jeudi, novembre 09, 2006

Une annonce

Vendredi 17 novembre, une soupe populaire sera organisée à Reconvilier, Place Bellevue, dès 17H30. C'est en l'honneur du deuxième anniversaire de la première grève.

Et bientôt, déjà, le premier anniversaire de la deuxième grève.
Le temps passe vite.


Karl, d'ailleurs, se fait discret, le vilain. Il s'excuse, vous salue bien amicalement, et ne désespère pas de trouver le temps d'écrire un "édito". Merci!

128 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Tous à Reconvillier !!!

novembre 09, 2006 8:39 AM  
Anonymous Anonyme said...

@tous

Comme le dit si bien Oignon rouge, continuons à témoigner, à rester solidaires.

Continuons à dénoncer ensemble !

Ne cédons pas à la dispersion et à l'oubli.

Notre société aime le mode "participatif", favorise le repli sur la famille et décourage en quelque sorte les rassemblements d'intérêts communs, et pour cause... On a vu que si les licenciés de la Boillat étaient encore dans l'entreprise, SM n'aurait pas pu mettre en oeuvre sa "stratégie".

Soyons donc nombreux le 17 novembre à répondre à l'appel de femmes en colère.

Externe-Z

novembre 09, 2006 3:06 PM  
Anonymous Anonyme said...

Tous les cadres opérant à Reconvilier, c'est-à-dire les deux vendus et les Laurel et Hardy de la photo, sont à Luedencheid pour quelques jours avec leurs petits camarades de Dornach. Suchard, dans sa grande bonté, va leur expliquer comment il pense partager le gâteau. 75% à Luedencheid, 23% à Dornach et une partie de ce qui reste à Reconvilier. Toute cette équipe va rentrer en tirant la gueule, mais en chantant le fameux refrain.

"SUCHARD VEUT"
"SUCHARD A DIT"
"SUCHARD A FAIT"
"MERCI SUCHARD"

novembre 09, 2006 11:38 PM  
Anonymous Anonyme said...

Bonjour,

Pardon de faire mon petit militant, mais une initiative à cours actuellement contre les salaires éhontés de nos "flop manager".

Si pendant la bonne petite souplette, quelques bonnes âmes seraient disponibles pour remplir quelques listes de signatures, je vous mets ci-dessous le lien de la liste en question.

http://www.trybol.ch/remunerations_abusives/Liste_de_signatures-13.pdf

Merci pour tout et bonne journée

novembre 10, 2006 7:08 AM  
Anonymous Anonyme said...

L'individualité a repris son cours.

Alors montrons que nous sommes encore capable de nous mobiliser et de partager ensemble.
Continuons ensemble à dénoncer ces financiers qui malmènenet nos entreprises.
Tous à Reconvilier le vendredi 17 novembre. Soyons nombreux nombreux à nous mobiliser contre le saccage.

novembre 10, 2006 10:15 AM  
Anonymous Anonyme said...

Plus de 110000 actions Boillat échangées aujourd'hui à la bourse, soit environ 15 fois plus que les autres jours. Serait-ce le sauf-qui-peux attendu ?

novembre 10, 2006 4:21 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Tiens, l'action SM a passé de 25.50 à ... 29.- ce vendredi.

novembre 10, 2006 5:35 PM  
Blogger Karl said...

Plus de 125'000 actions échangées aujourd'hui. Le cours a clôturé en hausse de 13,2% (3 francs 35 de hausse). Le tout est fait de petits achats (pour rester discret?), de moins de 5'000 actions chacun. Et les cadres de Swissmetal étaient tous à Lüdenscheid.

Qui parie sur un délit d'initié? Qui parie que le nouveau coup d'esbrouffe qui va être annoncé sera le rachat d'une entreprise (par échange d'actions, tant qu'on y est)?

Merci à tous pour vos commentaires!

novembre 10, 2006 6:47 PM  
Anonymous Anonyme said...

L'action SM atteind des sommets, + 13%, ça sent le délit d'initié.
125000 transactions en un jour, on peut imaginer que certaines personnes sont au courant de certaines choses avant les autres.
J'ai l'impression que quelques-un se font du fric sans se baisser.
Cette augmentation du titre à 29.- correspond à une réunion de tous les cadres SM à Lüdenscheid, bizzare, bizzare.

novembre 10, 2006 6:51 PM  
Anonymous Paddy said...

Salut Djoulais!!

T'jours là. Mais rien à dire. Alors je le dis pas.

novembre 11, 2006 12:32 AM  
Anonymous SanA said...

@Karl

C'est hautement probable. Confirmation le 21 novembre.

novembre 11, 2006 1:20 AM  
Anonymous oignon rouge said...

@ anonyme du 10 novembre, 7:08 AM

Merci beaucoup pour le lien avec l'initiative des "flop managers" ( hi hi).

Il faut faire circuler ce lien aussi hors du blog, et se mobiliser à fond pour faire signer !

Je signale à tout hasard que le texte est paru dans 24 Heures de ce jour 11 novembre, en page 4.

Courage à tous dans la lutte contre l'injustice, ne baissons pas les bras.

novembre 11, 2006 11:23 AM  
Anonymous Zorro, du grand Sud said...

@ celles et ceux toujours au combat pour la Boillat:

De passage en Suisse du 2 au 6 novembre, j'ai trouvé le Jura et Jura Sud dans une drôle de situation: d'un côté la fébrilité et les joies de la préparation d'une Saint-Martin très attendue, de l'autre des interrogations et des angoisses de savoir ce qui se trame du côté d'un Martin plutôt malsain(t)...
Et juste un mot car je n'ai rien d'autre à offrir aux personnes concernées: courage!
Et une conclusion provisoire pour dire que "loin des yeux ne signifie pas loin du coeur".

novembre 12, 2006 9:27 PM  
Anonymous Est-ce Tellement said...

@ Paddy du 11 nov.12.32
Les djoulais sont encore nombreux à consulter ce blog.
Qui a l'honneur de recevoir des salutations de ta part ???
Précise mieux!
CB

novembre 13, 2006 8:01 AM  
Anonymous paddy said...

@Est-ce Tellement (13 novembre 2006 8:01)
"Qui a l'honneur de recevoir des salutations de ta part ???"

Un Djoulais expatrié chez les Grecs...
C'est juste parce qu'un Djoulais, ne me voyant plus poster sur le blog (t')a demandé si je faisais le mort. Ben non. Je n'ai tout simplement rien à apporter à part mon soutien.
Bon. On va pas encombrer le blog de papotages, d'accord?
Salutas !
Paddy

novembre 13, 2006 1:28 PM  
Anonymous 20/100 said...

@paddy
Merci pour ce petit signe qui prouve que tu est toujours là.
On se croisera peut-être le 17 à Reconv. Pour une petite soupe.

novembre 13, 2006 3:32 PM  
Anonymous 20/100 said...

@ Est-ce Tellement et aux djoulais en général
Je suis content d'apprendre que vous êtes encore nombreux à consulter ce blog.
Mais passez de temps en temps à l'UZINE3 cela fait plaisir à beaucoup de monde et surtout à la caisse qui en a bien besoin.

novembre 13, 2006 3:44 PM  
Anonymous Anonyme said...

Dans le quotidien jurassien aujourd'hui un dessin de Bovée pour la soupe de vendredi.

A voir sur lqj.ch colonne de gauche, galerie de Bovée : Revira de St-Martin chez Swissmetal

novembre 13, 2006 5:23 PM  
Blogger Robin of Locksley said...

J'y serais!!!

; )

novembre 13, 2006 5:47 PM  
Anonymous Paddy said...

@20/100
Ben non je serai pas à la soupe... Déjà ailleurs et je peux pas me libérer.
Pour me faire pardonner, j'en parle autour de moi...

A un'd'ces quand je pourrai.

novembre 13, 2006 6:44 PM  
Anonymous Anonyme said...

@anonyme, nov. 10, 7:08 am

D'accord pour l'initiative contre les salaires (qui n'ont d'ailleurs plus rien à voir avec la rémunération d'un travail) éhontés des "flop managers". Je comprends votre réaction de proposer de la faire passer lors de la "soupe" de vendredi : le thème est approprié et cadre avec notre lutte.

Mais si j'encourage les personnes présentes à la signer, je me permets une mise en garde : de grâce, ne glissons pas sur ce terrain (facile) et qui a tellement la cote en Suisse qui est celui de se focaliser sur les salaires. C'est, comme les Boillat l'ont fait jusqu'ici, un système qu'il faut dénoncer (législation défaillante qui permet le pillage d'entreprises), une attitude à adopter (agir ensemble) qui empêchent que l'on nourrisse une spirale qui ne fait que contribuer à ce que les "flop managers" s'enrichissent toujours plus. Combien de personnes se disent irritées en apprenant ce que gagnent des "flop managers" mais ne font preuve d'aucune solidarité sur leur lieu de travail, accélèrent les cadences et saccagent le savoir-faire, font le jeu des petits chefs et par-là même des tout grands.

Continuons donc à ne pas voir que la pointe de l'iceberg mais à s'attaquer aux vrais problèmes.

Continuons à dénoncer ensemble !

Externe-Z

novembre 13, 2006 8:21 PM  
Anonymous Fred said...

Bonjour,

Classe Eco de ce soir, Doris Leuthard répond à une question sur les possibilités d'intervention de l'Etat dans les délocalisations d'entreprises. Cette "grande dame" est clairement énervée et prône sans aucune ambiguïté la liberté la plus totale des entreprises.
Ce n'est pas demain que des entreprises comme la Boillat auront un véritable coup de main de l'Etat.

Si on peut mettre un lien pour visionner ce truc, ce serait sympa, pour voir comment l'ouvrier est respecté en Suisse.

Je suis dégoûté, elle est encore pire que son prédecesseur....

ON NE PEUT RIEN FAIRE

Venez signer l'initiative populaire fédérale contre les énormes salaires en Suisse à l'uZine3.

Battons-nous aussi pour une caisse maladie unique, tout ce fric qui engraisse toujours les mêmes...

Continuons de soutenir une politique en faveur de la famille, des allocations dignes de ce nom...

BATTONS NOUS CONTRE CETTE BANDE DE PROFITEURS, TOUS CORROMPUS ET QUI MANGENT DANS LA MÊME AUGE A FRIC, PAR EXEMPLE COMMENT VOULEZ-VOUS QUE NOS POLITICIENS VOTENT UNE CAISSE UNIQUE ALORS QU'UNE BONNE PARTIE SIEGE DANS LE CONSEIL D'ADMINISTRATION DE DIFFERENTES CAISSES???

En général j'évite de faire de la politique, mais là c'en est trop, et puis à part quelques individus qui tiennent la route, ce n'est plus une histoire de partis politiques, c'est un système dans son ensemble qu'il faut revoir...

Bonne soirée

Et tous à la soupe ce vendredi.

novembre 13, 2006 9:09 PM  
Anonymous idéaliste incurable said...

Vive la soupe, j'y serai.

Je ne bloggue plus beaucoup, c'est vrai mais suis quand même bien attentivement les choses qui se passent.

A vendredi donc et bonjour à tous.

Idéaliste incurable autrement dit Renaude Boillat

novembre 14, 2006 7:00 AM  
Blogger pittetfam said...

@ tous

Un combat est perdu lorsqu'un dews deux protagonistes cède.

Courage à tous les boillats

Soyez nombreux vendredi et félicitations aux femmes en colère pour le belle initiative.

De tout coeur avec les gens de la lutte

novembre 14, 2006 11:18 AM  
Anonymous Anonyme said...

Pourqoi pas contacter le journal du jura et leur dire vraiment ce qui ce passe actuellement chez swissmetal?

Plus rien ne va des machines arrête depuis 2 semaines,
billettes vendus et après r'acheté par swissmetal au même client.

Loewy toujours pas en fonction a 100%

N'importe quelle autre entreprise qui doit réparer son outil de travail principale pour le bon fonctionnement de son entreprise il travaillerait 24 heure sur 24 pour la remettre en etat de marche.


Ben non chez nous ca ne ce passe comme ca.

Dans les journaux il y a que du positif sur cette entreprise c'est pour ca que nous devons continuer à faire parler de nous tout les gens de l'éxterieur croyent que tout et rentrer dans l'ordre chez swissmetal.

Ben non chez nous

novembre 14, 2006 8:35 PM  
Anonymous Anonyme said...

La soupe populaire...bel épilogue pour les Boillats...

novembre 15, 2006 12:20 AM  
Anonymous Est-ce Tellement said...

@ 20/100 ou à Vincent de 13.nov 3.44

Les djoulais te salue & ils font ce quîls peuvent, mais ils ne peuvent pas grand chose...

Ils ont tué le cochon pour la saint-MARTIN, mais c'est pas le bon qui a fini dans la casserole.On aurait résolu une grande partie du problème de Reconvilier. Sur.

Salutas.. CB

novembre 15, 2006 7:48 AM  
Anonymous 1 des 112 said...

Je ne me suis pas fait licencier pour demander la charité !

Plutôt aller au social que de remplir leur formulaire à la con.

Tous à la soupe des nanas en colère vendredi soir

novembre 15, 2006 10:34 AM  
Anonymous Anonyme said...

@Tous

Petite question pour vendredi, jour de la soupe populaire : une banderole a-t-elle été prévue avec un slogan ? Pour ma part, je trouve qu'on en tient un bon : "Continuons ensemble à dénoncer".

Détail pratique : la soupe, ça se passe au même endroit que les discours de la fête de la Boillat le 10 juin ?

Voilà, bien des questions.
Bonne journée

Externe-Z

novembre 15, 2006 11:19 AM  
Anonymous Anonyme said...

@anonyme nov. 15, 12:20

Je peux me tromper, mais je vous sens mal intentionné là envers les Boillat...

@ 1 des 112, nov. 15 10:34

Comme je vous comprends; en envoyant ce formulaire, c'est comme si le camp SM "remettait la compresse" à propos des "cas sociaux difficiles" (quelle surenchère, c'est déjà pas mal d'être un cas social, mais un cas social difficile, eh ben qu'est-ce que ça doit être... C'est plutôt eux qui sont ridicules d'utiliser des expressions pareilles).

Ceux qui ont tenu tête à Hellweg sont des résistants, pas des cas sociaux.

Externe-Z

novembre 15, 2006 2:05 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

En attendant le nouvel édito de Karl, voici quelques liens à consulter (certains seront certainement développés par Karl) :

- Torchinou 2ème édition (SM News)
- JDJ du 15.11.06

Autres coupures de presse ici.

novembre 15, 2006 2:52 PM  
Anonymous expatrié said...

à vendredi!

novembre 15, 2006 4:10 PM  
Anonymous 1 autre des 112 said...

@ Externe-Z

Ca méritait d' être dit, merci pour votre compliment. Les véritables cas sociaux sont ceux qui n' ont pas compris ce que le chacal et sa clique vont faire des vestiges de leur outil de travail, respectivement de leur gagne-pain.

TOUS A LA SOUPE VENDREDI !

novembre 15, 2006 8:56 PM  
Anonymous Françoise said...

Vendredi 17 novembre : soupe populaire organisée par les Femmes en colère.

J’y serai en tant que ‘’victime ‘’, avec mes 111 potes et 21 cadres licenciés, de la folie, de la machination, de la perversité de Martin Hellweg et parce que, quelques 8 mois plus tard, la plaie n’est pas encore cicatrisée.

J’y serai parce qu’il y a d’anciens collègues qui aujourd’hui n’ont toujours pas retrouvé d’emploi, qui vivent la peur au ventre en se demandant chaque mois comment ils vont nourrir leur famille. Il ne faut pas qu’ils tombent dans l’oubli.

J’y serai par amitié pour les Femmes en colère. C’est vraiment une bande de copines extraordinaires, qui ne baissent pas les bras, qui chaque mardi se réunissent avec abnégation pour trouver des idées originales afin de faire parler encore et encore du conflit de la Boillat.

J’y serai avec une pensée particulière pour les Boillat de l’intérieur, qui se sont battus à nos côtés pendant 2 grèves, et qui ne seront pas là vendredi soir parce que victimes du régime de terreur imposé par Martin Hellweg et sa clique.

J’y serai pour que ’'l’esprit de la Boillat’’ cet immense mouvement de solidarité né de la grève, continue à souffler et à vivre bien au-delà de la Vallée de Tavannes. Il y a dans ce pays d’autres travailleurs et travailleuses qui sont victimes quotidiennement de pressions, d’abus de pouvoir, de suppressions d’emplois injustifiées et qu’il faut continuer à dénoncer ces faits haut et fort, encore et toujours.

J’y serai tout simplement pour passer un bon moment d’amitié et de fraternité.

Ce ne sont là que quelques bonnes raisons de participer à cet événement et j’espère que vous serez nombreux à répondre à l’invitation des Femmes en colère.

TOUS A RECONVILIER VENDREDI DES 17.30 H.

novembre 15, 2006 10:14 PM  
Blogger pauvre diable said...

Cette fois ça y est, la Lingotière ferme à mis décembre. Merci à Zaza et son équipe pour tout ce qui à été fait pour le personnel Boillat.

novembre 16, 2006 12:08 AM  
Anonymous Anonyme said...

Je rêve, ils ont engagé une infirmière à Reconvilier?
Martin H avait besoin d'un autre Martin H pour apprendre à communiquer!

novembre 16, 2006 12:21 AM  
Anonymous Anonyme said...

Pour vendredi, même si la météo sera peu clémente, venez nombreux il y aura des abris.

novembre 16, 2006 7:24 AM  
Blogger ancien1 said...

@Françoise

Merçi malheureusement je n'y serait pas étant question distance mais je suis toujours par la pensée
avec ceux qui luttent.

novembre 16, 2006 8:26 AM  
Anonymous Anonyme said...

@ tous

A demain pour la soupe !

Externe-Z

novembre 16, 2006 11:06 AM  
Anonymous encore 1 autre des 112 said...

Rien que pour le plaisir de se revoir, de prendre des nouvelles,

On a tous pris un coup de vieux, on a des cheveux gris, des rides, des somnifères dans notre table de nuit, mais on va revoir les copains,

A vendredi

novembre 16, 2006 11:46 AM  
Anonymous Usine 1 + 2 said...

Salut Karl

Je crois qu'on a tous envie de blogger en direct, la super idée des femmes en colère nous redonne du pep,

Les trolls, on va déjà bien s'en occuper !

Tous à Reconvilier vendredi

novembre 16, 2006 11:55 AM  
Anonymous SanaA said...

@Anonyme 12:21

Oui, le chacal, après avoir supprimé la fonction, l'a rétablie. Pourquoi? Une infirmière chez Boillat, c'est un peu comme un sanitaire dans les tranchées de 14-18: "Tu as perdu une jambe? Allons, ce n'est rien! Un peu de courage (comme dirait Schmid, la nouvelle philosophe de SM)! C'est quoi cette histoire de médecin et d'arrêt maladie? Une Aspirine et un coup de gnole et ça repart!" Il ne faut pas voir plus d'humanité et de souci de communication que ça, chez l'incapable tyrannique qui tient le volant de SM.

novembre 16, 2006 7:00 PM  
Anonymous oignon rouge said...

Fonds "social" , "allocation bénévole" c'est absolument sidérant et incompréhensible ce qu'on lit dans le JdJ, chiffres aberrants à l'appui.
Quelle honte. Quel dégoût.

Demain je ne pourrai venir à la soupe, pour une raison vraiment majeure.

J'imagine qu'il se passera aussi un événement en janvier, et là j'ai prévu de bloquer cette période pour venir à Reconvilier, et suis prête à aider concrètement à ce moment.

De tout coeur avec vous demain.

novembre 16, 2006 10:44 PM  
Blogger professeur moriarty said...

@ Françoise
Merci pour la pensée vis à vis de ceux de l'intérieur car effectivement beaucoups même encore solidaires dans leur coeur (au contraire de ce que pensent certains), n'oseront venir pour 2 raisons
1) les kappos et leurs espions
2) les rancunes et amertumes dûes aux licenciements!
Mais la plupart auront une pensée de reconnaissance pour ce magnifique geste! Tu vois chère Françoise il n'y a pas que les licenciés qui vivent la peur au ventre, tous les gens encore employés swissbétail attendent leur montée sur l'échaffaud sans illusions!
@ sanaa
En fait s'ils ont réengagé une infirmière ce n'est que pour remettre en place un organisme de contrôle des abscences...

novembre 16, 2006 11:52 PM  
Anonymous un des 112 said...

Moi je demande comment vont être acceuillit les anciens boillat demain, Si ce serra comme l'une des derniére assemblée, ou on leur a clairement fait comprendre qu'ils n'étaient pas les bien venus.

Moi j'ai peur de ça, je ne viendrai pas, trop de peine, trop de souvenirs.

novembre 17, 2006 12:53 AM  
Anonymous troll et bus 1 said...

@ un des 112
Tu dois justement venir car les bénis-oui-oui ne viendront pas pour te dire que tu es indésirable (ils ont trop peur d'être vus). Des internes il en faut mais c'est aussi une occasion de se retrouver entre licenciés. Alors je te dis, A CET APRES-MIDI.

novembre 17, 2006 8:35 AM  
Blogger ancien1 said...

J'entends souvent dire la peur au ventre la peur de çi la peur de là
Expliquer moi pourquoi nicolas et maria n'ont jamais peur. Seraient-il des extra terrestres.C'est bien ce qui fait que le chacal a gagné.

novembre 17, 2006 9:00 AM  
Anonymous Anonyme said...

Grâce à la soupe des femmes en colère on a reparlé de la Boillat sur la RSR

Chapeau les filles, vous avez plus de c...que beaucoup de garçons

novembre 17, 2006 12:58 PM  
Anonymous un des 112 said...

@troll et bus 1

Alors je serrai là, merci.

A+

@ ancien 1

Excuse moi mais t'a rien compris, quand tu t'es battu a presque tout perdre même tes amis, enfin que tu croyait être tes amis, et qu'ensuite on te dit que tu n'es plus le bien venu, c'est tu seulement ce qu'on peut ressentir, je pense pas moi je le sais, et oui j'ai peur et je n'ai pas honte de le dire, peur que ça tourne au vinaigre, Maria et Nico on peut être pas peur eux, mais c'est eux et pas moi, j'arrete là parce que franchement ...........

Shreck

novembre 17, 2006 1:02 PM  
Anonymous Anonyme said...

Oui mais le seul problème est qu'ils en ont parlé à la RSR en rappelant que les Boillat n'ont finalement RIEN obtenu.

novembre 17, 2006 1:05 PM  
Anonymous oignon rouge said...

INFO à la RSR !

Au 12:30 sur la Première, une bonne info concernant les Femmes en colère avec la soupe de ce soir, 3 minutes environ, c'est bien.

Bravo pour ce contact avec la radio à une heure d'écoute importante.

Fabian Groeb a aussi parlé du fonds "social", de la vente de matière par SM, du personnel travaillant à La Boillat actuellement, du transfert des machines, bref on comprend bien que SM ment et manipule, même si cela n'a pas été dit très formellement.

Bon succès pour la soupe de ce soir, bon courage aux personnes qui hésitent à s'y rendre....
Mes pensées avec vous.

novembre 17, 2006 1:12 PM  
Anonymous oignon rouge said...

@ SHRECK

Salut, tu es l'un de ceux et celles qui s'est engagé et battu à fond pour le bien de votre usine, tu es l'un de ceux et celles qui a osé parler publiquement plusieurs fois avec courage et fermeté, tu étais à l'AG, tu as le droit de participer la tête haute !

C'est un signe de grand courage d'oser dire qu'on a peur.

Mais personne n'a le droit de te juger. Personne.

novembre 17, 2006 2:02 PM  
Anonymous caienne said...

A tous

La providence à voulu que je retrouve du boulot sans un jour de chômage. Mais je pense aux autres et c'est pour cela que je serai là ce soir, pour vous soutenir tous, vous le mériter bien.

novembre 17, 2006 2:27 PM  
Anonymous Poivre said...

100 % d'accord avec Cayenne
et nous serons là ce soir

novembre 17, 2006 2:35 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Hello tout le monde ! Je serai malheureusement absent ce soir. Mais je suis de tout coeur avec vous et j'espère que vous serez nombreuses et nombreux.

Bonne soupe et à tout bientôt.

JB (bloqué à Bâle)

novembre 17, 2006 3:45 PM  
Blogger ancien1 said...

@SHRECK

Bien sur que je n'ai rien compris mais vu mon age cela peu ce comprendre mais moi les seules fois ou j'ai eu peur c'est en 44 quand les teutons sont rentrés chez mes parents.Depuis je n'ai jamais eu peur ni des patrons ni des flics et encore moins des petits chefs de la boillat.dans la résistance les peureux n'ont rien a y faire.Cela dit je t'ais vu à la télévision et je crois que tu as fais une part du bouleau si ceux qui restent pouvaient en faire autant.Jecrois qu'on se rencontreras un jour.

novembre 17, 2006 3:50 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Allez allez, pour vous rappeler le travail des Femmes en colère, rien de tel qu'un petit rafraichissement de la mémoire (il fait froid, on peut vous le pardonner).

Portrait des Femmes en Colère. Vous trouverez aussi le reportage de Fabian Greub (12h30, RSR), et bientôt quelques photos de la Soupe de vendredi soir.

Voilà, j'arrête d'épiloguer ; c'est une info, et non une réponse à un troll ; on a dit qu'on ignorait.

novembre 17, 2006 10:05 PM  
Anonymous SanA said...

@Professeur Moriarty

C'est bien en termes plus posés ce que je voulais dire…

@Tous

Ce soir, la soupe était bien pleine! Des centaines de participants, anciens, très anciens, nouveaux, Boillat de l'intérieur et de l'extérieur, sympathisants. Une ambiance qui n'avait rien de nostalgique, mais où s'exprimaient au contraire espoir et esprit de résistance. Soupe, vin chaud et vin rouge ont été épuisés bien avant que la foule se retire (elle n'est d'ailleurs pas encore retirée au moment où j'en parle).

Le discours de Maria a évoqué un esprit de lutte bien vivant. Mettre un couvercle sur la marmite ce n'est pas éteindre le feu, je m'en suis assuré ce soir. J'en suis d'autant plus certain que j'ai pu entendre des paroles venues de l'intérieur. Nulle trace de résignation. Et une multitude d'échos qui confirment (En pire! Si, si, c'est possible avec Suchordt!) la totale gabegie que non pressentons et percevons à l'extérieur: d'étranges transits (allers-retours) de matière via un marchand où le chacal aurait des intérêts, des fours qui explosent, des produits finis prêts à être livrés à un client mais livrés sur les ordres d'un autre … (ir)responsable à un ferrailleur, des clients toujours plus nombreux à vomir Swissmetal et ses crapules incapables, expertise d'élévateurs nécessitant la location d'un camion ad hoc, NP6, C98 et C99 coulés à destination de …la benne… puis sans doute de douteux traficants, BP5 que Dornach est incapable d'enrouler sans le casser au sortir de leur presse, atteintes permanentes à la sécurité des personnes et de l'environnement, … j'en oublie d'autres pas forcément pires mais surtout pas meilleures.

A relever la présence incongrue du gauleiter par intérim "Weidrich"! Lorsqu'on lui demande ce qu'il fait là, il répond d'une voix blanche: "Je suis un Swissmetal". Authentique! Belle démonstration du niveau de conscience (ne parlons même pas d'amour-propre) de ce triste personnage qui s'est en plus permis rétorquer à un licencié qui l'interpellait en tant que Boillat qu'il n'était plus qu'un "ex-Boillat"! Comme quoi cynisme et imbécillité se conjuguent parfaitement chez SM. Lorsqu'ils ne s'expriment pas directement via Hellweg, Suchordt et le bientôt licencié Bols, c'est par la bouche (d'égout) de leurs nervis.

Mais l'essentiel, ce n'est pas ça. L'essentiel, c'est la persistance bien réelle de l'esprit Boillat. Merci à Maria et à toutes les Femmes en colère d'en avoir favorisé le témoignage vivant!

novembre 17, 2006 10:32 PM  
Anonymous Grand-mère said...

Ambiance chaleureuse ce soir. Je suis arrivée juste un peu tard pour goûter à la soupe: il y en avait plus une goutte! mais ça ne fait rien, ça voulait dire que la participation était plus grande que prévue et ça, c'est épatant. Alors un grand bravo aux femmes en colère et gros bisous à toutes.

novembre 17, 2006 11:43 PM  
Anonymous oignon rouge said...

Bravo pour le beau succès de la soupe d'après les premiers témoignages ce soir.

Merci à toutes les personnes qui raconteront encore, pour celles qui n'ont pu être présentes.

Merci, les Femmes en colère.

novembre 18, 2006 12:42 AM  
Blogger Karl said...

'ai supprimé quelques messages, pour des raisons que ceux qui les auront lu comprendront aisément. De ce fait, les meesages qui leur répondaient ont aussi été enlevés, puisqu'ils sont devenus sans objet.

A la personne qui prétendait que la présence de Maxime Zuber et Pierre Kohler à la soupe de ce vendredi démontrerait s'ils soutiennent vraiment, ou pas, la Boillat, je réponds tout de même (mais en levant les yeux au ciel):

Je n'ai aucune affinité particulière avec ces gens, sinon d'avoir suivi ce qu'ils ont fait pour la Boillat. Leur mandat politique, et leur image, ne les obligeaient nullement à faire tout ce qu'ils ont fait pour la Boillat. Ils auraient pu se contenter d'un ou deux discours, d'une petite action symbolique, et voilà. Au contraire, ils ont fait, je crois, tout ce qui était en leur pouvoir pour venir en aide aux Boillat. Ceci depuis maintenant plus d'une année. Je crois, de plus, que, présents ou pas, tout le monde sait qui ils soutiennent dans cette histoire.

Enfin, encore un mot à propos de cette soupe, c'est bien la moindre. J'en ai eu d'excellents échos. Des Boillat travaillant encore à la Boillat, malgré la présence d'un de leurs kapos, sont venus. Des Boillat licenciés étaient là aussi. Et bien d'autres. Merci aux Femmes en colère d'avoir rendu ce moment possible!

Merci à tous pour vos commentaires!

novembre 18, 2006 12:48 AM  
Blogger ancien1 said...

je viens de lire le jdj bravo à tous ceux qui sont venus dire non à cet assasinat de boillat et surtout bravo à ceux qui sont venus et y travaillent encore.Et surtout chapeau à MARIA elle a montré ce qu'était être courageux.Quand au deux politiciens absents je suis d'accord avec karl ils ont été la au moment ou le combat a été le plus rude.Par contre je n'ai jamais entendu quoique ce soit au sujet de nos notables dont un est fournisseur en caisse de boillat .Eux se sont réunis dernièrement à tramelan et ils n'ont en aucun cas parlé de la boillat.Vous trouvez cela normal quand on se dresse en défenseurs de la région?...

novembre 18, 2006 8:34 AM  
Anonymous expatrié said...

Désolé d'avoir loupé la soupe... Moi c'est à Zurich que je suis resté scotché... Décidément, la Sarine était bien étanche ce soir-là!
Le coeur y était comme celui de la centaine de personnes qui s'est excusée suite à mon appel de lundi dernier.

Bien à vous.

novembre 18, 2006 11:36 AM  
Anonymous Claire-Marie said...

Je pensais à vous en mangeant ma soupe.

C’est tout un symbole et c’est tout un programme. Anniversaire d’une première grève, et puis de la deuxième :
La prise de conscience de ce que vivent et endurent les ouvriers, les employés dans des entreprises qui veulent avant tout le rendement, la satisfaction des actionnaires, et qui gèrent les machines et les employés comme une seule et même chose : « On peut en disposer », c’est selon…

Ceux et celles de La Boillat, après d’autres, et avant ceux qui suivront forcément, ont montré et démontrent courageusement que « la lutte continue » et que la solidarité continue et s’élargit. Ce qui reste d’humain dans l’homme et dans la société, face à ces machines à éjecter les « petites mains » (comme SM et beaucoup, beaucoup d’autres) pour nourrir le Capital, ce qui reste d’humain c’est de « fêter ensemble ces anniversaires ». C’est la « Soupe des femmes en colère » qui préparent cette soupe, qui rassemblent, qui se souviennent, qui reprennent courage, qui évaluent, qui planifient l’ à venir, l'à venir devant nous, l’à venir que nous construisons, sur les cendres de nos rêves de partage et de justice. La lutte continue, on n’a pas le choix, car sans justice la paix n’est qu’une parole pieuse !

Ceux et celles de La Boillat, avec leur expérience, leur souffrance, leur endurance, et les blessures cicatrisées ou pas, montrent le chemin bien au-delà des murs d’une « Boîte ». C’est un mouvement, pas une institution. Les propriétaires, leurs suppôts-actionnaires, les patrons, sont-ils capables de lire les « signe des temps » ou de percevoir « la main écrire sur les murs ? » (Daniel V)
C’est vrai que c’est une parole biblique, mais elle est sortie d’une réalité concrète comme celle de La Boillat et de bien d’autres…Actuellement.

J’y pense, en mangeant ma soupe, par la force des choses géographiquement de loin, mais tout proche par le cœur et l’esprit, de celles et de ceux de Reconvilier !
Ces mots sont :
« Tu as été «pesé» dans la balance et l'on a trouvé que tu ne fais pas le poids ». C’est adressé aux Pouvoirs et aux Dominations de tous les temps et de partout y compris les patrons de SwissMetal.

novembre 18, 2006 2:20 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Les photos et les articles de la soupe populaire du vendredi 17 novembre sont publiées ici.

Merci à Aline pour les photos, et aux Femmes en colère pour l'organisation.

novembre 18, 2006 5:50 PM  
Anonymous Françoise said...

@ Femmes en colère

Merci et bravo les filles, vous avez réussi un beau coup.

Aux Boillat de l’intérieur

Merci et bravo à vous aussi, ceux de l’intérieur qui étiez présents, vous nous avez démontré que vous avez du courage à revendre malgré les pressions honteuses qui pèsent sur vous. Vous nous avez confirmé que vous n’aviez pas abandonné le combat.

@ M. Weidlich

A la question de ceux qui vous ont demandé ce que vous faisiez là, vous avez répondu que vous recherchiez à faire tourner la Boillat. Faut-il vous rappeler M. Weidlich que cette boîte a tourné et même bien tourné, sans vous, pendant 150 ans, avant l’arrivée des charlots actuels qui font office d’encadrement chez Swissmetal ? Vous vous prenez pour les sauveurs de la Boillat mais vous n’en êtes que les fossoyeurs ! Nul n’est dupe M. Weidlich, vous étiez là dans un seul et unique but, celui de fouiner, celui de déterminer quels seront les ‘’nominés’’ sur la liste de la prochaine charrette. Vous êtes vraiment pitoyable.

novembre 18, 2006 9:21 PM  
Anonymous Anonyme said...

@Françoise
L'équipe des charlots comme tu le dis si bien peut se vanter d'une chose. La mise au point du mouvement perpétuel qui consiste à fabriquer des articles qui posent quelque temps à l'expédition et qui retourne ensuite au four. Avec se système, plus besoin de clients, on saute une étape et le travail est garanti vu la capacité du 10 tonnes. Cette manière de faire est également très motivante pour le personnel, bientôt on mettra les barres directement dans les bennes, ceci permettra de supprimer la menuiserie. A moins de fabriquer des caisses pour le chauffage à bois.

novembre 19, 2006 1:21 AM  
Anonymous Fred said...

@ Femmes en colère

Bravo pour cette bonne soupe, bien des gens qui sont passés à la 3 en ont vanté les mérites.
Je ne retiendrai que ça, une occasion supplémentaire de faire parler de la cause des Boillat, ce qui est très très positif, voilà.

Pour ceux et celles qui continuent de vouloir diviser les gens qui luttent, je leur dis que leur énergie est très mal utilisée, et qu'ils/elles se font du mal pour rien... Au regard de la situation, leurs efforts de division ne sont de loin pas à la hauteur des engagements réciproques...

Mais ce n'est somme toute qu'un tout petit groupuscule, leurs motivations dépassent mon entendement alors je ne vais pas m'étaler là-dessus (lol) comme on dit en language jeune.


@ Observateurs Kappos

Vous faites vos listes, nous le savons, et des Boillat continuent de venir "se montrer" dans la lutte. Bravo à eux, il faut un sacré courage pour le faire.
A tous ceux qui subissent au quotidien cette ambiance, je leur dis courage et espère qu'ils iront vers des jours meilleurs, pour certains la pression devient insupportable.


@ Mon ami de samedi soir

Courage à toi valereux pêcheur, en t'écoutant je mesure encore mieux ce que c'est de vivre au quotidien ce travail, et la peur de le perdre à passé 50 ans, pas de CFC et des gosses. MERDE, quel gâchi... Et mets des messages sur le blog, les fautes de frappe on s'en tape, tu as de vraies choses à dire.
Et à ceux qui trouvent que je suis trop sensible, je leur dis merde, voilà, je sais, c'est un peu vulgaire, mais que dire d'autre?


@ Tous et toutes

La lutte continue, pour dénoncer l'innomable, il ne faut pas renoncer, continuer de dénoncer.
Ne vous étonnez pas non plus si il n'y a plus de photos sur le site de la 3, plus de photos de personnes du tout en fait. Je ne vais pas offrir en pâture les derniers résistants à cette bande de gangsters et mobbeurs en puissance. Enfin c'est un avis, une position, pour finir on ne sait plus quoi faire pour bien faire...

Pour l'actualité de la 3, la paëlla de Sindo samedi prochain, venez nombreux, déjà une quarantaine de personnes sur la liste, bravo. Les inscriptions se font par mail via le site de la 3 ou sur place jusqu'à jeudi soir. Bienvenue à tous et toutes, même à ceux qui un moment se sont un peu trompé de cible... Et j'en prends pour ma part, des fois moi aussi je suis un vrai con, mais il y a une chose qui demeure et ne changera jamais, c'est ma motivation à lutter contre des salopards pareils.

Meilleures salutations à tous et toutes.


PS
Au fait pour l'interwew de notre chère conseillère fédérale, elle est disponible sur le net tapez RSR1, puis allez sous "émissions", ensuite vous sélectionnez "classe éco" du 13 novembre et choisissez le truc de 8 min, c'est vers la fin. Et restez bien assis pour ne pas tomber au dos en écoutant ces propos.

FC

novembre 19, 2006 9:44 AM  
Anonymous Anonyme said...

Bravo et mille fois merci aux "femmes en colère" pour le boulot effectué, et cet inlassable travail qu'elles effectuent, ceci à juste titre. Pfouie à weidlich qui se permet de narguer tous les Boillat! Il aurait dû encore convoquer wilmar et le chef de gare!
Mais ces deux-là ne sont pas assez courageux (comme certains et certaines autres cadres fidèles à hellweg) pour venir soutenir les Boillat, les vrais! Pas comme celles et ceux...Sans commentaire, vous aurez compris de qui il s'agit!
Encore merci à ces dames et à la proch, pour le 1er anniversaire de la 2ème grève!

novembre 19, 2006 3:13 PM  
Anonymous solidarnoch said...

Bonjour,

Malheureusement, je n'ai pas pu venir pour la soupe populaire et croyez moi avec beaucoup de regret.Félicitation aux femmes en colère, il faut perpétué le mouvement, de n'importe quelle façon.

A toute les autres dont j'ai participé, je me sens chez moi quelques part. De voir tous ses gens qui luttent pour une cause juste me donne du courage pour la suite de ma vie.

En même temps, je pense à ses êtres humains, si on peut les appeler ainsi, sans coeur et sans vergogne, qui ont encore le culot de se pavoiner comme si de rien n'était, quelle mentalité. Mais comment un humain peut t'il tomber aussi bas.

Continué à nous faire rêver les Boillats, car que vous soyez encore dedans ou dehors vous êtes tous des "Boillats"

La lutte continue, toujours avec vous.

novembre 19, 2006 4:36 PM  
Anonymous Anonyme said...

@ Fred

Je vous félicite pour votre engagement, et laissez causer les vipères, nous sommes très nombreux à ne pas être dupes vous savez, et puis au fil des mois il est facile de voir qui fais quoi, de discerner entre le blabla et l'action!

Et bravo à tout ce collectif et à l'uzine 3 qui résiste malgré tout et se bat pour subsister, courage à vous tous et vous toutes.


@ Maria

Bravo pour votre discours, vous êtes une femme formidable. Je vous admire et vous souhaite tout du bon pour la suite, ce n'est pas évident de vivre ce que vous vivez, comme de nombreux autres ouvriers auxquels je pense.
Bravo pour votre lutte et meilleures salutations à votre mari.

Un cadre licencié qui reste solidaire.

novembre 19, 2006 4:38 PM  
Anonymous Anonyme said...

Je n'ai pas lu tous les articles, ni tous les commentaires ... sans doute une certaine lassitude mais aussi une grande tristesse, tristesse de se sentir impuissante face aux géants de la nouvelle économie et sourtout de la finance.
Mais le principal est ici : merci au mouvement "Femmes en colère", bravo pour tout ce travail et ce désir de ne pas baisser les bras !
Ce ne sont pas des femmes en colère, je pense que ce sont avant toute des femmes dans la tourmente, l'incompréhension et la solitude !
Je suis de ces femmes, deux ans ont passées depuis le 16 novembre mais rien n'est oublié et l'injustice a fait son chemin de souffrance ...
Merci à vous toutes et restez unies.

novembre 19, 2006 5:03 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Le lien à l'interview de Doris Leuthard (Classe Eco du 13.11.06) est disponible ici.

novembre 19, 2006 5:30 PM  
Anonymous Fred said...

@ Cadre licencié

Merci pour votre soutien, et oui je pense aussi que bien des gens savent voir clair.

L'ennemi reste cette direction ignoble, quand je vois les dernières parutions en papier glacé destiné à appater le client, avec des photos datant de l'époque ou la Boillat fonctionnait, on nage en pleine science-fiction.

Merci pour le mail sur le site de la 3 cher ancien cadre, mais vous savez les détails de qui dit quoi sur moi ou la 3, celà ne m'intéresse pas du tout.
Je vous l'ai dit en retour de courrier et le redit ici sur le blog, restons conscentrés sur l'essentiel.

Et puis je suis un grand garçon, si je voulais rester peinard, il fallait rester sur ma montagne dans mon fauteuil et pas descendre à Reconvilier, non?
Non seulement je ne regrette rien, mais je suis toujours aussi motivé, malgré quelques moments de découragement on arrive toujours à retrouver de la motivation.


@ JB

Merci pour le lien, t'es un chef toi, faudra qu'on aille se boire un verre un de ces 4, tu as mon No.

novembre 19, 2006 10:57 PM  
Anonymous oignon rouge said...

@ jb.zonez

Merci pour tous les liens et les belles photos de la Soupe ....merci à Aline que je ne connais pas.

@ fred : c'est bien d'avoir signalé cette petite horreur d'interview - parfaite, la libre entreprise en Suisse !l'intervention de l'Etat ? mais pourquoi donc ? Doris Leuthard nous apprend que " Notre système, ça fonctionne".

Sous- produit de l'endive ? oui désormais ça existe mais en plus pervers et ça provoque une puissante nausée.

Ne devrions-nous pas envisager au moins une lettre protestation vigoureuse à un tel discours ?

novembre 20, 2006 1:12 AM  
Blogger pittetfam said...

Encore une énorme merci aux femmes en colère pour leur magnifique organisation de la soupe populaire.

Cela fais du bien d'avoir des nouvelles des boillats que l'on a pas vu depuis pas mal de temps.

Et à bientôt pour les 1 an de la deuxième grève.

Salutations à tous et à toutes

novembre 20, 2006 7:29 AM  
Blogger un voisin said...

Merci aux femmes en colère pour l'organisation de cette soupe populaire. Je suis arrivé trop tard (retenu par un engagement professionnel planifié de longue date) pour la gouter. J'ai eu du plaisir de retrouver quelques amis rencontrés dans le cadre de cette lutte.

Il est intéressant d'avoir entendu la réalité de ce qui se passe dans l'usine avant le rapport semestriel de SM qui sera publié demain et qui sera construit autour du traditionnel "tout va bien !"

Merci à JB pour son site mis quotidiennement à jour et à Fred pour son immense investissement dans ce combat. Chapeau bas.

Bonne chance aux Boillats du dedans et du dehors. Même si je suis moins présent, je reste solidaire de votre combat.

Amicalement à tous.

novembre 20, 2006 4:49 PM  
Anonymous Fred said...

@ Oignon rouge

Oui il devrait se passer quelque chose, personnellement j'ai écrit à son département, mais bon ça doit se perdre dans le courrier général... Le truc ce serait éventuellement de mettre un petit lien pour que le maximum de courrier électronique lui parvienne.

Elle est encore pire que son prédecesseur la belle endive !

novembre 20, 2006 5:47 PM  
Blogger Karl said...

Tous ces commentaires de soutien sur le blog, et ailleurs, font vraiment plaisir à voir. De la part de ceux qui sont allés à la soupe ou de ceux qui n'ont pas pu venir, on sent toujours cette amitié véritable pour la Boillat. Eh bien, ça fait plaisir!


A propos de Doris Leuthard, il faut tout de même dire que, dans la mesure où l'on admet le principe d'une économie de marché, son discours se tient relativement sur le fond. Du moins, il n'a rien de vraiment révoltant dans la Suisse telle que la majorité de ses habitants la conçoivent (ça ne veut pas dire qu'ils ont raison!). La différence d'avec Joseph Deiss consiste surtout, je trouve, dans le fait que ce dernier était moins approximatif en matière de doctrine économique (il est économiste, alors que D. Leuthard est juriste).

Mais, dans la mesure où l'on souscrit à une économie de marché, comme c'est le cas en Suisse, la conséquence est que l'on souscrit à la liberté du marché. Après, il faut bien sûr fixer des limites à cette liberté, mais la question est difficile. Une entreprise, dans une économie de marché est jugée à sa performance, et sa performance est quantifiée en termes de bénéfices, de chiffre d'affaire, etc., mais pas de nombre d'emplois. Donc, les délocalisations, dans une très large mesure n'ont pas à être contrôlées par l'Etat. On peut trouver ça scandaleux, mais tel est le système dans lequel nous vivons.

De ce fait, l'Etat agit, comme D. Leuthard le dit, pour maintenir les conditions cadres. Là aussi, ils faut se mettre d'accord sur le contenu de ces conditions. Swissair valait bien qu'on y engouffre 2 milliards pour éviter une catastrophe sociale de grande ampleur, et parce qu'une compagnie aérienne nationale faisait partie pour certains -fallacieusement d'ailleurs comme la suite l'a montré- des conditions cadres. Et la Boillat, fait-elle partie des conditions cadres de l'économie du Jura bernois? Maxime Zuber avait affirmé que oui, dans la mesure où il considérait que les performances de l'économie industrielle de la région dépendaient en partie du travail effectué à la Boillat.

Toutefois, contrairement à ce qu'avait affirmé J. Deiss (et D. Leuthard le réaffirmerait), une intervention étatique à la Boillat se justifie. Non pas pour maintenir des conditions cadres dont la définition, aux marges, est fixée au jour le jour, et donc plutôt inutilisable dans les cas spéciaux. En fait, ce qui justifie l'intervention étatique dans le cadre de la Boillat, c'est la gouvernance d'entreprise scandaleuse qui y est pratiquée. Si, dans une économie de marché, on part du point de vue qu'une entreprise vise la performance, et qu'on constate avant son crash que l'entreprise X (en l'occurrence Swissmetal) vise d'autres fins, par incompétence et/ou par agissements criminels avérés, l'Etat se devrait d'agir. En effet, ce qui est censé "tuer" une entreprise, dans une économie de marché, c'est son manque de compétitivité, pas la bêtise et les agissements douteux de son management, du moins quand ils sont manifestes. Avec Swissair, où le délire éveillé de la direction était patent (la "stratégie du chasseur" comme disaient ces grands visionnaires), on constate que, finalement, les auteurs de la catastrophe sont tous assignés en justice. Mais bien trop tard, surtout quand on pense quelle part occupait la COnfédération dans l'actionnariat de Swissair. Et avec Swissmetal, nous risquons d'assister au même scénario: l'Etat devrait donc apprendre à agir de manière plus offensive lorsqu'il est confronté à ce genre de situation. Car, dans le cas de Swissair comme dans celui de Swissmetal, une action plus rapide aurait permis un résultat positif: l'Etat ne serait pas intervenu sans tenir compte des règles du marché, mais au contraire pour les rétablir dans leur fonctionnement normal. Nuance...

Petite anecdote, encore: Philippe Brügisser, l'ancien patron de Swissair, a eu le culot de postuler au conseil d'administration de la compagnie aérienne nationale d'Afrique du Sud. Quand on a affaire à des gens aussi imbu d'eux-même, et aussi incapable d'autocritique et d'éthique... On croit rêver, non?

Normalement, jeudi, j'espère pouvoir en venir (enfin!) à un "édito", notamment pour commenter les résultats trimestriels de Swissmetal.

Merci à tous pour vos commentaires!

novembre 20, 2006 10:49 PM  
Anonymous oignon rouge said...

@ fred et aussi @ tous

Bien d'avoir écrit, ce genre de courrier ne se perd pas, ne passe pas inaperçu, c'est au contraire la prise de température de la population.....les conseillers sont tenus au courant par leurs secrétaires et en prennent acte, Joseph Deiss nous avait répondu en février, c'était nul mais il avait répondu.

D'autres Conseillers fédéraux répondent aussi formellement et par écrit - en fonction de certains dossiers, expériences faites.

Un courrier démontre que le "bon peuple" se tient au courant et ne se tait pas.

Bonne idée de mettre un lien, le voici plus bas :

@ TOUTES ET TOUS, écrivons un mot même bref (mais poli ...) de protestation à Madame la Conseillère suite à ses déclarations, et questionnons-la concernant la Boillat, en tant que cas exemplaire du parfait fonctionnement de notre système.
Une question appelle une réponse.

Doris.Leuthard@gs-evd.admin.ch

Quant au résultat c'est autre chose, mais ainsi nous continuons à nous battre.
Chaque goutte d'eau compte.

novembre 20, 2006 11:06 PM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Le rapport financier - bouclement des comptes au 30.09.06 est en ligne.

novembre 21, 2006 7:50 AM  
Blogger ancien1 said...

@karl
Merçi pour l'explication rien à rajouter.Malheureusement pour boillat je crois qu'ils arriveront encore une fois trop tard.

novembre 21, 2006 9:34 AM  
Blogger Karl said...

Le rapport trimestriel est à lire. Malgré toutes les précautions verbales, cette fois, ils sont bien obligés de reconnaîtres que ça sent le souffre. Par exemple, Hellweg dixit:

"Mais il est vrai que ce qui a été particulièrement pénible au
troisième trimestre, c’est que nous avons été obligés de refuser
des commandes clients car nos possibilités de préfinancement
étaient trop limitées."

Honnêtement, il faut être un bel incapable pour en arriver là...

Conséquence logique, même pour des gens aussi simples que les actionnaires: ils vendent. 5% de moins aujourd'hui, sur l'action UMS.

novembre 21, 2006 11:59 AM  
Anonymous paddy said...

Joseph Deiss
...ce qu'on peut en retenir: ( . )

Christophe Blocher, (11.10.40, devrait déjà s'être tiré du CF)
...sournois patenté.

Pascal Couchepin(25.4.42)
...devrait absolument faire exception au relèvement de l'âge de la retraite.

Samuel Schmid
(8.1.47, encore looongtemps)
...trémolote les crédits bellicistes et se rétame en zigzags récurrents.

Hans-Rudolf Merz(10.11.42)
...ment (4 Mia en plus!!!) et gémit.

Micheline Calmy-Rey(8.7.45)
...se ramasse des baffes et persiste.

Moritz Leuenberger(21.9.46) ...vit une adolescence pénible.

Doris Leuthardt
(10.4.63, une gamine quoi...)
...parle de conditions-cadres.

_____________________________

Je suis pas très dégourdi.
Inversément je n'ai pas peur de passer pour un âne.

C'est quoi une condition-cadre?

Un assemblage de mots destinés aux gogos qui pensent que s'ils ne comprennent pas ça doit forcément être très sérieux et très intelligent?

J'ai pas trouvé ça dans mon dico, ni sur internet (juste l'utilisation du terme dans des écrits convenus et jargonneux).

J'aime bien comprendre, aussi si quelqu'un pouvait mettre ici un définition claire et concise (pas des exemples, on en trouve des wagons), je serais bien content.

Pour être franc , j'ai bien l'impression que ça ne signifie rien, et que ce n'est qu'un outil pour éviter de dire qu'on ne sait pas de quoi parler ni de quoi on parle.
Doris Leuthardt a bien appris à répéter la novlangue, mais c'est pas un signe d'intelligence...

novembre 21, 2006 1:43 PM  
Anonymous Anonyme said...

@ Karl
Si mes infos sont exactes, Ph. Bruegisser n'a pas été élu dans ce conseil d'administration. On ne se débarrasse pas facilement de certaines casseroles, puisse Hellweg en faire l'expérience !

novembre 21, 2006 2:41 PM  
Anonymous expatrié said...

@Doris LaTarte
en somme, on a échangé "je ne peux rien faire" contre "je ne veux rien faire"...

@le journaliste de la RSR de ce matin...
Formidable le résumé entendu aux infos. Croissance du bénéfice en hausse, tout va bien, circulez. Vive la prétendue neutralité journalistique qui permet de débiter n'importe quelle ânerie sans recule critique.

À propos d'âneries... allez jetez un oeil sur Wikipedia. L'article consacré à Martin Hellweg a été revue par ses petits copains...

À part ça... salut aux potes.

novembre 21, 2006 4:02 PM  
Anonymous expatrié said...

il y a quand même un vrai scoop dans le rapport trimestriel de Swissbétail. Martinou commence par "Je vais être franc avec vous".

Voilà une véritable innovation.

novembre 21, 2006 4:09 PM  
Anonymous oignon rouge said...

RAPPORT SM

@ tous
@ karl et SanA

Ce qui me frappe dans ce rapport, c'est le nombre élevé de références à la grève ( HUIT fois ! sur si peu de pages ) ainsi que plusieurs allusions très transparentes aux conséquences de la grève, parmi lesquelles le nombre de congé maladie....ça fait vraiment beaucoup.

Oui, la flambée des prix du métal est aussi mentionnée - mais dans l'ensemble, une fois de plus, c'est la grève qui est incriminée comme la cause majeure ou essentielle de tous les maux.

Il me semble que ce rapport insiste bien plus lourdement que tous les autres sur le poids de la grève comme bouc émissaire. Est-ce exact ? Je pose la question à Karl et à SanA, par exemple.

Ce qui me frappe aussi, c'est la mise en valeur et la louange répétée et répétée du fructueux achat de Busch Jaeger.....

En gros, Reconvilier n'est cité qu'à travers sa grève néfaste, quel boulet, mais l'élément salvateur c'est Bush Jaeger, n'est-ce pas, de même que la presse à extrusion à Dornach.

La manipulation est-elle assez convaincante ? il semblerait que non ?

Voilà, ce sera intéressant d'avoir une analyse des chiffres par nos spécialistes.

Mes pensées aux Boillats.

novembre 21, 2006 4:23 PM  
Blogger Karl said...

@Paddy

A voir sur Google, les "conditions cadres" semblent être une spécialité helvétique...

Pour les définir, on peut dire qu'il s'agit de l'ensemble des conditions (libertés, contraintes, subventions, promotions, etc.) nécessaire au bon fonctionnement d'une économie de marché, tel que défini en théorie. Leur but est donc de permettre à l'économie privée (de Suisse en l'occurence) de tendre vers la concurrence parfaite (on empêche la création de monopoles, on oblige les entreprises à une certaine transparence, on fait respecter les lois en vigueur). Ces conditions ci sont donc contraignantes pour l'économie privée. Il s'agit aussi de permettre à l'économie privée d'accroître ses performances en respectant ce qui précède. Cet accroissement se fait via, par exemple, un bon système éducatif, la stabilité politique et sociale, le contrôle de l'inflation, etc. Ces conditions là ne sont donc pas contraignante pour l'économie privée (aucune entreprise ne se voit obligée d'engager du personnel issu de telle école, par exemple).

La doctrine de l'Etat suisse, en matière de conditions cadres, vise à appuyer sur le deuxième type de conditions, et à laisser une liberté maximale en ce qui concerne le premier type. Ce qui revient à dire que l'Etat met à disposition ce que son économie privée requiert (d'où l'augmentation des crédits à l'éducation) tout en contraignant le moins possible cette économie via des dispositifs légaux.

Quand Doris Leuthard parle de conditions cadres, elle parle donc uniquement du second type.

Donc, définition restrictive: les conditions cadres consistent en l'offre non contraignante que peut fournir l'Etat à son économie privée pour que cette dernière soit la plus performante possible.

Le flou est vaste...


@Anonyme de 2:41pm

Mes sources disent la même chose que les vôtres: P. Brügisser n'a pas été pris.

@Expatrié

Wikipedia, c'est la dictature de la majorité, ou du consensus poli, quand il s'agit d'un sujet polémique du moins... Quelle tristesse, parfois. Bon, on peut retourner modifier cet article.

@Oignon rouge

La référence à la grève est en effet de retour, et ça mérite d'être relevé. Il faut bien expliquer les chiffres catastrophique du groupe, maintenant que Swissmetal se sent obligé d'aborder les faits tels qu'ils sont (mentir sur la amrche des affaires est punissable... Il y a donc des limites). Alors voilà, c'est la grève (qui, rappelons-le, n'a coûté que 4 millions à Swissmetal, selon Martinou).

Merci à tous pour vos commentaires

novembre 21, 2006 5:06 PM  
Anonymous SanA said...

@Oignon rouge

Bien observé et tout à fait pertinent! Hellweg se sert des grévistes comme bouc émissaire et de "ses" stocks de métal comme parade à la faillite! Comme Karl l'a relevé, refuser des commandes faute de moyens pour s'approvisionner en matière première relève d'une incompétence sidérale (indispensable pour en arriver là) et révèle que le groupe est financièrement aux abois. Sans la vente de métal (y.c. des produits partiellement ou totalement élaborés!), il serait mort (l'endettement serait d'environ 20 millions plus élevé). Je ne vous saoulerai pas de chiffres, mais une brève analyse montre que suite à l'acquisition de BJL, la VAB (chiffre d'affaires sans le métal, qui est le seul significatif et comparable à celui d'autres activités industrielles) rapporté aux personnes salariées (je n'ose pas dire occupées!) est en baisse. Il est d'à peine 100'000 CHF alors qu'on estime généralement que pour qu'une entreprise soit viable durablement il devrait plutôt s'élever à au moins 150'000 CHF.

Il est d'ailleurs plus que probable que cette VAB est gonflée artificiellement de plusieurs millions en raison de la "liquidation" de centaines de tonnes de produits finis ou semi-finis (en plus du gain sur métal pris en compte). La situation réelle est donc nettement plus grave que les chiffres déjà mauvais présentés dans le rapport trimestriel.

En excluant le gain purement spéculatif sur les stocks liquidés (au point de ne plus pouvoir produire!) le résultat net représente une perte, après 9 mois, de plus de 6 millions (129 fois pire qu'à fin 2005). Etant donné les perspectives et les contraintes du dernier trimestre (jours de travail, 13ème salaire, charges engagées etc.) il est déjà acquis qu'il sera pire encore au 31 décembre).

Quant à la part des fonds étrangers (total des dettes), elle avoisinerait le 50% du bilan.
Relevons encore que SM doit aussi son salut (provisoire) à un crédit obtenu … en Belgique (les fonds sont donc doublement étrangers!).

novembre 21, 2006 7:34 PM  
Anonymous bloggeur fou said...

Bonjour à tous,

autre chose aussi revient avec insistance dans le rapport de SM: les fonds étrangers pour le refinancement du groupe.

Est-ce que ça veut dire que Hellweg n'a trouvé personne en Suisse qui lui fasse assez confiance pour lui prêter de l'argent, ou c'est parce qu'il pourra mieux mentir sur la marchandise auprès de gens probablement moins bien informés?

Ou est-ce que je prête injustement des mauvaises intentions à Martinou?...

Bien en pensés avec vous.Que Dieu vous garde

novembre 21, 2006 7:54 PM  
Blogger Robin of Locksley said...

Voici un lien vers les photos de la grèves que j'ai prise avec d'autres...

Je suis en train de les uploader, alors ce n'est pas encore fini...

A tout ceux et celles qui auraient des photos ou des films à contribuer, contactez-moi!!!

Semper Fi

- Jack -

http://picasaweb.google.com/locksley83

novembre 21, 2006 10:20 PM  
Anonymous paddy said...

@karl
Condition cadre:
Exigences de l'économie envers l'Etat en contrepartie de la garantie de sa présence sur son sol.
On est d'accord?

Dès lors l'économie a-t-elle besoin de s'attribuer le contrôle de toutes les ressources
- financières (banques, assurances),
- énergétiques (électricité),
- intellectuelles (structures universitaires et techniques)
- médiatiques (tv.radio, journaux, internet)
- logistiques (poste et transports publics)
- forces de l'ordre (police, armée)
alors que ces ressources sont essentielles pour assurer ces exigences?

On nous assène journellement des vérités invérifiables sur les bienfaits de la concurrence dans le cadres des structures assumées par l'Etat. entre autres: privatisation de l'énergie, de la police, des banques, des assurances, des médias, de l'éducation...
Et quand on ne parle pas de privatisaiton, on "souhaite" appliquer les "recettes" de l'économie dans la fonction et les institutions publique.

On se gausse des structures cubaines ou soviétiques du "tout-à-l'Etat" en parlant de faillite.
On applique pourtant la même politique du déséquilibre partenarial en inversant le schéma, mais on ne l'appelle pas pour autant le tout-à-l'Economie. On ne se gausse pas non plus d'ailleurs, la faillite n'est pas encore patente.

Recette pour recette, les deux sont merdeuses.

La grande différence étant que celle qui est en faillite avérée partait d'idées généreuses qui ont été dévoyées.
L'économie de marché n'est qu'une conséquence de cette faillite, c'est même pas le début d'une idée.
Et comble de l'ironie, on persiste à la présenter comme l'expression d'une volonté démocratique...

Mais je vaticine peut-être... ou j'ai une propension à croire qu'on veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes.
Un zeste de paranoïa peut-être?

novembre 21, 2006 11:20 PM  
Anonymous oignon rouge said...

@ Karl : merci pour la réponse !

@ SanA : merci également ! ...le rapport dit " la VAB 2006 n'est pas exactement comparable à celle de 2005, car elle contient désormais les valeurs de Busch Jaeger, qui sont partiellement calculées sur une autre base et doivent maintenant être harmonisées".

Pour moi cette petite note est ( était ) totalement incompréhensible, car je ne sais comment trouver les moindres liens dans les chiffres et a fortiori comment les interpréter- donc votre analyse et vos explications m'éclairent un peu et confirment une simple intuition, je vous en remercie beaucoup.

novembre 21, 2006 11:48 PM  
Blogger Claude André REYMOND said...

Salut chères et chers tous

Informations du centre de liaison pétition Boillat 2006

Nous avons sollicité par courriel en français et en allemand plusieurs centaines de pétitionnaires des cantons alémaniques le 16 novembre (http://berne.laboillat.ch/comites/spip.php?article59) pour tenter de déposer les listes de signatures dans ces cantons, et nous avons reçu la réponse d'un seul bâlois...

Par ailleurs, nous restons encore dans l'attente de disponibilités dans les cantons de Fribourg, Jura et Valais.

Dans la mesure où cette pétition porte le millésime 2006, nous allons sans doute procéder nous-mêmes au dépôt auprès des Chancelleries concernées dès le 10 décembre de cette année.

Parce qu'il nous faudra leur annoncer des personnes disposées à répondre aux questions que ne manqueront pas de poser les députés cantonaux, et que de notre côté nous ne maîtrisons guère l'allemand, je viens ici proposer à celles et ceux que cela intéresse de nous le faire savoir à l'adresse «petition@laboillat.ch».

Nous pourrions alors les mentionner comme référant sur les revendications des Boillats et les difficultés qu'ils sont contraints de subir. Selon l'affluence, on constituera des délégations pour se répartir les auditions à travers le pays.

Merci à chacun pour ses témoignages de solidarité sur ce blog, et la ténacité de Karl qui nous permet de s'y retrouver.

novembre 22, 2006 12:03 AM  
Blogger Karl said...

@Paddy

Toute cette histoire n'est pas évidente... ça...

Pour ma part, il me semble qu'un subtil équilibre entre biens publics et biens privés est nécessaire. Vouloir tout privatiser tient en effet d'une approche dogmatique plus que d'une approche rationnelle. Mais tout nationaliser a aussi ses défauts.

Il y a quelques jours, Milton Friedman est décédé, et ce fut l'occasion de revenir sur des théories très appliquées de nos jours, les théories libertariennes, qui considèrent en gros que la liberté est la valeur suprême, et que l'Etat est, en règle générale, un obstacle à la liberté. De telles théories stipulent que, dans le cadre de l'économie privée, le marché lui-même génère les règles qui sont nécessaires à son bon fonctionnement, et que l'Etat n'a donc strictement pas à s'immiscer dans le marché. C'est ce genre de théories (intéressantes à lire cela dit: leurs auteurs ne sont ni des abrutis, ni des malhonnêtes) qui est appliqué assez aveuglément aujourd'hui (Margaret Thatcher -elle ou ses conseillers- s'en inspira beaucoup, et Joseph Deiss s'est revendiqué du monétarisme de Friedman). Pourtant, des faits, comme la surpêche ou l'effet de serre, remettent directement en cause leur validité (il existe des démonstration là-dessus, pour les courageux. Par exemple, dans: [i]Government and Economy: A Global Perspective[/i], par Jan-Erik Lane et Svante Ersson).

Une théorie qui a proposé une alternative crédible au libertarisme (et à l'utilitarisme, aurait dit son auteur) est la [i]Théorie de la justice[/i] de John Rawls. Ce dernier ne se positionne pas de manière tranchée sur la question du "tout à l'Etat ou rien à l'Etat". Il aborde toutefois des aspects avantageux du recours au libre marché et à la libre concurrence, tout en mettant en évidence l'importance d'une présence étatique dans différents aspects de la vie, y compris économique. Mais bon, bien que ce livre soit débattu, discuté, analysé, disséqué, etc. à l'extrême, il faut avouer qu'une bonne dose de courage est nécessaire pour le lire. Heureusement, il existe de bonnes synthèses des débats autour de ces questions, comme [i]Qu'est-ce qu'une société juste?[/i] de Philippe van Parijs (éditions du Seuil).

De quoi peupler les longues soirées d'hiver ;-P


@Oignon rouge

De rien :-)


Ce qui est drôle, c'est aussi de comparer la dépêche d'agence avec le rapport écrit: on voit très bien qu'en conférence de presse, Martinou a embelli la situation bien plus que dans le rapport. On peut toujours dire que le journaliste a mal compris, si la SWX vient enquêter sur la gouvernance d'entreprise de Swissmetal...

novembre 22, 2006 12:08 AM  
Anonymous paddy said...

@ karl
C'est intéressant d'en parler. Mais je me fais toujours l'impression d'être un raseur quand je me lance dans ce genre de théorie.
Je crois que la liberté est un élément majeur mais dévastateur quand elle n'est pas subordonnée au respect (de la vie, de l'autre, de la nature, ...) et à un souci de cohérence et de pérennité, tous domaines que les états actuels n'ont plus les moyens de favoriser ou de promouvoir, pour cause d'asservissement forcené.

Merci toutefois de ta réponse, je ne vais pas lire cette littérature. Pas le temps [et pas envie], j'ai une vie cohérente à conduire...;-)

J'arrête ici, veux pas raser...

et hop! dodo.

novembre 22, 2006 1:03 AM  
Anonymous SanA said...

@Oignon rouge

Le coût du métal incorporé au produit fini (et par différence la VAB) est calculé différemment à Lüdenscheid qu'en Suisse. En Allemagne, on pratique couramment ce qu'on appelle la transformation, dans laquelle le métal est fourni par le client (dans ce cas, le transformateur ne finance donc pas la matière première). L'écart entre les deux méthodes ne doit toutefois pas être très important. Il est pourtant évaluable et le fait qu'Hellweg n'en dise rien laisse supposer que la VAB en Allemagne n'est pas inférieure (cela induirait une marge sous-estimée).

@Tous

Une remarque encore à propos du rapport: Hellweg avoue une charge importante due à des "conseils" de tiers concernant BJL. Il ne parle toutefois pas du montant ni du prestataire. On peut parfaitement imaginer qu'il s'agit de sa société (Ally Management) à travers son copain Flotho (dit "Vole Bas") placé par lui à la tête du site allemand. Transparence quand tu nous tiens!

novembre 22, 2006 1:14 AM  
Blogger un voisin said...

SM a toujours enjolivé la réalité ... on peut donc admettre que l'état préoccupant du groupe tel que décrit dans l'information du 3e trimestre est en fait catastrophique.

Dans son rapport Martinou annonce fièrement que "grâce à des amélioratons de processus, nous utilisons toujours moins de métal". Quel est donc cette amélioration du processus ? On la trouve un peu plus loin dans le texte : "nous avons été obligés de refuser des commandes clients car nos possibilités de préfinancement étaient trop limitées." Martinou, j'ai l'impression qu'en améliorant encore un peu ton processus de vente tu pourras même faire l'exploit de ne plus utilisé de métal du tout !!!

Le site internet SM dont la page présentant son réseau de distribution est en construction depuis une éternité contribue probablement à l'amélioration du processus de vente vers l'objectif zéro métal !

novembre 22, 2006 1:03 PM  
Anonymous marc said...

A maintes occasions, MH et sa clique sont ici traités d'incapables. Comment qualifier les compétences des membres de la coterie sans en référer à leurs objectifs ? Or ceux-ci sont clairs:
a) Transformer un groupe industriel en un pur produit fiancier (cela fait penser à Emron). Le véritable produit de SM sont des actions et des rapports trimestriels. Tous le monde le sait, mais du moment qu'il reste des joueurs autour de la corbeille et "qu'on ne peut rien faire", (car depuis 1929, l'Etat doit intervenir même à la bourse). Alors les cadres Reconvilier dans tout ça...
b) Remplir ses poches et celles de ses compagnons. La solidarité comme gage de survie, c'est pas beau ?
Bref, sans être un fin connaisseur de la finance (je renouvelle mon appelle, s'il en est un qui veut bien s'exprimer...) pour citer De Funès dans "le corniaud": "Il m'épate! Il m'épate! Il m'épate!". Reste à considérer leur fin et ce qu'ils auront laissé derrière eux.

novembre 22, 2006 1:09 PM  
Anonymous oignon rouge said...

@ SanA

Merci beaucoup d'avoir pris le temps de m'expliquer (matière première et produit fini ) de façon si claire et si simple, j'ai compris !

@ Paddy et @ Karl
Ce n'est pas du tout rasoir Paddy, et cela provoque un débat intéressant je trouve, qui permet plein d'approches et de réflexions, le bouquin de Ph. von Parijs semble abordable pour le commun des mortels, merci pour cette référence Karl.

Ces débats font aussi la richesse du blog...

novembre 22, 2006 5:48 PM  
Anonymous oignon rouge said...

@ Claude André Reymond

J'espère de tout coeur que la pétition va trouver des représentants dans les cantons que tu cites !

C'est en effet le dernier moment d'agir, s'il vous plaît les signataires ! C'est important, les commissions veulent aussi savoir quels cantons ont déposé la pétition.....

Pour ma part j'ai un très important engagement du 2 au 20 décembre et ne peux pas me mobiliser sur d'autres cantons.

J'attends une info de la commission des pétitions suite à la séance du 26 octobre. Mais il est contreproductif de relancer trop vite.

Je t'écris bientôt...
Amitiés

novembre 22, 2006 6:06 PM  
Anonymous Mme La Marquise said...

Mais quelle arogance !
Tout va très bien Mme la Marquise !

Ce qui fait de ces hauts managers de arogants notoires c'est leur incapacité à se remettre en question et de toujours coller la faute aux autres.

Et vas-y que les grévistes sont coupables de la situation actuelle !

En effet "voisin" dans le langage subliminale de ces grands messieurs de la finance "préocupant" = plus que catastophique.

Bonne journée à tous et une pensée particulière aux travailleuses et travailleurs de la Boillat

novembre 24, 2006 7:29 AM  
Blogger pauvre diable said...

Hello,
Demain super souper à l'Uzine3 !!!! C'est l'occasion rêvée pour relancer ce lieu de résistance et plein de symboles de notre mouvement. Il est temps de laisser de côté tous ces préjugés et ces fausses rumeurs et de continuer le combat. Ne l'oubliez pas la lutte continue et que nous rendrons les armes uniquement quand la BOILLAT sera libérée de tous ces incompétents.

novembre 24, 2006 3:42 PM  
Anonymous SanA said...

UNE ANNÉE APRÈS

Il y a une année, Swissmetal créait les conditions d'une deuxième grève à Reconvilier. Le CEO du groupe, avec l'aval d'un conseil d'administration tout à sa dévotion, s'entêtant dans une stratégie ouvertement orientée contre Boillat, décidait de la priver de sa direction, de tout pouvoir de décision, des moyens de fondre et de presser ses propres alliages afin, a-t-il explicitement déclaré plus tard à la NZZ, de la soumettre à la tutelle du groupe.

Cette mise sous tutelle de Boillat a commencé dès l'arrivée d'Hellweg à la tête de Swissmetal, par le licenciement de ses cadres supérieurs et de son personnel administratif, remplacés par ceux qui en tenaient lieu chez Dornach. Elle s'est durcie en plaçant Henri Bols, qui avait pourtant déjà fait preuve de toute son incompétence chez Dornach, à la tête de l'usine. Celui-ci s'est empressé de s'entourer de cadres eux aussi venus de Dornach, et eux aussi inexpérimentés et incompétents. Ils étaient censés remplacer les spécialistes de Boillat écartés par représailles. Un pas de plus a été franchi avec la nomination de Volker Suchordt à la direction industrielle du groupe. Suchordt était le directeur de BJL qui, en tentant de marcher dans les pas de Boillat et par une politique de prix suicidaire, a conduit son entreprise à la faillite en 2002.

Rien n'a pu infléchir la ligne aberrante tracée par Hellweg. Ni les avertissements des spécialistes et du personnel de Boillat, ni la grève de février, ni les manifestations, ni la médiation de Rolf Bloch, ni les protestations, les plaintes et les dénonciations publiques des clients.

Il en est résulté chez Boillat et pour tout le groupe une perte des compétences et du savoir-faire qu'exigent les spécialités, avec pour conséquences annoncées une chute drastique de la qualité et de la productivité, une gestion chaotique de la production, des retards de livraison insupportables, une hémorragie des commandes et des clients, des performances économiques désastreuses, une atteinte permanente à la sécurité.

Alors que Boillat était la seule ressource du groupe en spécialités et en innovations, alors que ses résultats seuls permettaient depuis des années la survie du groupe, le CEO n'a eu cesse d'en saper les piliers: ses produits, sa clientèle, ses spécialistes, sa technologie, sa réputation, son leadership, sa culture d'entreprise. Il en a fait un atelier incohérent et désorganisé, mal entretenu, aux procédés et aux processus non maîtrisés, à l'encadrement incompétent et dépassé, au personnel déboussolé, démotivé et déresponsabilisé.

Du fait de sa stratégie absurde et inconséquente, Swissmetal a perdu son seul point fort. L'acquisition de l'allemand BJL, entreprise médiocre, endettée, sans spécialités et à la mauvaise réputation, n'a fait que l'affaiblir encore. Le groupe est désormais en danger de mort malgré une cote boursière en trompe-l'œil.

Comment en est-on arrivé là? Pourquoi ces catastrophes industrielles en cascade? Pourquoi un tel massacre humain, en termes de compétences, de sérieux, de savoir-faire et de culture d'entreprise? Ne revenons pas sur les bourdes à répétition d'Hellweg en matière de management, de communication, d'organisation et de marketing, entre autres incompétences. Passons sur ses préjugés d'esprit quasi xénophobe à l'encontre d'une entreprise francophone. LE REPERE DECISIF, C'EST AVANT UNE MENTALITE AUTOCRATIQUE ET ARROGANTE, AU SERVICE D'UNE DEMARCHE STRATEGIQUE ABSURDE, AVEUGLE ET ARBITRAIRE.

Telle qu'énoncée, cette stratégie prétend viser un LEADERSHIP MONDIAL DANS LES SPECIALITES, sans d'ailleurs vraiment définir ce qu'on entend par là. Son application contredit pourtant résolument cette intention:

- le seul développeur, producteur et leader dans les spécialités, par ailleurs seul site performant du groupe, est démantelé
- le site allemand racheté n'a ni spécialités, ni leadership, ni potentiel, ni capacité d'innovation
- presse et fonderie suisses sont centralisées, contre l'avis des experts, sur un site à bout de souffle, là où le prix du terrain est de loin le plus élevé
- un revendeur américain, gros débiteur du groupe, est acquis hors de toute logique industrielle.

Ce qui domine en fait, c'est UNE SUCCESSION DE MESURES EXCLUSIVEMENT ORIENTEES CONTRE BOILLAT. Ce qui frappe, c'est l'incohérence de la démarche et la volonté de privilégier, contre toute rationalité, le site de Lüdenscheid.

LA STRATEGIE DE MARTIN HELLWEG REPOSE SUR PLUSIEURS ERREURS FLAGRANTES:

erreurs de DIAGNOSTIC (" le handicap du groupe tient à la rivalité entre sites", alors qu'en réalité ce sont les faiblesses de Dornach et de BJL)

erreurs d' EVALUATION ("la culture Boillat est un obstacle" alors que c'est une force, "Boillat a été trop privilégiée" contre toute évidence, "Dornach a un avenir", "BJL peut faire le 90% des produits de Boillat en étant plus productive", "avec presse et fonderie, il y a une synergie possible", "une presse polyvalente peut faire l'affaire et elle doit à Dornach", "les cadres de Dornach peuvent immédiatement et parfaitement remplacer ceux de Reconvilier")

avoir SOUS-ESTIME l'importance stratégique des spécialistes et chefs de projets de Boillat et avoir ainsi anéanti tout le potentiel d'innovation et d'industrialisation (vital pour concevoir, développer, produire et vendre des spécialités)

N'AVOIR PAS RECONNU QUE NON SEULEMENT BOILLAT ETAIT LE POINT FORT DU GROUPE PAR SES PERFORMANCES ET SON POTENTIEL TECHNOLOGIQUE ET HUMAIN, MAIS QU'ELLE ETAIT EXACTEMENT POSITIONNEE DANS LE SENS DES FINALITES DE LA STRATEGIE ENONCEE ("LEADERSHIP MONDIAL DANS LES SPECIALITES") ALORS QUE NI DORNACH NI BJL N'ONT DE SPECIALITES ET DE LEADERSHIP.

CE QUE NOUS AVIONS ANNONCE ET QUI S'EST AVERE, C'EST QU'EN DETRUISANT BOILLAT, HELLWEG DETRUIT SWISSMETAL. Les résultats de septembre le confirment clairement, aussi enjolivés soient-ils à coups de ventes de métal purement spéculatives, et malgré une conjoncture extrêmement favorable, même Hellweg a dû l'admettre. Le prochain recul conjoncturel sera d'ailleurs mortel pour le groupe. Les yeux de certains actionnaires commencent à se déciller, c'est dire!

novembre 25, 2006 12:32 AM  
Anonymous troll et bus I said...

Merci à SANA pour son analyse une fois de plus très réaliste.
Une petite précision tout de même, il y a un homme qui est fortement responsable dans toute cette histoire et qui n’est pas cité : il s’agit du JePeTo des Genevez qui est le conseillé technique de Martinou et qui approuve tout ce qui vient du maîîîître son donner son avis qui pourtant est souvent divergeant mais lui aussi à peur pour ses fesses. Ce pauvre mec qui devrait être défenseur de notre cite fait tout pour les descendre en flèche, c’est lui qui à dit oui à l’implantation de la nouvelle presse à Dornach, c’est aussi lui qui prépare un enterrement de première pour notre LINGOTIERE et en plus il a le toupet de dire à notre ZAZA "nationale" que si elle veut gagner de l’argent elle peut jouer à l’EUROMILLON. Ce minable est aussi notre représentant au sein de la fondation (houff notre argent sera bien géré). Je ne pouvais pas passer sous silence les agissements d’un aussi petit sire.

novembre 25, 2006 10:11 AM  
Anonymous Anonyme said...

Bravo SANA. C'est une excellente synthèse UNE ANNEE APRES. Ce texte est un vrai éditorial. Il devrait être envoyé aux financiers belges qui s'apprêtent à faire une grosse bourde en finançant un panier percé. Plus vite SM sera en faillite, plus la Nouvelle Boillat à des chances de redémarrer.
Courage.
Un ancien Boillat licencié.

novembre 25, 2006 12:09 PM  
Anonymous oeil de moscou said...

@ sana,
Merci pour l’énoncé des points principaux, stratégiques faisant avancer ces criminels. Les criminels de la finance en général, devrais-je dire. Tant leurs talents autoproclamé et acquis de managers supérieurs aux vastes connaissances couvrant tout sur tout leur monte à la tête. Cette bande de pignoufs, on serait presque à les plaindre ! On leur bourre le mou dès leur apprentissage de la bonne parole supérieur à coup de ‘conditions cadre’ ou ‘masse critique’ (malheureusement pas de leur cervelet) au sein d’universités s’auto auréolant de fabrique à ‘sauveur du Monde’ comme St-Gall ou de ‘pensionnat’ puant carrément la secte comme celle qui nous a vomit Martinou, Vole-bas, Sami Boy, entre autres, la Rochester University of … Berne, dans ses succursales !
Université qui peut compter sur la loyauté de ses Fils. Puisque ils ne manquent pas une occasion d’y faire référence ou pire, d’y enseigner la bonne parole, ou encore d’y siéger en tant que doyen ou donateur, hein Vole-Bas !

Le financier moyen n’a pas, et n’a aucune envie, de lever le bout de son nez pour s’intéresser un tant soit peu à ce qui l’entoure ou à la portée de ses décisions. C’est pourquoi, pendant des dizaines d’année, ces bêtes qui étaient encore rare (à l’époque), on les parquait dans un bureau, certes confortable, mais suffisamment retiré pour qu’ils ne s’y échappent pas. Et étaient étroitement surveillé.
L’entreprise, ce n’est pas leur culture, mais leur cible. Quelle soit du domaine industriel, banquaire, des assurances, de la santé. Tout y passe. Ils bouffent tout ce qu’ils trouvent, ou plutôt, ils sucent. Tout ce qui peut ce monnayer dans une entreprise les attire. L’immobilier franc d’hypothèque, la matière première, les terrains, les fondations, le 2ième pillier, les fournisseurs de longue date à qui l’on décide subitement de payer les factures à 180 jours, etc…

Et que font-ils de tout ce fric. Ben rien, justement. Le but n’est pas d’en avoir tant que ça, mais surtout que les autres n’en aient plus. Le pouvoir, quoi !
Autrefois, les industriels régionaux qui faisaient fortune arrosaient aussi les collectivités. En impôts, en dons, etc… Merci Tornos pour la piscine, merci Astra pour la place du village, merci Burrus pour le beau manège et les chevaux. Pour prendre quelques exemples récent ! Aujourd’hui, ces mafieux ne paie pas un franc d’impôt, détruise nos hôpitaux, s’approprient nos primes de caisse maladie et réclament quand la route est en mauvais état !

Ce qui doit changer, c’est le 80% des Suisses qui élisent ce genre de personnage dans les législatifs du pays. Ils croient naïvement que pace qu’ils ont 3 francs 6 sous sur un carnet de la banque cantonale qu’ils sont riches. Donc qu’il faut voter libéral plein gaz parce que, sinon, les gauchistes vont leur confisquer leur carnet. Pauvres clochards, va ! Quand vos défendez, aller, votre million, essayez d’imaginer que c’est justement votre maigrichon bas de laine que convoite vos supposé protecteurs. Parce qu’eux, ce n’est pas pour un million qu’ils se lèvent le matin. Mais pour 100x plus, voir 1000 !!!

Dans le cas de la Boillat, son dernier Directeur a eu , un sombre après-midi de février 2006, à 14h30, après la séance du personnel, une réflexion qui en dit long sur l’évolution de notre société :
« Si on m’avait dit qu’un jour j’en serais à devenir un adorateur de la doctrine de Karl Marx »

Bon week end

novembre 25, 2006 1:29 PM  
Anonymous Anonyme said...

Un grand bravo à Sana, qui d'une manière très réaliste et très objective résume la fin, la mort (ou presque) de la Boillat. En cette fin de semaine, des clients de la Boillat étaient invités par SM à visiter l'usine. Une bonne partie ne sont pas venus, mais d'autres étaient là, par curiosité: Et oh!!! surprise!!! Qui était là? Martinou était à Reconvilier, devant le bureau administratif, faisant un inpressionnant discours, planté sur les marches de l'escalier, bassinant sa chratéchie. Mais bien sûr, entouré de gars supermulclés (on appelle ça gardes du corps), crânes rasés et étrangers à l'entreprise SM. Quand on a la conscience tranquille....
on prend ses précautions!!!Beaucoup de ces clients ne se sont pas rendus à midi pour manger avec jepeto et ses petis copains, car bouffer avec ces rats pourrait vous foutre une indigestion. Pas la bouffe, mais le fait d'être assis en face de ces Ouin-Ouin et leurs pizzaloios qui connaissent tout.
Bref, j'espère que Karl ménera son enquête pour nous en dire plus à ce sujet. D'ailleurs, un client de la Vallée, assez inmpulsif, invité à la mascarade helwegienne ce vendredi, s'est refusé de s'y rendre de peur de dire ouvertement à hellweg ce qu'il pense de la qualité des produits livrés par Boillat ces derniers temps et ce qu'il pense de la chratéchie hellwegienne. Il ne veut plus entendre parles de SM.
Et ce n'est pas le seul après Durtal!!!

novembre 25, 2006 3:50 PM  
Blogger Karl said...

@Anonyme de 3:50pm

Je confirme l'information: Martinou était à la Boillat pour convaincre des clients. Il a fait visiter une usine modèle, un peu comme on fait visiter, sous certains régimes, une prison modèle (interlocuteurs choisis, parcours prédéfini dans le détail, etc.). Gardes du corps (le contraire eut été surprenant. Ont-ils été payés par Swissmetal?) et Christine Schmidt en prime.

Il semble que le buffle ait tout de même perdu quelques kilos... Mais la cure n'est pas terminée, Martin.

Merci à tous pour vos commentaires!

novembre 25, 2006 6:18 PM  
Anonymous SanA said...

@anonyme 3:50PM

Mon intention n'est pas de résumer la mort de Boillat (qui vivra!), mais la tentative d'assassinat perpétrée par Hellweg et son gang.

La présence du chacal à Reconvilier, entouré de ses fiers à bras et de sa poupée Barbie favorite, démontre clairement qu'il a encore besoin de Boillat pour un moment, que c'est même vital pour lui! Le néo-administrateur Ralph Glassberg (l'américain d'Avins qui devait une fortune à SM) a déclaré devant témoins que "Boillat" était une marque de réputation mondiale, alors que "Swissmetal" (seul vestige de Selve et de Werner K. Rey) ne représente rien pour personne nulle part au monde.

Il faut avoir à l'esprit que l'image est le seul véritable capital d'un type comme Hellweg. Donc tout ce qui peut nuire à son image lui nuira à jamais. C'est une des raisons pour que la lutte continue et se concentre sur cette cible, directement ou par la bande. Au pire, si Boillat devait disparaître (hypothèse que je récuse fermement!), Hellweg doit disparaître avec! C'est aussi pour cette raison que je déplore l'absence de ce client si "remonté" contre lui qu'il craignait de dire son fait publiquement au prédateur de Boillat. Un tel esclandre aurait un écho médiatique et serait une casserole de plus aux basques de ce chacal.

@troll et bus

Le triste individu des Genevez que vous évoquez avec des pincettes (et un masque à gaz, j'espère!), outre sa couardise, sa langue brune et son incompétence, est un caractériel. Il a sévi chez Boillat pendant quelques années. D'abord responsable du labo, il en a été écarté en raison de son comportement. Prétentieux, invivable, asocial. Relégué au service des ventes pour s'occuper des réclamations (oui, il y en avait, mais elles étaient alors traitées systématiquement et servaient de levier pour une amélioration continue!), il fut jugé meilleur vendeur que métallurgiste.

Que ce marginal médiocre soit aujourd'hui responsable R&D de Swissmetal en dit long sur ce que vaut la direction de ce groupe en perdition. Il est vrai qu'aux côtés des Suchordt, Bols, Klein, Rossini et consorts, il est tout à fait à sa place…

novembre 25, 2006 11:45 PM  
Anonymous grand démoniac said...

@ anonyme de 15h50,

Et d'ajouter que les claps-claps à la fin du discours Martinesque ne provenait pas que des rangs Dornachians.
Les fameux voiliers formé au port Boillat ont refait leur apparition publique... Khalife 1, 2, 3 , ...

Et dans le lot ne sont pas compté les célèbres Wilmar ( tiens, d'ailleurs, celui-là...) et Arbitres des Chiottes qui eux, répètaient la prose bourre-mou à vociférer aux clients pendant la visite du Goulag !
Euh, question bête, la fonderie et les presses faisait partie du parcours ??

novembre 26, 2006 12:09 AM  
Blogger Karl said...

Tiens, "Busch-Jaeger", dans les traducteurs online, ça donne, en toute logique:

Le "chasseur de buisson"

Un nom bien en ligne avec la cohérence managériale des propriétaires...

novembre 26, 2006 12:43 AM  
Anonymous SanA said...

@troll et bus (suite)

Encore un mot à propos du Jepeto et de la nouvelle presse. A l'issue de l'étude initiale, il a déclaré publiquement et catégoriquement que "Cette presse doit à Reconvilier, c'est gros comme une maison!" Comme vous le relevez, il a tourné sa veste lorsque Hellweg a exprimé une intention différente. La voix de son maîîîître... A la niche, Jepeto, ou tu n'auras pas ton nonos! Il s'est ensuite mis à faire le beau et à rapporter au-dit maîîîître un bout de métal, en lui faisant croire que ça pouvait servir dans un avion. Et l'autre imbécile l'a cru! En fait, Hellweg est un gros naïf. Il croit aux fables métallurgiques de Jepeto et aux fantasmes industriels de Suchordt...

novembre 26, 2006 1:21 AM  
Blogger Karl said...

On a essayé d'expliquer la gravité des problèmes de Swissmetal par une mentalité particulièrement perverse de Martinou, orientée vers des buts mystérieux et réminérateurs... En fait, en dernière analyse, les choses aparaissent effectivement bien plus simples:

Martinou est tellement stupide et borné qu'il croit qu'être manager, c'est appliquer à la lettre un modèle de management qu'on lui a inculqué à Rochester (ou ailleurs), et qu'il considère comme une sorte d'absolu. Quoi qu'on lui ait enseigné, il a retenu UNE solution à tous les problèmes. Il n'est pas capable d'adapter sa manière de voir, son modèle, ou quoi que ce soit, à la réalité à laquelle il est confronté, raison pour laquelle il s'est construit quelque chose qu'il croit valable toujours et partout. Pour adapter ses outils (et lui-même), il lui faudrait de l'imagination, et elle lui fait cruellement défaut, c'est un euphémisme. Hellweg est un homme désorienté par son matérialisme radical, et il se cherche des repère intangibles: LE modèle, L'application, LA méthode. Et bien sûr, il se voit comme L'homme de la situation, car il est le porte parole de LA Vérité.

J'exagère peut-être. Mais pas tant que ça: Martinou aurait eu plusieurs solutions élégantes pour sortir de ces problèmes à bon compte, dont une vente de la Boillat, qui aurait rapporté gros à Swissmetal. Mais non, impossible, il fallait pour cela faire preuve de flexibilité et sortir du champ d'application prévu par son intangible modèle.

"Rien ne nous résiste, seule notre volonté existe", c'est ce que j'avais placé dans la bouche de Martinou et ses sbires, dans un précédent "édito". Hellweg n'admet pas que la réalité soit, justement, réelle, et en majeure partie indépendante de ses désirs. Il doit être convaincu que la plus grande injustice qui soit, c'est qu'il ne puisse modeler la réalité par la seule force de sa volonté.

Oui, oui... Le cas est préoccupant.

novembre 26, 2006 1:57 AM  
Anonymous oeil de moscou said...

la période des cadeaux de noël arrive,

Ce sera une torche de PS2 non criquée enroulé à la sortie de la presse Kreuzer ( ooh, pas vite... à 1mm / sec !!!) pour l'Arbitre des Chiottes,
Le manuel 'comment faire des spécialité Boillat avec une presse indirecte Schlömann même si c'est impossible pour le JePeTo je-pète-haut avec comme bonus pour les BruniZung l'Illustré des plus belle girouette d'Europe,
Le grimoir invisible de la recette du NP6 à Pennalty avec en bonus le nouveau n° de tél de barbichette pour les parties de retch après certains entretiens,
Et lats but not least, une horloge avec l'heure d'hiver à Wilmar pour lui éviter de se retrouver au Goulag dès 6h du mat ! ( A relever la performance et l'endurance de ce minable qui avait donné sa dédite pour fin juin).

Quel beau parterre... pour un pauvre sapin tout sec. Bouffé qu'il est, depuis 2 ans, par le bostrych.

PS: et pour le vrai sapin de noël, un de la vallée, un cadeau rempli de courage pour le Nico et PYE

novembre 26, 2006 2:33 AM  
Anonymous Anonyme said...

Martin doit être un Illuminati...faut s'en débarasser!
http://www.evolutionquebec.com/site/nom/svali.html

novembre 26, 2006 3:24 AM  
Blogger un voisin said...

J'espère que les clients en visite à Reconvilier vendredi se seront rendu compte du paradoxe de la situation d'un PDG qui fait visiter une entreprise en clamant haut et fort que "tout va bien" tout en étant lui-même escorté par des gardes du corps !!!

En tout cas cela doit être un dur réveil pour les dirigeants de SM qui, après avoir traité ses clients avec arrogance et mépris, organisent une visite d'usine pour les rassurer et leur faire des courbettes. Mais tant que la qualité Boillat ne sera pas au rendez-vous (qualité produit, qualité du service et du conseil, respect des délais, etc.), les efforts de relations publiques seront vains. Une clientèle de professionnels ne se manipule pas comme les boursicoteurs à coups de communiqués de presse mensongers.

Mais à mon avis ce "réveil" est bien trop tardif. Le résultat des 9 premiers mois de l'année et la difficulté de trouver un financement bancaire illustrent bien la gabegie dans laquelle ils sont.

A noter aussi la dimension pathétique de Martin Hellweg qui s'accroche à ses chiffres et qui écrit dans son information du 3e trimestre :
Nos chiffres financiers clés sont perfectibles, mais suffisamment acceptables pour un financement bancaire. Ceci nous a également été confirmé par des spécialistes. Malgré cela, nos efforts pour augmenter la ligne de crédit se sont avérés difficiles. La grève à Reconvilier a continué de laisser des traces. Les jugements et les décisions des banques participantes ne se sont pas limités aux seuls critères économiques ...

Eh oui, Martinou, les chiffres seuls ne suffisent pas, on peut d'ailleurs leur faire dire tout et n'importe quoi. Lorsque l'on prête de l'argent à une entreprise, l'évaluation est bien plus complète. La notion de confiance que l'on porte ou pas aux dirigeants d'une entreprise est capitale. On ne peut pas se moquer impunément de tous ses partenaires et même des personnes qui vous tendaient la main :
* En ne respectant pas un protocole d'accord signé sous l'égide d'une Conseillère d'Etat,
* en manipulant les autorités fédérales et ses représentants pour instrumenter une médiation et la quitter au moment où les choses progressaient,
* en se moquant de sa clientèle,
* en se moquant d'investisseurs qui répondaient à une annonce faisant état d'une vente possible de l'usine Boillat,
* en ne respectant pas les dispositions de la bourse suisse,
* etc.
... il n’est pas bien étonnant que l’on ne mérite pas la confiance !

Bon week-end à tous !

novembre 26, 2006 11:42 AM  
Blogger jb.zonez.ch said...

Simone Schrameck Chatelain de Crémines a sorti un recueil de poèmes ; elle a notamment consacré un poème aux ouvriers en grève de la Boillat.

Elle a gentiment accepté qu'on le publie ici.

Je profite de l'occasion pour remercier Sindo ; sa paëla était tout simplement divine ! merci

novembre 26, 2006 1:22 PM  
Blogger Karl said...

@Anonyme de 3:24AM

Même dans ce genre d'obscure groupement, ils ont trop d'imagination pour lui ;-)


@JB

Joli poème, merci!

novembre 26, 2006 1:55 PM  
Anonymous SanA said...

@Karl

Je partage votre analyse du cas Hellweg. J'ajouterai que, malheureusement, cette perversion ne lui est pas propre, mais qu'elle est le fait de trop nombreux managers et consultants actuels, pour qui être moderne c'est être à la mode. Ils sont bien (dé)formés pour ça dans des écoles aussi sectaires que coûteuses! Pour les personnages de ce type, les problèmes d'une entreprise ne sont que des écarts avec un modèle appris. Peu importe que le patient soit malade ou en bonne santé. N'être pas conforme, c'est le critère déterminant. Pas besoin de comprendre puisqu'on sait déjà. Pas besoin de diagnostic, on connaît le remède. Les analyses faites ne sont presque toujours que des alibis et servent en fin de compte surtout à rémunérer des consultants "à la botte". Boillat en a déjà eu un exemple vivant (et morbide)il y a dix ans, avec un certain Heuri alors aux ordres de feu P.Schneuwly. Les réflexions portent ensuite uniquement sur comment faire rentrer la réalité dans le moule. Sur ce point et pour en revenir à Hellweg, disons qu'en plus de ses tares éducatives et de ses a priori, en raison de son arrogance et de son aveuglement, il agit avec l'habileté d'un éléphant dans un magasin de porcelaines ou d'un buffle sur un échiquier.

novembre 26, 2006 2:56 PM  
Anonymous Anonyme said...

Vu ce soir sur mise au point, monsieur Castella paton de Dixi, il plaidait la cause pour les millard pour l'économie suisse, mais ce qu'il ne dit pas, c'est qu'il a fait exactement comme notre Helweg national avec l'usine Walhi...

Tous les mêmes, des menteurs....

Pour le noël de Wilmard, j'en connait un qui lui ferra un cadeau, que dit-je plusieur vont lui faire un cadeau, a vu de nez 112...

novembre 26, 2006 9:18 PM  
Blogger jfbo said...

@sana

Merci pour votre rappel de ce qu'on peut appeler le commencement de la fin pour La Boillat:

"Boillat en a déjà eu un exemple vivant (et morbide)il y a dix ans, avec un certain Heuri alors aux ordres de feu P.Schneuwly"

Lorsqu'on évoque cette période, il convient effectivement de parler de FEU... P.Schneuwly!

novembre 27, 2006 1:33 AM  
Anonymous Anonyme said...

Quincon et Columbi les deux vendeurs de chocs qui expliquent aux clients. Il faut le voir et l'entendre pour le croire. On se réjouit du jour ou ils feront la différence entre une tréfileuse et une tondeuse à gazon.

novembre 27, 2006 3:06 AM  
Anonymous Anonyme said...

Pour le grand prix de la la bobine du vainqueur. Premier: Panzer.

novembre 27, 2006 3:15 AM  
Anonymous SanA said...

@jfbo

C'est vrai que ça démontre qu'il n'y a pas que les meilleurs qui partent, les pires aussi! Un raison de plus d'espérer pour Boillat...

novembre 27, 2006 12:44 PM  
Blogger ancien1 said...

@jfbo
Vous avez raison de rappeler que le début de la fin a commençé avec P.Schneuwly.La période des processus des graphiques qu'ils fallaient fournir en couleur pour faire plaisir au prince.Le départ de cadres compétent déja àl'époque(hein bernard) on croyait plus le chef de gare que ceux qui mettaient en place le système mappers.Les contremaitres devenaient des chefs d'atelier mais d'atelier il ne connaissaient que leur ecran...Toute cette façon de faire ou de laisser faire nous a conduit tout cuit dans les sales pattes de Martinou et sa clique.Ce qui faisait la forçe de boillat c'était ses techniciens ses dépanneurs dès l'instant qu'on leur donnait plus de travail en écriture que ce pour lesquels ils étaient formés il en résultait beaucoup d'inconvénients dans la production.Chacun aurait dû rester à sa place les informaticiens et les chefs de projet étaient là pour nous seconder.Ne parlons pas des querelles de pouvoir qui ont accentuées tout cela.Parfois je rêve que Martinou et sa clique quitte le navire comment la boillat pourrait-elle se reconstruire tout ce savoir faire parti avec ses cadres ses meilleurs ouvriers.En ayant les fonds et les clients il faudrait au minimum cinq ans pour commencer à voir le bout du tunnel.Tout cela en ayant pas peur de se rapprocher de certains anciens pour des conseils.Ce serait une rûde tâche mais qui en vaudrait la peine.

novembre 27, 2006 2:03 PM  
Anonymous Dardevil said...

Dardevil a dit...
Etant donné que Fred milite pour la libre expression et la sincérité:

Faisant partie du collectif je trouve que tu devais nous demander notre avis quand tu utilises le pseudo "Uzine3". Dans le cas contraire "Fred" est bien suffisant !

Je reprends le thème de l'économie:

Swissmetal, loin de vous heurter, n'est pas le juste combat. Non car M. Hellweg en bon tacticien n'utilise à son profit qu'un système établi dans le monde entier...le système monétaire !

Pourquoi lui en vouloir, puisqu'il a les armes et la force de l'utiliser, bien con lui serait de ne pas le faire et je serais le premier à l'utiliser si j'en avais la possibilité ! Eh oui !!!! Le plus dur à vous dire c'est que VOUS également ! Eh re-oui !

Loin de moi la prétention de vous apprendre quoi que se soit voici tout de même quelques précisions sur le système qui régie votre vie économique et ce donc votre vie tout court !

De 0 à 20ans en moyenne, l'argent n'est pas véritablement notre principale préocupation, que faisons-nous durant cette période ? Nous apprenons les bases de la vie et une formation quelle qu'elle soit. Papa et maman veillent à notre bien être et peut importe notre porte-monnaie.

De 20 à 65ans nous entrons dans la vie active, nous continuons d'apprendre sous d'autres formes et notre objectif est d'évoluer, humainement mais surtout financièrement par notre salaire. Dans tous les cas c'est notre objectif, que l'on y arrive ou pas.

Dès 65ans, enfin la retraite, notre niveau de vie va baisser forcément car ce n'est plus un salaire qui nous maintient mais une rente plus basse en fonction de nos revenus et cotisations durant 45ans. Finis les soucis professionnels, pas forcément ceux économiques. D'ailleurs ne voyons-nous pas régulièrement ceux que l'on appelle les "hobbistes" ? Ces retraités qui continuent à exercer une activité lucrative durant leur retraite pour.... "Le plaisir" ? Humm ?

Mais alors quoi de plus formidable que se système ? Et bien dès 20ans travaillez 15ans et du jour au lendemain si il vous arrivait de perdre votre salaire en 3 ou 6 mois vous perdez tout ! Sortez du système et il n'est plus possible de vivre, pourtant dans cet exemple vous avez travaillé durant 15ans et en 3 mois vous êtes sur la paille (Factures, impôts, loyer, assurances..etc...).

Pour éviter de tels désagréments, l'état à inventé l'assurance chômage, qui vous prend en charge durant 2ans... suit le social (pas une solution) mais quoi qu'il en soit, sortez du système et en peu de temps vous êtes foutu !

Les multinationales utilisent se système pour museler la masse ! Cette masse qui n'a d'autres choix que de suivre ce système car en sortir et vous êtes sur la paille ! voilà pourquoi l'ouvrier moyen ne peut que suivre ! Il n'a pas le choix car il n'a pas le choix du système, il n'en existe qu'un, le monétaire !

Faites la grève, unissez-vous, faites bien ce que vous voulez, 1000 contre moi, si j'ai l'argent je gagne !

Swissmetal, Nestlé et bien d'autres ne sont que des pions qui utilise l'échiquier, vous vous battez contre le pion, mais l'échiquier est en place et le pion n'est pas seul.

La seule manière de faire changer (et là je ne dis pas évoluer) les choses est de s'attaquer au système et non pas aux gens qui ont la possibilités de l'utiliser à leur profit...

décembre 06, 2006 1:36 AM  

Links to this post:

Créer un lien

<< Home