vendredi, juin 16, 2006

La Boillat, le maîîître et Uniaaa

Le maîîître

Aujourd'hui, en début de séance de médiation, la délégation de la Boillat et Unia faisait face à Swissmetal. En fin de séance, Swissmetal et Unia faisaient face à al délégation Boillat. Voilà pour la métaphore. Le syndicalisme est un art du mouvement, que voulez-vous, comme la danse, où l'on trouve tant de pirouettes.

Le rapport de l'expert, selon Rolf Bloch, est resté, et restera, confidentiel. Seul lui-même y a eu accès, bravo pour la transparence. C'est une honte! La médiation aussi est, notamment à la demande de la direction de Swissmetal, confidentielle. Mais elle publie néanmoins les propositions de l'expert dans un communiqué:

1) Sur les 111 collaborateurs licenciés non-cadres, Swissmetal réembauche 35 personnes et est prête à créer des postes supplémentaires en fonction de l’évolution du carnet de commandes.

Selon l'expert, Swissmetal doit réengager ceux qui le désirent en fonction de ses possibilités économiques. On a vu plus contraignant. Au fait, y a-t-il une différence entre ça et rien du tout? Jürg Müller n'aurait-il pas pu économiser sa salive et de l'encre?

2) La matière première et les ébauches pour la production seront mises à disposition en quantité suffisante.

Voilà qui correspond à la demande de l'expert. Très étonnant, non, une usine où la direction met la matière nécessaire à la production à disposition? Vraiment, c'est inhabituel. Encore de la salive et de l'encre gaspillées.

3) Le responsable du finishing à Reconvilier prend également en charge les tâches incombant à un directeur d’usine et rapporte ainsi directement au responsable du secteur Industrie Suisse, Henri Bols.

Devinez le nom du responsable finishing? Mais oui, ce sera Wilmar le chef, garanti. Plutôt qu'un véritable directeur de site, formé et doté d'un pouvoir étendu, on place un kapo ayant juste la capacité de faire marcher les gens au fouet. Oui, comme prévu par Swissmetal en 2005.

4) En ce qui concerne la mise en oeuvre de la stratégie de Swissmetal, un plan cadre avec des dates et des procédures pour les deux années à venir sera présenté à tous les collaborateurs avant la pause estivale.

L'expert accepte explicitement la "stratégie", et reconnaît à Swissmetal le droit d ela mettre en oeuvre. Donc, Swissmetal peut simplement dire qu'elle sera expliquée plus avant (comme la "stratégie" n'est pas la stratégie, il s'agira simplement d'ajouter une couche de mensonges).

4) Swissmetal va pourvoir au plus vite les 10 postes de cadres vacants à Reconvilier.

Quel courage impressionnant! Quelle concession, surtout quand on sait que les cadres en question devront accepter la stratégie. Merci monsieur l'expert d'avoir su faire pression sur Swissmetal!

Il faut être clair, bref et tranchant: Swissmetal ne fait aucune concession. La stratégie reste entière dans ses moindres détails, à une exception près, que Swissmetal ne mentionne pas: le déplacement de la fonderie serait différé de quelques années. Bien sûr, Swissmetal expliquera tout à coup que les données du problème ont changé, que la conjoncture est morose, et supprimera cette fonderie, après l'avoir lentement étouffée. Quant aux réengagements, il ne s'agit pas de concessions, puisque les licenciements étaient des mesures prises pendant et après la grève. En fait, Swissmetal a cruellement besoin de ces gens qui ont abusivement été licenciés, à titre de représailles. Même à Dornach, ils s'en rendent compte. Pour que ces propositions, si elles sont acceptée, prennent réellement effet, un groupe de vérification serait mis sur pieds.

Comme la délégation de la Boillat a refusé les propositions en bloc (j'y reviendrai), au grand dam de Swissmetal, sa direction essaie, dans le communiqué, de discréditer les représentants de la Boillat. Motif: cette délégation serait essentiellement composée de personnes licenciées. Belle manière de dire que Martinou veut choisir lui-même ses opposants. Oui, oui, comme dans une dictature. Normal, direz-vous: à chaque dictature son dictateur. Le plus drôle est que, parmi les agitateurs "irresponsables", dont la liste s'allonge sans cesse, Swissmetal mentionne encore des "forces syndicales". Pourtant, la crise de lèche-bottisme d'Unia aurait dû largement rassurer Swissmetal. Au fond, pourquoi se priver d'accuser un syndicat, alors que c'est un petit plaisir patronal sans risque? On notera aussi que, dans le titre, Swissmetal signale que "Les autres parties de la médiation rejettent la proposition". Martinou, Renzonou n'a-t-il pas fait briller tes pompes comme il faut? Laisse Karl te dire que tu es dur avec lui, vilain!


Uniaaa

Comme écrit ci-dessus, Unia a trahi. Une nouvelle fois, oui. Alors que la délégation de la Boillat disait "non", Renzonou Ambrosetti disait "oui". Elle est belle, la défense de l'ouvrier. Surtout quand, par finesse politique, elle mène à une manoeuvre tactique dans laquelle le syndicat défend le patron. Mais voilà, Unia veut se sortir de ce bourbier au plus vite. Dépassé par les événements, le comité directeur n'a jamais compris ce conflit. Par contre, il a compris que les intérêts du syndicat se séparaient de ceux des syndiqués. Le pire, c'est que cette minable trahison n'est pas une surprise. Il fallait tenter de renouer les ponts avec Unia, tout en se préparant à être poignardés dans le dos.

Unia a donc, avec un sens de la récupération consommé, publié un communiqué qui explique que l'expert "confirme les critiques d'Unia". En effet, pour Unia, il faut se contenter de quelques réengagements, d'un plan social potentiel, et de Wilmar aux commandes. De plus, Unia parle, fautivement, de "maintien de la fonderie".

C'est l'histoire d'une république bananière nommé l'Union Nationale des Irréductibles Andouilles.


Les Boillat

Au propositions de l'expert, les Boillat ont répondu "non", en bloc, et ont de plus refusé de justifier leur refus. Ca a certainement jeté comme un froid, puisque Rolf Bloch, comme Jürg Müller, s'attendaient au moins à ce que leurs propositions fassent débat, sinon, ils ne les auraient pas formulées. Mais d'où tombent-ils pour être aussi niais? Et du côté de Swissmetal, ils ont lair de ne pas avoir apprécié la blague non plus.

L'assemblée générale des actionnaire étant toute proche, une bonne nouvelle sur le conflit garantirait le succès de Martinou sur scène. Mais la bonne nouvelle n'arrive pas, avec ces obtus de Boillat. Donc, Swissmetal cherche à faire sauter cette délégation. D'une part, ce vendredi, Henri Bols et ses sbires vont tenter de se faire bien voir, avec des phrases comme: "Vraiment, nous avons fait le maximum de concession: réengager du monde, maintenaire la fonderie... Franchement, que voulez-vous de plus? Et puis, nous avons compris à quel point la Boillat était une usine merveilleuse, peuplée de gens fantastiques, comme vous!" Mains talquées, tape sur l'épaule en option. La campagne a déjà commencé, Henri Bols autorisant, une semaine de refus, que l'assemblée du personnel réunisse tous les Boillat (lundi, 13H30, Salle communale, toutes les personnes qui travaillaient à la Boillat au 25 janvier sont conviées). Les affiches dictées par H. Bols ont été accrochées le soir même. Que de diligence!

Cependant, si le personnel de la Boillat venait à céder au sirènes de la direction (Karl n'y croit pas, tant l'humiliation d'accepter les propositions de l'expert est totale), il est très probable que la délégation de la Boillat décide de rendre son tablier. Et avec eux, les clients fidèles, qui conservent la Boillat dans leurs options contre vents et marées, ainsi que les repreneurs potentiels. Car, accepter ces propositions serait équivalent à une reddition sans condition. Les clients qui ont tenus ne l'ont pas fait pour ce résultat.

Par contre, un "non" des Boillat aux propositions de l'expert risquerait de faire sauter la médiation. Vu ce à quoi elle a servi, la perte ne serait pas grande. On pourrait même parler de gain, sans rire. De plus, en cas de "non", les actionnaires apprécieront, et le feront peut-être savoir à l'AG du groupe, où l'Association nouvelle Boillat (dont voici les statuts et le formulaire d'inscription) tentera de faire comprendre les enjeux à l'assistance.

L'expert viendra lui-même défendre son petit plagiat du Torchinou à la Boillat.


La presse

Dans Le Temps, on trouve un article de Serge Jubin, qui considère que Swissmetal a fait des concessions... Dans le Journal du Jura, Philippe Oudot offre, comme toujours, un compte-rendu précis et complet des événements. Enfin, que serait le monde sans la dépêche ATS du moment, sur le site de la RSR, où vous pourrez aussi écouter Rolf Bloch.

Aucun n'a toutefois relevé que l'expert, non content de ne pas se prononcer sur la "stratégie", la soutient explicitement. De qui se moque-t-on?


Réflexions

On peut rire, en admirant le résultat lamentable de semaines de médiation. Mais néanmoins, ce serait oublier un peu vite certains éléments. Le premier est que cette médiation a permis de pousser le système suisse du dialogue social, et l'action syndicale traditionelle, au-delà de leurs derniers retranchements. Point de salut hors de la médiation, croient-ils. Il est devenu assez évident qu'ils se trompent, et que médiation ne rime pas toujours avec solution, du moins lorsqu'on ne parle pas littérature. Au contraire, ils sont maintenant placés face à la naïveté de leur approche des conflits du travail. Deuxièmement, la médiation a permis de gagner du temps, et de mettre Swissmetal dans une posture catastrophique. Swissmetal est maintenant dans un état aussi lamentable que la médiation, et ce n'est pas une mauvaise nouvelle. Troisièmement, les cadres de Dornach, qui fanfaronnaient au moment d'arriver, ont pu constater eux-mêmes le degré de leur propre incompétence.


Rions un peu

Le Syndicat indépendant des étudiants et apprentis, petite organisation tessinoise, à fait parvenir 36,50 francs au fonds de solidarité de la comune de Reconvilier. Devinez comment? En vendant des morceaux d'un logo Unia qui, selon eux, a étouffé la lutte. Si peu, si peu.

146 Comments:

Anonymous Anonyme said...

@ Karl
UNIA =l'Union Nationale des Irréductibles Andouilles.
Magnifique Karl ton édito comme d'habitude super et la définition de ces malfratd UNIA aussi !!heureusement qu'elle vient de toi sinon il risquerait d'y avoir des tirs à boulets rouges ,contre celui qui aurait osé critiquer cette bande de profiteurs .Il faut espèrer mintenant que les gens se rendent compte qu'ils doivent travailler et se défendre sans cette racaille .VIVE LA BOILLAT ELLE VIVRA SANS UNIA

juin 16, 2006 6:51 AM  
Anonymous un type à Lausanne said...

Je suis sidéré.

On a beau s'y attendre, la molesse du combat syndical suisse est attérante.

Qu'est-ce qu'UNIA, finalement ? Un groupe de personnes qui parlent parlent parlent et ont pour principale activité de s'écouter parler. Un symptôme typique. On ne veut pas faire de vague parce qu'on a peur, mais on blablate et on se gargarise de belles théories fumeuses tendance "on ne veut pas perdre les acquis".

UNIA est-elle réellement représentative ? Est-ce que ce serait possible que seuls les Boillats aient été trahis par la nomenclature UNIque ou est-ce que d'autres conflits moins médiatisés se seront soldés par une rédition sans condition du Grand Syndicat ?

Bref. Je suis dégoutté.

juin 16, 2006 7:24 AM  
Anonymous Anonyme said...

@un type à Lausanne

Je peux vous dire que ce n'est pas la 1 fois !!je viens de défendre deux jeunes que UNIA a lachement laissé tombé après avoir très gentillement demandé des cotisations pour les soutenir en cas de problème !les deux je les ai fais passer par les pru d'homme et ils ont gagnés et démisionnés de suite de cette mafia

juin 16, 2006 7:37 AM  
Anonymous Copain said...

Pfff !!! Il y a longtemps que je ne crois plus à ses fonctionnaires de syndicalistes dont le principal souci est de s'engraisser de manière éhonté sur le dos des ouvriers (c'est encore pire que les patrons, car c'est sous couvert de la défense de la classe ouvrière... Quelle hypocrisie !!!)
à gerber.

Amis de la Boillat, je ne suis pas employé chez vous, mais je comprends votre écoeurement.

De plus, comment être aussi naïf, la direction de Swissmetal à déjà fait ce type de promesses mais ne la jamais tenu. C'est pas parce que c'est papy Ragusa qui est aux commandes que cela va mieux aller que la mère Zölch.

Chers boillats, je suis de tout coeur avec vous.

juin 16, 2006 7:43 AM  
Anonymous Anonyme said...

ENTENDU SUR RJB : M. Müller dit que la stratégie de déplacer la fonderie était une rumeur mensongère qui circulait au sein de la Boillat.

NOUS DES MENTEURS...! ET SWISSMETAL, LA VERITE EN BARRE ?

juin 16, 2006 8:19 AM  
Anonymous Anonyme said...

UNIA = Union des Nuls Incapables Absolus

juin 16, 2006 8:30 AM  
Anonymous Anonyme said...

Bonjour à tous,

Je n'y comprends plus rien. Hier soir je regarde le teletexte il est écrit :

A la suite d'une réunion des parties au conflit sous l'égide du médiateur Rolf Bloch, Unia a affirmé soutenir "la proposition de réengager le personnel licencié, de maintenir la fonderie et de mettre en place un chef d'usine local".

Et ce matin, je lis dans le "Quotidien Jurassien" :

L'usine Boillat à Reconvilier conservera une fonderie, au moins pendant 4-5 ans. Dix postes de cadres seront repourvus. En plus des 35 licenciés déjà réengagés une dizaine de personnes supplémentaires pourrait retrouver un emploi en fonction du carnet de commande...

Si mes souvenirs sont bons il y a eu 112 licenciements moins 35, moins environs 10 = Il reste 67 employés licenciés....env.

Pouvez-vous éclairer ma lanterne?

VIVE LA BOILLAT ELLE VIVRA SANS UNIA

juin 16, 2006 8:40 AM  
Anonymous bloggeur fou said...

Bonjour à tous,

j'aime bien la dernière phrase de l'article de Jubin dans le Temps:

"Rolf Bloch est disposé à conserver le poste d'arbitre."

Avec un arbitre comme ça, SM peut continuer à endoooormir tranquille!


Un autre terme que j'apprécie aussi,c'est "neutre" qui accompagne si bien celui d'"expert", comme "illégale" mettait en valeur celui de "grève".


Avec tout ça, je vous souhaite bon courage et continue à penser à vous.

Que Dieu vous garde

juin 16, 2006 8:57 AM  
Anonymous expatrié said...

@Union des Neoconservateurs Irresponsable et Avachis

On est plus d'un a avoir fermé sa gueule en faisant le poing dans la poche devant votre belle stratégie. On voulait éviter les raccourcis dans la presse outre Sarine et ne pas flinguer le syndicalisme dans le dos.

Quand vous avez tout fait pour étouffer la manif' de Berne, par votre brillante idée de la faire à Bienne (woaow, le symbole!), on est quand même allé à Berne.

Quand vos sbires m'ont déroulé une banderole devant la tronche alors que je parlais sur la tribune, je me la suis coincé... et mes enfants pourront pourtant vous dire que je suis pas vraiment du genre à laisser bafouer la plus élémentaire politesse de la sorte.

Maintenant c'est marre. On sait maintenant que les petits patrons et les ouvriers ont un ennemi commun et qu'il s'appelle UNIA.

Mais là, c'est trop.

swissmetal et martinou jouent sur le terrain de la bourse... ils sont donc difficile à déboulonner à court terme (mais... sape... sape... sape...)

En revanche, comptez sur moi pour qu'un maximum d'ouvrier de ce pays vous envoient leur démission au plus vite.

Tirer dans le dos, c'est une chose, demander que les victimes vous paient les munitions c'en est une autre.

UNIA? WEG!

juin 16, 2006 8:57 AM  
Anonymous Anonyme said...

Moi c'est fait en tout cas ma lettre de dedite à UNIA a envoyer avant le 30 juin et en recommandée... Qu' unia (plus de majuscules pour ces incompétent) aille à la mine (de sel)..
Marre y en a marre 2004-2006 même manière de se faire METTRE par un syndicat!!!

juin 16, 2006 9:03 AM  
Anonymous Un fribourgeois said...

Je crois que depuis quelques mois, plusieurs intervenants ont tenté de mettre en évidence les grosses carences d'UNIA et... plus d'un s'est fait rabattre son caquet, sans doute par les mêmes qui flinguent UNIA aujourd'hui.
C'est dommage que vous leur ayez accordé tant de confiance, alors qu'ils ne voyaient dans votre combat qu'une belle occasion de se mettre en vitrine.
Personnellement, je ne vois plus que la manière forte pour vous sortir de là... sans demander l'approbation de qui que ce soit.

Mais c'est bien sûr à vous de voir...

Bon courage!

juin 16, 2006 9:05 AM  
Anonymous Anonyme said...

unia=Usurpateur Névropathe Irrévérencieux Aveugle

juin 16, 2006 9:09 AM  
Anonymous Anonyme said...

@Fribourgeois

MERCI
j'étais de ceux là à plusieurs reprises et j'ai tout entendu et depuis j'ai fermé ma gueule et mon porte monnaie !!!
bonne chance à vous

juin 16, 2006 9:12 AM  
Anonymous expatrié said...

@un dzodzet
je ne me souviens pas d'avoir lu dans ces colonnes de vibrantes défenses d'unia... au plus certains (dont j'étais) pensaient qu'il ne fallait pas faire les choux gras de l'adversaire qui exploitait la moindre dissension.

Maintenant que le masque est tombé, il n'y a plus de raison de faire preuve de retenue.

On savait que l'avion du syndicalisme survolait un territoire hostile, on sait maintenant que des pirates en ont pris les commandes.

@secrétaires régionaux et aux employés d'unia
et votre grève à vous, c'est pour quand?

juin 16, 2006 9:15 AM  
Anonymous expatrié said...

...mais n'oublions pas que le pied au c.. à unia n'est qu'une tâche accessoire.

Dégager le valet de sa maison est nécessaire, mais n'oublions pas le maîîîître...

juin 16, 2006 9:17 AM  
Anonymous Un trentenaire said...

Quelque soit votre décision les Boillats, nous serons derrière vous, mais on ne me verra plus manifester derrière un drapeau unia, je changerai de trottoir.

D'accord avec copain, c'est pire que les patrons, au moins pour ces derniers, on sait où sont leur intérêt, même si l'on devine où est l'intérêt d'Unia.
C'est une tendance aujourd'hui que de globaliser la lutte syndicale, on laisse passer quelques vilaines choses et en échange on en obtient d'autres, mais ce qui me choque dans ceci, c'est l'injustice pour les cas qui servent de monnaie d'échange.

Quelque soit votre volonté, Boillats, je vous appuyerai. Mais, ne faites confiance qu'à vous.

LA BOILLAT VIVRA!

juin 16, 2006 9:17 AM  
Anonymous Anonyme said...

@karl

sans oublier notre devoir de vivre libre sans sm pourquoi ne pas lancer un concours de slogan sur unia c'est un bon défouloir aussi

juin 16, 2006 9:21 AM  
Anonymous Petit ours said...

Avec la générosité des propositions faites par "l'expermédiation", les malheureux Boillats qui ne pourront pas profiter de ces largesses pourront toujours se recycler dans le cirque....comme avaleur de couleuvres !!!

juin 16, 2006 9:30 AM  
Anonymous idéaliste incurable said...

Et maintenant ?

Des responsables Unia, j'attends qu'ils m'expliquent ce que leur contribution a apporté de positif à la résolution du conflit Boillat, plutôt en fait, à son non-résolution.

Personnellement, j'ai toujours pensé que la présence d'Unia était utile, voire indispensable, et je défendais cette idée, m'insurgeant contre des insultes qui leur étaient parfois adressées.

Or, aujourd'hui, je peine à retenir ma rage. Non franchement, à quoi ça sert, qu'ont-ils obtenu ? Une fois de plus, nous sommes victimes du consensus mou, typiquement "à la Suisse".

Je crains aussi que les Boillat aient, dans leur grande majorité, baissé les bras. Peut-être faut-il voir là une des raisons de l'abdication sans gloire d'Unia. Ce qui n'enlève rien au fait que je trouve tout ça abject.

Bonjour à vous tous.

juin 16, 2006 9:43 AM  
Anonymous Anonyme said...

Coprésident d'Unia, Renzo Ambrosetti s'est dit satisfait avec les propositions de l'expert Jürg Müller. Pour le syndicat, elles constituent une bonne base pour assurer la pérennité du site industriel de la Boillat. Unia salue en particulier le réengagement partiel des gens licenciés, le maintien des activités de fonderie et l'engagement d'un responsable de site. Unia va néanmoins continuer à se battre pour obtenir un plan social pour ceux qui resteront sur le carreau.

Penchez-nous encore plus histoire de se faire enfiler, et sans vaseline
Je sais Karl c'est gras ce que je dis mais là c'est trop!!

juin 16, 2006 9:45 AM  
Anonymous Anonyme said...

@idéaliste incurable

C'est pas le consensus mou uniquement de la suisse, c'est mondial il y a bien longtemps que les syndicats ne servent plus à rien...

juin 16, 2006 9:48 AM  
Anonymous Anonyme said...

Si le syndicats sert à encaisser nos cotisations pour se faire des bons salaires comme nos câââdrrres Dorn-akteur et se payer de belles grosses autos, ahh les salauds.
pfff je fais ma lettre de dédite au syndic et illico

Vivement lundi que l'on decide de mourrir debout !!!!!!

juin 16, 2006 9:52 AM  
Anonymous Anonyme said...

@idéaliste incurable

Tu as été l'un des premier à tirer à fustiger ceux qui osaient douter de cette bande de malfrats ,et maintenant tu changes de camp !!!!

juin 16, 2006 9:54 AM  
Anonymous Anonyme said...

Merdiation, syndicaca ... Que la fange ne vous décourage pas dans votre lutte ...

COURAGE !!!

juin 16, 2006 10:04 AM  
Anonymous Anonyme said...

Citation d'uniaaaaaaaa

N'importe quelle décision est préférable à pas de décision du tout

Moyennant quelques dollars de sm et unia se courbe:Weg le saint di kaka

juin 16, 2006 10:11 AM  
Anonymous Anonyme said...

Unia pour tous La Suisse c’est nous!
La Suisse c’est nous..

Sur le cite de cette bande de malfrat la citation ci dessus !!
ils se prennent pour qui ....non mais
¦Expatrié
j'ai commencé comme toi les lettres de démissions il faut tout de même pas exagèrer
Amicalement

juin 16, 2006 10:18 AM  
Anonymous Anonyme said...

Le manque d'honnêteté de L'Expert est affligeant.
Pour les Boillats, pas de problème.
Lundi, il va certainement passer le plus mauvais moment de sa vie. On peux soutenir ou défendre la cause que l'on veut. Mais la règle d'or est de ne jamais TRAHIR.
M. Müller, vous vous êtes fait endooormir comme un gosse. Je vous croyais plus fort que ça. Mais là, vous avez trahit la vérité. Lundi, vous aurez face à vous les gens que vous avez auditionné. Face à la VERITE, vous aurez de la peine à vous en sortir.

On est en Suisse, on ne doit remettre en cause une décision aussi malhonnête, honteuse que celle de SM ???
C'est à vous de voir...

juin 16, 2006 10:24 AM  
Anonymous pauvre diable said...

unia
Un Nul Incapable Ambrosetti

J'ai toujours essayé de garder l’église au milieu de village et de défendre unia (en minuscules) contre certaines attaques. Cette fois trop c’est trop. Je vais démissionner.

juin 16, 2006 10:29 AM  
Anonymous 1 said...

@ expatrié(2)

Peux-tu faire une lettre de démission type et la mettre en ligne?

juin 16, 2006 10:34 AM  
Anonymous Anonyme said...

@pauvre diable ,idéaliste inc. etc

Vous avez mis du temps à comprendre que vous étiez des pions pour cette équipe de malfrat ! si vous aviez gardés l'énergie dépensé pour critiquer ceux qui osaient vous le dire et vous attaquer à cette bande vous n'en seriez pas là
Salutations

juin 16, 2006 10:35 AM  
Anonymous expatrié said...

@1
Avec plaisir mon pote. Les 13'000 signataire ne vont pas tarder à recevoir quelques nouvelles.
Ce sera fait ce week-end.

C'est peut-être écrit "pigeon" sur les fronts ouvriers, mais quand même pas en majuscules.

juin 16, 2006 10:39 AM  
Anonymous SanA said...

LA PIRE DES CHOSES QUI PUISSE ARRIVER A HELLWEG, C'EST QUE BOILLAT SE REMETTE EN GRÈVE AVANT L'AG! Sa tactique actuelle, reposant notamment sur une propagande que ne renierait pas Goebbels si elle était moins grossière et éhontée, ne vise qu'à éviter cela. A tout prix ou presque, le temps d'arriver au 1er juillet. Son infâme torchon hebdomadaire (l'article du dernier numéro sur la culture d'entreprise est un chef d'œuvre de cynisme, de mauvaise foi et d'imbécillité quand on sait à quel point Hellweg a vomi celle de Boillat considérée par lui, entre autres qualificatifs, comme passéiste, rétrograde, nombriliste et égoïste!), les flatteries mielleuses, hypocrites et indécentes des Bols, Heuschkel, Furrer et autres sous-ordres, le ton rassurant, conciliant, voire lénifiant du chacal d'Horgen, tout cela respire la duplicité, la malhonnêteté, la manipulation grossière, un jésuitisme de corps de garde. Endormir, distraire, esquiver, mentir, dire tout et son contraire, éluder, diviser, faire souffler le chaud et le froid, c'est dans la nature de MH. Ne nous y trompons pas, il n'est ni intelligent ni habile ni même rusé: il ne sait tout simplement pas faire autrement. Le comparer à notre Federer, comme certains l'ont fait, est parfaitement incongru. Il n'a rien d'un champion de tennis (ou d'autre chose), il profite seulement sans génie de règles du jeu et de complicités qui l'avantagent outrageusement: il dispose d'un raquette et d'un équipement professionnels alors que ses adversaires n'ont pour leur part qu'un bâton et sont chaussés de godillots. De plus, l'arbitre le favorise systématiquement.

Ce qu'il faut, c'est ne pas entrer dans son jeu mais s'en servir. Il accepte le principe d'un directeur de site? Il faut poser des conditions. S'il impose un kapo ou un Dornachiant, c'est un "casus belli" donc un motif imparable de "suspendre la suspension" de la grève. S'il cède, il se discrédite aux yeux des actionnaires qui le soutiennent encore. L'effectif n'est pas de 250 personnes compétentes avant l'AG? La grève repart. Idem quant à l'encadrement, il doit être agréé: on est en négociation, que diable, puisque lui-même le dit. Il n'a donc rien à imposer! La fonderie et la presse ne repartent pas à plein régime avant le 30? C'est la grève, elle, qui redémarre. Oh, et puis, même pas besoin de toutes ces "finesses". Ce qui ressort de la "médiation" et de l'"expertise", aussi biaisées et manipulées l'une que l'autre au bénéfice du CEO et du CA, est tout simplement et définitivement inacceptable par les gens de Boillat. Il y a d'autant moins de raisons de céder que la peur des vautours de SM transparaît plus encore qu'avant en face du refus franc et massif des représentants du personnel.

Son comportement actuel montre clairement qu'il a peur et il a sans aucun doute bien des raisons pour cela. Ses fanfaronnades médiatiques n'y changeront rien. Ses contradictions et ses retournements de veste non plus. Déclarer à une journaliste qu'il n'a jamais voulu transférer aucune activité de Boillat (ce sont de gros méchants saboteurs qui l'auraient fait croire à tort)

- alors que deux des incapables dont il s'est entouré annoncent en même temps aux clients qu'ils veulent simplifier les processus de Boillat (trop compliqués pour leur [in]compétence) en déplaçant à Dornach et à Lüdenscheid certaines productions,
- après qu'il ait décidé et clairement annoncé la suppression de la presse et de la fonderie de Reconvilier (voir l'organigramme illustrant sa "stratégie" et sa fameuse interview à la NZZ!),
- après qu'il ait aveuglement et arbitrairement attribué à BJL les pointes de stylos à billes (c'est sur le même organigramme!),

c'est afficher encore une fois son incohérence, ses inconséquences, sa mauvaise foi, ses mensonges les plus éhontés et ses plus grossières tentatives de manipuler. Ce n'est pas être visionnaire ni même réactif. C'est confondre stratégie et bricolage. La course du rat dans le labyrinthe...

juin 16, 2006 10:39 AM  
Anonymous Poivre said...

@pauvre diable

C'est dur de perdre ses illusions...savoir que l'on est trahit par celui qui est censé nous défendre, c'est difficile à avaler.

Bravo pour ta décision, je sais qu'elle était difficile à prendre.

total respect pour ton engagement dans le conflit

Une tape dans la main !

juin 16, 2006 10:40 AM  
Anonymous oignon rouge said...

Rapport de l'expert

C'est inacceptable que ce rapport demeure secret, alors qu'il concerne en premier lieu les Boillats et leur outil de travail.

Il me semble que vous êtes en droit d'EXIGER de le recevoir. Comment Rolf Bloch justifie-t-il cette rétention d'informations ? Pour quelle(s) raison(s) cacher ce rapport ?

Révolte et dégoût pour tout cela.
Et de coeur avec vous.

juin 16, 2006 10:41 AM  
Anonymous expatrié said...

@anonymes du genre "moi-je-savais-je-vous-l'avais-bien-dit-mais-vous-avez-pas-voulu-m'écouter"

Je crois que les raisons de la retenue des critiques a été expliquée. Même si on avait soutenu un combat public contre unia, on en serait exactement au même point, les preuves de leur corruption en moins. Maintenant, c'est clair unia est démasquée, donc plus de raison de les épargner.

Mais on ne peut tout de même pas accuser des ouvriers d'avoir placé leur confiance dans les syndicats, non? Ils se sont fait trahir, ok. Mais c'est pas la peine d'en rajouter des tonnes avec vos "moi je le savais, moi, je vous l'avais dit, moi".

Maintenant, on resserre les rangs et:

Caméra.
Moteur.
Action.

juin 16, 2006 10:46 AM  
Anonymous SanA said...

Comment interprêter

1) le silence actuel de V.Suchordt, pourtant nominalement "directeur industriel" de SM (si,si!) et supérieur de Bols?

2) le fait que l'élection de Twietmeyer, l'autre Teuton de Lüdenscheid, ne soit pas explicitement à l'ordre du jour de l'AG?

juin 16, 2006 10:48 AM  
Anonymous Anonyme said...

Hypothèses concernant les nouveaux administrateurs... on peut se poser la question si Laxey par exemple n'a pas demandé un siège? Et dans l'hypothèse d'un refinancement, le prêteur pourrait exiger un siège aussi... donc j'ai l'impression que tout cela est en négociation. D'autre part, Twietmeyer est-il intéressé à y entrer si le conflit de Reconvilier n'est pas terminé? Pas sûr, car cela signifierait de gros soucis pour SM.


Bref, en plus il faut bien constater que MH respecte son agenda. Il a finement joué en déplaçant l'AG.


J'ai l'impression que MH va sortir sa plume et que les Boillat non licenciés vont recevoir une lettre mielleuse demain matin. Avec au dernier paragraphe, sa menace habituelle.

juin 16, 2006 11:02 AM  
Anonymous Anonyme said...

Sait-on quel changement d'actionnaire il y a eu lors de la transaction hors bourse d'environ 5% du capital (il y a de mémoire 10 jours environ?)

juin 16, 2006 11:04 AM  
Anonymous Copain said...

UNIA = Union des névrosés inactifs anonymes

juin 16, 2006 11:04 AM  
Anonymous shreck said...

@ pauvre diable
@ oeil de moscou
@ cayenne
et @ tous les pro-BOILLAT

Ne nous laissons pas faire aujourd'hui il faut leur montrer qui nous sommes en réalité, des gens gentils, correcte, mais détérminé, REEEEVVVVEEEEIIIILLLOOONNNSS NOUUUUS
Ne voulons nous pas d'une BOILLAT saine?
Elle le serra mais avec nous seulement, tenons nous tous main dans la main et faisont front comme un seul HOMME face a cette bande de criquets.

shreck vous salue du bord de son marais

juin 16, 2006 11:08 AM  
Anonymous oignon rouge said...

BRAVO Shreck

Il y a beaucoup de soutiens qui voudraient pouvoir se battre avec vous tous DE l'INTERIEUR....

juin 16, 2006 11:20 AM  
Anonymous Anonyme said...

Aux permanents d'Unia

Trop facile de dire que c'est le comité directeur qui ne comprend rien et que vous devez appliquer les ordres d'en haut. C'est comme dire que les Boillat n'ont pas à se battre, doivent la fermer pour sauver leur poste un petit moment. Alors choisissez entre le salaire que vous verse Unia et les convictions que vous affichez en privé. Raz le bol de ce double langage.

PS: le travail que vous faites pour les chômeurs semble relativement correct. Mais ne vous en glorifiez pas. Vous êtes, vous et votre syndicat, payés pour cela. Si vous n'étiez pas là, d'autres s'en chargeraient aussi bien.

juin 16, 2006 11:25 AM  
Anonymous Anonyme said...

Les lettres mielleuses arrivent.

Certains services sont déjà touché !

Merci Ras Le...

juin 16, 2006 11:25 AM  
Anonymous Anonyme said...

Evidemment, ils ont eu tout le loisir de les préparer depuis lundi!

juin 16, 2006 11:32 AM  
Anonymous Anonyme said...

UNIA= UNION NON INDEPENDANTE ALIENE

juin 16, 2006 11:38 AM  
Anonymous dernière ligne droite said...

UNIA

Union des Nantis Incapables d'Assumer

juin 16, 2006 11:42 AM  
Anonymous Anonyme said...

UNIA

UNION NANTIS INCAPABLE AVOUER

juin 16, 2006 11:48 AM  
Anonymous Anonyme said...

@ Boillat qui sont encore dedans ...

Par respect pour vos camarades qui ont perdu leur emploi dans ce conflit, je pense que vous n'avez pas le droit capituler maintenant !

Quoiqu'il arrive, sachez que le soutien des partisans est encore
très fort.

Restons solidaires.

juin 16, 2006 11:50 AM  
Anonymous troll et bus 2 said...

@ anonyme de 11h25,

Cette fois, le poison a contanimé tout le monde !

juin 16, 2006 12:03 PM  
Anonymous epokepik said...

Finalement un syndicat sert uniquement à donner un peu d'argent en cas de grève pour que les gens continuent de doooooorrrrmmmiiirrrr. Mais je crois qu'avec les Boillat, ils se sont mis le doigt dans l'oeil. Ils ne dorment pas, Les Boillat ! Jean-Claude Vandamme dirait: "Ils sont aware !"

Je n'ai jamais été syndiquée, et je ne risque plus de l'être à l'avenir quand je vois cette démonstration d'incompétence et de fourberie !

Rester SOLIDAIRES et VIVE LA BOILLAT !!!

juin 16, 2006 12:04 PM  
Anonymous dernière ligne droite said...

Je demande à ce que les commissions étudient sérieusement la rupture de contrat avec Unia et que lundi proposition soit faite au personnel de voter le licenciement d'Unia.

Unia sera content, depuis le temps qu'il nous serinne "il n'y a pas que vous"

C'est encore nous qui commandons, soyons maître de notre destin

et rentrons sérieusement dans le cadre à Martinou

L'ennemi, c'est MH et ses Kapos

Unia n'est qu'un détail de l'histoire, ils auraient pu l'écrire et se contente de prendre le PV

juin 16, 2006 12:04 PM  
Anonymous idéaliste incurable said...

@divers anonymes

Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis !

J'ai eu de la confiance dans Unia, les évènements me prouvent qu'ils ne la méritent pas. J'en tire les conséquences ... et j'assume entièrement l'avant et l'après, ne vous en déplaise.

juin 16, 2006 12:15 PM  
Anonymous shreck said...

@ troll et bus 2

J'espère que toi et les autres dont tu sais ne sont pas contaminé.. rassure moi non de bleu sinon tout est perdu........................

shreck te salue du bord de son marais

juin 16, 2006 12:26 PM  
Anonymous Anonyme said...

Paul Sonderegger a très bien résumé la situation sur RJB.

Et c'est là que de l'extérieur on se rend définitivement compte que Bols est incompétent. Pas seulement en matière de communication et de ressources humaines, mais également - et c'est grave - au niveau technique car laisser la direction de SM s'engouffrer dans sa stratégie et la soutenir sans leur montrer dans quel bourbier elle s'enfonçait (qualité pas assurée, etc.)...

juin 16, 2006 12:31 PM  
Anonymous Anonyme said...

"la fonderie devrait encore fonctionner 4 - 5 ans" ???

Ah bon. C'est quoi ce délai ?
Peut-être juste le temps pour Lüdenscheid de pilier le savoir-faire de La Boillat !?!?!?!?!? Et après ? Toutes les cartes auront été jouées !

Je pense donc qu'il faut résister maintenant que Reconvilier a encore des atouts en main, et pas des moindres.

juin 16, 2006 12:32 PM  
Anonymous Anonyme said...

unia= Ubuesque Navrant Infame Atrophié

juin 16, 2006 12:36 PM  
Anonymous Poivre said...

@shreck

Fais toi pas de soucis mon pote, eux...contaminés ? Il n'y a aucun risque

juin 16, 2006 12:39 PM  
Anonymous Anonyme said...

unia=l'Usante Naiveté Irrespectueuse d'Assasins

juin 16, 2006 12:41 PM  
Anonymous ginette said...

@shreck
la contamination n'a pas touché tous le monde.

juin 16, 2006 12:42 PM  
Anonymous jb said...

@tous :

courage et bonne chance pour la suite ... de tout coeur avec vous toutes et tous en ces moments difficiles. Ne vous laissez pas abattre et bonne chance pour convaincre vos collègues d'aller dans la bonne direction (reprise de la grève ? autre solution ? ...).

Vous êtes restés dignes jusqu'à maintenant, vous avez joué "fair-play" et refusé d'utiliser les mêmes cartes que Martin Hellweg. Je vous admire et vous avez tout mon respect.

juin 16, 2006 12:45 PM  
Anonymous Anonyme said...

unia=Utopique Nauséabond Irréfléchi Azimuté

juin 16, 2006 12:46 PM  
Anonymous shreck said...

@ ginette

Le problème c'est que nous ne pouvont pas savoir qui est contaminé, il faut se dresser devant ces gens là, en n'avons nous le courage? Et sommes nous encore assez nombreux pour pouvroir renverser ce dictate, je l'espère putain je l'espère.
Je ne peut, je veut pas croire que cela finisse comme ça, après tant de lutte contre un pouvoir macchiavélique, debout je suis encore debout.
Nous avont fait l'histoire de ce pays, continuont de mettre encore quelques lignes dans les pages des livres qui les relatrons, pour qu'on puisse garder la tête haute, pour nous y êtiont et nous l'avons fait.

shreck te salue du bord de son marais

juin 16, 2006 1:03 PM  
Anonymous Anonyme said...

@shreck
ils ont les clients au cul et ils vacillent même si ils font croire le contraire. Les clients ont toujours le dernier mot.
Un entreprise sans clients, est une entreprise morte.

juin 16, 2006 1:12 PM  
Anonymous Anonyme said...

L'entrée des Kapos et l'applications du nouvel organigramme en novembre 2005 a été rendu possible grâce au retournement de veste de ce *ç%&/&%*ç"ç%& d'Hirschi.

Maintenant, l'application de cette vomissure de propositions a été rendu possible grâce à UNIA. C'est eux les complices, les lèche-cul du partonnat. Quand on est le maillon faible d'un camp, il n'y a que le changement de camp pour retrouver une certaine crédibilité envers ceux qu'on drague.
Ils sont les collabos des Kappos.
Bon Dieu, shooter moi cette gerbe d'Ambrosetti.
Aussi Mafieux et corompu que les adversaires des gens qu'il est censé soutenir. Les ouvriers.

Comme dit hier soir sur un post :

Il n'y a pas qu'à la Boillat qu'une grève serait la bienvenue. chez uniaaaa, ils serait bien inspirer de faire la même chose...

juin 16, 2006 1:17 PM  
Anonymous Tous roulés dans la farine said...

@ La délégation des collaborateurs

BRAVO, vous au moins vous n’avez pas baissé vos culottes devant SM, Rolf Bloch et Jürg Müller !!!

juin 16, 2006 1:20 PM  
Anonymous copain said...

@ Schreck

Comme tu le sais Shreck, je ne suis pas de la Boillat. Alors pour l'externe que je suis peux-tu m'éclairer ma lanterne, est-ce vrai qu'il y a une division entre les employés de la Boillat ? L'expert aurait quand-même dit juste à ce niveau là ? Dis-moi que je me trompe s.t.p.

Amicalement

juin 16, 2006 1:26 PM  
Anonymous Anonyme said...

@ La délégation des collaborateurs
Vous avez toujours gardé la même ligne. Merci de ne pas vous être mis à plat ventre devant et face à cette alliance plus que douteuse.
Respect à vous.

juin 16, 2006 1:29 PM  
Anonymous oeil de moscou said...

@ Shreck,

Pas de soucis, si il y a encore des boeufiaux qui s'imaginent qu'il est possible de travailler dans le cadre qu'Ambrosetti va nous supplier d'accepter...
Au point de délabrement ou se trouve notre organisation et notre qualité de produit, ils pourront engager 1000 personnes de plus, 2000. Cela ne changera rien !

L'encadremment assuré par ces pommes de Dornachiants suffira largement à faire creuver le groupe.
On ne gagne pas en Formule 1 avec une équipe de Formule 3 !

De plus les clients sont en train soit de bâcher avec SM, soit d'envoyer les dernières sommations avant d'actionner l'artillerie lourde. Preuve à l'appui.

Dans tout les cas, uniaaaa pas uniaaa, les carottes sont cuites. La messe est dite !

Disons que je suis de ceux qui savent que la résurection industrielle ne fait pas partie des rêves...

juin 16, 2006 1:30 PM  
Anonymous Fuckeur said...

@ copain

Tu viens ?

juin 16, 2006 1:33 PM  
Anonymous Anonyme said...

Lundi, vous devriez accepter les propositions qui vous seront soumises, à deux conditions:
1- Que la direction opérationnelle démissionne en bloc (elle vous a trahi à plus d'une reprise),
2- Que votre région (et par là même notre pays) ait au moins un représentant au Conseil d'administration de "Swiss"metal.

Ainsi, le 30 juin, la donne sera claire pour les actionnaires qui voudront donner une chance au conflit de se résoudre.

Courage à vous et BRAVO d'avoir si bien tenu jusqu'à maintenant.

juin 16, 2006 1:34 PM  
Anonymous oignon rouge said...

UNIA, une info

je viens de retrouver sur un article paru dans le Temps le 20 mars 2006 et que j'avais gardé, sous le titre :

LE SYNDICAT UNIA SE DISQUALIFIE DE SON STATUT DE PARTENAIRE SOCIAL CREDIBLE ( mais pas comme on pourrait croire...)

C'est la prise de position de Werner Messmer, président de la SSE, et conseiller national PRD, qui prône "la paix absolue du travail ...selon le modèle suisse qui s'est avéré efficace". Et qui attaque très violemment les syndicats et très particulièrement UNIA ( le seul syndicat qui soit nommé et qui est dans le collimateur de la SSE)

Voilà ce qu'il dit dans un exposé :

" La SSE ne saurait tolérer qu'UNIA exerce une pression massive sur certaines entreprises. Soit en leur dictant des décisions, leur fixant des délais et en les menaçant de recourir à des actions et à des grèves si elles ne répondent pas à leurs exigences".

et en conclusion :

"Au cas ou UNIA ne devait pas mettre un terme immédiat à sa nouvelle stratégie d'intimidation, voire de chantage, La SSE ne la considérera et ne la reconnaîtra plus comme partenaire social fiable. Dans de telles conditions, cette dernière ne peut envisager des négociations condusant au but fixé. Si tel était le cas, elle pourrait être contrainte à résilier la CCT avec UNIA à la première date possible et rechercher des alternatives".

Est-ce que l'un de vous a entendu parler de ces pressions graves du patronat ?
N'ont-elles pas un lien avec notre cause ?

Je ne peux scanner l'imprimante est morte, mais je peux envoyer l'article si cela intéresse queql'un.

juin 16, 2006 1:37 PM  
Anonymous Anonyme said...

Swissmetal: appel du directeur de l'économie publique bernoise

BERNE - Le directeur de l'économie publique bernoise Andreas Rickenbacher a appelé les parties au conflit de Swissmetal à étudier "sérieusement" les recommandations de Rolf Bloch. Il a ajouté qu'un durcissement des fronts affaiblirait tout le Jura bernois.

Le conseiller d'Etat socialiste estime que ces propositions qui sont destinées à relancer la production à plein régime constituent une "bonne base" pour trouver une solution à ce conflit, a annoncé l'Office d'information du canton. M. Rickenbacher appelle donc le personnel et la direction à faire preuve de modération.

Le personnel de l'usine Swissmetal Boillat de Reconvilier (BE) doit se réunir lundi après-midi pour dire s'il accepte le rapport de l'expert indépendant Jürg Müller dévoilé jeudi par Rolf Bloch. Swissmetal et le syndicat Unia l'ont approuvé.

Les propositions de l'expert Jürg Müller prévoient notamment que Reconvilier conserve sa fonderie pour les spécialités durant quatre ou cinq ans et que la direction de Swissmetal réengage des employés et des cadres licenciés. L'expert demande également la nomination d'un directeur de site.

BERNE - Le directeur de l'économie publique bernoise Andreas Rickenbacher a appelé les parties au conflit de Swissmetal à étudier "sérieusement" les recommandations de Rolf Bloch. Il a ajouté qu'un durcissement des fronts affaiblirait tout le Jura bernois.

Le conseiller d'Etat socialiste estime que ces propositions qui sont destinées à relancer la production à plein régime constituent une "bonne base" pour trouver une solution à ce conflit, a annoncé l'Office d'information du canton. M. Rickenbacher appelle donc le personnel et la direction à faire preuve de modération.

Le personnel de l'usine Swissmetal Boillat de Reconvilier (BE) doit se réunir lundi après-midi pour dire s'il accepte le rapport de l'expert indépendant Jürg Müller dévoilé jeudi par Rolf Bloch. Swissmetal et le syndicat Unia l'ont approuvé.

Les propositions de l'expert Jürg Müller prévoient notamment que Reconvilier conserve sa fonderie pour les spécialités durant quatre ou cinq ans et que la direction de Swissmetal réengage des employés et des cadres licenciés. L'expert demande également la nomination d'un directeur de site.

(ats / 16 juin 2006 12:56)

juin 16, 2006 1:41 PM  
Anonymous Stylo Bic said...

@ TOUS

LA MARCHE EN AVANT, IL N'Y A QUE CELA DE VRAI.

TOUJOURS DEBOUT, TOUJOURS VIVANT.

UNIA COUCHE, J'AI DIT COUCHE!!

UNIA A LA MINE DE STYLO ET VITE

juin 16, 2006 1:45 PM  
Anonymous Copain said...

@ Fuckeur

J'accours ma poule !

juin 16, 2006 1:46 PM  
Anonymous Anonyme said...

Faire grève ? Encore une fois ?

Avec qui ? Qui, parmi ceux qui ont encore un boulot officiel boillat a encore envie de se lancer dans une aventure désastreuse ?

Le 25 janvier on nous disait:" on fait grève, SM ne pourra pas tenir, on va gagner vite". 5 mois après, tout n'est que désillusion, toutes les personnes qui avaient un minimum de compétence sont parties vers d'autres cieux.

Franchement, maintenant que j'ai un bon job, que je le remplissage de mon frigo et de mon réservoir ne dépend plus du salaire Swissmetal, je peux facilement dire: "Allez y, cassez tout, bloquer tout, mangez des saucisses pendant 3 mois !". Mais si j'étais encore à l'intérieur, j'hésiterai plutôt 2 fois qu'1.

En 5 mois, la seule vrai bonne idée c'est à mon avis l'association nouvelle boillat qui permet aux quidams d'acheter des actions pour ensuite gueuler lors de l'assemblée des actionnaire. Ca c'est une chose positive: On s'organise, on explique, on attaque ensemble et personne n'est pris en otage.

Pour le reste, faut être réaliste, c'est fini, nos anciens cadres "compétents" (mouairf) ont déjà retrouvé du boulot, ceux qui sont encore sur le tapis auraient bien du mal à justifier leur salaires exorbitants pour un nouveau contrat...

Quand on gagne 14 000 Fr. / mois et qu'on critique le vote des ouvriers qui souhaitent reprendre le travail on devrait avoir honte.

juin 16, 2006 1:47 PM  
Anonymous amonite said...

tout ça et toujours pas d'annonce de remise en grève immédiate...
tout ça et le syndicat qui applaudit...
mais jusqu'où iront nous avant de nous unir et de botter l'arrière train à tous ces assassins néolibéraux?!?!

unia (il n'y a que les noms propres qui prennent une majuscule...) c'est comme les votations, ça servirait à qqch, il y a bien longtemps que ça serait interdit...

unia : (même) Un Navet Irait Ailleurs

juin 16, 2006 1:54 PM  
Anonymous Anonyme said...

@ anonyme de 1:47

Là où tu bosses maintenant, t'es sûr de pouvoir y rester toute ta vie ? Aujourd'hui, c'est de La Boillat dont on parle. Demain se sera une autre boîte. Ce combat il faut le mener pour nos enfants, pour les enfants de tous ceux qui veulent que ça change et qui l'ont démontré en nous aidant financièrement.

Partager des saucisses avec des potes ç'est souvent mieux que de bouffer une entrecôte tout seul dans son coin, non ?

juin 16, 2006 2:01 PM  
Anonymous visionix said...

UNIA = Utilisation Néolibérale de l ' Incapacité Ambrosienne


LA BOILLAT VIVRA !

juin 16, 2006 2:02 PM  
Anonymous amonite said...

unia:
Urluberlus Nationaux Incapable d'Agir

Union Nationale des Incapables Autistes

Unis Nous Irons à l'Abattoir

Un Nid Intersideral d'Ahuris

juin 16, 2006 2:02 PM  
Blogger un voisin said...

JE SUIS SCANDALISE

Tant de mépris de la part des personnes chargées d'arbitrer ce conflit, c'est intolérable.

Comment l'expert et Bloch peuvent-ils passer sous silence tout ce qu'ils ont constaté : mobbing, encadrement incompétent, non respect du droit du travail, non respect de la CCT, non respect du droit à la protection de la personne (un ordinateur avec des images filmés illégalement sur le lieu de travail a pourtant été "mis en sécurité" par Müller), non respect du protocole d'accord, etc.

Bloch avait déclaré publiquement que l'expert devrait dire qui de la direction ou des employés mentait.

Ce rapport restera donc secret. Tout le travail d'investigation effectué par Müller n'aboutit en fin de compte qu'à un scoop :
pour que la production puisse reprendre normalement il faut que la direction approvisionne l'usine Boillat en matière première. Alors là, il est fort l'expert !!!

Bloch déclare qu'il faut exclusivement se concentrer sur l'avenir et permettre la reprise normale de la production. Unia tient le même discours.
Mais peut-on vraiment envisager un appaisement à ce conflit sans que torts des uns et des autres soient reconnus ? Comment faire encore confiance à Bloch pour s'assurer du suivi des mesures proposées par l'expert alors même qu'il n'a rien dit sur les licenciements en cours de médiation, sur les interdictions de site, sur le mobbing, sur les mensonges de la direction. Je mettais beaucoup d'espoir sur l'intégrité de Bloch et sa capacité à gérer un tel conflit. Je concède que Hellweg n'est pas un partenaire fiable. Mais le médiateur fédéral devait alors dénoncer ces agissements plutôt que de jouer son jeu.

Donc dès à présent, le mensonge est reconnu comme méthode de gestion avec l'appui du patronat, des milieux financiers de la confédération et des syndicats.

Hellweg continue de mentir et personne n'ose réagir. Cette semaine il affirmait

Un transfert des activités de Reconvilier à l'usine allemande de Lüdenscheid n'est pas prévue, assure Martin Hellweg. Selon lui, cette rumeur a été lancée par des gens qui ne travaillent pas chez Swissmetal et dont l'objectif est de créer des inquiétudes.

Alors que le 24 mars en conférence de presse, il présentait sa stratégie en montrant un powerpoint (dernière page) qui présentait explicitement le transfert de toutes les activités de fonderie et de presse à Lüdenscheid et Dornach. Lüdenscheid devait également reprendre la production des instruments d'écriture, une spécialité de la Boillat.

... et personne ne réagit !!!

Je suis écoeuré, scandalisé. Tant de mépris pour une juste cause et de la considération pour un menteur, manipulateur et voleur ...

Ce mépris est grave. Il peut avoir des conséquences facheuses. En poussant à bout des hommes et des femmes qui se battent pour leur outil de travail et pour leur dignité, on prend des risques importants de les pousser à des actes inconsidérés.

Je suis en rage !!!

Je suis plus que jamais solidaire d'avec les Boillats. Je vous réafirme mon entier soutien.

Cordialement

juin 16, 2006 2:07 PM  
Anonymous Anonyme said...

@oignon rouge
il y a belle lurette que des pressions sont exercées sur les syndicats et l'inverse aussi .Je ne pense pas que l'affaire Boillat soit la cause vous allez pas mettre tout sur le dos de la boillat tout de même
Amicalement

juin 16, 2006 2:11 PM  
Anonymous copain said...

@ Amonite

Waw pas mal les interprétations d'initiales, les meilleures pour l'instant.

Amicalement

juin 16, 2006 2:16 PM  
Anonymous Anonyme said...

@Amonite

c'est une insulte aux otistes eux ils n'y peuvent rien ! alors que cette mafia c'est délibéré
Mais je comprends bien que de ta part ce n'était pas méchant :-))
amicalement à toi

juin 16, 2006 2:23 PM  
Anonymous oignon rouge said...

@ anonyme de 2:11


Jamais de la vie ! je voulais juste demander si les pressions toutes récentes du patronat ( mars) avaient eu une influence directe sur le lâchage de la Boillat par unia. Dans le texte de cet article qui est très violent on a l'impression que c'est ce conflit -là qui est visé.

Je tiens à vous dire très clairement et très FERMEMENT mon engagement TOTAL pour la Boillat depuis le premier jour de la grève , un engagement à TOUS les niveaux, et qui ira jusqu'au bout avec la plus grande détermination. Voilà.

juin 16, 2006 2:26 PM  
Anonymous Anonyme said...

Quelqu'un a écrit plus haut, en substance, «Est-ce possible que nous soyons les seuls à avoir été trahis par Unia de cette façon?»

Mais bordel, quand la semaine denière des gens ont critiqué Saint-Pierre-Yves-Maillard ici même ils se sont fait envoyer foutre. Or, Saint-Pierre-Yves qui est venu vous voir dans la nuit froide sans caméras ni micros pendant la grève a fait exactement là-même chose que ce que vous subissez actuellement aux ouvrières de Veillon. Ces femmes lui ont offert sa campagne électorale (interventions quotidiennes à la RSR comme FBK pendant votre grève), ils les a trahies et a encore trouvé le moyen de faire croire que c'était de leur faute à elles qui n'étaient pas syndiquées au début, qui avaient manqué de courage, etc.

Tonnerre, si vous vous intéressiez un peu aux autres au lieu de croire que votre cas est tellement exceptionnel, tellement particulier et incomparable, alors vous subiriez moins de déceptions.

Avec mon total soutien (ce qui n'empêche pas de dire des choses désagréables) et dans l'attente de vos décisions.

juin 16, 2006 2:30 PM  
Anonymous Anonyme said...

@ un voisin


"Tant de mépris de la part des personnes chargées d'arbitrer ce conflit, c'est intolérable."

Rolf Bloch avait un mandat de médiation et non d'arbitrage, sinon je pense que les choses se seraient passées bien différemment.

De même que Jürg Müller avait pour mission d'examiner comment relancer la production à Reconvilier... et non pas de dire qui a tort et qui a raison.

Je comprends (même si j'enrage) que le rapport soit resté confidentiel entre Bloch et Müller, c'était le seul moyen d'éviter que tous se concentrent sur le renvoi des responsabilités plutôt que vers une voie de sortie. Ainsi, personne d'autre ne saura qui a dit quoi et SM ne pourra pas l'utiliser comme moyen de chantage.

En rédigeant le communiqué incendiaire d'hier, la direction de SM pousse le groupe à sa perte.

Franchement, dans l'hypothèse où les Boillat acceptaient les propositions lundi sous la pression, je crois que chacun va se chercher un travail ailleurs et comme d'habitude, les plus débrouilles et compétents trouveront un emploi moins difficilement. Donc ceux dont SM a le plus besoin. Il ne faut pas rêver, la qualité des produits ne se reconstruira pas rapidement et c'est pourtant ça qui est primordial pour ne pas perdre le solde des clients.






Pour lundi, SM a "toléré" que tous puissent assister à la réunion. Mais qui aura un "droit de vote"? Tous ou seulement les non licenciés?

juin 16, 2006 2:34 PM  
Blogger un voisin said...

Lu dans le Juju

En fin de compte, a conclu Rolf Bloch, il ne s'agit pas de refaire l'historique de ce conflit et de déterminer qui a tort ou raison.
C'est pourtant important si l'on veut pouvoir aller de l'avant. Face au mensonge pathologique, il est important que la vérité soit dite.

Tant qu'il y a de l'espoir, il faut poursuivre le chemin. Mais si on arrive dans un chemin sans issue, il faut avoir le courage de rebrousser chemin.

Est-ce un message (in?)volontaire à l'intention des Boillats ?

juin 16, 2006 2:46 PM  
Anonymous Anonyme said...

Je peux rien faire et la politique industrielle de la Suisse (il s'agit d'une réponse faite hier par Joseph à une motion déposée au Conseil national il y a deux ans).

http://www.parlament.ch/ab/frameset/f/n/4713/224290/f_n_4713_224290_224501.htm


Mais pourquoi donc n'a-t-il pas dit pour SM je ne veux rien faire au lieu de proposer une mascarade?




Deiss Joseph, Bundesrat: Der Bundesrat bittet Sie, diese Motion abzulehnen.
Wir betreiben bereits eine Industriepolitik, wenn Sie diese Industriepolitik im Sinne einer Standortpolitik auffassen. Diese Politik wurde eingeführt, sie wird umgesetzt, und wir haben auch Resultate, die sich sehen lassen können. Ich glaube, dass wir dieses Jahr nun wieder ein Wachstum von deutlich über 2 Prozent haben; wir haben Neuansiedlungen, wir haben Unternehmen, die wachsen. Ich glaube, dass die Politik, die wir betrieben haben, eine Standortpolitik ist, die es braucht - über die Bildung, die Forschung, den flexiblen Arbeitsmarkt und was da alles noch dazu gehört. Aber die Industriepolitik, die Sie im Auge haben, geht über das hinaus. Ich empfehle Ihnen, ja nicht eine Industriepolitik der direkten Intervention einzuführen. Diese will ich nicht. Diese wird nur Scherbenhaufen produzieren. Ich kann mich daran erinnern, dass man, als ich dieses Departement übernahm, gerade seitens Ihrer Partei eine solche Politik wollte. Ich habe dem nicht nachgegeben, und heute haben wir Resultate, die zeigen, dass es richtig war, nicht eine direkte Industriepolitik zu betreiben. Übrigens: Die Beispiele, die Sie herbeiziehen, um diese Industriepolitik zu untermauern, wie etwa Frankreich, sind schlechte Beispiele. Vergleichen Sie die Arbeitslosenraten in Frankreich mit denjenigen in der Schweiz, und Sie haben die Antwort.
Wir haben damals, als Frankreich mit Infusionen, die auch Schweizer Unternehmen hätten betreffen können, interveniert ist, die Meinung vertreten, dass man nicht intervenieren soll, dass man auch fremden Betrieben die Freiheit lassen soll. Ich sehe nicht ein, wieso wir das jetzt bei uns anwenden sollen, was wir nach aussen als falsch betrachtet haben. Sie können mit direkter Investition ein Problem am Leben erhalten, aber Sie können keine Wende einleiten.
Deshalb bitte ich Sie, an der Politik, an der Strategie festzuhalten, die wir betreiben und die Erfolg bringt, und nicht die Fehler zu begehen, die anderenorts zu Misserfolgen geführt haben.


Et dire que dans cette réponse, il ose prétendre que sa politique a permis à la Suisse de retrouver une croissance, alors qu'en fait une fois de plus, on a une année de retard sur les autres pays européens. C'est tout le contraire qui s'est passé. Par son inaction, il a laissé la précarité s'installer en Suisse!!!

juin 16, 2006 2:47 PM  
Anonymous Anonyme said...

@utilisateur anonyme

autisme: (micro robert) attitude de détachement de la réalité extérieure accompagnée d'une vie intérieure intense .
V.égocentrisme, introversion...

avec mon plus grand respect pour les personnes qui en souffrent... ! mais à eux, ça leur va si bien :-)
amonite

juin 16, 2006 2:48 PM  
Anonymous Anonyme said...

@Amonite
Pas de problème je pensais bien que tu ne pensais pas mal :-))
Amicalement à toi

juin 16, 2006 3:07 PM  
Anonymous paddy said...

Nouvelle page sur www.laboillat.ch pour télécharger l'adhésion à la nouvelle Boillat.
Hop on y va!

juin 16, 2006 3:49 PM  
Anonymous Anonyme said...

@ J-C Rennwald (qui lit sûrement pas le blog mais ça fait du bien quand même)

Au lieu d'éditer les bêtises de ta gamine sur les méchants-ouvriers-qui-votent-UDC, tu ferais mieux de te demander si les faux-culs dans ton genre n'ont pas quelque chose à voir avec «le vote ouvrier pour les partis nationaux-populistes».

Un ouin-ouin qui sait lire

juin 16, 2006 4:00 PM  
Anonymous solidarnoch said...

A paddy

Je me suis inscrit à la manif.

Encore rien reçu, chèque etc, est que c'est normal ?

juin 16, 2006 4:03 PM  
Blogger Karl said...

Eh bien... Que de commentaires! Merci à vous tous!

Je vous prie toutefois de faire attention à ne pas y aller trop fort, en termes de langage...


Il me semble que la majorité a tenté de ne pas tirer sur Unia, en accordant poliment le bénéfice du doute à ce syndicat. Mais maintenant, le doute n'est plus permis.

La médiation comme Unia ont l'air de croire que, face à la direciton de Swissmetal, il n'y a pas de solution. Mais pourtant, en cas d'acceptation des propositions d'Unia, le départ des clients et de pas mal de Boillat risque de rendre la situation encore bien plus intenable.

juin 16, 2006 4:13 PM  
Anonymous paddy said...

@ solidarnoch et TOUS

Je n'en sais pas plus que vous concernant l'adhésion à la nouvelle Boillat.

Je n'ai rien reçu non plus.
Je crois que c'est normal.
Je pense qu'avant le 21 (environ) il n'y aura pas de correspondance/facture/ trucs divers...

Ils ne vont pas aller à la poste tous les jours. Il faut un peu de temps pour gérer tout ça efficacement.
Et dans la discrétion.

juin 16, 2006 4:19 PM  
Anonymous Anonyme said...

@un type à Lausanne
C'est malheureusement une longue tradition de la Ftmh et d'unia par la suite de casser les luttes au non de cette putain de sacro-sainte "paix du travail".
Dubied (NE), Matisa (VD), Sapal (VD) (Eh oui Maillard, si je me souviens bien, c'était pas la Ftmh qui était à la pointe de la lutte, c'était les travailleurs et le comité de soutien qui poussaient à la roue !!!) La liste pourrait être encore longue, sans oublier les négociations de CCT.
A trop fréquenter les salons feutrés et les bistrots cossus on oublie pourquoi on est venu, n'est-ce pas messieurs les bureaucrates?
Sur ce, ma lettre de démission est expédiée. J'ai toujours pensé que la logique élémentaire voulait que les travailleurs s'organisent pour être plus forts. Mais un syndicat comme unia ou rien c'est pareil. Un jour les déçus de l'USS pourront fonder un syndicat conbatif et majoritaire, ils deviennent de plus en plus nombreux.
Bienvenue au club les Boillat's
Mais ne lacher pas prise, on est nombreux à être toujours de votre côté.

juin 16, 2006 4:46 PM  
Anonymous Anonyme said...

COMBATIF je voulais dire !

juin 16, 2006 4:54 PM  
Anonymous Anonyme said...

UNIA

UNION NEOLIBERALISME IDIOT ARROGANT

juin 16, 2006 5:00 PM  
Anonymous Anonyme said...

UNIA = ulcère nain intubé dans l'anus

juin 16, 2006 5:10 PM  
Anonymous Anonyme said...

Que faire maintenant ? Avons-nous épuisé toutes nos cartouches ou reste-t-il encore un espoir ? Après la colère, la déprime me prend. S'il vous plaît, dites-moi qu'il y a encore une issue... Merci.

juin 16, 2006 5:25 PM  
Anonymous Anonyme said...

Union Nationale des Irrécupérables Avachis

juin 16, 2006 5:38 PM  
Anonymous A+ said...

@ la bourse
Quelqu'un peut donner des renseignements concernant les options de OZ Bankers ?

Merci

juin 16, 2006 5:40 PM  
Anonymous SanA said...

@un voisin

Je partage votre analyse, vos remarques, vos conclusions et plus encore votre rage!

@gens de Boillat

Ne pas reprendre la lutte rapidement, AVANT L'AG, en la durcissant encore (que foutent encore dans l'usine kapos et Dornachiants?), ce ne serait pas seulement rater un penalty, ce serait carrément refuser de le tirer!

juin 16, 2006 5:56 PM  
Anonymous Anonyme said...

unia=Ulcèreration (du) Nombrilisme Insipide Arroguant

juin 16, 2006 5:57 PM  
Anonymous idéaliste incurable said...

@anonyme de 5:10

Là je trouve qu'il y a un peu trop ... On a beau être enragé et déprimé (c'est mon cas), je pense qu'il faut quand même surveiller son langage. La dignité, c'est aussi ça.

juin 16, 2006 6:00 PM  
Anonymous Michel (l'autre) said...

Et mon syndicat ?
Je ne suis pas à unia (d'accord pour l'absence de majuscules), mais à Syna. Mon premier syndicat, la minuscule CRT (Conférence Romande du Travail), qui était très combative,a fusionné il y a quelques années avec les syndicats chrétiens.
Ceux qui connaissent : est-ce la même merde qu'Unia ? Y a-t-il d'autres alternatives ?
@anonyme de 4.00 : J'ai entendu le discours de Rennwald pour l'élection de la nouvelle conseillère fédérale : c'était pas piqué des vers : il mord quand ça lui plait pas, semble-t-il. A-t-il été vraiment mauvais dans l'histoire de la Boillat ?
C'est juste en passant pour essayer de faire juste d'un point de vue syndical.
Parce que sinon, c'est vraiment écoeurant.
On aura voulu faire subir tous les outrages aux gens de la Boillat : les enculés ont essayé de leur faire la même chose.
Et c'est incroyable à quel point les Boillat résistent. Alors qu'on pourrait s'attendre à ce qu'ils baissent pavillon à chaque offre un petit peu alléchante, eh bien non : Vlan : ils reprennent leur liberté, et disent NON.
Je suis estomaqué par votre force.

J'imaginais que le temps et l'usure, plus qu'autre chose, auraient raison de votre déterminantion. Et je me suis trompé : A chaque pique, reculade, louvoiement, attaque, les Boillat rétorquent.
VOUS ETES DES VRAIS FOUS COMME ON LES AIME
Solidairement

juin 16, 2006 6:11 PM  
Anonymous shreck said...

@ copain de 1:26

Bien sur qu'il y a division comment veut tu qu'il y en ais pas, mais faut dire qu'il y en a tourours eut, mais aujourd'hui plus que jamais, c'est ce qui me fait peur, il faut faire comprendre a tous ces gens qui qui on subit le lavage de cerveau qu'il sont les suivant sur la liste rouge et je pense que se serra un sacré boulot....
C'est maintenant ,que les soldats devront épauler Nicolas, car je pense qu'il saura, je suis même sur, prendre les bonnes paroles comme il le fait d'habitude pour leur faire changer d'avis.

TENONT NOUS MAIN DANS LA MAIN ET FAISONT FRONT D'UN SEUL HOMME CONTRE CEUX QUI NOUS ONT BAFFOUES

Debout je suis toujours debout, blessé mais debout.

shreck te salue du bord de son marais

juin 16, 2006 6:11 PM  
Anonymous Anonyme said...

@ idéaliste incurable

OK OK, j'ai un peu glissé, Karl si vous désirez effacer le message 0510 allez-y !

@ Sana

Je suis absolument d'accord avec vous Sana. Si une personne aussi réfléchie que vous et aussi au courant de ce qui se passe à l'interne dit ça, c'est que ou on lance l'assaut ou on s'avoue vaincu.

Bonne soirée à tous

juin 16, 2006 6:15 PM  
Anonymous shreck said...

@ sana

Pire encore ce serrai ce tirer une balle dans le pied.

shreck vous salue du bord de son marais

juin 16, 2006 6:15 PM  
Anonymous Anonyme said...

si il y en a trop il y a donc

Urgence Nationale Incontestable autogestionnaire :

A Nous Boillat de faire notre lock out d'exclure les dornachiants, c'est notre usine, c'est notre savoir faire, et notre SOLIDARITE, qui vaincra des chiendornachs !!! On n'a pas le droit de se diviser bordel restons unis !!!

juin 16, 2006 6:17 PM  
Anonymous noir & rouge said...

Syndicats?
Il y a les syndicats majoritaires, affiliés à l'USS, plutôt proches du PS, dont le principal est unia. (Jadis qualifiés de "rouges").
Il y a les syndicats chrétiens qui généralement font de la surenchère en matière de "partenariat social" avec le patronat. (Jadis qualifiés de "jaunes").
Et il y a les syndicats de base (CRT autrefois, SUD VD/GE et IGA BS, qui s'efforcent d'être au service des salariéEs/membres et non de leur appareil. Ils misent systématiquement sur l'auto-organisation ouvrière, la mobilisation de la base et les décisions d'assemblées générales plutôt que d'appareil.
Enfin, il y a le syndicalisme révolutionnaire ou anarchosyndicaliste qui vise délibérément un changement de société par la grève générale autogérée (CNT française).
Pour terminer, il y a aussi le concept de "Conseils ouvriers" où les travailleurs se passent de syndicat pour gérer et assumer eux-mêmes leurs luttes.
L'important à mon sens, c'est de ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain: Une organisation ouvrière est nécessaire pour pouvoir lutter et celle-ci peut prendre des formes diverses en fonction des conditions historiques et sociales du moment. L'important c'est qu'elle existe et qu'elle permette un maximum d'autonomie ouvrière.

juin 16, 2006 7:29 PM  
Blogger Karl said...

Euh, la définition d'Unia par Anonyme de 5:10Pm est certes assez lourdingue... Mais j'avoue qu'elle me fait bien rire.

Oui, c'est vulgaire, mais est-ce méchant ou agressif? J'ai l'impression que ce commentaire reflète plus un sens particulier du jeu de mots qu'une réelle volonté de nuire à Unia.

Donc, je le laisse... Mais si un commentaire demandant son retrait apparaît à nouveau, je le retirerai.

En espérant que cette solution vous satisfera, merci pour vos commentaires!

@Noir et rouge

Merci pour cette typologie!

juin 16, 2006 7:50 PM  
Anonymous Anonyme said...

unia=union nationale (pour l')Intronisation Anale

juin 16, 2006 8:05 PM  
Anonymous Dégouté said...

La Doris reprend l'Economie


Bravo Jean-Claude, avec la bordée que tu y a mis mercredi, c'est sûr que tu seras le 1er à pouvoir entrer dans son bureau et à plaider notre cause


MERCI BEAUCOUP

T'es grillé au niveau fédéral

juin 16, 2006 8:12 PM  
Blogger Karl said...

Euh... Une exception sur une blague n'est pas censé devenir constitutif d'une règle. Merci de ne pas trop tirer sur la corde avec des jeux de mots qui poursuivent le dérapage.

juin 16, 2006 8:33 PM  
Anonymous Françoise said...

Fausse manoeuvre, excusez-moi.

10 jours de grève en 2004, 37 en 2006, licenciée le 24 mars 2006, tout ça pour en arriver là ? J'en suis MALADE !

Allez les Boillat, il faut réagir, il y a urgence, on ne peut pas laisser passer ça !

juin 16, 2006 8:37 PM  
Anonymous Anonyme said...

@françoise
On est à bout, il faudra bien que ça pète. On en a plein le le c.. d'être digne et de se faire entuber. las dignité on a donné.

juin 16, 2006 8:57 PM  
Anonymous Anonyme said...

On sera bien obligé d'utiliser les grands moyens. Ils se foutent de notre gueule et en plus ils nous piètinnent. Coucou Wilmar

juin 16, 2006 9:06 PM  
Anonymous Sans domicile fixe said...

C'est le moment de créer un syndicat de travailleurs indépendant.

C'est le moment, d'économiser la coti à Unia pour fonder ce syndicat. C'est urgent.

Comment peut on défendre les travailleurs aux petits salaires quand on est bien payé, quand on brigue un siège de magistrat ou de parlementaire, quand on négocie avec le grand patronnât devant un tapis vert, quand on crée la misère avec des CCT pour esclaves...

UNIA a toujours fait semblant de défendre les travailleurs. C'est déjà beaucoup lui demander...

juin 16, 2006 9:14 PM  
Anonymous Anonyme said...

U nilatéral
N avrant
I ncompétent
A rrogant

juin 16, 2006 9:45 PM  
Blogger chtite fourmi said...

Je voudrais pour une fois témoigner sur le blog de ce que vivent les non-licenciés amenés à vivre chaques jour une cruelle situation! Si vous ne bossez pas vous allez vous faire virer et ne plus servir à une lutte qui doit se poursuivre aussi en interne ( c'est mon avis). Si vous produisez même au ralenti on vous traites de collabos, voir pire de lèche-c...!! Alors vous produisez au ralenti ( en subissant les critiques de la direction et de ses kappos) mais vous produisez ( subissant les critiques de l'autre camp)! De plus les kappos vu le manque de résultat de la grève et de la médiation et ainsi se faisant de nouveaux adeptes à "dooormez je le veux", n'arrêtent de tenter de vous faire changer de camps aidés par leur nouveaux potes!Affronter physiquement de face une personne est bien différent que de le faire par blog interposé et cela tous les jours... Mais vous résistez, le problème est de subir en plus les critiques externes! Et bien des attaques injustifiées venues par rumeurs, je citerais les attaques infondées vis à vis de Bobko, petit sec et les commissions qui font face de manières admirable aux kappos et à cette situation invivable. Cela finit par révolter et démotiver! La solidarité doit se faire dans tous les sens! Alors vous mettez vos espoirts dans le rapport de l'expert et de la médiation avec le résultat connu! L'expert qui soutiend la direction de swissmetal et cerise sur le cake, unia ( en minuscule) qui poignarde dans le dos!! Alors svp ne jugez pas si méchament vos soeurs et frêres d'armes au charbon !!!

juin 16, 2006 9:58 PM  
Anonymous expatrié said...

@chtite fourmi
On sait bien que vous êtes au bagne... On attend impatiemment un signe de votre part. Le détonateur est dans vos mains.

Courage.

(La dignité, c'est bon, vous en avez assez produit, il y a des stocks pour plusieurs générations. Depuis hier, plus personnne de bonne foi ne pourra vous accuser d'avoir déclencher la guerre).

Amitiés solidaires

juin 16, 2006 10:21 PM  
Blogger Karl said...

@Chtite fourmi

Merci pour votre commentaire. Peut-être vais-je le faire figurer dans le prochain "édito"?

En tout cas, votre volonté d'apaisement et vos explications ne manquent pas d'intérêt!

juin 16, 2006 10:30 PM  
Anonymous Françoise said...

@ Chtite Fourmi et anonyme de 8.57

On a tout fait dans la dignité jusqu'ici, mais voilà le résultat.
Alors venons-en à d'autres méthodes qui semblent être beaucoup plus efficaces.

Avec tout mon RESPECT pour ce que vous vivez tous les jours, vous qui êtes encore à l'intérieur, c'est de l'esclavage moderne.

juin 16, 2006 10:43 PM  
Anonymous jfbo said...

@chtite fourmi

Quel courage!

Merci, ma chtite, de montrer aux bavards que c'est vous et vous seuls qui êtes au front. Il est normal et légitime que tout un chacun fasse de votre combat son drapeau ou son emblême.

On oublie trop facilement, et sans forcément y penser, que c'est vous qui souffrez!

Qu'Ambrosetti et consorts se fassent des c....... en or sur votre dos ne vous importe pas.
Vous êtes le fer de lance de cette guerre... car il s'agit bien d'une guerre, n'en déplaise aux poncifs d'unia.

Unia, qui malheusement pour elle, n'a pas compris le parti formidable qu'elle aurait pu tirer de ce conflit.(mais c'est une autre histoire, histoire pour laquelle ces petits glandus auront à rendre des comptes!)

Mais que signifie, aujourd'hui, "être syndicaliste"???

Ont-ils vraiment saisi et compris que nous ne vivons plus au temps de l'industrialisation du 19eme siècle? Ont-ils compris que la lutte syndicale ne se résume plus à des slogans?
Connaissent-t-ils les arcanes du monde économique d'aujourd'hui?
Ont-ils fourbi des armes susceptible de combattre les organisations de leurs adversaires?

Malheureusement, j'en doute, et je pense même qu'à cause de leur impéritie, on puisse en arriver à des débordements dommageables, non seulement pour la survie de la Boillat, mais également pour tout le mouvement syndical suisse.

C'est d'autant plus dommage, car nous pensions et nous pensons toujoiurs, jusqu'à preuve du contraire, qu'il existe, dans notre pays, des voix capables de rassembler ceux qui ont envie de dire NON!

juin 16, 2006 11:12 PM  
Blogger chtite fourmi said...

Il est tout de même terrible et boulversant d'entendre certains non licenciés, marriés, pères de famille vous dire je préfèrerais m'être fait licencier, on me concidèrerait comme une victime! Mon combat de chaques jours est de me lever pour nourrir ma famille résultat: me faire traiter de collabos, lèche-fesses, alors que j'ai été solidaire pendant les 2 grèves
après plus de 10 ans pour la boillat! Qu'ils aillent ch... tous ces donneurs de leçons!!! Et un autre non-licencié qui s'est mis à pleurer d'émotion et de tristesse en parlant avec ses collègues licenciés m'a dit tu te rends compte je me sens coupable de ne pas être viré!!!! Alors quand j'entends que tous ceux qui sont encore employés de swissmetal sont des vendus, j'ai comme une envie de meurtre!!!

juin 16, 2006 11:14 PM  
Anonymous Anonyme said...

@ chtite fourmi
@ jfbo

donc un licencié est un pauvre con point

juin 16, 2006 11:16 PM  
Anonymous lauk said...

au dernier anonyme: non,et je ne vois pas ou on peut lire ces dires

juin 16, 2006 11:30 PM  
Blogger Karl said...

@Anonyme de 11:16pm

Ne pensez-vous pas que vous prenez l'autre extrême? En jugeant les uns meilleurs que les autres, ne créez-vous pas des catégories qui divisent plutôt que d'unir?

Ce que Chtite fourmi explique très bien c'est que, justement, le statut de licencié, ou celui de non-licencié, n'a aucune valeur quand il s'agit de juger d'un Boillat. Le fait qu'il travaille ou non ne permet pas non plus de juger. Ce qui doit encadrer le jugement, c'est ce que dit la personne du combat. Veut-elle le continuer? L'abandonner? Le soutient-elle? Ou pas?

Le statu de licencié, comme celui de non-licencié, est décrété par Swissmetal, dans l'optique de séparer les uns des autres et, si possible, de les opposer. Or, face à une telle situation, céder à un tel schéma revient à accepter tout ou partie du point de vue de la direction de Swissmetal.

juin 16, 2006 11:33 PM  
Anonymous Françoise said...

@ Anonyme de 11.16

Je me permets de remettre une partie de mon post du 02.06.06 qui me paraît encore d'actualité :

Loin de moi l’idée de juger qui que ce soit. Je constate et surtout comprends que les gens sont fatigués, épuisés, à bout physiquement et moralement. J’ai été dedans, j’ai été licenciée, j’ai été malade, je sais qu’actuellement aucun de ces statuts ne vaut mieux que l’autre. Aujourd’hui tout le monde est lésé, les toujours au front, les évincés, les chômeurs, les malades, les réembauchés avec nouveaux contrats. Même les chanceux qui ont retrouvé un autre emploi auxquels je demande si ça va, si leur nouveau job leur plaît me répondent tous la même chose : oui, mais … Nous vivons tous notre situation à notre façon, avec nos propres émotions et ne pouvons rien envier aux autres ni leur donner de leçons de quoi que ce soit.

Aujourd’hui notre combat n’est toujours pas terminé et je ne sais pas combien de temps ce calvaire va encore durer. Mais je vous demande une seule chose, vous tous mes 350 potes, restons encore et encore UNIS, résistons encore et toujours, ne nous démobilisons pas, ne nous laissons pas aller à des guéguerres sans importance, aidons ceux qui en ont besoin quand on le peut, quand on trouve encore l’énergie nécessaire, souvent un rien suffit, un sourire, un regard, un mot d’encouragement. Ne laissons pas la lassitude avoir raison de notre courage, de notre dignité, restons la tête haute. Il y aura des jours bien meilleurs, j’en suis convaincue

juin 16, 2006 11:44 PM  
Anonymous shreck said...

@ chtite fourmi et tous les autres

Continué comme ça, ouais c'est impécable.
Je pense que la situation est pénible pour tout le monde, licencié ou pas.Les kapos sont connus les colabos aussi, vous qui êtes a l'intérieur ne vous sentez pas sistematiquement visé par telle ou telle critique, c'est comme ça que commencence la division et c'est là que vous joué le jeux de Martinou.
J'ai été critiqué, pis alors j'ai cherché le dialogue hein dragon et chaperon rouge, si vous êtes convaicu que se que vous faite est juste, faite le. Tout le monde a le droit de se tromper, il n'y a que les imbéciles qui ne change pas d'avis.
Alors gardez vos forces pour lundi et c'est là qu'il faudra montrer du doigt les personnes qui taupe, comme la dit Nicolas nous avons aussi le droit de les tauper.
Je vous en suplie arretez de vous tirer dans les jambes, tenont nous par la main bordel nous l'avont déjà fait souvenez vous!!!!

Alors les amis je vous dit a lundi pour que le coeur de chacun batte encore pour une BOILLAT LIBRE.

shreck vous salue du bord de son marais

juin 16, 2006 11:45 PM  
Blogger chtite fourmi said...

@ anonyme 11:16
Pas du tout! relisez les posts! on nous à souvent accusé de faire le jeux de swissmetall sans concidération pour nos collègues licenciés ne pensant qu'à nos petites personnes...Alors que bien des non-licenciés en ont souffert énormément!Tout le contraire de ce que vous dites!

juin 16, 2006 11:46 PM  
Anonymous Brain said...

@ chtite fourmi
@ anonyme de 11:16 pm

Vous êtes tous les deux de la même famille ! Si MH et ses sales sbires vous ont mis de chaque côté d'une barrière invisible, l'un (e) à l'intérieur, l'autre à l'extérieur, vous n'en êtes pas responsables. vous n'en êtes que les victimes.

Dans l'une et l'autre position, vous êtes vraiment à plaindre. Donc vous devez vous appuyer les uns sur les autres car vous vivez le même drame.

Je comprends les envies de meurtre car ce que vous subissez est trop ignoble ! Sans aller aussi loin, misère, attaquez par tous les moyens que vous donne le Droit : licenciements abusifs, mobbing, gestion déloyale, détournements de biens sociaux, pillages industriels. etc.

Il vous faut un avocat, pas celui ou ceux d'unia, mais le ou les vôtres parce qu'il est temps d'ouvrir action en justice. Le fond de grêve peut aussi servir à vous défendre sur le plan juridique. Sinon, regardez avec la Commune de Reconvilier ou le maire de Moutier s'ils peuvent ouvrir un nouveau compte pour les actions juridiques afin que vous puissiez ENFIN passer à l'attaque !

De tout coeur avec vous !

Brain

juin 16, 2006 11:46 PM  
Anonymous Brain said...

@ Françoise et @ Schrek (que je salue bien bas), je suis parfaitement d'accord avec vous et ma prose de 11:46 est aussi pour vous !

Cherchez maintenant pas seulement à encaisser les coups en tentant de les éviter. Il est grand temps de passer à l'attaque et il y a vraiment matière !

Qu'en pensez-vous ?

Amicalement,

Brain

juin 16, 2006 11:53 PM  
Anonymous shreck said...

salut Brain,

Oui je suis 100% d'accord avec toi et aujourd'hui plus que les autres, car on peut dire qu'on a été baffoué, je dis baffoué parce que je ne peut pas dire autre chose hein Karl:))

shreck te salue du bord de son marais

Ps: salutations a oignon rouge

juin 16, 2006 11:58 PM  
Anonymous Françoise said...

@ Brain et Shreck

Je ne serai malheureusement pas à l'assemblée lundi, boulot oblige. Mais je soutiendrai et je me battrai avec les Boillat jusqu'au bout, mon coeur est resté avec eux.

juin 17, 2006 12:07 AM  
Blogger claire marie said...

"diviser pour régner"... quand on passe d'un camp à l'autre sans dire pourquoi; quand on manipule et que même les médias, pas sur place, pas dans la réalité des ouvriers, bredouillent, sans investigation sérieuse (indépendante de celle de l'expert ou/et de Bloch)comment SAVOIR? Une voix pour la BOILLAT, (merci à Karl pour l'immense travail de rédaction quotidien) heureusement, est une résonnance d'une recherche de vérité! On rougit de honte pour UNIA,pour le team Deiss,Bloch, expert...en bref pour le système sans âme! J'aimerais que ces invités "importants" qui disaient leur engagement, le 10 juin, à Reconvilier, y retournent, ensemble, et s'expliquent face aux ouvriers et à leurs familles, face aux jeunes. Nous nous rendons demain à Berne pour manifester...contre des lois iniques ...de plus en plus inhumaines...il y aura des discours de "personalités" bien intentionnées, on leur donnera le bénéfice du doute...mais je douterai quand même!!! fort(e) et mûri(e) de notre expérience de solidarité avec LA BOILLAT.

juin 17, 2006 12:08 AM  
Anonymous guerre de tranchée said...

Lundi je vote non aux propositions de l'expert
Je donne mon appui à notre formidable délégation

et pour la suite, on verra

juin 17, 2006 12:10 AM  
Anonymous Citation said...

La crainte de la guerre est encore pire que la guerre elle-même.
[Sénèque]

juin 17, 2006 12:17 AM  
Anonymous Citation said...

L'orgueil nous divise encore davantage que l'intérêt.
[Auguste Comte]

juin 17, 2006 12:19 AM  
Anonymous Citation said...

Même sans espoir, la lutte est encore un espoir.
[Romain Rolland]

juin 17, 2006 12:22 AM  
Anonymous Citation said...

et une dernière spécialement dédiée à Unia

En politique, il n'y a pas de traîtres, il n'y a que des perdants.
[André Thérive]

juin 17, 2006 12:26 AM  
Anonymous jfbo said...

juin 16, 2006 11:16 PM

Désolé, mon vieux, mais je crois que tu n'as pas compris!

UN LICENCIE DEPUIS LONGTEMPS!

juin 17, 2006 12:38 AM  
Anonymous Anonyme said...

@chtite fourmi
Bien dit, notre situation est à crever.

juin 17, 2006 12:42 AM  
Anonymous Candide(ate) au conseil fédéral said...

@Dégoûté, juin 16, 2006 8:12 PM
@ claire marie, juin 17, 2006 12:08 AM
@ tous et toutes

Récemment j'ai déserté le blog pour cause de "campagne électorale"... Il fallait bien que je vende sinon mes idées, du moins mon sourire inoxydable, mes belles dents blanches, ma coupe de cheveux impeccable, sans compter un petit saut pour crier Hop Schwytz au Mondial, etc...
Donc je vais abandonner ce blog puisque me voici nommée au Département de l'Economie. Econome, je le serai: pas d'argent pour les plus faibles, pas d'argent pour les plus défavorisés, pas de compassion pour celles et ceux qui requièrent l'asile en Suisse. La loi, seulement la loi, uniquement la loi, Punkt Schluss.
Comptez sur moi pour vous montrer qu'une femme peut être aussi médiocre qu'un homme...
Mais, comme a dit shreck du bord de son marais: "il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis", il se pourrait donc que j'évolue, que je m'améliore, que j'apprenne à négocier et à faire des compromis. Qui vivra verra...
Je vous salue du haut de mon Bundeshaus/Palais fédéral et je vous souhaite un bel été.
Dôôôôôrrrris L.

juin 17, 2006 12:53 AM  
Anonymous Anonyme said...

@Candide
Lundi pas le con... promis!!!

juin 17, 2006 12:59 AM  

Links to this post:

Créer un lien

<< Home