samedi, mai 20, 2006

Welcome!

Gargarismes

L'effet Souris d'or continue, et c'est tout bénéfice pour la Boillat. Aujourd'hui, c'est le Journal du Jura, par plume de Philippe Oudot, qui ouvre ses pages à Karl et à "Une voix pour la Boillat": "Toutes proportions gardées, 'Une voix pour la Boillat', c'est un peu Radio Londres", écrit-il. Eh bé... Demain, on retrouvera normalement Karl dans Le Matin.

Sur les blogs, Ludovic Monnerat, concurrent de la catégorie "Politique", salue "Une voix pour la Boillat". Le vainqueur de la catégorie "Formation", "Le semeur" a quelques mots très sympathiques: "Et Viva la Boillat, la victoire qui nous réjouit le plus, celle d’une parole qui arrache la muselière. Du blogue indispensable". Enfin, les gastronomes ne manqueront pas d'aller visiter le blog des Frangines (on espère que leur estomac s'est remis de certains mets zurichois), concurrentes de la catégorie "Vécu", dont les recettes n'ont pas manqué de convaincre quelques Boillat, ainsi que votre serviteur. Et il y a même un mot sur pointblog.com, un blog français tenu par un journaliste.

Relevons encore un article du Courrier, qui fait un état des lieux de la Boillat, à l'occasion de la Souris d'or.

Pour les photos de l'événement, le site de JB propose un album en ligne. Rebell.tv a filmé l'événement et l'ensemble des vidéos sont disponibles sur leur site. Quant à Karl, il a piqué une photo sur le blog de Maria Pia Mascaro. Parmi ses défenseurs, la Boillat a donc le plaisir d'accueillir... une souris:


Résumons

Au vu des statistiques de fréquentation, "Une voix pour la Boillat" accueille de nombreux nouveaux visiteurs (Martinou appréciera). A cet effet, et pour ceux qui désireraient se rafraîchir la mémoire, Karl a construit une liste de quelques publications du blog jugées marquantes. Je n'avait jamais relu mes "éditos", à quelques exceptions près... Ca fait bizarre. Il sont souvent ponctués de "Là, la direction de Swissmetal se fissure", "là, il ont un sérieux problème", "là, ils commencent à la sentir passer". Et pourtant... Ca dure encore. Qu'il est long à venir, le big bang. Mais cette fois, les sources sont trop bonnes pour mentir: ils y sont, maintenant, dans la m... A part ça, quelle usine à gaz, ce blog!

On commence par le tout premier "édito", en date du 26 janvier 2006, dans lequelle la ligne du blog est fixée. Je m'y suis toujours tenu, je crois, et relis ce texte avec, je l'avoue, une certaine émotion.

Le second "édito" retraçait les moments clés de la Boillat sous forme de chronologie. Chronologie par ailleurs reprise et prolongée par JB sur son site.

L'"édito" du 2 février 2006 était consacré à un exposé sur ce qu'est, en gros, la Boillat. Une sorte de description, que je trouve toujours drôle et attachante. La Boillat qu'on aime.

Le 4 février 2006, Karl s'attardait un peu sur la mauvaise foi de la direction de Swissmetal, répandue dans les pages du Temps.

Un "édito" du 9 février s'intéresse à des photos des fonderies de Dornach et de Reconvilier, ainsique qu'à la décision aberrante de déplacer la fonderie de Reconvilier à Dornach.

Toujours le 9 février, un autre "édito", intitulé "Internet", mentionnait la coupure d'Internet à la Boillat. C'est intéressant parce que depuis, Internet n'a jamais été rétabli à la Boillat, mis à part sur quelques ordinateurs où c'est une nécessité absolue. Ce blackout est largement causé par le blog.

Encore le 9 février (décidément...), un troisième "édito" aborde l'article de Jean-Claude Péclet, dans Le Temps, où sont mentionnés "les chiffres qui dérangent Swissmetal", sur les pertes enregistrées par le site de Dornach, décision partiellement à l'origine de la seconde grève.

On saute au 19 février (souvenons-nous que Busch-Jaeger avait été rachetée le 10 février, alors qu'on venait d'apprendre la désignation de Rolf Bloch par Joseph Deiss), où l'on tombe tout d'abord sur une action proposée, sans succès, par les grévistes de la Boillat à leurs collègues de Suisse. Eh oui, pas facile de ce lancer dans l'activisme, surtout quand le syndicat désapprouve. Il y avait aussi cette histoire de camions, chargés par Martin Hellweg de venir chercher de la matière à la Boillat, mais sans succès aussi.
Et puis, surtout, il y avait des remarques sur l'article d'Hermann Stern, dans Finanz und Wirtschaft, où ce dernier encensait les qualités de Swissmetal par rapport aux investisseurs. "Al" m'avait alors envoyé une photo où, aux côtés d'Hermann Stern, on voit... Sam Furrer! Il est beau, et utile, le réseau de relations à Sam. Ce fut le début d'une longue et fructueuse collaboration avec "Al" (merci à lui!).

Alors que les grévistes choisissaient de ne pas décider si oui ou non ils allaient reprendre le travail, le 22 février, sur le blog, apparaissait une première collaboration avec "SanA", auteur d'une synthèse sur les différences entre les usines de Reconvilier et de Dornach. Le 23 février (ici pour les événements en temps réel, et ici pour l'analyse), suite à des pressions notamment de la part direction d'Unia, la reprise du travail était votée (la reprise n'était pas nécessairement une mauvaise chose, mais les pressions...). Le lendemain, c'était bien sûr dans les journaux.

Rigueur commençait à nous donner ses "Leçons de fonderie" le 27 février (elles sont en bas de page). La première, puis une seconde (le 28 février, jour d'ouverture de l'uZine 3), et enfin la troisième (le premier mars, tôt le matin). On peut retrouver ces leçons, ainsi qu'une vidéo, sur le site web de JB. Bonne lecture, surtout à Martinou et ses sbires, qui sauront enfin comment sont fabriqués ces métaux jaunes et ocres (un jour, peut-être, sauront-ils aussi à quoi ils servent. Enfin, ils savent, à leur manière: à faire des sous).

Un "édito" du 4 mars a fait rire bien du monde... Le bordel (il n'y a pas d'autre mot) qui régnait à la Boillat y était qualifié d'ubuesque. C'est toujours le cas, d'ailleurs, mais un peu moins, et en un peu plus tragique. Le 4 mars toujours, un samedi donc, les Boillat avaient reçu une de ces fameuses lettres de Martinou, perpétuant et amplifiant la tradition du pourrissage de week-end, toujours en vigueur.

Allez, Karl s'arrête là pour aujourd'hui, mais reprendra cette tâche dans les prochains "édito". Une fois ce retour sur les événements achevé, il sera condensé dans un document PDF. En espérant que ce sera utile!


La Boillat a son journal

Il existait un journal d'entreprise de la Boillat, et Swissmetal a décidé de le remettre au goût du jour. Ainsi, les Boillat ont reçu, par courrier et sous la forme d'une feuille imprimée recto-verso (il faut savoir rester modeste, et puis, il y a tellement peu à dire, sur la Boillat), le Boillat hebdo (on ne rigole pas). Oui, le titre, c'est déjà tout un poème. "Boillat", pour la touche locale, et "hebdo" pour le côté branché. Que ça a dû lui faire mal, à la direction de Swissmetal, d'écrire "Boillat", on en sentirait presque leurs tripes se serrer au moment de taper les lettres sur le clavier. Qu'ils doivent avoir besoin des Boillat pour se renier de la sorte! Qu'il est beau mon cirage Swissmetal, qu'elles vont briller, vos pompes, Boillat!

En elle-même, cette crise de lèche-bottisme du titre est déjà suspecte. On peut donc en tirer une conclusion valable pour tout le reste: Swissmetal a cruellement besoin que le conflit se termine, et vite. Voici mon petit pari, qui n'engage que moi: certaines banques accepteraient d'entrer en matière avec Swissmetal sur une nouvelle ligne de crédit, mais si et seulement si la situation se normalise (ce qui ne veut pas dire que la Boillat redeviendrait opérationnelle, loin s'en faut), ce qui n'est pas du tout le cas pour le moment. Même Laxey commence à trouver le temps long, d'ailleurs. Alors, on amadoue le rude Boillat à coup de lettre fleurie. Et c'est tout juste si ce journal n'est pas parfumé (de toute façon, s'il fallait vraiment lui assigner une odeur, certains pensent à... Je vous laisse imaginer), et imprimé sur papier rose. Bien sûr, c'est envoyé, comme toujours, de manière à arriver le samedi, comme toute opération "week-end pourri" qui se respecte.

Venons-en à la page une. Comment choisir pour citer seulement quelques extraits de ce fabuleux florilège de la littérature swissmetalienne? Bon sang, que c'est dur. Tout d'abord, le Boillat hebdo sera "un outil informatif et communicatif qui vous livre l'actualité de l'entreprise en vous présentant exclusivement et tout de suite des faits et des perspectives". [Karl se lève, et va calmer son fou-rire].

Existe-t-il des écrits qui n'informent ni ne communiquent? Chef non chef! Et existe-t-il des journaux dans lesquels on ne trouve ni faits, ni perspectives? Chef je suis désolé mais non chef! On ira donc analyser cette phrase par son message sous-jacent: Boillat hebdo est, prétendûment, le seul média dont les informations, communications, faits et perspectives sont dignes d'intérêts, en ce qui concerne la Boillat. Le reste, les "forums d'Internet" et autres journaux, publie autre chose que l'avis du maîîître. Scandaleux, non?

Dans 3 mois, indique Boillat hebdo, le journal sera remplacé par son jumeau informatique, qui permettra à chaque travailleur de Swissmetal d'avoir la voix du maîîître sous ses yeux quand il va boire un café, ou s'asseoir un moment. Après Radio Londres et Radio Pékin, voici donc venus les jours de Radio Pyongyang. "Swissmetal a plus que jamais envie de communiquer, d'échanger des idées, et d'être à l'écoute". Ca, on peut le dire: maintenant qu'ils sont en train de sombrer, ils veulent qu'on les aime.

L'éditorial cite Joseph Deiss, qui craindrait la "vente du kow-how qui met en péril l'économie suisse". Certes, avec un Swissmetal dirigé par toujours plus d'Allemands à la botte de Martinou, dont l'un (Volker Suchordt, un fameux psychopathe), pour exemple, ne cache qu'à Rolf Bloch sa ferme volonté de "détruire la Boillat", J. Deiss a des craintes fondées. Toujours dans l'éditorial, l'auteur, qui ne signe pas (mais ce n'est pas Martinou, il se pendrait plutôt que d'écrire sur ce ton cordial et de souhaiter une "bonne lecture!" aux Boillat) écrit: "Ce qu'il faut aujourd'hui, c'est trouver [et pas "retrouver" car il n'a jamais existé, NDKarl] le contact avec les collaborateurs". Le contact avec les collabos, lui, se porte bien. Quant au reste, on attend toujours que Martinou et Fridou viennent serrer quelques mains à Reconvilier.

Et d'ajouter qu'"une ambiance meilleure et une productivité accrue [...] contribueront à garder la Boillat au sein de Swissmetal". Quel sens de la provocation! Enfin, il est indiqué que "Vous et votre famille êtes le coeur de cible du Boillat hebdo". Il est fait rien que pour l'endoctrinement des Boillat, le Boillat hebdo, quelle mignonne attention! Merci, maîîître!

Enfin, pour terminer ce tour d'horizon de la première page, un tableau est imprimé. Sur les 2 premières semaines de mai, la Boillat (en fait, il n'y a pas d'indication, mais on peut légitimement le supposer. Merci aux Boillat de me corriger sinon. Bravo à Swissmetal pour la précision) aurait enregistré pour 771,6 tonnes de commandes (en temps normal, sans le tiers de son personnel licencié, la Boillat produit un peu plus de 1000 tonnes par mois, donc les commandes entrent très bien). A la semaine 19 (la deuxième semaine de mai), la Boillat aurait produit 159,5 tonnes. A ce rythme, la Boillat est capable de produire autour des 630 tonnes par mois. Il y a donc plus du double de commandes en 2 semaines que de capacité à produire en un mois. Sur ce, tournons la page, en gardant ces chiffres à l'esprit, ça va être drôle.

La seconde page commence par "Un mot de Roderick Tanzer". Tout d'abord, une séquence délation: on peut lui envoyer des emails, l'adresse étant fournie. Mais les Boillat peuvent aussi lui faire un petit billet, comme dans les salles de classe de notre enfance, et le donner à Anne-Marie Minder, qui se chargera de le transmettre (après l'avoir lu, bien sûr, comme on sait). Enfin, il est possible de fixer rendez-vous à Rodi quand il passe à Reconvilier. A la question: "pourquoi ais-je accepté ce poste?" Il répond que "l'être humain grandit en soumettant à de tels challenges". Merci, Rodi, de nous apprendre que servir de chair à canon au maîîître te grandit, c'est tant mieux pour toi!

Mais voici le meilleur, tenez-vous bien: "Je pense que ce sera dur, voire très dur, nous avons sérieusement ébranlé la confiance que nos clients avaient placée en nous". Revenons à la page une, et revoyons les commandes: il y a plus de commandes que la Boillat ne peut en honorer. 2 fois plus. Oui, Rodi, les clients ont perdu toute confiance en Swissmetal, mais pas en la Boillat. Non, Rodi, tu ne sais pas compter, tu as fait trop de petits billets, quand tu étais à l'école. Tu espère "retrouver le niveau de services auquel nos clients étaient habitués"? Avec toi, ce ne sera pas demain la veille, même si tu évites soigneusement de faire allusion à une "équipe maladie" pour te faire bien voir. Dans le prochain numéro du Boillat hebdo, pourquoi ne pas mettre une petite annonce comme "Rodi le danseur cherche boulier pas cher, neuf ou usagé"?

Et ça continue... Rodi veut "essayer de contribuer un tout petit peu à sauver 250 emplois et à faire vivre 250 familles dans la région". Roderick Tanzer est un ange, qu'on se le dise! Ou, plus pragmatiquement, Martin Hellweg et Sam Furrer lui ont soufflé ce qu'il devait écrire dans le creux de l'oreille. Quelle mélasse!

Dans les brèves, on apprend que Swissmetal engage une personne supplémentaire pour gérer les lienciements, que le four Solo remarche (pas pour longtemps, vu l'état de la maintenance), que Jürg Müller, l'expert, viendra le 24 mai (enfin une information!) et que le conseil d'administration se réunira le 23 mai. Les jubilaires félicités sont tous 3 licenciés. Comme c'est fin.

Enfin, Boillat hebdo nous présent Eddy Houlmann, le seul jurassien avec Jepeto qui soit dans les hauteurs de Swissmetal (mais Jepeto s'est trop grillé pour figurer dans Boillat hebdo). E. Houlmann sert donc d'étiquette AOC à Swissmetal, pour l'occasion. Il s'est engagé en mars chez Swissmetal et travaille au service financier du groupe. Il parle de challenge, et on confirme: travailler pour Martinou, c'est un sacré challenge!

Quel journal quand même. Nous sommes pourtant bien sur terre...


La réunion du personnel de vendredi

Différée sur le blog, cette nouvelle n'en mérite pas moins d'être mentionnée. Henri Bols avait convoqué les Boillat pour une réunion dédoublée (à cause des horaires d'équipe). La première réunion est arrivée à son terme, tandis que la seconde a été interrompue, suite à l'évanouissment de Maria, une Boillat, qui s'est bien remise et remercie tout le monde pour les attentions chaleureuses (Henri Bols n'est pas compris dans le lot). Max Locher, membre du conseil d'administration de Swissmetal, était présent, pour débiter un flot d'âneries assez phénoménal. Il aurait signalé que, si les choses se passent comme ça (à savoir selon la méthode Hellweg) dans l'industrie de l'aluminium elle peuvent très bien se passer comme ça chez Swissmetal. Et na! A part ça, il dormait durant la rencontre entre Swissmetal et les Boillat à Bienne: quelle image de marque pour l'indutrie de l'aluminium.

Souvenons-nous: Max Locher était CEO d'Aluminium Laufen, et en préside actuellement le conseil d'administration. Le poste de CEO est occupé depuis 2005 par Alex Kummer, ancien CEO de Keramik Laufen. Et Keramik Laufen était dirigé, avant ça, par Martinou, lequel a été introduit chez Swissmetal par Ivo Gerster, ancien président du conseil d'administration de Keramik Laufen, et grand manitou industriel de Laufon. Que le monde est petit. Et Laufon, encore plus! Mais M. Locher a effectivement raison: il n'y a rien d'anormal à ce que ses petits copains de Laufon ne mettent pas en pièces Swissmetal en lui demandant son aide.

A part ça, Henri Bols a fait part de son désir de déplacer la Schumag 6, une machine stratégique, à Dornach, contre toute raison (la matière qui y passe provient de Reconvilier, et la main d'oeuvre aussi). Des précisions à ce propos suivront.


Les contrats

Les contrats d'embauches actuellement proposés par Swissmetal aux Boillat qu'il est prévu de réengager sont désormais disponibles en ligne (page 1, page 2 et page 3). Pour un commentaire sur ces contrats, on peut se référer à cet "édito". De quoi vérifer qu'aucune mention de la CCT n'y figure. Voilà un information factuelle, exclusive, et tout de suite, telle qu'on n'en trouve pas dans Boillat hebdo.

62 Comments:

Anonymous oignon rouge said...

@ karl

Merci pour l'édito et tous les liens...et bienvenue à la jolie Souris sur fond du T-shirt Boillat.

@ jb

Merci pour toutes les photos ! et le lien avec la vidéo.

" La vérité est en marche, et rien ne l'arrêtera".

mai 20, 2006 10:46 PM  
Anonymous Grand-mère said...

Alors les Martincliques à claques ont l'intention de faire sortir des machines de la Boillat ?
C'est vrai ça ? Et ils s'imaginent peut-être qu'on va les laisser faire? "Aux armes, citoyens" c'est toujours d'actualité, il faut qu'ils le sachent.

mai 20, 2006 11:38 PM  
Anonymous Une femme en colère said...

Il n'y aura plus de jubilé pour l'école secondaire de Reconvilier.

Le jour ou la Boillat mourra, l'école secondaire de Reconvilier aussi

Pour ceux qui ne le saurait pas, il a été refusé à 2 ados de lire un texte magnifique de Françoise lors de la soirée d'aujourd'hui...

J'embrasse Françoise et lui propose de mettre son texte sur le blog

mai 21, 2006 12:22 AM  
Anonymous titanic said...

Triste tout cela,le manque d'humanité de certaines personnes égoistes montre à quel point notre socièté est bien malade...

mai 21, 2006 12:32 AM  
Anonymous Anonyme said...

J'en reviens pas ! Qu'on refuse de faire lire un texte magnifique (sans l'avoir lu d'ailleurs) à deux enfants touchés de près par la grève pour raison d'organisation bon ... passe encore ... quoique ... mais s'en prendre aux enfants en leur disant qu'on n'en a rien à foutre de la Boillat c'est lâche et vil ! Pourtant certains leur avait laissé croire, voire assuré qu'ils pourraient quand même le lire. Ils ont donc encore répété avec émotion leur texte et ils ont dû attendre 2 heures pour rien et en plus ils se sont fait menacer de faire intervenir la police ... non mais on va où ? Vous n'avez pas de poils au cul ! Vous me décevez et l'exemple que vous donnez à ces enfants n'est pas à suivre ... Nous continuerons de lutter pour des valeurs plus nobles que les vôtres !

mai 21, 2006 12:37 AM  
Anonymous Anonyme said...

Et on s'etonne quand on regarde des enfants avec des mitraillettes en Afrique ??
La Boillat vivra!

mai 21, 2006 12:39 AM  
Blogger Karl said...

@Femme en colère, Anonyme de 12:22 AM et d'autres:

J'ai reçu le texte que les enfants devaient lire hier. J'ai cherché à contacter Madame Wylia Scheidegger, présidente du comité d'organisation des 100 ans de l'école secondaire de Reconvilier, qui semble être à l'origine du refus de ce texte. Dans l'impossibilité d'y parvenir, j'ai téléphoné à l'école, où l'on m'a éconduit sur une sorte de "on ne peut rien faire". C'était trop tard, c'était la faute à personne, la décision était prise, etc.

Ce genre d'action est, à mon avis, tout particulièrement choquant. Les enfants de Reconvilier sont extrêmement touchés par ce qui se passe, et leur donner l'occasion, symboliquement, de faire quelque chose pour la Boillat les aurait un tant soit peu sorti de leur position de victimes impuissantes. Mais apparemment, le sens pédagogique de W. Scheidegger s'arrête bien avant le bout de son nez.

Dans l'"édito" de dimanche soir, ces tristes événements seront récapitulés, et le texte publié.

mai 21, 2006 12:48 AM  
Anonymous Une autre femme en colère said...

si déjà à ce niveau il y a des "on ne peut rien faire" .....je comprends maintenant pourquoi plus haut encore il existe des "on ne peut rien faire" !!!!! Quelle triste société !

Merci Karl !

mai 21, 2006 1:24 AM  
Anonymous Roudoudou said...

@ tous

Dans cette situation de multiples non respect de tout un tas de choses par la direction (liste à faire et à communiquer largemnet à tous les médias), et vu le statu actuel de suspension de grève des Boillat, est-ce qu'une reprise de cette dernière, même quelques heures par semaine ne serait pas une bonne idée pour mettre un peut de savon de marseille sous les godasses de ces enflures de la direction?
C'est juste une question, mais je pense qu'elle mérite au moins qu'on se la pose dans cette situation.

Par exemple, un arrêt du travail collectif tous le mardis complets? Avec réunion du personnel à la salle communale pour fair le point sur les décisions de la direction et l'évolution de la situation?

Bon je laisse ce débat aux spécialistes, mais quant on voit le joyeux bordel organisé par ces gagsters de la finance, et le fait qu'ils puissent encore se permettre d'accuser les Boillat d'être responsables de ce cahos, suite aux super décisions qui ne permettent même pas aux ouvriers volontaires et motivés de faire leur travail, faute de matière, faute de sécurité, faite de chefs compétents, faute de collègues licenciés et interdits de site, et très bientôt (la fin du mois arrive à grand pas) faute d'une bonne centaine d'ouvriers en fin de contrat.....

La Boillat vivra, hé oui, j'en suis certain, convaincu, et sans ces malades, il suffit juste de leur donner le coup de grâce.

@ Cette grande malade de l'école secondaire

Chère Madame,

Votre attitude, empreinte de mépris envers les élèves de l'école secondaire et une bonne majorité de parents justifie votre expulsion du dit comité, ni plus, ni moins...
Vous êtes la honte du village, reprenez vous vite avant qu'il ne soit trop tard pour votre petite personne, qui semble s'aimer très fort et tiens sûrement à sa réputation, attenton, un, deux, trois, TOP, on se concentre et on tire des conclusions.... Tout le monde peut se tromper, et vous aussi, soyez un peut maligne, ça fera du bien à tous le monde, y compris à vous....

mai 21, 2006 7:34 AM  
Anonymous Anonyme said...

Pour le deplacement de la schumag 6,c'est Monsieur bic qui a demandè deux centres de fourniseur pour ces articles,bic devrait l'annoncer en personne la semaine prochaine

mai 21, 2006 8:15 AM  
Anonymous Anonyme said...

Il y en un qui va finir par avoir des sérieux problèmes. Vu qu'on dit toujours qui commande paye, comment se fait-il que Bic commande. Il n'y a pas de hasard, ils vont finir par se la prendre dans les dents avec leur comportement de faux cul. Ils essaient juste de gagner du temps pour avoir leurs produits, ensuite la Boillat à la trappe et Tanzer aux Indes ou en Chine.

mai 21, 2006 9:04 AM  
Anonymous yakari said...

Comme beaucoup, je suis né dans une vallée fermée aux deux bouts. La vie était généralement grise si on faisait exception des copains du quartier. On passait notre temps à imiter nos parents, qui avaient honnêtement reproduit les gestes et le comportement des leurs. Le monde s'arrêtait à Montoz , Moron, Pierre-Pertuis, les Gorges de Court. Pour voir plus loin, il fallait pouvoir se payer le train. Dans ce contexte, le garde-police, la commission d'école, le curé, le pasteur et l'instituteur étaient craints. Leurs avis avaient force de loi. Les patrons qu'on apercevait parfois en se poussant du coude étaient déjà des extraterrestres, des êtres nimbés de mystère. Ils avaient un "truc spécial", un chais-pas-quoi qui faisait qu'on voyait tout de suite qu'ils étaient mieux que nous. Ils n'avaient pas besoin de lever le doigt pour dire quelque chose. Et ce quelque chose, par une magie incompréhensible, était toujours juste et bon. On sentait bien la Force, la Pensée, la Bienveillance, quand ils parlaient. Ils s'exprimaient sans micro, la voix assurée, douce mais ferme, les gens enlevaient leur chapeau et attendaient qu'ils aient terminé. On entendait lors à peine un murmure de "ouais mais" vite étouffé par des regards noirs et la magie opérait. Nous avons été éduqués dans un monde qui n'existe plus. Nous sommes les derniers spécimens dressés à l'obéissance. Nos boyaux de la tête abritent encore certains réflexes de ces années de dressage. Et quand on s'en rend compte on en rougit. C'est ce que tu devrais faire ma chère Wylia, rougir. Ressaisis-toi, tu vaux mieux que ça.
Et ne t'imagine pas qu'on va te croire quand tu décréteras qu'il s'agissait de ne "pas prendre les enfants en otage".
Les enfants aussi ont un truc entre les deux oreilles, comme toi, un truc mou qu'on ne comprend pas encore très bien, mais qui fonctionne malgré nos lacunes au sujet de son mécanisme.

mai 21, 2006 9:38 AM  
Anonymous oignon rouge said...

A propos du centenaire de l'école

Quelle honte d'avoir interdit à ces jeunes de lire un texte qu'ils avaient répété.

On peut imaginer le sentiment d'injustice et d'impuissance qu'ils ressentent, et d'incompréhension ou d'humiliation, aussi face aux adultes du milieu scolaire qui sont censés les soutenir et les guider...

Il me semble que les parents -ou un groupe de parents-doivent demander des comptes à cette dame (est-elle enseignante ?) ou aux responsables.

Il ne faut absolument pas laisser passer cela vis à vis des jeunes ! Les ados ont un sens exacerbé de la justice.
Ils ont droit à des explications claires et à des excuses pour la blessure qui leur a été faite.

Une pensée pour eux.

mai 21, 2006 9:44 AM  
Anonymous Anonyme said...

pour le commiter d'organisation...je trouve ca inadmisible que vous aviez refuser une si belle lettre et d'avoir menacer les ados..mais quel honte!!!je voudrai aussi dire comment faites-vous pour vous regarder dans une glace!!!

mai 21, 2006 10:02 AM  
Anonymous Anonyme said...

pour le commiter d'organisation...je trouve ca inadmisible que vous aviez refuser une si belle lettre et d'avoir menacer les ados..mais quel honte!!!je voudrai aussi dire comment faites-vous pour vous regarder dans une glace!!!

mai 21, 2006 10:03 AM  
Blogger solidarnoch said...

yakari a trés bien expliqué la situation.

Cher madame, les temps changent, mais pas vous. Dans cette histoire vous n'êtes pas seul. Votre comité et ceux qui vous soutienne ne sont pas meilleur.

N'importe qui fait des erreurs. J'espére que la réponse de ceux qui ont prit cette décision sera à la hauteur de se que l'on attend d'une autorité scolaire, et svpl, pas de langue de bois.

mai 21, 2006 10:31 AM  
Anonymous Anonyme said...

la madame en question fut la seule à décider. Elle n'en n'a même pas référer à son comité

mai 21, 2006 11:14 AM  
Anonymous Anonyme said...

Les trois jubilaires mentionnés dans Boillat Hebdo remercient la direction de les avoir licenciés et remercient cette même direction pour les félicitations.
Merci et encore merci pour tous ce que vous faîtes pour nous. Un vrai plaisir d'être jubilaire à la Boillat. Dans le panier garnie nous avons surtout retenu le pied au cul. Encore merci bande de malhônnetes.
Merci mille fois.

mai 21, 2006 11:22 AM  
Anonymous Rigueur said...

Si le sens de la justice des enfants n'est pas respecté, il ne faut pas s'étonner qu'il y en a de plus en plus de problèmes sociaux dans notre société.

Honte à ceux qui ont bafoué ce droit les plus élémentaires.

Françoise! Publie ton texte sur le blog de Karl, s'il te plaît!

mai 21, 2006 11:23 AM  
Anonymous Anonyme said...

Une nouveau mouvement politique est née, la dictature démocratique.
C'est les prof et les élèves qui sont à plaindre.

mai 21, 2006 11:27 AM  
Anonymous Anonyme said...

la lulu a encore frappé. décidément le service de communication de sm est nullissime.
on a déjà mis un candélabre à pontenet pour lindeeeeeeeeer et son anguille, on pourrait aussi en mettre un à Moutier devant le pap

mai 21, 2006 11:39 AM  
Blogger vanefred said...

@Madame Scheidegger

Pour la première fois depuis mon arrivée dans ce beau village, j'ai honte d'y habiter. Je suis fière de notre combat à la Boillat mais comment le gagner si même les personnes sensés nous soutenir nous plante un couteau dans le dos.

J'espère que le comité vous ejectera séance tenate pour cette acte inqualifiable.

J'espère que les 2 ados qui avaient pris à coeur de lire ce texte ne soient pas trop démoralisés par votre bêtise et votre ego demesuré.

Savez-vous ce qu'est une démocratie? Si non ouvrez un dictionnaire

Malgré vous LA BOILLAT VIVRA

mai 21, 2006 11:44 AM  
Anonymous Anonyme said...

pour solidarnoch,

La question n'est pas de faire des erreurs ou pas...car cette chère dame c'est permi d'insulter la boillat et de menacer des ados et cela ne ce fait pas!!!

mai 21, 2006 11:48 AM  
Anonymous big brother said...

attention, le projet netpresenter qui sera, selon la lulu, mis en application d'ici 3 mois, sera utilisé pour vous bourrer le mout.
toutes les infos viendront de dornach, ce sera un véritable travail de sape et la lulu, sur les traces du maiiiiitre, distillera intox sur intox. Préparez-vous

mai 21, 2006 11:58 AM  
Anonymous Anonyme said...

Que pense les syndicats français de l'attitude de BIC?? ce n'est pas très loin de chez nous cette usine ...pourquoi ne pas allez dire bonjour ,avec des produits de notre terroir .
Concernant la présidente je ne suis personnellement pas étonné un simple petit pouvoir comme celui dont elle disposait et elle en profite pour règler des comptes ,c'est simplement bête et méchant

mai 21, 2006 12:08 PM  
Anonymous Anonyme said...

Eh! Eddy Houlmann de Coutételle!
Sais-tu où tu a mis les pieds? Cherche une autre place au plus vite car avoir Swissmetal sur ton C.V. sera CATASTROPHIQUE pour la suite de ta carrière, quand Swismetal aura fait faillite et qu'il faudra rendre des comptes.

Petite question: Es-tu conscient que les jubilaires félicités sur le "torchon" sont licenciés?
Ils sont sympa chez Swissmetal.

mai 21, 2006 1:25 PM  
Anonymous oignon rouge said...

BOILLAT HEBDO

Une question aux Boillats et aussi à Karl, merci.

Drôlement suspect, ce ramassis dégoulinant de bons sentiments angéliques, de pseudo générosité et de volonté de dialogue - une main tendue vers les Boillats et l'autre sur le coeur, ha ha, il ne manque que les traces de larmes sur l'éditorial.

C'est vraiment énorme, invraisemblable, grotesque, ce décalage voulu entre le discours écrit et la réalité du terrain. Manipulation à l'état pur.

Comme rien n'est jamais laissé au hasard dans la tactique machiavélique et déstabilisante du Martinou, je me pose une question :

est-ce que ce bulletin ( comme d'autres lettres ) pourrait avoir comme but de constituer un dossier écrit qui prouverait ( selon le cerveau tordu qui l'a conçu) la bonne volonté et les bonnes intentions du gentil et généreux maîîître-
un dossier à faire valoir à l'AG ? et auprès des médias par exemple, ou auprès encore d'autres instances ?

si ma perception a quelque chose de juste, ce serait que l'AG est une menace - on multiplie les efforts insensés lorsqu'on est aux abois.

Mais ce bulletin pourrait-il représenter un danger ? Je crois que la Souris est un bel atout, une belle réponse à la manipulation, mais il y a aussi d'autres réponses à lister et structurer en cas de besoin.

Bon dimanche à tout le monde.

mai 21, 2006 1:39 PM  
Anonymous Anonyme said...

Wylia Scheidegger ? Déjà entendu parlé par une amie qui attrape des boutons chaque fois qu’elle entends le nom de cette dame qui sévissait avec des préférences marquées au service des bourses au CIP. Dans le combat Boillat, sa préférence va à Martinou. Elle est donc parfaitement fidèle à elle-même.

mai 21, 2006 1:40 PM  
Anonymous Françoise said...

@ Kicouyou,

Ne sois pas triste, on va essayer de vous concocter à toi et à Luana un texte pour la manifestation nationale.
Bisouxxxxxxxxxxxxxxxxx

@ Rigueur

J'ai donné le texte à Karl.

@ 3 jubilaires Boillat

Honte à la direction, féliciter 3 jubilaires licenciés, c'est grotesque.

Bon diamanche quand même à tous.

mai 21, 2006 2:05 PM  
Blogger un voisin said...

@ Karl
@ Commissions
@ Tous

Bonjour,

Nouveau changement d'attitude de la direction de SM. La notion de "groupe intégré" avec une seule communication, sans distinction de site est oubliée pour permettre la communication ciblée !

Karl analyse le titre en interprétant "hebdo" pour le côté branché. Mois j'y vois surtout le côté répétitif. Chers Boillats, la direction a décidé d'intégrer dans son concept officiel d'information de vous importuner tous les samedis, soit durant vos jours de congé. Je propose qu'une demande soit faite pour que cette communication intervienne en semaine ! On peut aussi imaginer que chacun vienne le lundi matin avec sa lettre non ouverte et commence sa journée par 10 minutes de lecture sur la place de travail. Prendre connaissance des informations de la direction fait partie du temps de travail !

Pourquoi ne pas tester la réelle volonté de construire un pont de communication entre la Direction et le personnel de notre us(z?)ine Boillat. Dans cette optique les commissions devraient pouvoir y mettre leurs griffes (de souris !!!) et faire paraître des informations.
S'il y a volonté que ce ne soit pas un pont à sens unique, un courrier de lecteur-ouvrier devrait aussi être publié (proposition de thèmes : stock nécessaire à la production, erreurs de stratégies notamment lors des licenciements, nécessite de bénéficier d'un encadrement compétent, illégalité des contrats de travail par rapport à la CCT, propositions d'améliorations, questions de la lettre des commissions qui n'ont pas obtenu réponse, etc.). Pour s'assurer de leur diffusion, on peut imaginer les publiers sur internet (par exemple dans une nouvelle rubrique "Boillat Web-hebdo" sur le site jb.zonez.ch).

Bon dimanche à tous !

mai 21, 2006 2:13 PM  
Anonymous epokepik said...

J'étais au centenaire de l'école secondaire hier soir. Un magnifique spectacle très amusant. En prime une super chanson pour la Boillat entonnée par Michel Bourquin et les élèves. Mais j'apprends qu'on a refusé à des élèves de lire un texte pour la Boillat. Les enfants ont besoin d'exorciser leurs craintes et ils participent aussi malgré eux aux combats que livrent leur parents.
Ben alors Wylia, j'aurais pensé que votre intelligence n'était pas si limitée !!! Quel manque de punch et d'ouverture d'esprit !!! Je suis vraiment très, mais alors très déçue....

mai 21, 2006 3:01 PM  
Anonymous kicouyou said...

merci pr ce ke vous faites pr nous et surtt de vous battre pr n ous et pr ce magnifique texte de la boillat j'en suis encore mtn dégouté de ce ki c passé hier soir et si jamais on a d temoin mme wylla sheidegger (g croi ke sa sécrit comme sa)nous a menacé ke si on le lisé devant le public elle apelé les flic mai honte a vous jen revien pa en + elle habitte reconvilier mai c honteux chu tro dégouté koi...
LA BOILLAT VIVRA!!!!!

mai 21, 2006 3:14 PM  
Anonymous indigné said...

Vos messages d'indignation peuvent être envoyés à
wilya.scheidegger@erz.be.ch

mai 21, 2006 3:21 PM  
Anonymous Krissprolls said...

Lulu, casse-toi, t'es une Troll, envoyer des trucs pareils, grande malade....

mai 21, 2006 4:20 PM  
Anonymous Anonyme said...

@indigné,

Elle fait donc partie de la «Direction de l’instruction publique du canton» cette gonsesse !?

Bof y a qu’à voir comment le gouvernement a réagit une fois qu’il a remarqué que l’accord n’a pas été respecté...

On vote pour rien ; nos pseudos représentant ne représentent qu’eux-mêmes (au mieux) et au pire ils ne représentent que le capitalisme ! (Voir qu’une seule catégorie de la population, les juristes vu le nombre...)

mai 21, 2006 4:41 PM  
Blogger Karl said...

@Tous

Bonjour et merci pour vos messages! Le centenaire de l'école secondaire de Reconvilier sera une des nouvelles du prochain "édito".

@Un voisin

Un courrier des lecteurs dans le Boillat hebdo, voilà une bien belle idée! Je souscris!

mai 21, 2006 4:51 PM  
Anonymous Zézette said...

M... Les enfants sont touchés de près par le conflit de la Boillat, il le vive au quotidien et leur refuser de s'exprimer là-dessus, c'est simplement immoral et injuste. Et nous vivons dans un pays prônant la liberté d'expression!?!

Sur ce, je vous souhaite une bonne fin de journée

mai 21, 2006 5:23 PM  
Anonymous Anonyme said...

Une bien mauvaise polémique que celle du centenaire de l'école secondaire. Un spectacle plaisant à souhait. Une heure et demie non-stop,le tout parfaitement enchaîné. Et en prime, plus qu'un clin d'oeil aux Boillat, mais un vrai message de solidarité et d'humanité avec la chanson "Les mains d'or" de Bernard Lavilliers au texte revisité et adapté à la situation. Un directeur-soliste habillé en métallo, avec le casque "La Boillat vivra" sur la tête. Un choeur unanime et un refrain repris à l'envi par la salle. Ce message fort n'était-il pas suffisant? Ne tombez pas dans la victimisation pour vous, et la condamnation pour les autres!

mai 21, 2006 5:38 PM  
Anonymous Anonyme said...

Eh non ce message n'était pas suffisant pour toutes les familles de la Boillat touchées par ce conflit du travail.
Il ne faut pas confondre message et clin d'oeil.

mai 21, 2006 5:57 PM  
Anonymous Anonyme said...

J'étais au spectacle du centenaire de l'école secondaire et je n'étais pas au courant pour le texte de Françoise. C'est bien dommâge il faut le dire, mais l'adaptation de la chanson de Lavilliers était magnifique et très émouvante.
Une pareille chasse aux sorcières est un peu exagérée.

mai 21, 2006 6:04 PM  
Anonymous Anonyme said...

je suis d'accord avec anonyme de
5.38pm.Un message de soutien à la Boillat a été inclu dans le spectacle et c'était très bien.

mai 21, 2006 6:05 PM  
Blogger Karl said...

Il n'est pas question de prétendre que le spectacle du centenaire, que je n'ai pas vu, était insuffisant, ou que les allusions à la Boillat manquaient. Merci, d'ailleurs, de nous renseigner sur son contenu!

Le but n'est pas de décréter une ligne orthodoxe et de l'imposer aux autres, mais de refuser que d'autres imposent la leur, ce que W. Scheidegger, pourtant, n'a pas manqué de faire, de manière honteuse.

Le refus opposé à ces élève fut d'une malhonnêteté incroyable. J'exposerai les détails dans le prochain "édito", qui n'accusera ni le spectacle, ni les enseignants.

mai 21, 2006 6:26 PM  
Anonymous mme de sévigné said...

Cherchez toujours W. Scheidegger sur la liste des signataires de la "Déclaration de soutien en faveur des employé(e)s de La Boillat", vous y passerez la nuit sans rien trouver.
Elle n'a pas signé la pétition non-plus.

mai 21, 2006 6:35 PM  
Anonymous Fée carabosse said...

Chasse aux sorcières, quand tu nous tiens...

mai 21, 2006 6:47 PM  
Anonymous le petit poucet said...

la chasse aux sorcières chez Boillat, c'est terminé en licenciement.
Il n'y a donc rien de grave à dire à cette dame tout le mal que l'on pense d'elle. Elle ne risque rien !

J'attends avec impatience l'édito de Karl

des candélabres à Pontenet pour leslindeeeer
un candélababre à Moutier devant le pap pour la g...lulu
un candélabre devant le cip à tramelan ou travaille cette WS,

mai 21, 2006 7:05 PM  
Anonymous Anonyme said...

Quelle nouvelle maladresse ce Boillat Hebdo. Et en plus typiquement suisse-allemand dans sa démarche. Franchement, ça fiche la honte alors que c'est sensé être une vitrine et donner envie de travailler pour cette entreprise! Ils auraient au moins pu l'écrire en français et non pas faire une traduction même pas digne d'un étudiant en première année d'école de traducteur.

Et supeeeeeer, un "édito" même pas signé, quelle bande de courageux!

mai 21, 2006 7:27 PM  
Anonymous Grand-mère said...

Je viens de lire le Boillat-hebdo... et je n'en crois pas mes yeux. On rêve ou quoi ? Ce ramassis de gangsters croit vraiment que les Boillat vont leur manger dans la main parce qu'il leur font guili-guili juste après les avoir méprisés, vilipendés, licenciés comme des malpropres? Ils prennent vraiment les enfants du Bon Dieu pour des descentes de lits, des serpillières, des gens sans aucune fierté! Il y a des tas de coups de pied au c... qui se perdent! Que Martinasse, Suchort, Sauerländer et Cie aient au moins le courage d'aller faire leurs propositions mielleuses de vive voix à Reconvilier. Mais il ne faut pas y compter, des rats pareils, ça se terre tout au fond de leur trou où ils préparent fébrilement leurs prochains coups tordus.
COURAGE LES BOILLAT, ne vous laissez pas avoir par des filous qui sont capables de tenir des discours totalement opposés aux précédents. CE SONT DES MANIPULATEURS.

mai 21, 2006 7:28 PM  
Blogger claire marie said...

L'interview parue dans Matin Dimanche (d'aujourd'hui)permet de renforcer notre solidarité avec les ouvriers de La Boillat, grâce au Blog de Karl, même si on vit à l'autre bout de la Suisse!

mai 21, 2006 8:32 PM  
Anonymous idéaliste incurable said...

@grand-mère

Si j'étais encore en âge d'avoir une grand-mère, je voudrais qu'elle vous ressemble ! Quel punch ! Bravo à vous.

@tous

J'espère que vous avez passé un bon WE. Je me réjouis de vous retrouver sur le blog la semaine prochaine. Courage les Boillat, surtout à ceux qui vont à la mine lundi, les pauvres ...

Dieu vous garde.

mai 21, 2006 9:19 PM  
Anonymous indigné said...

@ anonyme 4:41 PM
WS a une fonction administrative pour les décidions relatives aux subsides de formation (les bourses).
voir :
http://www.erz.be.ch/site/fr/index/schule-lehre-studium/sls-ausbildungsbeitraege-index/sls-ausbildungsbeitraege-kontakte.htm

mai 21, 2006 9:58 PM  
Anonymous Piscine vide said...

Après avoir attentu 1 bon mois , ou tout le monde disai que M.bols voulai un entretien avec moi concernant les lopins et Blanks. Même les resources humaine de Reconvilier lundi passé (alors que je signai les documents de sortie)mon demandé mon emploi du temps car Henri voulai me parler.
Hélas ceci était une fois de plus que des bavardages venant de ce directeur indrustrie suisse Made in french. Je pense que M.Bols devrai quant même ammener ces diplômes à Reconvilier, car j'ai des sérieux doutes sur l'achèvement de ces études à Paris,(oeil de moscou peu tu vérifier stp. Tout ça pour dire que je n'attends plus et que j'ai décidé de me faire embauché ailleurs. Je commence demain à 8H 00.

D.K. du fond de sa piscine qui est toujours vide.

mai 21, 2006 10:07 PM  
Anonymous Ancienne élève said...

Bonsoir à tous,

Je suis une proche d'un enseignant de l'école secondaire et ancienne élève, il est scandalisé par ce qui s'est produit hier soir.
La fête a été très belle, mais elle aurait encore été bien plus belle sans cette personne qui a crié sur ces élèves.
100% avec les Boillat et leurs enfants, sans lesquels nous devrions envisager de fermer quelques classes. Je n'ai pas compris non plus que le maire ne la remette pas en place, plus courageux devant les caméras ce monsieur.

Mais sachons aussi tourner la page, je crois que le cas de Madame est déserpéré, et l'énergie doit servir dans la lutte qui continue.

Je m'adresse aux enfants, je souhaite vivement que l'on vous adresse un courrier officiel pour vous demander pardon pour l'attitude inexcusable de cette dame. Vous qui vivez cette crise à l'intérieur de vos familles, vous qui vous confiez à vos professeurs pour dire quand c'est trop difficile, gardez confiance en eux, cette personne ne peut pas représenter l'école, elle n'en est pas digne avec un tel manque de correction et de respect envers vous, malgré ses convictions personnelles.

Bien à vous

mai 21, 2006 10:45 PM  
Anonymous titanic said...

@piscine vide
Dommage que tu nous laisses tomber par conneries de Bols de riz, le pauvre rigolo de "faites ce que le maître à dit" en te désistant c'est les boillats que tu pénalises! ABE salut au fait çA VA CES PROFIIILS!

mai 21, 2006 11:29 PM  
Anonymous Anonyme said...

ceux qui déstabilisent les Boillats, ce ne sont pas ceux qui ont retrouvé du boulot après avoir été licencié, mais bien ces quelques Boillat g.g. qui râlent sur les malades et qui parlent comme bols

mai 21, 2006 11:38 PM  
Anonymous lopinette said...

@piscine vide
Tu peux toujours inviter l'Henri pour un petit plongeon dans ta piscine, il adore plonger. Comme il sait déjà nager il ne risque rien.
Bon vent et que Dieu te guide.

mai 22, 2006 12:05 AM  
Anonymous Anonyme said...

Ce qui me révolte c'est que Bols et son équipe de nuls,cadres incompétants, laissent volontairement partir piscine vide et le bailli de loveresse,indispensables à la Boillat!Je vous maudit!! Henri et toute son équipe, serviteurs aveugles de MH,je vous maudit

mai 22, 2006 12:06 AM  
Anonymous Anonyme said...

Le massacre continue, ils veulent saigner la Boillat.
On attend que le gros BOL(et)S essaie de sortir les machines.
Ta pas encore tous vu gros!!!

mai 22, 2006 12:43 AM  
Anonymous Anonyme said...

Matin, le jour J approche, tes mascarades ne seviront à rien. C'est les dividendes qui intéressent tes clients. ils veulesnt des bénéfices en pour cent et à deux chiffres comme tu le leur avais promis.

mai 22, 2006 5:10 AM  
Anonymous femmes en colère said...

Je vois que toute cette histoire de texte non lu à l'occasion du centenaire a suscité bien des réactions et m'en réjouis. Ce n'est pas le fait qu'on décide arbitrairement de ne pas autoriser ces deux ados à le lire qui m'horipile le plus, mais le fait que Mme Scheidegger les ait agressés verbalement et menacés de faire intervenir la police. Je suis choquée. Ils n'avaient pourtant rien de révolutionnaires dangeureux. Ils sont venus car le maire avait laissé entendre qu'il ferait son possible et les profs et le metteur en scène avaient annoncé qu'ils les feraient lire ce texte après le spectacle si le maire n'avait pas pu s'en charger avant. Et puis rien ... bravo ! Vous avez quoi comme explication claire à donner à ces deux ados ? Parce qu'eux ils n'ont rien compris ...

mai 22, 2006 7:09 AM  
Anonymous une ados d'une femmes en colère said...

bonjour a tous...ben moi je voulais dire a cette WYLIA que je suis rester très dégouter a l'idée de nous avoir menacer pour rien!!!Et surtout que cette lettre étais magnifique!!je ne comprent tj pas comment a-t-elle fait pour ne pas avoir accepter de nous la faire lire!!mais bon je me dis 1 chose.."je ne cherche plus a comprendre"..ca n'en vaux pas la peine!!!un grand bisous a toute les femmes en colère et a tous les "BOILLAT"!!et pour finir je dis " LA BOILLAT VIVRA!!!"

mai 22, 2006 9:54 AM  
Blogger Karl said...

@Une ados

Cherchez toujours à comprendre. Même si ce que vous découvrirez ne vous fait pas plaisir. C'est un conseil, un peu ennuyeux peut-être, mais il est amical ;-)

mai 22, 2006 9:59 AM  
Anonymous une ados d'une femmes en colère said...

@Karl

vous avez surement raison!!Elas cette femmes a 1 caractère de Merde...excuser moi de l'expression mais je trouve ca decevant qu'elle est refuser qu'on la lise surtout que le texte était très bien..merci de votre super conseille et je trouve ke se qne vous faites est très cool!!bisous a tous!!

mai 22, 2006 11:29 AM  

Links to this post:

Créer un lien

<< Home