes difficult circumstances. Swissmetal would especially like to express its appreciation for his achievement to bring the Reconvilier plant back to normal production after the strike in early 2006. Under Mr. Bols' leadership the productivity and morale at the Reconvilier site improved a great deal in the months following the crisis.



Consultations with social partners in progress, social plan and company-run social fund

Swissmetal plans to cut 153 of a total of 606 full-time equivalents (FTEs) in Switzerland as part of this important phase of industrial restructuring. Things will get underway with an initial headcount reduction of 21 FTEs in summer 2007, which will mainly affect middle management positions in technology, maintenance and logistics. It is also intended to offer 44 employees a different position within the company.

To avoid cases of hardship arising from these unavoidable redundancies, Swissmetal has set up a social hardship fund, which will be financed by the Swissmetal's welfare foundations. Hewitt Associates SA has been mandated to manage the fund and to make payments to the concerned members of staff, quickly and with a minimum of red tape, in accordance with uniform and objective criteria.

Furthermore, since November 2006, Swissmetal has been involved in negotiations with the employee representative bodies and trade unions regarding a redundancy scheme for the measures necessary under the industrial restructuring. Until such time as these negotiations are concluded, the social fund will make the necessary means available to Swissmetal employees in need.




<- Back to: News

juin 29, 2007 8:00 PM  
Anonymous du con du coin said...

J'ai appris ce jour que le contrôleur de peclette de pontenet avait perdu son chef ( le rrrouleur de rrrrr ).

Pour en être sûr, le pecloman, ni une ni deux, via un coup de natel à Courr(rrr)endlin, s'en est assuré...

-Daniel, c'est vrai, ces cochons, y t'on viré....? (2 coups d'essuie-glace sur les lunettes)

-Oui, snif, snif, je n'ai pas assez fait le faux derche. ( idem )

ET sa dernière en sécurité:

Ne jamais signé son arrêt de mort.

juin 29, 2007 9:52 PM  
Anonymous Anonyme said...

Le Taupier viré, et bien en voici une bonne nouvelle! En voilà un qui était sûr de faire partie des 60 derniers ouvriers de La Boillat. La roue tourne pour tout le monde, même ceux qui avait signé pour la stratégie du maîîîître.

juin 29, 2007 10:11 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

juin 30, 2007 1:52 AM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Le communiqué de presse du 29.06.07 peut être trouvé en français ici ou directement sur le site web de swissmetal.

juin 30, 2007 9:37 AM  
Anonymous Tamino said...

Tic-tac Tic-tac. Les événements se précipitent. Pour ma part, j’ai plusieurs questions :
1) Est-ce vrai que le grand architecte remplace le taupier comme chargé de sécurité ? Si c’est le cas, sachez que l’architecte (qui n’a pas de diplôme d’architecte) n’est pas du tout formé pour faire ce job. S’il accepte, c’est un âne car le moindre incident peut lui retomber sur le mouère. Cela m’étonnerai que les autorités acceptent un simple « prête-nom ». Le taupier en plus de sa maîtrise est formé complètement pour ce job. Il n’aura pas de peine à retrouver du travail.
2) Combien reste-t-il de personnes chez Boillat après ces derniers licenciements ?
3) Est-ce que la maintenance existe encore ?
4) Est-ce qu’il y a encore quelqu’un au bureau de vente ?
5) Quelle est la production moyenne journalière ?
6) Est-ce que l’Osprey est en état de produire ?
Voilà, je m’arrête pourtant j’en aurai encore d’autres. Je compte sur vous tous pour nous informer.
Courage aux victimes du chacal de Cologne. Cherchez tous du boulot, n’attendez pas d’être licenciés. Si vous échappez maintenant, vous continuerez de vivre dans l’angoisse et d’avoir peur de votre boîte aux lettres. N’espérez rien. Que vous soyez révoltés ou lèche-bottes, votre lettre viendra de toute façon, la fin est proche.
Tic-Tac Tic-Tac
Tamino

juin 30, 2007 5:56 PM  
Anonymous Anonyme said...

En plus des licenciés il y tous ceux qui partent et qui quittent le navire avant qu'il coule. Cela fait beaucoup de personnes en moins depuis quelques semaines. On colmate la brèche en travaillant le samedi.

juin 30, 2007 11:28 PM  
Anonymous Anonyme said...

L'architecte est le suivant , quand le pot de vin est tiré il faut le boire.

juin 30, 2007 11:44 PM  
Anonymous Anonyme said...

La grippe aviaire c'est terrible, mais la pourriture et la corruption c'est pire. Peter Pan en sait quelque chose. Parfois quand on gratte sous le bronzage c'est pas beau.

juin 30, 2007 11:53 PM  
Anonymous Anonyme said...

C'est qui les têtes pançantes qui qui fournissent les noms pour les futurs charettes de licenciés. Wilmar a bon dos mais à ce que je sache il n'est pas seul.

juin 30, 2007 11:57 PM  
Anonymous Anonyme said...

@Anonyme de 115.7
pour écrire pensante comme tu l'as écrit cela ne peut être que toi Wilmar.

juillet 01, 2007 2:18 PM  
Blogger un voisin said...

Radiation de Friedrich Sauerlänger
Fridou a été radié du registre du commerce de la succursale genvevoise de GEM Global Estate Managers ->lien FOSC.
Il n'est donc plus directeur de succursale.
En septembre 2006, il avait déjà été radié comme directeur de la maison mère...

juillet 02, 2007 3:19 PM  
Anonymous Anonyme said...

@Un voisin a dit
QU'est ce qu'on en a à faire de cette information c'est des ragots de concierges même si il quitte swissmétall cela ne changera rien à boillat la lutte se situe ailleur.

juillet 03, 2007 12:38 AM  
Anonymous Anonyme said...

Retour de certaines machines à Reconvilier

Selon certains bruits dignes de foi, des machines démantelées à Reconvilier et transférées à Lüdenscheid seraient rapatriées à REconvilier et réinstallées dans l'usine 1.

Y a-t-il quelqu'un qui en saurait plus et qui pourrait donner des précisions ou confirmer ou infirmer ces bruits ?

juillet 03, 2007 4:11 PM  
Anonymous Anonyme said...

Plusieurs "Chefs" venus d'Allemagne semblent vouloir prendre domicile à Reconvilier pour quelques mois.

Qu'est-ce que cela pourrait bien signifier ?

S'ils viennent pour copier le savoir-faire, ils arrivent un peu tardivement. Il ne reste plus grand chose.

Le Big Boss s'est-il rendu compte que la seule usine qui était rentable était La Boillat et que seule celle-ci pouvait sauver le groupe ?

Y a-t-il une autre explication ?

juillet 03, 2007 4:40 PM  
Blogger Karl said...

@Anonyme de 12:38

Les ragots de concierge dont vous parlez sont tirés de la feuille officielle, soit dit en passant. Enfin, maintenant je sais que la feuille officielle est écrite par des concierges :p


@Anonyme de 4:40pm

Normalement, ils sont là pour liquider la Boillat. Ils préfèrent rester entre Allemands pour faire ce sale boulot, histoire que leurs opérations se déroulent dans la discrétion. Et aussi parce que, comme on a pu le vérifier au moment de "l'étude culturelle" de Sam Furrer (je n'en reviens toujours pas!), ils sont, pour certains d'entre eux, dont Martinou, un peu racistes sur les bords.

Donc, il y aura un encadrement allemand pour quelques mois, et des licenciements d'un maximum de cadres francophones, histoire de parachever la destruction.

Ensuite, quand Swissmetal aura fait faillite, un brave mécène (Dietrich Twietmeyer) viendra sauver Busch-Jaeger et la remettre en route, aux côtés de Volker Suchordt. Bien sûr, ce projet a des chances d'aboutir assez aléatoires, notamment parce que ça ne doit pas plaire à Martinou... Mais de là à essayer de relever la Boillat, il y a un pas que Martinou s'étranglerait plutôt que de franchir.

C'est du moins mon avis...

Merci à tous pour vos commentaires!

juillet 03, 2007 11:21 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Swissmetal table sur un bénéfice d'exploitation 2007 de CHF 0 à 15 mio.

Résumé ici.

Par contre, je n'ai pas accès à l'interview de M. Hellweg dans Finanz und Wirtschaft.

juillet 04, 2007 10:40 AM  
Anonymous Anonyme said...

Si vous avez lu la déclaration de Martinou sur le site de "jb.zonez.ch", vous aurez sans doute décodé le message délivré par le Grand Maître, à savoir :

1. Nous espérons pouvoir utiliser la nouvelle presse dans les mois ou années à venir, mais nous ne sommes sûrs de rien
2. Nous espérons pouvoir réaliser un bénéfice de 0 à 15 millions de francs, mais nous ignorons si nous serons plus près du zéro que du quinze
3. Le résultat dépendra du stock que nous pourront encore liquider, en faisant croire qu'il s'agit d'un bénéfice d'exploitation
4. Nous ne sommes pas à vendre, mais si un pigeon voulait bien nous acheter, il nous rendrait un signalé service

Comme le disait si bien je ne sais qui, on ne peut pas mentir tout le temps à tout le monde. Il arrive un moment où la vérité et la réalité vous rattrapent !
Heureusement !

juillet 04, 2007 2:28 PM  
Anonymous Michel P. said...

Pour tous ceux et celles qui ne l'auraient pas encore vu, Attac Bienne diffusera demain soir jeudi 5 juillet le film de Daniel Künzi sur la Boillat.
La séance aura lieu en sa présence au Filmpodium, Faubourg du Lac 73 à Bienne.

juillet 04, 2007 4:14 PM  
Anonymous Anonyme said...

Dans son message, Martinou parle également d’une possibilité de participation ou d’union avec d’autres partenaires.
Quel sens donner à ces propos ? Il n’est pas impossible que cela signifie que ces Messieurs réalisent qu’il sera difficile de tenir les promesses faites et que la fusion avec une autre entreprise leur permettrait de brouiller les pistes, de filer à l’anglaise et de regagner les Allemagnes avant qu’il ne soit trop tard.
Cette variante pourrait éventuellement être bénéfique pour La Boillat, bien qu’il soit un peu tard, mais sait-on jamais !
Les mois à venir nous apporterons éventuellement des réponses à cette question.

juillet 04, 2007 5:03 PM  
Blogger Karl said...

@Anonyme de 2:28pm

J'enfoncerais même le clou en disant que si Martinou promet entre 0 et 15 millions de bénéfices, il faut s'attendre à un gros déficit. Masqué ou pas, le déficit? Nous verrons...

@Anonyme de 5:03pm

Oui, c'est certainement là l'ambition de Martinou. Ce serait une opération similaire à ce qu'il a fait avec Céramique Laufon: masquer l'ampleur de sa bêtise en bradant ce qu'il n'est pas parvenu, par son incompétence, à détruire.

Cependant, je suppose que Volklore serait plus satisfait par une faillite. Et Laxey au fait? Ils doivent se demander comment sortir de ce guêpier...

juillet 04, 2007 6:12 PM  
Anonymous Anonyme said...

Ja, 2007 est une année te tranzizion bour Swissmetal, la tranzizion fers zirius!

juillet 05, 2007 8:10 AM  
Anonymous Anonyme said...

L'interview d'hellweg paru à la page 20 de Finanz + Wirtschaft du 04.07.07 (1 page entière, pardon!) est édifiant!!! Il dit même que depuis que le management de Reconvilier est assuré par ses compatriotes teutoniques, la productivité a augmenté de 20 %!!!
Voilà qui est réjouissant pour tous ceux qui croient encore en "le maîîître".

juillet 05, 2007 8:46 AM  
Anonymous Anonyme said...

La roue tourne

Lorsque Martinou et Laxey se sont associés pour massacrer "La Boillat", le patronat suisse ne s'est pas donné la peine de comprendre ce qui se passait.
Tout au plus, ces beaux Messieurs se sont demandés ce qui pouvait bien pousser ces sauvages du Jura bernois à hurler aussi fort.
Et en plus, il y avait cette bande de gauchistes, ce syndicat Unia, qui venait encore mettre son grain de sel dans cette affaire. Tout ceci ne faisait pas très "suisse" et pas sérieux du tout.

Laxey s'est ensuite attaqué à Saurer. Alors là, la manœuvre devenait inquiétante. S'attaquer à une grande industrie, située au surplus en Suisse allemande et empocher au passage 400 millions de solides francs suisses en ne foutant rien, sinon la pagaille, s'en était trop.

Continuant sur sa lancée, Laxey s'en prenait ensuite à Implenia en laissant entendre que son paquet d'actions pourrait certainement trouver preneur du côté d'un grand du bâtiment français, tout ceci histoire de faire monter le cours de l'action.
Nos Autorités ont immédiatement réagi, en prévenant Laxey que la société Implenia était classée dans la catégorie "société immobilière" et que si cette dernière passait en mains étrangères, il ne lui serait plus possible d'acheter des terrains pour d'éventuelles constructions, ce qui ne manquerait pas de restreindre son activité.

Lors de l'assemblée de Swissmem qui s'est tenue récemment devant un parterre de plus de 1'400 entrepreneurs et politiciens, un signal fort a été donné aux spéculateurs, en ce sens que des dispositions légales seraient rapidement mises en place pour protéger nos industries des vautours de la finance et de la spéculation.
Il était temps.

Quel beau renversement de tendance ! Alors qu'il y a peu, Swissmem soutenait Swissmetal contre les cadres et ouvriers de La Boillat, voilà que cette Institution réalise le danger que courent nos entreprises face à ces prédateurs.

Martinou et Laxey sont devenus des moutons noirs face à notre industrie. Ceci aura d'importantes répercussions, en particulier pour l'obtention de lignes de crédit auprès des banques suisses.

Des nuages lourds de conséquences deviennent de plus en plus visibles à l'horizon et menacent de sérieusement ébranler le directoire de Swissmetal.

Wait and see !

juillet 05, 2007 1:58 PM  
Anonymous Anonyme said...

Poudre aux yeux

Dans un dernier communiqué, Martinou affirme que depuis que des cadres venus de Germanie (Einsatzkommandos) ont pris les choses en mains à Reconvilier, la production a déjà augmenté de plus de 20 %.

Propagande et mensonges que tout cela. La vérité, c'est que Martinou a détruit La Boillat par haine raciale.

Par conséquent, on ne peut pas venir prétendre maintenant que l'on peut augmenter la production d'une usine moribonde et ce d'autant plus que le laiton livré par Dornach est d'une telle mauvaise qualité que plus du 50 % doit être jeté au rebut.

Dans le monde économique où nous vivons, aucune entreprise ne peut survivre lorsque plus de la moitié
de la production est de la camelote.

juillet 07, 2007 9:45 AM  
Anonymous Anonyme said...

Martinou et la Finance

L’ancien Conseil d’administration de Swissmetal avait hérité de Werner K. Rey, le financier vautour, les usines Selve, à Thoune. Cette usine qui datait du 19e siècle n’était plus qu’un amas de ferraille et elle fut rasée et les terrains décontaminés. Coût de l’opération, sauf erreur, dans les 25 millions.

Comme l’époque était aux acquisitions, ledit Conseil d’administration ne put s’empêcher de faire comme tout le monde et ces beaux Messieurs qui ne connaissaient pas grand chose au domaine industriel, ne trouvèrent rien de mieux que de porter leur choix sur une autre ruine, à savoir la fonderie de Lüdenscheid.
Ils y investirent quelques dizaines de millions de nos bons francs et dotèrent cette fonderie d’une magnifique presse qui leur coûta quelques dizaines de millions de francs.
Malgré tous ces investissements, le directeur en charge de cette entreprise, le bien connu « Suchard » coula l’entreprise, vite fait, bien fait.
Coût de l’opération, sauf erreur, dans les 75 millions de francs.

Le Conseil d’administration d’alors, réalisant qu’il conduisait Swissmetal à sa ruine, s’empressa de prendre le large et refila la patate chaude à notre Fridou, lequel se fondit en remerciements de tout l’honneur qui lui était fait, lui qui quelques temps auparavant avait conduit la Maison André, grande société de courtage en blé et autres céréales, à sa perte.

Pour éviter que Swissmetal ne connaisse le même sort que la maison André et la Fonderie de Lüdenscheid, il fut fait appel à un grand financier et restructurateur, à savoir notre Martinou, venu tout droit du Gross Kanton (Germanie).

ET Martinou fit ce que n’importe lequel d’entre nous aurait fait, à savoir qu’il réduisit le capital de Swissmetal à zéro (les actionnaires perdirent donc tout leur capital ) et plein de confiance en Martinou, s’empressèrent de délier leur bourse et de souscrire au nouveau capital. La seule différence entre Martinou et les hommes d’affaires d’ici, les nôtres n’auraient pas tué la poule aux œufs d’or qu’était La Boillat.

N’oublions pas qu’à ce moment-là, la Boillat générait grosso modo, bon an, mal an, entre 10 et 20 millions de bénéfice et Dornach possédait et possède toujours des terrains d’une valeur d’environ 100 millions de francs. La prestation de Martinou n’avait donc rien de bien phénoménal.

Martinou qui ne connaissait rien des performances de La Boillat décida de montrer à ces Welsch ou Franzosen qui était le Maître et avec son doigté légendaire, pour mettre tout le monde au garde-à-vous, ce génie des Carpates s’empressa de congédier le directeur du site de Reconvilier ainsi que tous les cadres.

Résultat des courses : La Boillat est moribonde, Dornach n’arrive pas à sortir des chiffres rouges et quand à Lüdenscheid, mieux vaut ne pas en parler, c’est par trop insignifiant.

Conclusion : alors que toute l’industrie suisse en particulier et mondiale en général connaît un boom sans précédent, notre grand financier nous annonce pour 2007 un résultat du groupe Swissmetal entre 0 et 15 millions de francs.

Il ne faut pas être grand devin pour savoir que si les comptes 2007 sont dressés correctement, ceux-ci boucleront par une perte.

Amitiés à tous.

juillet 07, 2007 3:17 PM  
Anonymous Anonyme said...

Le mystère Riri enfin élucidé!

Pourquoi Riri (Henri Bols)a-t'il été viré, alors qu'il avait si brillament pondu sur demande de Martinou le fabuleux concept de la centralisation de la fonderie et de l'implantation de la presse universel à Dornach ?

Même si l'on avait plus besoin de lui en tant manager de l'unité de production, on pouvait le nommer comme "chef de projet stratéchique" pour poursuivre la mise en application de la stratéchie.

Eh bien Riri aura été licencié pour incompétence !!!

En effet, à peine avait-on posé la nouvelle presse sur la dalle que cette dernière s'est fissurée ...
On peut toujours demandé aux architectes de la tour de pise d'injecter du béton dans les fissures...

De plus, le cylindre de cette nouvelle presse est rayé et les pompes font vibrer tout le bâtiment nouvellement construit.

Le "mouton à 5 pattes" n'est de loin pas prêt à produire pour cette fin d'année comme prévu initialement. Martinou parle même d'une mise en route qui pourrait durer 18 mois. Et pourquoi pas 18 ans tant que l'on y est ?

Riri peut quand même remercier Martinou de l'avoir laisser exprimer son incompétence, et d'avoir viré tous les cadres de Reconvilier qui avaient relevé à l'époque l'irréalisme du projet.

L'incompétence de Riri coûtera encore quelques millions à SM, et entraîne SM de plus en plus inéxorablement vers un dépot de bilan.

A qui le tour ? Jepeto ? Peut être bien car l'on est pas prêt de voir atterrir un train d'atterrissage en CN8 ou NP6 (selon dernier communiqué avisé de Sammy). Car pour vour voir atterrir un train d'atterrissage en CN8 encore faut-il le faire décoller ! Mais l'essentiel est que Jepeto aura pu pendant quelques salons du Bourget se cuiter ... et persuader son maîiitre de son envol prochain...

A suivre ...

juillet 07, 2007 4:42 PM  
Anonymous Tamino said...

A propos du conseil d’administration, la réalité est qu’il a toujours été incompétent et cela sous la présidence de l’olympique F. Carrard (quintuple zéro comme le symbole olympique). C’est sous la houlette de F. Carrard que les directeurs de Swissmetal se sont succédés.
Le premier J. Flach a réorganisé Swissmetal. Il a fermé Selve dont une partie a été déplacée chez Boillat. La laminage de Boillat à alors été démantelé. Il a ensuite racheté Busch-Jäger et leur a payé une presse flambant neuve.
Le deuxième M. Schneuwly a réorganisé la direction Boillat avec l’autorité d’un colonel. C’est à cette période que les processus ont été mis en place avec succès chez Boillat mais pas à Dornach qui était trop sclérosée pour envisager le moindre changement.
La troisième Mme Minnerath avait mis en place une stratégie dont la vidéoconférence avec Dornach était un pilier ( !?). Busch-Jäger est arrivé au point d’être en insolvabilité. Elle a voulu liquider Busch-Jäger et récupérer la presse pour Boillat. Mais voilà Busch-Jäger s’est mis en grève et a réussi à continuer ses activités hors Swissmetal.
Le quatrième Hellweg est venu (toujours sous la houlette de F. Carrard). Comment est-il venu ? Par qui ? Comment a-t-il pris le pouvoir absolu ? Quels sont ses moyens de pression ? La première réaction de Boillat a été la lettre des 34 cadres de Boillat à F. Carrard qui n’a eu que des réactions procédurières. Il n’a rien vu venir. Il ne fallait surtout pas que l’affaire devienne publique (quelle horreur). Hellweg n’était pas encore dans le conseil d’administration.
La première grève à éclaté à fin 2004 et s’est terminée avec le fameux protocole d’accord. F. Carrard a alors mis en place son copain Albert Gaide comme directeur ad intérim chez Boillat. M. Gaide a compris rapidement que Boillat devait être défendue contre Hellweg. La confiance était revenue. F. Carrard arrivait même à contenir Hellweg. Lorsque Hellweg voulait fermer la cantine, F. Carrard l’en a empêché. Mais voilà, F. Carrard a comme un lâche quitté le conseil d’administration en 2005 en laissant la place de président à cet abruti de Sauerländer. Je suis persuadé que F. Carrard savait ce qui allait se passer mais n’a pas eu le courage de rester. Son copain Gaide avait fait un rapport sur la situation de Boillat au conseil d’administration. Incompétent et lâche, voilà ce que je retiens de F. Carrard.
Pour moi, le plus grand mystère est : Pourquoi le conseil d’administration composé des personnes ayant un niveau d’instruction aussi élevé est aussi bête, aussi stupide, aussi peu clairvoyant. Ce n’est pour moi qu’un ramassis d’abrutis qui laisse faire le plus abruti d’entre eux. La bombe si il doit y avoir une, c’est lors d’une réunion incorpore du conseil d’administration quelle doit sauter. F. Carrard n’y sera bien sûr pas même qu’il est le principal responsable du désastre Swissmetal.

juillet 08, 2007 10:14 AM  
Anonymous Anonyme said...

De toutes façons, pour être copain avec un facho aussi notoire que le père Samaranch, faut être une belle ordure...

juillet 10, 2007 12:33 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Communiqué de presse de Swissmetal (publié par Sam V. Furrer) portant sur un accord de plan social entre les différents partenaires.

A lire ici.

juillet 11, 2007 1:44 AM  
Anonymous Anonyme said...

Ce plan social c'est de la merde, juste pour faire blablater dans les médias mais annalisé c'est que de la poudre aux yeux!Comme d'habe les gros vont faire bonne figure et les boillats se faire nicker!

juillet 11, 2007 2:30 AM  
Anonymous jurassien expatrié said...

Alors voilà, on pensait que le temps adoucit les gens, le temps a certainement dû *zapper* l'équipe de guignols qui *dirigent* votre entreprise. De loin on est de tout coeur avec vous, et maintenant toute l'hypocrisie de vos patrons nous fait dire que cette fois vous n'avez plus rien à perdre. Battez-vous pour que vos droits soient respectés même si au final rien ne changera au moins vous aurez essayé. Oui le message est résigné, car contre des gens comme ça on ne peut rien ou presque faire. Ils ont l'argent, et maintenant ils accusent X (Pierre Kohler) Y (UNIA) Z et j'en passe de votre grève, avant ils vous accusaient vous c'est lamentable ils sont foussssssssss
amicalement et bon courage

juillet 11, 2007 3:24 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Si la pluie et le ciel si bas pèsent gentiment sur votre moral de battants, allez faire un tour ici ...

N'hésitez pas à m'en envoyer d'autres.

juillet 11, 2007 3:27 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home